Guémappe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guémappe
La commune, avec au centre l'église Saint-Léger.
La commune, avec au centre l'église Saint-Léger.
Blason de Guémappe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Arras-3
Intercommunalité Communauté urbaine d'Arras
Maire
Mandat
Reynald Roche
2014-2020
Code postal 62128
Code commune 62392
Démographie
Gentilé Gammappois ou Gammappiens
Population
municipale
347 hab. (2014 en diminution de 3,34 % par rapport à 2009)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 15′ 16″ nord, 2° 53′ 24″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 92 m
Superficie 4,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Guémappe

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Guémappe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guémappe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guémappe

Guémappe est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Gammappois ou Gammappiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au sud d'Arras, sur l'axe Arras-Cambrai, à l'intersection avec la départementale 34 et à proximité de l'autoroute A1.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Guémappe
Monchy-le-Preux
Wancourt Guémappe Vis-en-Artois
Héninel Chérisy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentionné sous la forme latinisée Gammapium en 1135. Appartient à la série des « Gamapia » qui ont donné les Gamaches, Jemappes, Jemeppe, etc. L'élément *ap est un thème proto-celtique en rapport avec l'eau comme élément animé. Le premier élément est obscur.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie appartint aux Wancourt et aux Montmorency. Le village fut le théâtre de violents combats en avril 1917 et en août 1918.

Venus du petit port de Grimsby (au nord-est de l’Angleterre) et appartenant au 10e régiment du Lincolnshire, vingt soldats britanniques, foudroyés le 9 avril 1917 et figés coude contre coude dans une ultime danse macabre, ont été inhumés dans une fosse par leurs compagnons d’arme au lieu-dit le Point-du-Jour. Cette étonnante pratique funéraire n’est pas sans rappeler celle de 50 soldats écossais inhumés à Guémappe sur la route de Cambrai, dans leur tranchée « de départ d’assaut » et unis dans la mort, le bras enserrant la taille de leur voisins.

Au-delà de la violence des combats, la fouille d’Arras a montré que des soldats détenaient encore sur eux une trousse d’urgence réglementaire contenant ouate, épingles de sûreté et fiole d’iode. Nombreux portaient le badge de bronze au nom de leur régiment. Enfin, certains possédaient casque et masque à gaz. Trois membres d’une même famille étaient côte à côte.

53 hommes de troupe du Lincolnshire Regiment étaient encore récemment portés disparus ; aujourd’hui, 25 d’entre eux ont été retrouvés. L’identification des corps est rendue particulièrement difficile par le peu d’objets personnels en place ou conservés ; la plupart étaient récupérés avant inhumation et restitués aux familles. De plus, durant la Grande Guerre, les plaques d’identité britanniques étaient en cuir bouilli et ne se sont qu’exceptionnellement conservées. Cependant, deux soldats du Royal Scots Regiment ont été identifiés par la Commonwealth War Graves Commission. Tous ont été inhumés dans le cimetière militaire britannique du Point-du-Jour.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Guémappe dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jacques Tricart    
mars 2008 en cours
(au 16 janvier 2015)
Reynald Roche   Réélu pour le mandat 2014-2020[1],[2],[3],[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2014, la commune comptait 347 habitants[Note 1], en diminution de 3,34 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : +0,78 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305 333 343 347 448 452 461 482 483
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
432 429 464 486 440 433 422 421 398
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
382 368 321 184 223 211 213 222 221
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
260 250 240 248 343 392 360 364 347
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 20 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 13,7 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 16,2 %, 15 à 29 ans = 22,2 %, 30 à 44 ans = 24,3 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 14,6 %).
Pyramide des âges à Guémappe en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
6,3 
75 à 89 ans
5,4 
7,4 
60 à 74 ans
9,2 
24,6 
45 à 59 ans
22,7 
24,0 
30 à 44 ans
24,3 
20,0 
15 à 29 ans
22,2 
17,7 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Guémappe.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’or à la croix de gueules chargée en cœur d’une losange du champ, cantonnée de quatre alérions d’azur

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle est en cours de restauration. Une association, présidée par M. Branly, a acheté pour l'euro symbolique la chapelle de la famille Guémappe. Celle-ci est en cours de restauration.
  • Une église, dédiée à saint Léger, dont les peintures intérieures ont été refaites en 2004.
  • Le monument aux morts.
  • Le Tank Cemetery.
  • Le Guemappe British Cemetery.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le bilan des maires - Guémappe - Reynald Roche : face à une école rénovée, une ancienne ferme à transformer accueillera la future mairie : Reynald Roche a été élu maire en 2008. Élection qui l’a conduit à quitter la présidence du comité des fêtes, commencée en 1991. Entre 2001 et 2008, il était troisième adjoint de Jacques Tricart. La commune de 400 habitants a rejoint, le 1er janvier 2013, la communauté urbaine d’Arras. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  2. « Guémappe : Reynald Roche, réélu par son conseil, s’entoure de trois adjoints », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 16 janvier 2015).
  4. « Guémappe, les projets du maire: «une nouvelle mairie et une vingtaine de maisons» : Reynald Roche est maire de Guémappe depuis 2001. Pour ce deuxième mandat, il fera déménager la nouvelle mairie dans un ancien bâtiment, rue de l’école, et compte sur la construction de nouvelles maisons pour voir la population du village augmenter », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  9. « Évolution et structure de la population à Guémappe en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010)