Élections européennes de 2009 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2004 Drapeau de la France 2014 Suivant
Élections européennes de 2009 en France
Électorat et résultats
Votants 17 992 161
  
40,63 %
Votes nuls 773 547
Xavier Bertrand.jpg
Union pour un mouvement populaire – Xavier Bertrand
Voix 4 799 908
  
27,88 %
Sièges obtenus 29 Green Arrow Up.svg 12
Martine Aubry.jpg
Parti socialiste – Martine Aubry
Voix 2 838 160
  
16,48 %
Sièges obtenus 14 Red Arrow Down.svg 17
Europe Ecologie closing rally regional elections 2010-03-10 n14.jpg
Europe Écologie – Daniel Cohn-Bendit
Voix 2 803 759
  
16,28 %
Sièges obtenus 14 Green Arrow Up.svg 8
François-Bayrou---UR2010---WIKIPEDIA.jpg
Mouvement démocrate – François Bayrou
Voix 1 455 841
  
8,46 %
Sièges obtenus 6 Red Arrow Down.svg 5
Jean-Luc Melenchon Front de Gauche 2009-03-08.jpg
Front de gauche – Jean-Luc Mélenchon
Voix 1 115 021
  
6,48 %
Sièges obtenus 5 Green Arrow Up.svg 2
Jean-Marie Le Pen 479834203 5030701e77 o.jpg
Front national – Jean-Marie Le Pen
Voix 1 091 691
  
6,34 %
Sièges obtenus 3 Red Arrow Down.svg 4
Logotype publié par le ministère de l'Intérieur à l'occasion des élections.

Les élections européennes de 2009 se sont déroulées le [1] en France.

Ces élections ont permis aux citoyens de l’Union résidant en France de choisir les 72[2] députés représentant la France au Parlement européen pour une législature de cinq ans (2009-2014).

Au niveau national, les listes de la majorité présidentielle (UMP-NC-LGM) obtiennent 27,88 % des suffrages exprimés, ainsi que la majorité relative des sièges (29 députés sur 72). On note également une percée historique des écologistes (16,3 % pour Europe Écologie et 3,6 % pour l'Alliance écologiste indépendante), ainsi qu'une chute prononcée du PS (16%) et du MoDem (8,4%) par rapport au scrutin de 2004. Le taux d'abstention atteint un niveau record, à 59,37 %[3].

Cette tendance va dans le même sens que les autres pays européens : la droite reste majoritaire au Parlement européen.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Répartition des sièges par circonscription.

La répartition des 72 sièges à pourvoir entre les 8 circonscriptions inter-régionales est la suivante[4] :

Une circonscription « Français établis hors de France » aurait dû être créée[5]. Ce point a notamment été abordé au Sénat français, en septembre-octobre 2008[6].

« Ces chiffres sont basés sur le traité de Nice. Au cas où le traité de Lisbonne entrerait en vigueur après l'élection de juin 2009, la France aurait deux députés supplémentaires. Le nombre total de députés passerait, à la suite des conclusions du dernier Conseil européen, à 754 jusqu'en 2014[7]. »[8]

L'élection a lieu au scrutin de liste à la représentation proportionnelle. Les sièges sont répartis, dans la circonscription, entre les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés (parfois plus) à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne[9].

Déroulement[modifier | modifier le code]

En France, comme prévu par la loi, et comme dans la plupart des autres pays européens, l’élection s'est déroulée le dimanche 7 juin, sauf pour Saint-Pierre-et-Miquelon, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et la Polynésie française pour lesquelles elles ont eu lieu dès le pour éviter la démobilisation dans des territoires, où l'heure est en avance. Le dépôt des candidatures a lieu du 11 au 22 mai, et la campagne officielle débute le 25 mai pour s’achever la veille du scrutin, le 6 juin[10]. Les députés européens représentant la France sont élus au scrutin proportionnel plurinominal à un tour, le seuil de répartition des sièges entre les listes étant de 5 % des suffrages exprimés, selon la méthode de la plus forte moyenne.

Pour ces élections, 72 sièges de députés sont à pourvoir, huit circonscriptions électorales, organisées en « grandes régions » depuis 2003[11], ont été délimitées et les députés répartis sur la base du dernier recensement : dix pour le Nord-Ouest de la France, neuf pour l'Ouest, neuf pour l'Est, dix pour le Sud-Ouest, treize pour le Sud-Est, cinq pour le Massif central et le Centre, treize pour l'Île-de-France et trois pour l'Outre-Mer, constitué en trois sections[12]. Le scrutin a lieu suivant les procédures électorales françaises.

Il s'agit de la septième élection des députés européens au suffrage universel direct. À la suite de l'entrée dans l'Union de la Roumanie et de la Bulgarie, le nombre de sièges de députés européens attribués à la France a été revu à la baisse ; le traité de Lisbonne n'a pas été ratifié comme envisagé par les 27 États signataires avant ces élections[13]. C'est donc le traité de Nice qui s'applique et, dans ce cas, il y a 72 députés pour représenter la France (il aurait pu passer sinon à 74)[14] :

Historique du nombre de sièges et de l'abstention[modifier | modifier le code]

Sièges français sur le total des sièges au parlement européen
1979 1984 1989 1994 1999 2004 2009
France 81 81 81 87 87 78 72
Total 410 518 518 518 567 626 736
États membres 9 10 12 12 15 25 27
% 19,8 % 15,6 % 15,6 % 16,8 % 15,3 % 12,5 % 9,8 %

La participation n'a elle quasiment jamais cessé de baisser en France, tout comme dans bon nombre d'États membres :

Participation en France aux élections européennes
1979 1984 1989 1994 1999 2004 2009
60,7 % 56,7 % 48,7 % 52,7 % 46,8 % 43,1 % 40,6 %

Répartition partisane des députés français sortants[modifier | modifier le code]

À la suite des élections précédentes, les 78 députés européens de France en 2004 étaient répartis comme suit :

Parti français Députés Groupe politique
au Parlement européen
Parti socialiste
31
PSE
Union pour un mouvement populaire
17
PPE-DE
Union pour la démocratie française
11[15]
ADLE
Front national
7
Non-inscrits (2004-2007)
ITS (2007)
Non-inscrits (2007-2009)
Les Verts
6
Verts/ALE
Communistes (PCF/PCR)
3
GUE/NGL
Mouvement pour la France
3
IND/DEM
Total
78

Répartition par groupe parlementaire[modifier | modifier le code]

Pays Groupe parlementaire européen Total
GUE
/NGL
PSE V/
ALE
ADLE PPE-
DE
UEN I/D Non-inscrits
Drapeau de la France France 3 31 6 11 17 3 7 78

Listes déposées[modifier | modifier le code]

Au terme du dépôt officiel, 161 listes ont été déposées au ministère de l'Intérieur et 160 finalement retenues[16]. S'agissant d'élections européennes, il existe pour le moment neuf partis politiques européens reconnus officiellement et subventionnés :

Extrême gauche[modifier | modifier le code]

Gauche[modifier | modifier le code]

Écologistes[modifier | modifier le code]

Régionalistes, autonomistes et indépendantistes[modifier | modifier le code]

Centre[modifier | modifier le code]

Droite[modifier | modifier le code]

Extrême droite[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Europe Démocratie Espéranto (non représenté au Parlement européen), mouvement européen citoyen trans-européen, pour l'introduction d'une langue commune[36], se présente dans deux pays (France et Allemagne).
  • Newropeans (non représenté au Parlement européen) « mouvement citoyen trans-européen »[37]. Se présente dans trois pays (France, Allemagne et Pays-Bas) pour démocratiser les institutions européennes
  • Rassemblement pour l'Initiative Citoyenne[38] (non représenté au Parlement européen). Ce mouvement promeut le référendum d'initiative populaire et est présent dans six circonscriptions. Une liste (celle présentée en Île-de-France) a été invalidée par le Conseil d'État pour non-respect de la parité.
  • Le Parti humaniste présente des listes dans cinq circonscriptions, ses équivalents européens se présentent aussi en Espagne, Belgique, Portugal et Hongrie.
  • Mouvement Résistances (non représentée au Parlement européen), présent dans le Sud-Est (liste menée par Victor-Hugo Espinosa). Le mouvement aurait aussi dû être présent en Île-de-France (menée par le président du mouvement, Daniel Richard) mais ne s'y présenta pas finalement[39].
  • « Cannabis sans frontières »[40] présente une liste dirigée en Île-de-France par Farid Ghehiouèche. Parti favorable à la dépénalisation du cannabis, et plus largement de toutes les drogues.
  • Union des gens[41] (non représentée au Parlement européen) : fusion de l'Union droite gauche et du Parti des gens ; présent dans sept circonscriptions.
  • Liste antisioniste : non représentée au Parlement européen, lancée en 2009 par l'humoriste Dieudonné M'bala M'bala. A déposé une liste en Île-de-France.
  • Liste « Pouvoir d'achat - Chômage - Taxes - Immigration - Insécurité - Patrons voyous - Casse du service public. Où est la rupture ? Stop », présentée dans la circonscription Sud-Ouest[42], conduite par Jean-Jacques Fanchtein. Liste de droite nationale, populaire, humaniste et tolérante[43]
  • Parti faire un tour (PFT)[44] : liste fantaisiste présente en Île-de-France.
  • Liste « Citoyenneté et Culture européenne », présente en Île-de-France dirigée par André Locussol-Mascardi. Liste dont le but est de renforcer la citoyenneté européenne en accordant par exemple plus de moyens pour la culture[45].
  • Liste « Pour une France et une Europe plus fraternelles », présente en Île-de-France dirigée par Jean-Marie Julia. Liste dont le but est l'arrivée de la paix dans le monde, grâce à l'évolution de la diplomatie française et plus largement européenne. Bien que la liste, essentiellement composée de personnes d'origines tamoules, ait été créée principalement pour alerter l'opinion sur la récente guerre menée par le gouvernement du Sri Lanka contre le groupe terroriste des Tigres Tamouls, faisant des dégâts collatéraux[46].
  • Liste « Programme contre la précarité et le sexisme », présentée en Massif-Central-Centre sous la direction de Nicole Pradalier, dont le but serait de faire évoluer les mentalités pour « le progrès humain, le bien-être de tous et de toutes et la vie de la planète »[47].

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • Le , Europe Écologie publie son manifeste et lance son site internet ainsi que son réseau social[48].
  • Le , la commission d'investiture du Front national désigne ses têtes de liste dans quatre des huit circonscriptions.
  • Le , Europe Écologie présente officiellement ses têtes de liste[49].
  • Le , l'UMP présente ses têtes de liste lors de son conseil national[50].
  • Le , le Nouveau Centre annonce négocier des listes communes avec l'UMP dans l'ensemble des circonscriptions[51], mais a désigné le 28 janvier des « chefs de file » dans chaque circonscription. Il présentera une seule liste autonome, en Outre-mer.
  • Le , le Front national annonce sa tête de liste pour l'Île-de-France.
  • Le , le MoDem désigne ses têtes de listes[52].
  • Le , Debout la République a présenté les principaux candidats qui conduiront les listes gaullistes[53].
  • Le , le Conseil national du PS propose ses candidats[54],[55]
  • Le , la branche française du mouvement Europe Démocratie Espéranto présente ses têtes de liste lors d'une conférence de presse à Strasbourg, à l'occasion du congrès européen du mouvement[56].
  • Le , le Centre national des indépendants et paysans (CNI) présente ses deux têtes de liste aux élections européennes : Annick du Roscoät (circonscription Île-de-France) et Daniel Mugerin (circonscription Outre-mer).
  • Le , le Front national annonce ses têtes de liste des circonscriptions Ouest et Outre-mer, suivies de la circonscription Massif-Central Centre le .
  • Le , les candidats proposés par le conseil national du PS sont soumis au vote des adhérents.
  • Les 14 et 15 mars 2009, le Front national présente l'ensemble de ses candidats, lors de sa « Convention européenne » à Arras[57].
  • Le une convention nationale du PS ratifie les candidats désignés par ses adhérents.
  • Le , le Parti breton présente ses trois premiers candidats aux élections européennes : Émile Granville, Odile Fourniol et Hervé Le Guen (liste unique dans l'Ouest).
  • Le , le Front de gauche présente la composition définitive de ses listes[58].
  • Le , le CNI désigne quatre chefs de file pour d'autres circonscriptions (négociés avec l'UMP).
  • Le , le Parti fédéraliste présente trois têtes de liste (Est, Sud-Est et Île-de-France).
  • Le , le Parti de la France présente trois têtes de liste (Nord-Ouest, Sud-Ouest et Massif Central - Centre). Deux autres listes sont encore envisagées afin d'avoir accès à la campagne audiovisuelle nationale. Carl Lang a confirmé qu'il n'y aurait pas de liste de son nouveau parti dans le Sud-Est et dans le Nord-Est.
  • Le , le RIF, sous le nom de « gaullistes en colère », présente trois têtes de liste[59], mais le 28 avril, Paul-Marie Coûteaux annonce qu'il se retire de la course, et appelle au vote blanc ou à l'abstention.
  • Le , Solidarité - Liberté, justice et paix présente deux listes : une en Île-de-France et une en Sud-Est.
  • Le , le Parti humaniste présente ses listes dans cinq circonscriptions[60].

Sondages[modifier | modifier le code]

Évolution des sondages du 28 novembre 2008 au 7 mai 2009[modifier | modifier le code]

Listes Résultats
2004
Ifop
28/11/2008[61]
Ifop
13/02/2009[62]
Ipsos
14/03/2009[63]
CSA
16/04/2009[64]
OpinionWay
17/04/2009[65]
Ifop
24/04/2009[66]
Ipsos
2/05/2009[67]
Ifop
7/05/2009[68]
Ifop
7/05/2009[69]
Lutte ouvrière
2,6 %[70]
4 % 3 % 2 % 2 % 3 % 2 % 2 % 2 %
NPA 8 % 9 % 9 % 7 % 7 % 7 % 7 % 7 % 7,5 %
Front de gauche[71]
5,9 %[72]
4 % 4 % 6 % 3 % 5 % 5,5 % 6 % 6,5 % 6,5 %
PS
28,9 %
22 % 23 % 24 % 25 % 23 % 22,5 % 23 % 21,5 % 21,5 %
Europe Écologie[73]
7,4 %[74]
11 % 7 % 9 % 10 % 10 % 7,5 % 10 % 7 % 8 %
MoDem
12,5 %[75]
12 % 14,5 % 10 % 12 % 12 % 14 % 11 % 13,5 % 14 %
UMP et alliés[76]
16,6 %
24 % 26 % 27 % 27 % 28 % 26,5 % 27 % 27 % 26 %
DLR 1 % 2 % 1 % 1 % 1 % 1 % 1 % 1 %
Libertas[77]
8,4 %[78]
7 % 5 % 6 % 5 % 5 % 5 % 6 % 5 % 5 %
FN
9,8 %
7 % 6 % 5,5 % 8 % 6 % 7,5 % 5 % 7,5 % 7,5 %
Autres[79]
7,9 %
0,5 % 0,5 % 3 % 0,5 % 2 % 2 % 2 %

Évolution des sondages du 10 mai au 28 mai 2009[modifier | modifier le code]

Listes OpinionWay
10/05/2009[80]
CSA
14/05/2009[81]
Viavoice
15/05/2009[82]
Ipsos
16/05/2009[83]
OpinionWay
18/05/2009[84]
CSA
20/05/2009[85]
Ipsos
23/05/2009[86]
TNS Sofres
26/05/2009[87]
OpinionWay
27/05/2009[88]
TNS Sofres
28/05/2009[89]
Lutte ouvrière 2 % 2 % 2 % 2 % 2 % 1 % 2 % 2 % 1 % 2,5 %
NPA 7 % 5 % 6 % 7 % 6 % 6 % 7 % 6 % 6 % 6 %
Front de gauche 5 % 4 % 6 % 5 % 5 % 5 % 5 % 7 % 5 % 7 %
PS 22 % 22 % 22 % 22 % 21 % 21 % 20 % 19 % 20 % 20 %
Europe Écologie 9 % 10 % 9 % 10 % 10 % 9 % 10,5 % 11 % 10 % 11 %
MoDem 13 % 13 % 13 % 11 % 13 % 14 % 13 % 14 % 13 % 13 %
UMP et alliés 27 % 28 % 27 % 28 % 28 % 26 % 26 % 26 % 26 % 26 %
DLR 1 % 1 % 2 % 1 % 0,5 % 1 % 1 % 0,5 % 0,5 % 0,5 %
Libertas 5 % 5 % 5 % 6 % 5,5 % 6 % 6 % 4 % 6 % 4,5 %
FN 7 % 6 % 6 % 5 % 6 % 7 % 5,5 % 6 % 7 % 6 %
Autres 2 % 4 % 2 % 3 % 3 % 4 % 4 % 4,5 % 5,5 % 3,5 %

Évolution des sondages du 28 mai au 6 juin 2009[modifier | modifier le code]

Listes CSA
28/05/2009[90]
Ifop
29/05/2009[91]
Ipsos
30/05/2009[92]
BVA
1/06/2009[93]
TNS Sofres
2/06/09[94]
OpinionWay
3/06/2009[95]
Ipsos
3/06/2009[96]
TNS Sofres
4/06/2009[97]
CSA
4/06/2009[98]
Ifop
4/06/2009[99]
Ipsos
6/06/09[100]
Lutte ouvrière 2 % 1 % 1,5 % 1,5 % 2,5 % 2,5 % 1,5 % 1,5 % 1 % 1,5 % 1,5 %
NPA 5 % 7 % 7 % 6,5 % 5,5 % 5 % 6,5 % 4,5 % 5 % 5 % 5 %
Front de gauche 6 % 7 % 5,5 % 6 % 6,5 % 6 % 6 % 6,5 % 6 % 6 % 6,5 %
PS 21 % 21 % 21 % 21,5 % 20 % 20 % 21 % 19 % 20 % 20 % 18 %
Europe Écologie 9 % 9,5 % 11 % 11 % 13,5 % 12 % 11 % 15,5 % 11 % 12 % 16,5 %
MoDem 13 % 13 % 12 % 11 % 11 % 12,5 % 11 % 12,5 % 14 % 12 % 8,5 %
UMP et alliés 25 % 27 % 26 % 26 % 27 % 26 % 27 % 27 % 25 % 27,5 % 28,5 %
DLR 1 % 1 % 0,5 % 0,5 % 1 % 0,5 % 1 % 1 % 1 % 1,5 % 1 %
Libertas 6 % 5 % 6 % 4,5 % 4 % 5 % 6 % 4 % 6 % 4,5 % 5 %
FN 8 % 6 % 5,5 % 8,5 % 4 % 6,5 % 5,5 % 5 % 7 % 5,5 % 5,5 %
Autres 4 % 2,5 % 4 % 3 % 5 % 4 % 3,5 % 3,5 % 4 % 4,5 % 2,5 %

Pour connaitre les sondages détaillés par circonscriptions électorales, se référer notamment à une étude de l'institut BVA-Vocalcom en date de juin 2009[101], et à l'analyse de ce sondage[102].

Résultats[modifier | modifier le code]

National[modifier | modifier le code]

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 44 282 823 100,00
Abstentions 26 290 662 59,37
Votants 17 992 161 40,63
Blancs ou nuls 773 547 4,30
Exprimés 17 218 614 95,70
Partis politiques
ou coalitions
Affiliations Voix Sièges obtenus
Parti européen Groupe politique # % +/- # +/-
  Majorité présidentielle
UMP - NC - LGM
PPE PPE 4 799 908 27,88 +11,2 29 en augmentation12
  Parti socialiste PSE S&D 2 838 160 16,48 -12,4 14 en diminution17
  Europe Écologie
Les Verts - R&PS
PVE V/ALE 2 803 759 16,28 +8,9 14 en augmentation8
  Mouvement démocrate PDE ADLE 1 455 841 8,46 -4,1 6 en diminution5
  Front de gauche
PCF - PG - GU
Alliance des outre-mers¹
PGE GUE/NGL 1 041 911

73 110
6,05

0,42
+0,85

-0,18
4

1
en augmentation2
  Front national Euronat Non-inscrits 1 091 691 6,34 -3,5 3 en diminution4
  Nouveau Parti anticapitaliste GACE - 840 833 4,88 - 0 -
  Libertas
MPF - CPNT
Libertas ELD 826 357 4,80 -3,6 1 en diminution2
  Alliance écologiste indépendante
MEI - GE - FEA
- - 625 375 3,63 +1,7 0 -
  Debout la République EUD - 304 585 1,77 - 0 -
  Lutte ouvrière - - 205 975 1,20 - 0 -
  Autres - - 311 109 1,81 -4,2 0 -

¹ : L'Alliance des outre-mers, liste unitaire rassemblant des partis de la gauche antilibérale ultramarine (Parti communiste réunionnais, Rassemblement démocratique martiniquais, entre autres), ne se présentait que dans la circonscription Outre-Mer. Elle a reçu le soutien explicite du Front de gauche, qui ne présentait à l'inverse des listes qu'en Métropole.


Répartition partisane des députés français élus[103]
Parti français Députés Parti européen Groupe parlementaire
Union pour un mouvement populaire
29
Parti populaire européen PPE
Parti socialiste
14
Parti socialiste européen S&D
Les Verts
12
Parti vert européen Verts/ALE
Mouvement démocrate
6
Parti démocrate européen ADLE et Verts/ALE
Parti communiste français
4
Parti de la gauche européenne GUE/NGL
Front national
3
Euronat Non-inscrits
Régions et peuples solidaires
2
Alliance libre européenne Verts/ALE
Mouvement pour la France
1
Libertas ELD
Parti communiste réunionnais
1
Parti de la gauche européenne GUE/NGL
Total
72

Par circonscription[modifier | modifier le code]

Circonscription Nord-Ouest[modifier | modifier le code]

Article connexe : Circonscription Nord-Ouest.

18 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[104] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 6 568 936 100,00
Abstentions 3 954 989 60,21
Votants 2 613 947 39,79
Blancs ou nuls 129 807 1,98 4,97
Exprimés 2 484 140 37,82 95,03
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Dominique Riquet Majorité présidentielle 601 556 24,22 4
Gilles Pargneaux Parti socialiste 449 533 18,10 2
Hélène Flautre Europe Écologie 300 579 12,10 1
Marine Le Pen Front national 253 009 10,18 1
Corinne Lepage Mouvement démocrate 215 482 8,67 1
Jacky Hénin Front de gauche 169 813 6,84 1
Christine Poupin Nouveau Parti anticapitaliste 143 967 5,80 0
Frédéric Nihous Libertas 105 753 4,26 0
Bernard Frau Alliance écologiste indépendante 88 494 3,56 0
Thierry Grégoire Debout la République 59 525 2,40 0
Éric Pecqueur Lutte ouvrière 51 767 2,08 0
Carl Lang Parti de la France 37 689 1,52 0
Jacques Borie Europe Démocratie Espéranto 4 680 0,19 0
Louis-Daniel Gourmelen Communistes 607 0,02 0
Virginie Verhassel Europe décroissance 592 0,02 0
Dominique Fachon Centre national des indépendants et paysans 455 0,02 0
Martine Audo Union des gens 421 0,02 0
Jean-Michel Vernochet Rassemblement pour l'initiative citoyenne 218 0,01 0
Liste Élu Groupe au Parlement
Majorité présidentielle Dominique Riquet
Tokia Saïfi
Jean-Paul Gauzès
Pascale Gruny
PPE
Parti socialiste Gilles Pargneaux
Estelle Grelier
S&D
Europe Écologie Hélène Flautre V/ALE
Front national Marine Le Pen Non-inscrits
Mouvement démocrate Corinne Lepage ADLE
Front de gauche Jacky Hénin GUE/NGL

Circonscription Ouest[modifier | modifier le code]

Article connexe : Circonscription Ouest.

20 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[105] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 6 177 375 100,00
Abstentions 3 560 381 57,64
Votants 2 616 994 42,36
Blancs ou nuls 110 300 1,79 4,21
Exprimés 2 506 694 40,58 95,79
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Christophe Béchu Majorité présidentielle 680 829 27,16 3
Bernadette Vergnaud Parti socialiste 433 309 17,29 2
Yannick Jadot Europe Écologie 417 449 16,65 2
Philippe de Villiers Libertas 257 437 10,27 1
Sylvie Goulard Mouvement démocrate 212 524 8,48 1
Laurence de Bouard Nouveau Parti anticapitaliste 128 641 5,13 0
Jacques Généreux Front de gauche 114 755 4,58 0
Eva Roy Alliance écologiste indépendante 93 391 3,73 0
Brigitte Neveux Front national 76 645 3,06 0
Émile Granville Parti breton 32 805 1,31 0
Valérie Hamon Lutte ouvrière 31 284 1,25 0
Christian Lechevalier Debout la République 14 748 0,59 0
Louis-Marie Bachelot Alternative libérale 4 371 0,17 0
Bert Horst Schumann Europe Démocratie Espéranto 4 215 0,17 0
Thierry Brulavoine Europe décroissance 1 374 0,05 0
Jean-Philippe Chauvin Alliance royale 967 0,04 0
Gilles Helgen Rassemblement pour l'initiative citoyenne 581 0,02 0
Chantal Girardin Communistes 518 0,02 0
Christophe Dupas Union des gens 494 0,02 0
Bruno Blossier Newropeans 357 0,01 0
Liste Élu Groupe au Parlement
Majorité présidentielle Christophe Béchu
Élisabeth Morin-Chartier
Alain Cadec
PPE
Parti socialiste Bernadette Vergnaud
Stéphane Le Foll
S&D
Europe Écologie Yannick Jadot
Nicole Kiil-Nielsen
V/ALE
Libertas Philippe de Villiers ELD
Mouvement démocrate Sylvie Goulard ADLE

Circonscription Est[modifier | modifier le code]

Article connexe : Circonscription Est.

19 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[106] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 5 854 557 100,00
Abstentions 3 565 336 60,90
Votants 2 289 221 39,10
Blancs ou nuls 114 320 1,95 4,99
Exprimés 2 174 901 37,15 95,01
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Joseph Daul Majorité présidentielle 635 016 29,20 4
Catherine Trautmann Parti socialiste 374 971 17,24 2
Sandrine Bélier Europe Écologie 310 620 14,28 1
Jean-François Kahn Mouvement démocrate 205 256 9,44 1
Bruno Gollnisch Front national 164 672 7,57 1
Yvan Zimmermann Nouveau Parti anticapitaliste 122 767 5,64 0
Antoine Waechter Alliance écologiste indépendante 92 613 4,26 0
Christophe Beaudouin Libertas 89 127 4,10 0
Hélène Franco Front de gauche 84 632 3,89 0
Jean-Pierre Gérard Debout la République 50 698 2,33 0
Claire Rocher Lutte ouvrière 31 848 1,46 0
Christian Braga Alternative libérale 5 721 0,26 0
Fabien Tschudy Europe Démocratie Espéranto 4 325 0,20 0
Catherine Bahl Europe décroissance 941 0,04 0
Sandrine Pico Alliance royale 749 0,03 0
Thomas Cuerq Rassemblement pour l'initiative citoyenne 358 0,02 0
François Guérin Newropeans 307 0,01 0
Antonio Sanchez Communistes 198 0,01 0
Marie-Laurence Chanut Parti humaniste 82 0,00 0
Liste Élu Groupe au Parlement
Majorité présidentielle Joseph Daul
Véronique Mathieu
Arnaud Danjean
Michèle Striffler
PPE
Parti socialiste Catherine Trautmann
Liêm Hoang-Ngoc
S&D
Europe Écologie Sandrine Bélier V/ALE
Mouvement démocrate Nathalie Griesbeck[107] ADLE
Front national Bruno Gollnisch Non-inscrits

Circonscription Sud-Ouest[modifier | modifier le code]

Article connexe : Circonscription Sud-Ouest.

24 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[108] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 6 200 794 100,00
Abstentions 3 441 245 55,50
Votants 2 759 549 44,50
Blancs ou nuls 134 474 2,17 4,87
Exprimés 2 625 075 42,33 95,13
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Dominique Baudis Majorité présidentielle 705 900 26,89 4
Kader Arif Parti socialiste 465 076 17,72 2
José Bové Europe Écologie 415 457 15,83 2
Robert Rochefort Mouvement démocrate 225 917 8,61 1
Jean-Luc Mélenchon Front de gauche 214 079 8,16 1
Louis Aliot Front national 155 806 5,94 0
Myriam Martin Nouveau Parti anticapitaliste 147 422 5,62 0
Patrice Drevet Alliance écologiste indépendante 111 313 4,24 0
Eddie Puyjalon Libertas 80 274 3,06 0
Henri Temple Debout la République 33 656 1,28 0
Sandra Torremocha Lutte ouvrière 26 760 1,02 0
Jean-Claude Martinez L'Europe de la vie ! 24 070 0,92 0
Ixabel Echeverria Euskal Herriaren Alde 5 771 0,22 0
Jean Tellechea Euskadi Europan (Parti nationaliste basque) 4 201 0,16 0
Raymond Faura Europe Démocratie Espéranto 3 975 0,15 0
Douce de Franclieu Alternative libérale 3 434 0,13 0
Sylvie Barbe Europe décroissance 827 0,03 0
David Carayol Newropeans 371 0,01 0
Jean-Jacques Fanchtein Pouvoir d'achat - Chômage - Taxes - Immigration - Insécurité - Patrons voyous - Casse du service public. Où est la rupture ? Stop ! 266 0,01 0
Vincent Jacob Union des gens 232 0,01 0
Robert Raich Parti humaniste 102 0,00 0
Alain Terrien Rassemblement pour l'initiative citoyenne 93 0,00 0
Yves Gras Communistes 57 0,00 0
Pierre Dulong Centre national des indépendants et paysans 16 0,00 0
Liste Élu Groupe au Parlement
Majorité présidentielle Dominique Baudis
Christine de Veyrac
Alain Lamassoure
Marie-Thérèse Sanchez-Schmid
PPE
Parti socialiste Kader Arif
Françoise Castex
S&D
Europe Écologie José Bové
Catherine Grèze
V/ALE
Mouvement démocrate Robert Rochefort ADLE
Front de gauche Jean-Luc Mélenchon GUE/NGL

Circonscription Sud-Est[modifier | modifier le code]

Article connexe : Circonscription Sud-Est.

21 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[109] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 7 679 850 100,00
Abstentions 4 635 847 60,36
Votants 3 044 003 39,64
Blancs ou nuls 104 364 1,36 3,43
Exprimés 2 939 639 38,28 96,57
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Françoise Grossetête Majorité présidentielle 862 556 29,34 5
Michèle Rivasi Europe Écologie 537 151 18,27 3
Vincent Peillon Parti socialiste 426 043 14,49 2
Jean-Marie Le Pen Front national 249 695 8,49 1
Jean-Luc Bennahmias Mouvement démocrate 216 630 7,37 1
Marie-Christine Vergiat Front de gauche 173 576 5,90 1
Raoul-Marc Jennar Nouveau Parti anticapitaliste 127 420 4,33 0
Patrick Louis Libertas 126 219 4,29 0
Francis Lalanne Alliance écologiste indépendante 110 109 3,75 0
Michèle Vianès Debout la République 58 394 1,99 0
Nathalie Arthaud Lutte ouvrière 24 727 0,84 0
Victor-Hugo Espinosa Résistances 14 521 0,49 0
Christian Garino Europe Démocratie Espéranto 4 286 0,15 0
Matthieu Chauvin Solidarité - Liberté, justice et paix 4 270 0,15 0
Annie Vital Europe Décroissance 1 110 0,04 0
Jacques Gautron Alternative libérale 626 0,02 0
Jérôme Médeville Union des Gens 617 0,02 0
Dominique Hamel Alliance royale 606 0,02 0
Christophe Ricerchi Communistes 593 0,02 0
Daniel Dufreney Centre national des indépendants et paysans 354 0,01 0
Philippe Bariol Parti humaniste 136 0,00 0
Liste Élu Groupe au Parlement
Majorité présidentielle Françoise Grossetête
Damien Abad
Dominique Vlasto
Michel Dantin[110]
Gaston Franco
PPE
Europe Écologie Michèle Rivasi
François Alfonsi
Malika Benarab-Attou
V/ALE
Parti socialiste Vincent Peillon
Sylvie Guillaume
S&D
Mouvement démocrate Jean-Luc Bennahmias ADLE
Front de gauche Marie-Christine Vergiat GUE/NGL
Front national Jean-Marie Le Pen Non-inscrits

Circonscription Massif central-Centre[modifier | modifier le code]

20 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[111] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 3 342 417 100,00
Abstentions 1 919 670 57,43
Votants 1 422 747 42,57
Blancs ou nuls 80 498 2,41 5,66
Exprimés 1 342 249 40,16 94,34
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Jean-Pierre Audy Majorité présidentielle 382 632 28,51 3
Henri Weber Parti socialiste 238 806 17,79 1
Jean-Paul Besset Europe Écologie 182 311 13,58 1
Jean-Marie Beaupuy Mouvement démocrate 109 369 8,15 0
Marie-France Beaufils Front de gauche 108 194 8,06 0
Christian Nguyen Nouveau Parti anticapitaliste 73 162 5,45 0
Patrick Bourson Front national 68 665 5,12 0
Véronique Goncalvès Libertas 65 718 4,90 0
Michel Fabre Alliance écologiste indépendante 46 351 3,45 0
Jean Verdon Parti de la France 25 294 1,88 0
Jean Barrat Debout la République 19 231 1,43 0
Marie Savre Lutte ouvrière 18 841 1,40 0
Farhad Daneshmand Europe Démocratie Espéranto 2 633 0,20 0
Philippe Micaelli Newropeans 230 0,02 0
Jean-Pierre Baron Union des gens 229 0,02 0
Robert de Prévoisin Alliance royale 228 0,02 0
Aline Pornet Communistes 185 0,01 0
Thérèse Neroud Parti humaniste 97 0,01 0
Jacques-Henri Daudon Rassemblement pour l'initiative citoyenne 49 0,00 0
Nicole Pradalier Programme contre la précarité et le sexisme 24 0,00 0
Liste Élu Groupe au Parlement
Majorité présidentielle Jean-Pierre Audy
Sophie Briard-Auconie
Brice Hortefeux[112]
PPE
Europe Écologie Jean-Paul Besset V/ALE
Parti socialiste Henri Weber S&D

Circonscription Île-de-France[modifier | modifier le code]

Article connexe : Circonscription Île-de-France.

27 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[113] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 6 823 189 100,00
Abstentions 3 953 113 57,94
Votants 2 870 076 42,06
Blancs ou nuls 71 956 1,05 2,51
Exprimés 2 798 120 41,01 97,49
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Michel Barnier Majorité présidentielle 828 172 29,60 5
Daniel Cohn-Bendit Europe Écologie 583 690 20,86 4
Harlem Désir Parti socialiste 379 908 13,58 2
Marielle de Sarnez Mouvement démocrate 238 341 8,52 1
Patrick Le Hyaric Front de gauche 176 862 6,32 1
Jean-Michel Dubois Front national 123 199 4,40 0
Omar Slaouti Nouveau Parti anticapitaliste 97 454 3,48 0
Jérôme Rivière Libertas 91 814 3,28 0
Jean-Marc Governatori Alliance écologiste indépendante 83 009 2,97 0
Jean-Pierre Enjalbert Debout la République 68 333 2,44 0
Dieudonné M'bala M'bala Liste antisioniste 36 374 1,30 0
Françoise Castany La Terre, sinon rien 28 768 1,03 0
Jean-Pierre Mercier Lutte ouvrière 20 748 0,74 0
Annick du Roscoät Centre national des indépendants et paysans 11 700 0,42 0
Jean-Marie Julia Pour une France et une Europe plus fraternelles 6 529 0,23 0
Axel de Boer Solidarité-France 4 386 0,16 0
Farid Ghehiouèche Cannabis sans frontières 4 015 0,14 0
Élisabeth Barbay Europe démocratie espéranto 3 294 0,12 0
Sabine Herold Alternative libérale 2 792 0,10 0
André Locussol Citoyenneté culture européennes 1 758 0,06 0
Patrick Cosseron de Villenoisy Alliance royale 1 317 0,05 0
Gaspard Delanoë Parti faire un tour 1 197 0,04 0
Marianne Ranke-Cormier Newropeans 1 058 0,04 0
Rolande Perlican Communistes 1 050 0,04 0
Jean-Luc Pasquinet Parti pour la décroissance 1 015 0,04 0
Alain Mourguy Union des gens 755 0,03 0
Alain Ducq Parti humaniste 582 0,02 0
Liste Élu Groupe au Parlement
Majorité présidentielle Michel Barnier
Rachida Dati
Jean-Marie Cavada
Marielle Gallo
Philippe Juvin
PPE
Europe Écologie Daniel Cohn-Bendit
Eva Joly
Pascal Canfin
Karima Delli
V/ALE
Parti socialiste Harlem Désir
Pervenche Berès
S&D
Mouvement démocrate Marielle de Sarnez ADLE
Front de gauche Patrick Le Hyaric GUE/NGL

Circonscription Outre-Mer[modifier | modifier le code]

Article connexe : Circonscription Outre-Mer.

11 listes ont été déposées dans cette circonscription, les résultats sont les suivants[114] :

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 1 635 705 100,00
Abstentions 1 260 081 77,04
Votants 375 624 22,96
Blancs ou nuls 27 828 1,70 7,41
Exprimés 347 796 21,26 92,59
Liste conduite par Parti Voix  % exprimés Sièges
Marie-Luce Penchard Majorité présidentielle 103 247 29,69 1
Élie Hoarau Alliance des outre-mers[115] 73 110 21,02 1
Ericka Bareigts Parti socialiste 70 514 20,27 1
Harry Durimel Europe Écologie 56 502 16,25 0
Gino Ponin-Ballom Mouvement démocrate 32 322 9,29 0
Erika Kuttner-Perreau Libertas 10 015 2,88 0
Jacques Étienne Europe Démocratie Espéranto 1 537 0,44 0
Daniel Mugerin Centre national des indépendants et paysans 225 0,06 0
Grégoire Andriantsalama Alliance royale 127 0,04 0
Annie Marciniak Rassemblement pour l'initiative citoyenne 102 0,03 0
Amandine Dalmasso Alliance écologiste indépendante 95 0,03 0

Les députés élus sur les trois listes arrivées en tête ne correspondent pas forcément aux trois têtes de listes en raison du mode particulier de répartition des sièges par section. L'ordre est celui officiel du ministère de l'Intérieur, fonction de l'attribution des sièges :

Section Liste Élu Groupe au Parlement
Atlantique (01) Parti socialiste Patrice Tirolien S&D
Océan Indien (02) Alliance des outre-mers Élie Hoarau GUE/NGL
Pacifique (03) Majorité présidentielle Maurice Ponga PPE

Résultats et conséquences au niveau européen[modifier | modifier le code]

Malgré des résultats serrés en France (UMP 28%, PS + Verts 33%), ces élections, certes marquées d'un fort taux d'abstention dans les pays membres, ont démontré de manière évidente l'échec, voire la sanction populaire des partis de gauche (socialistes, communistes…) et témoigne de la confiance des électeurs envers les partis classés à droite sur l'échiquier politique.

En effet, des cinq grands pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Espagne), les listes de droite (respectivement la CDU, le Parti conservateur, l'UMP, Le Peuple de la liberté et le Parti populaire) sont toutes arrivées en tête des suffrages[116]. Au Royaume-Uni, le parti de Gordon Brown, le Parti travailliste, fait un résultat catastrophique : il ne recueille que 15,31 % des voix[117], en troisième position seulement après les conservateurs et l'UKIP (indépendantistes).

De manière générale, cette élection est un échec cuisant pour l'ensemble de la gauche européenne. Ainsi, les seuls pays où le PSE (socialiste) bat les partis affiliés au PPE (droite) sont Malte (3 députés européens contre 2), le Danemark (également 3 eurodéputés contre 2), la République tchèque (7 contre 2) ; en Suède (5 contre 5), en Estonie (1 contre 1) et en Grèce (8 contre 8), on observe une égalité entre les deux partis majoritaires du Parlement européen.

Même sans les eurodéputés du Parti conservateur britannique (arrivé premier aux suffrages) qui, mené par David Cameron, a décidé de se retirer du PPE auquel il faisait précédemment parti, pour s'allier avec les députés du parti polonais Droit et Justice ainsi que les libéraux tchèques, formant le groupe des Conservateurs et Réformistes européens (CRE), le PPE confirme sa suprématie politique de manière écrasante, et reste, et ce depuis 1999, le premier groupe politique du Parlement avec 267 députés sur 736, loin devant le PSE (159 députés)[116]. Si les députés britanniques ne s'étaient pas détachés du PPE, il aurait atteint 292 eurodéputés.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Liste arrivée en tête dans chaque département en France métropolitaine :
  •      Majorité présidentielle
  •      Parti socialiste
  •      Libertas

Une abstention record[modifier | modifier le code]

On note, comme à chaque élection européenne, une forte abstention. Ainsi, elle passe de 57,24 % à 59,37 % des inscrits, soit une légère augmentation par rapport au scrutin de 2004.

Principaux enseignements du scrutin[modifier | modifier le code]

  • Cette élection marque une nette percée d’Europe Écologie, qui double le résultat des Verts lors du précédent scrutin européen, et talonne ainsi le PS, le dépassant même dans les circonscription Île-de-France et Sud-Est.
  • La majorité présidentielle est en nette progression par rapport à 2004, même si les partis à sensibilité de gauche (PS, Europe Écologie, Front de gauche, NPA, LO), avec 45,31 % des votes, devancent les partis classés à droite de l'échiquier politique (UMP, FN, Libertas, DLR) qui totalisent, quant à eux, 40,78 % des suffrages. À l’inverse, cette élection marque un sérieux revers pour le PS et le MoDem.
  • En termes d’élus, les partis de droite gagnent six sièges, tandis que ceux de gauche en perdent sept et ceux du centre en cèdent cinq (la France a six sièges de moins dans le nouveau Parlement).

Bilan par formation politique et polémiques[modifier | modifier le code]

  • La majorité présidentielle : aucune majorité absolue ne se dégage de ces élections à un seul tour ; les listes de la majorité présidentielle, qui rassemblent l'UMP, le Nouveau Centre et La Gauche moderne, arrivent nettement en tête avec 27,88 % des suffrages exprimés.
Michel Barnier, coordinateur de la campagne nationale de l'UMP.
  • La gauche : le PS s'effondre lors de ces élections et se retrouve en deuxième position, à quasi-égalité avec Europe Écologie, à un cinquième de point et 34 000 voix de différence seulement. Ses homologues européens subissent également des revers électoraux, mais pas de la même ampleur. Le Front de gauche obtient un score légèrement supérieur à celui obtenu par les seules listes du PCF en 2004, et obtient quatre députés (auxquels se rajoute un élu du Parti communiste réunionnais).
  • Le centre : le MoDem fait nettement moins bien que l'UDF en 2004, ou que François Bayrou à l'élection présidentielle de 2007. Il est même dépassé par Europe Écologie, avec laquelle il faisait au moins jeu égal dans les sondages. Ces derniers avaient prévu cette tendance baissière.
  • L'extrême gauche : le récent Nouveau Parti anticapitaliste et Lutte ouvrière réalisent un score cumulé de 6,08 % (6,2 % en métropole[118]), soit la meilleure performance jamais réalisée par l'extrême gauche à l'échelle nationale, hors élections présidentielles. Le NPA obtient la majorité des voix d'extrême gauche, malgré un résultat inférieur à ce que prédisaient certains sondages, et n'obtient aucun député, tout comme LO qui réalise 1,20 % des suffrages exprimés.
  • Les autres droites : les partis gaullistes, souverainistes ou nationalistes, tels que Debout la République, le Mouvement pour la France, le Front national et le Parti de la France sont en net recul, à 12,91 % en cumulé, passant de dix à quatre sièges, dont trois pour le FN. Le MPF, allié à CPNT sous la bannière Libertas, ne parvient pas à réitérer le score surprise de 1999, lorsqu'il s'était allié avec Charles Pasqua. Le parti frontiste perd également quelques points ; la scission menée par Carl Lang et Jean-Claude Martinez ne l'empêche pas pour autant de faire réélire Marine Le Pen dans le Nord-Ouest, où elle dépasse la barre symbolique des 10 %, mais l'empêche de renouveler son siège dans le Sud-Ouest. DLR, la jeune formation républicaine et gaulliste du député Nicolas Dupont-Aignan, obtient près de 2 % des voix.
Daniel Cohn-Bendit avant un meeting d'Europe Écologie, en juin 2009.
  • Les autres écologistes : l'Alliance écologiste indépendante, avec plus de 3,6 % des voix, arrive en 9e position, ce qui constitue une relative surprise. L'ensemble des voix écologistes représente donc près de 20 % des suffrages exprimés.
  • Polémiques :
    • Le film Home, un documentaire engagé écologiste, a été diffusé sur France 2 le , soit deux jours avant le scrutin, et a obtenu un succès d’audience[119],[120]. Le FN et des candidats du MoDem ont évoqué la possibilité que le documentaire fût responsable du succès d’Europe Écologie[121]. France 2 a néanmoins rappelé que la date de diffusion du film a été choisie en fonction de celle de la journée mondiale de l'environnement et a été décidée bien avant celle de l’élection européenne[122]. De plus, un sondage TNS Sofres réalisé les 3 et 4 juin, avant la diffusion du film, montrait déjà Europe Écologie créditée de 15,5 % et la tendance baissière du MoDem[97].
    • Les partis minoritaires (Front de gauche, DLR, NPA, Libertas, FN…) estiment qu'ils ont été étouffés médiatiquement et volontairement, par les quatre principaux partis et les médias, par une absence de campagne et de débat[123].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 6 juin en Polynésie française, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin.
  2. En réalité, le traité de Lisbonne, ratifié tardivement, en novembre 2009, donne deux députés de plus à la France. Ceux-ci auraient dû être désignés par l'Assemblée nationale en janvier 2010, mais le Gouvernement a reporté cette élection sine die, étant donné l'opposition certaine du Parlement européen à cette procédure controversée.
  3. « UMP en tête, Verts et PS à égalité, MoDem distancé », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 1 janvier 2014)
  4. En attendant la mise en œuvre, le cas échéant, du rapport (Communiqué sur le site du parlement européen) d'Alain Lamassoure (PPE-DE, FR) et d'Adrian Severin (PSE, RO) qui a été adopté jeudi 11 octobre par 378 voix pour, 154 contre et 109 abstentions (et qui prévoyait un total de 74 députés pour la France).
  5. NET-IRIS:Organisation de l'élection des députés européens le 7 juin 2009
  6. JO Sénat du 18/09/2008 - page 1855
  7. Communiqué sur le site du Parlement européen
  8. La mise en œuvre de cette disposition, créant deux députés observateurs, a été problématique en France et leur élection indirecte, prévue par le Gouvernement, a été annulée sine die.
  9. Loi n° 77-729 du 7 juillet 1977 relative à l'élection des représentants au Parlement européen, version consolidée au 22 février 2007.
  10. Décret n° 2009-456 du 23 avril 2009 portant convocation des électeurs pour l'élection des représentants au Parlement européen
  11. LOI n° 2003-327 du 11 avril 2003 relative à l'élection des conseillers régionaux et des représentants au Parlement européen ainsi qu'à l'aide publique aux partis politiques (1), Journal officiel du 12 avril 2003.
  12. Selon les dispositions prévues par la loi n° 2007-224 du 21 février 2007 : « La circonscription outre-mer est constituée de trois sections. Chaque liste présentée dans cette circonscription comporte au moins un candidat par section. [Un] décret […] répartit les sièges de la circonscription outre-mer entre les trois sections. Les sections sont délimitées comme suit :
    • 1° Section Atlantique : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon ;
    • 2° Section océan Indien : Mayotte, La Réunion ;
    • 3° Section Pacifique : Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna. »
    Les sièges attribués dans la circonscription à chacune des listes en application de l'article 3 [de la loi] sont ensuite répartis entre sections, dans l'ordre décroissant des voix obtenues par chacune des listes. En cas d'égalité des suffrages, la liste dont la moyenne d'âge est la plus élevée est placée en tête dans l'ordre de répartition des sièges. Les sièges attribués à la liste arrivée en tête dans la circonscription en application de l'article 3 sont répartis entre les sections qui la composent au prorata du pourcentage des suffrages exprimés obtenus par la liste dans chaque section. Cette attribution opérée, les sièges restant à attribuer sont répartis entre les sections selon la règle de la plus forte moyenne. Si plusieurs sections ont la même moyenne pour l'attribution du dernier siège, celui-ci revient à la section qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages. En cas d'égalité de suffrages, le siège est attribué à la section dont le candidat susceptible d'être proclamé élu est le plus âgé. Pour les listes suivantes, la répartition des sièges entre sections est faite de façon analogue, dans la limite du nombre de sièges par section. Lorsque les sièges d'une section sont intégralement pourvus, la répartition des sièges suivants est faite dans les sections disposant de sièges à pourvoir. Les sièges sont attribués aux candidats dans l'ordre de présentation sur chaque section.
  13. Outre le « non » irlandais, toujours problématique, la République tchèque n'avait pas commencé la procédure de ratification en novembre 2008 et son gouvernement a été renversé en mars 2009, ce qui ne permet pas la mise en œuvre des dispositions de ce traité à temps pour cette élection.
  14. Toutefois, dans ses conclusions, le Conseil européen de décembre 2008 préconise un nombre différent de députés dans le cas où le traité de Lisbonne serait ratifié après les élections de juin 2009, portant le nombre total de députés européens à 754, afin de permettre l'augmentation prévue par ce traité (qui plafonne ce nombre à 750 sans compter le président du Parlement). Si cette disposition est adoptée, pendant une partie de la législature, de 2010 à 2014, le nombre de députés accordés à la France pourrait être de 74. Cette différence de 3 entre 754 et 751 résulte de l'élection de 3 députés allemands en surnombre qui demeureront élus même si l'Allemagne doit perdre trois députés selon le traité de Lisbonne.
  15. 3 députés l'ont quittée en janvier 2008 pour former la délégation de l'Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe de Jean-Marie Cavada, ELDR depuis avril 2008. Jean-Luc Bennahmias (MoDem) fait partie du groupe des Verts avec lesquels il a été élu.
  16. Le Conseil d'État a invalidé une liste en raison du non-respect de la règle de la parité : le Rassemblement pour l'initiative citoyenne (RIC) en Île-de-France, avec une liste qui comprenait 14 candidats et 12 candidates. Source : Le Monde du 29 mai 2009, p. 11
  17. Communistes, Conseil national du 4 avril 2009
  18. Le Monde du 9 avril 2009, décision du Comité directeur du PRG.
  19. Le Figaro du 28 mai 2009, « Le PRG, fantôme des européennes, appelle à voter blanc », p. 6.
  20. « Pourquoi le MRC n’a pas rejoint le Front de gauche », Marianne,‎ (consulté le 27 mars 2009)
  21. Annonce sur le site du MEI
  22. Site du mouvement
  23. Site du mouvement
  24. www.bozkaabertzale.eu
  25. www.eitb.com
  26. www.eaj-pnb.eu
  27. Le Figaro, 26 décembre 2008
  28. Le Figaro, 17 janvier 2009
  29. Tracts de l'UMP
  30. Annonce sur le site d'AL
  31. « Alternative Libérale reçoit le soutien de l'ELDR », site d'AL, 6 mai 2009
  32. Le Monde, 1er avril 2009
  33. Annonce sur le site du MPF
  34. Site de l'AR
  35. Annonce sur le site de Solidarité France
  36. Site de campagne d'EDE
  37. Le site de Newropeans
  38. Site du RIC
  39. Résistances, un nouveau mouvement politique emmené par Daniel Richard
  40. Site de Cannabis sans frontière
  41. Site de l'Union des gens
  42. http://elections.interieur.gouv.fr/04/C04.html
  43. L'occasion de se "défouler" ?
  44. site officiel du P.F.T.
  45. Présentation de la liste Citoyenneté et Culture européenne
  46. France et Europe plus fraternelles
  47. Blog du « mouvement »
  48. « Daniel Cohn-Bendit lance Europe-Écologie », Ouest-France,‎
  49. Communiqué publié le 21 janvier 2009 sur le site officiel d'Europe Écologie - site consulté le 24/01/2009
  50. NouvelObs.com, 24 janvier 2009
  51. News Yahoo, 27 janvier 2009
  52. Le Figaro, 5 février 2009
  53. Présentation des listes sur le site de DLR
  54. « Les socialistes affichent leur unité pour les élections européennes »,‎ (consulté le 28 février 2009)
  55. « Parfum printanier autour des listes européennes du PS », Puzzle socialiste,‎ (consulté le 1 mars 2009)
  56. Annonce sur le site de EDE
  57. « Européennes : Le Pen lance la campagne du FN », Le Figaro, . Consulté le 19 mars 2009.
  58. Sébastien Crépel, « Le Front de gauche boucle ses listes », L'Humanité,‎
  59. Le Monde du 22 avril 2009, p. 11.
  60. http://www.partihumaniste.fr/actualitesph/2009/20090501_Candidature.phtml
  61. [PDF] « Les intentions de vote aux élections européennes de juin 2009 - résultats détaillés » sur le site de l'Ifop, décembre 2008
  62. [PDF] « Les intentions de vote aux élections européennes de juin 2009 - résultats détaillés » sur le site de l'Ifop, février 2009
  63. « Européennes: la gauche moins démobilisée que la droite » sur le site d'Ipsos, mars 2009
  64. [PDF] « Intentions de vote dans la perspective des élections européennes » sur le site du groupe CSA, avril 2009
  65. [PDF] Le Politoscope - Troisième saison - Vague 30 sur le site du Figaro, avril 2009
  66. [PDF] « Les intentions de vote aux élections européennes de juin 2009 - résultats détaillés » sur le site de l'Ifop, avril 2009
  67. « Européennes : l’opinion publique n’est pas encore en campagne » sur le site d'Ipsos, mai 2009
  68. [PDF] « Les intentions de vote aux élections européennes de juin 2009 » sur le site de l'Ifop, mai 2009
  69. [PDF] « Les intentions de vote des catholiques pour les élections européennes » sur le site de l'Ifop, mai 2009
  70. Liste commune LO-LCR
  71. Listes d'union du PCF, du PG, de la GU, d'ADS-CAP, de République et Socialisme et du M'PEP.
  72. Liste PCF
  73. Listes d'union des Verts et de plusieurs groupements ou personnalités écologistes comme Daniel Cohn-Bendit et José Bové
  74. Liste Les Verts
  75. Addition des voix des listes UDF et Cap21
  76. Notamment le Nouveau Centre, le Parti radical, La Gauche moderne, les Progressistes et le Forum des républicains sociaux
  77. Listes d'union du Mouvement pour la France et de Chasse, pêche, nature et traditions
  78. Addition des voix des listes MPF et CPNT
  79. Notamment les listes de l'Alliance écologiste indépendante, du Parti de la France, du CNI et d'Alternative libérale.
  80. [PDF] « Baromètre OpinionWay Fiducial des élections européennes pour TF1, LCI, Le Figaro et RTL » sur le site du Figaro, 19 mai 2009
  81. [PDF] « Les Français, les droits des consammateurs et les élections européennes » sur le site du groupe CSA, mai 2009
  82. [PDF] « Questions d’actualité : les élections européennes » sur le site de Viavoice, mai 2009
  83. « Européennes : des intentions de vote favorables à la gauche, mais pas au PS » sur le site d'Ipsos, mai 2009
  84. [PDF] « Baromètre OpinionWay Fiducial des élections européennes pour TF1, LCI, Le Figaro et RTL » sur le site d'OpinionWay, mai 2009
  85. [PDF] « Intentions de vote dans la perspective des élections européennes » sur le site du groupe CSA, mai 2009
  86. « Européennes 2009 : l’abstention largement en tête » sur le site d'Ipsos, mai 2009
  87. « Européennes 2009 : Intentions de vote - vague 1 » sur le site de TNS Sofres, mai 2009
  88. [PDF] « Baromètre OpinionWay Fiducial des élections européennes pour TF1, LCI, Le Figaro et RTL » sur le site du Figaro, mai 2009
  89. « Européennes 2009 : Intentions de vote - vague 2 » sur le site de TNS Sofres, mai 2009
  90. [PDF] « Intentions de vote dans la perspective des élections européennes » sur le site du groupe CSA, mai 2009
  91. [PDF] « Les intentions de vote aux élections européennes de juin 2009 » sur le site de l'Ifop, juin 2009
  92. « Européennes : léger sursaut de mobilisation qui profite au Parti Socialiste » sur le site d'Ipsos, juin 2009
  93. [PDF] « Les élections européennes : au niveau national et dans chaque eurorégion » sur le site de BVA, juin 2009
  94. « Européennes 2009 : Intentions de vote - vague 3 » sur le site de TNS Sofres, juin 2009
  95. [PDF] « Baromètre OpinionWay Fiducial des élections européennes pour TF1, LCI, Le Figaro et RTL - vague 5 » sur le site du Figaro, juin 2009
  96. « Européennes : l’UMP solidement en tête, suspens pour les 3ème et 5ème places » sur le site d'Ipsos, juin 2009
  97. a et b « Européennes 2009 : Intentions de vote - vague 3 » sur le site de TNS Sofres, juin 2009
  98. [PDF] « Intentions de vote dans la perspective des élections européennes - vague 5 » sur le site du groupe CSA, mai 2009
  99. « Européennes : Verts et MoDem au coude-à-coude à 12 % » sur le site de Paris Match, juin 2009
  100. [PDF] « Européennes 09 : le sondage interdit » sur le site d'Ipsos, juin 2009
  101. Publié par presseregionale.fr
  102. Publiée par la rédaction du Monde
  103. « Élection européenne 2009 » (consulté le 1 janvier 2014)
  104. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Nord-Ouest sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  105. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Ouest sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  106. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Est sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  107. Jean-François Kahn, tête de liste du MoDem, s'est retiré au profit de la n°2 et députée sortante.
  108. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Sud-Ouest sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  109. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Sud-Est sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  110. Michel Dantin remplace Nora Berra, nommée secrétaire d'État aux Aînés
  111. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Massif central-Centre sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  112. Catherine Soullie remplace Brice Hortefeux, qui a renoncé à siéger
  113. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Île-de-France sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  114. Élections européennes de 2009 en France - résultats dans la circonscription Outre-mer sur le site du ministère de l'Intérieur - étiquettes détaillées sur France-politique.fr
  115. Liste « apolitique », bien que soutenue par le Front de gauche
  116. a et b http://www.meax.fr/post/resultats-europeennes-2009.html
  117. http://www.europarl.europa.eu/parliament/archive/elections2009/fr/united_kingdom_fr.html#ancre5
  118. Les partis d'extrême gauche ne présentaient pas de listes en outre-mer, considérant qu'il s'agit de « colonies ».
  119. « Home a réuni plus de 8 millions de téléspectateurs sur France 2 », dépêche AFP, 5 juin 2009
  120. « Audiences : Home sur France 2 bat largement le foot sur TF1 », blog de Jean-Marc Morandini, 6 juin 2009 : « Le documentaire vu du ciel a sensibilisé 8 301 000 téléspectateurs, soit 33 % de part d’audience ».
  121. Pascale Robert-Diard, « Le film “Home”, agent électoral des écologistes ? »], Le Monde, n°20021, 9 juin 2009, p.3
  122. « L’“effet Arthus-Bertrand” a-t-il pesé sur le résultat des européennes ? », dépêche AP, sur le site du Nouvel Observateur, 7 juin 2009
  123. Nicolas Dupont-Aignan dans Mots croisés le 25 mai sur France 2 ; Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen lors du débat du 4 juin sur France 2 ; Philippe de Villiers dans la soirée électorale du 7 juin sur TF1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]