Hendecourt-lès-Ransart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)
Hendecourt-lès-Ransart
Le monument aux morts devant l'église.
Blason de Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Pierre Barrois
2020-2026
Code postal 62175
Code commune 62425
Démographie
Gentilé Hendecourtois
Population
municipale
137 hab. (2019 en augmentation de 7,03 % par rapport à 2013)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 21″ nord, 2° 43′ 59″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 124 m
Superficie 2,21 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)

Hendecourt-lez-Ransart est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 12 km au sud d'Arras dans la province d'Artois. Perception d'Arras banlieue.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de quatre communes :

Communes limitrophes de Hendecourt-lès-Ransart
Blairville Ficheux
Hendecourt-lès-Ransart
Adinfer Boiry-Sainte-Rictrude

Climat[modifier | modifier le code]

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[1]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[2].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hendecourt-lès-Ransart est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (80,7 %), zones agricoles hétérogènes (19,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hetnanicurtis, nom de lieu formé de Hetna ou Henna, nom d’homme mérovingien, et de Curtis, domaine ; ce nom varia ainsi au fil des ans : Hendecourdelle (1300) ; Hendecourdel (1300, 1380, 1450, 1457, 1552, 1556, 1574, 1578) ; Hendecordel (1338, 1400) ; Hennecourt (1500) ; Hendecordel Le Garland (1565) ; Hennecordel (1723) ; Hendecourt (1804) ; Hendecourt-Lez-Ransart (XIXe siècle et XXe siècle) ; Hendecourt-Les-Ransart (fin XXe siècle).

En français, la préposition « lès » signifie « près de » et permet de signifier la proximité d'un lieu géographique par rapport à un autre lieu. En règle générale, il s'agit d'une localité qui tient à se situer par rapport à une ville voisine plus grande. La commune indique qu'elle se situe près de Ransart.

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie ayant appartenu aux Mailly d’Authuyle dès 1300, elle passa en 1408 par mariage aux Guines de Hames puis vers 1535, également par mariage aux d’Halluin. Antoine d’Halluin vendit cette seigneurie aux Le Sergeant en 1578. Cette dernière famille en prit le nom et la conserva jusqu’en 1878. Elle est aujourd'hui connue sous le nom de « Le Sergeant d'Hendecourt » et subsiste en France et en Belgique. La famille Le Sergeant d'Hendecourt-Gontreuil a pour devise « Sans estre je suis sergeant ».

Le château et sa ferme furent vendus en 1878 aux Diesbach de Belleroche, originaires de Fribourg en Suisse, qui les possèdent encore.

Une petite seigneurie sise à Hendecourdel dépendait également de la commune actuelle. Le 2 avril 1583, est rendue une sentence de noblesse pour Gérard de Vos, seigneur de Beaupré, Hendecourdel, gouverneur et bailli de la principauté d'Épinoy (princes d'Épinoy)[10]. Elle devint ensuite la propriété des Saveuzes qui la vendirent en 1703 aux Le Sergeant qui la réunirent à la principale. Le village a été entièrement détruit en 1914-1918 puis reconstruit. La commune est citée à l’Ordre de l’armée.

Le premier château a probablement été construit vers 1703 par Louis-Joseph Le Sergeant d’Hendecourt sur l’emplacement d’une ancienne demeure. Acquis en 1878 par Frédéric de Diesbach de Belleroche, il a été détruit en 1914-1918 puis rebâti de 1920 à 1929.

Le moulin d’Hendecourt a été démonté en 1912.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 .... François Floride Rohart   premier maire d'Hendecourt
188.. 1901 Frédéric de Diesbach Belleroche[Note 4]    
1901 1908 M. Voyez    
1908 1919 Jean de Diesbach de Belleroche[Note 5]    
1919 1945 Louis de Diesbach de Belleroche AD Député
1946 1953 Hélène de Diesbach de Belleroche[Note 6] SE  
1953 1971 Louis de Diesbach de Belleroche AD  
1971 1995 Stanislas de Diesbach de Belleroche[Note 7] SE  
juin 1995 2008 Nicolas de Diesbach de Belleroche (1966) SE  
2008 En cours
(au 22 mars 2022)
Pierre Barrois SE Formateur au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines
Réélu pour le mandat 2014-2020[11],[12],[13],[14]
Réélu pour le mandat 2020-2026[15],[16]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Hendecourtois et leur nom j'téest peum d'tierre (pommes de terre).

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2019, la commune comptait 137 habitants[Note 8], en augmentation de 7,03 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
128131156194209227243262284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
277280281284292301286251260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
232226217138140131123108123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
126132120118123125128127118
2014 2019 - - - - - - -
134137-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 42,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 17,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 65 hommes pour 71 femmes, soit un taux de 52,21 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,4 
3,1 
75-89 ans
8,3 
10,8 
60-74 ans
11,1 
20,0 
45-59 ans
18,1 
23,1 
30-44 ans
19,4 
23,1 
15-29 ans
20,8 
20,0 
0-14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs d'Hendecourt[modifier | modifier le code]

  • Louis le Sergeant II seigneur de Beaurains, d'Hendecourdel et Oresmaux, bénéficie le de lettres d'anoblissement données à Bruxelles. Il est donc écuyer. Licencié es-lois, avocat au conseil d'Artois, il a été dans le passé échevin d'Arras. Son père Louis Ier et son grand-père Thomas de Douai ont occupé le même poste d'échevin d'Arras, son père l'étant en 1578-1579, pendant les troubles de la ville où il a fidèlement rempli ses obligations. Louis le Sergeant II s'est livré aux études des belles-lettres puis de la philosophie et de la jurisprudence. Il a épousé Jeanne Denis, fille d'Antoine Denis, chevalier, conseiller au conseil privé du roi et au conseil fiscal des finances des Pays-Bas, au conseil d'Artois[24],[25].

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

- Adrien Joseph Le Sergeant d'Hendecourt, baron de Ransart (1699-1759), chevalier d’honneur au Conseil provincial et supérieur d’Artois, membre de l'Académie d’Arras en 1738, et membre du Corps de la noblesse d’Artois en 1750.

- Charles Le Sergeant d'Hendecourt (1810-1872), chef d’escadron au 13e régiment d’artillerie à cheval de la Garde impériale à Douai, officier de la Légion d’honneur, maire d’Hendecourt-lez-Ransart.

- Valentin Dupuis, mort pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

- Pierre-Martin Souillart, originaire d’Hendecourt, soldat au régiment de Rohan vers 1740.

- Pierre-Michel Tarlier, né à Hendecourt en 1740, cuisinier-traiteur de la ville de Douai.

- Pierre-Guislain Théry (1732-1765), d'Hendecourt, dit « Pierre François La Grandeur », tambour dans la Compagnie Dillon du Corps royal d’artillerie.

- Comte Frédéric de Diesbach de Belleroche (1849-1901), engagé aux zouaves pontificaux (1869), brigadier aux volontaires de l'Ouest (1870), campagne de France contre l'Allemagne (1870-1871), capitaine en second au 1er régiment territorial d'artillerie (1885), médaille Bene Merenti, maire d’Hendecourt-lez-Ransart, chevalier du Saint-Sépulcre.

- Louis Le Sergeant d'Hendecourt, directeur de recherche à l'Institut d'astrophysique spatiale du CNRS.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Hendecourt-lès-Ransart Blason
D'azur à trois gerbes de blé d'or liées de gueules[26].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
Il s'agit des armoiries de la famille Le Sergeant d'Hendecourt, lesquelles ont été adoptées par la commune en 1978.

Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. 1849-1901
  5. 1878-1944
  6. née Farges de Rochefort-Sirieyx (1899-1974)
  7. 1924-2008
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-bas, de la Flandre et d'Artois, Douai, (lire en ligne), p. 6.
  11. Timothée Brisson, « Le Bilan des maires - Hendecourt-les-Ransart: La commune a maintenant une école plus grande et accessible : Après deux mandats en tant qu’adjoint, Pierre Barrois devient maire de Hendecourt-lès-Ransart lors des élections de 2008. Après six ans passés à la tête de la commune, il réserve sa décision quant aux prochaines élections », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Hendecourt-les-Ransart : Pierre Barrois réélu maire par le conseil », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  14. Céline Wlodarski, « Hendecourt-lès-Ransart : les projets du maire Pierre Barrois… et leurs limites : La commune de Pierre Barrois, qui enchaîne un deuxième mandat, dispose de moyens limités. Le conseil municipal est désuni, ce qui n’est un secret pour personne. Néanmoins, quelques projets aboutiront peut-être. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Hendecourt-lès-Ransart (62425) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  23. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  24. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 51-52, lire en ligne.
  25. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 213, lire en ligne.
  26. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).