Basilique Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception de Boulogne-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Basilique Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception
Image illustrative de l’article Basilique Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception de Boulogne-sur-Mer
Présentation
Nom local Notre-Dame de Boulogne
Culte Catholique
Dédicataire Notre-Dame de l'Immaculée Conception
Type Basilique mineure (depuis 1879)
Ancienne cathédrale (jusqu'en 1802)
Rattachement Diocèse d'Arras
Début de la construction 1827 (reconstruction)
Fin des travaux 1863
Architecte Benoît-Agathon Haffreingue
Style dominant Architecture néo-classique
Protection Logo monument historique Classée MH (1982)[1]
Site web Paroisse Sainte Marie - Étoile de la mer
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Ville Boulogne-sur-Mer
Coordonnées 50° 43′ 34″ nord, 1° 36′ 54″ est

La basilique Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception de Boulogne-sur-Mer est située dans l'enceinte des remparts de la vieille ville de Boulogne-sur-Mer. Elle est classée au titre des monuments historiques en 1982[1].

La ville fut le siège d'un ancien évêché, dont cette église était la cathédrale, tête du diocèse de Boulogne-sur-Mer ayant existé entre 1566 et 1801 (année pendant laquelle il est dissous pour être intégré en totalité au diocèse d'Arras). Le diocèse de Boulogne correspondait à un territoire s'étendant jusqu'à Étaples, Montreuil, Hesdin, Saint-Pol-sur-Ternoise et Calais.

Important lieu touristique de la ville, la basilique est connue pour son dôme qui surplombe l'agglomération, et pour sa crypte qui est l'une des plus vastes de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dessin de l'ancienne cathédrale gothique vers 1570 par Camille Enlart.

Origine du sanctuaire[modifier | modifier le code]

La tradition relate l'arrivée, en barque, d'une nacelle en bois contenant une statue miraculeuse de la Vierge à l'Enfant, dans l'estuaire de La Liane, en 639. Une chapelle est construite dans la haute ville sur l'emplacement d'un temple romain pour recevoir cette découverte. Cette statue donna naissance à un important culte marial qui trouve tout son développement au Moyen Âge.

L'abbaye de Boulogne, centre de pèlerinage marial au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1090, ce premier sanctuaire fut remplacé par une abbaye. Sainte Ide, épouse du comte de Boulogne, Eustache II et mère de Godefroy de Bouillon, fit édifier une première église en pierre et sa crypte de style roman. Boulogne devint un grand centre de pèlerinage d'un grand rayonnement, il accueillit des rois de France et d'Angleterre, venant vénérer Notre-Dame de Boulogne. De l'affluence des pèlerins, il résulta une abondance de dons qui firent de l'église de Sainte Ide un édifice prestigieux.

Aux XIIIe et XIVe siècles, l'église fut transformée en un édifice de style gothique et fut doté d'un cloître.

En 1308 y fut célébré le mariage entre Édouard II d'Angleterre et Isabelle de France, fille du roi Philippe IV le Bel.

En 1367, le clocher s'effondra. On répara le portail en 1378, puis la flèche en 1390. En , par ses lettres patentes, le roi Louis XI (1423-1483) confirma la protection royale à l'abbaye[2]. En , Louis XI donna à Notre-Dame de Boulogne la suzeraineté du comté de Boulogne[3],[4].

Elle fut saccagée une première fois pendant le siège de la ville par les Anglais (1544-1550) : la chapelle Notre-Dame s'effondra.

L'église abbatiale devient cathédrale au XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Après la destruction de la ville de Thérouanne par les troupes de Charles Quint en 1553, son siège épiscopal fut déplacé à Boulogne-sur-Mer. Les guerres de religions dégradèrent une seconde fois la cathédrale.

Le , la statue de Notre-Dame de Boulogne, disparue pendant les sacs des Huguenots, fut retrouvée ; après examen et confirmation de la Sorbonne, il fut décidé de la retailler pour faire disparaître les marques de profanation (elle sera replacée dans la cathédrale en 1630). La même année furent posées deux verrières de Jean Meurin dessinées par Jean Lelleu. En 1630, la cathédrale fut rénovée et la statue remise en place. En 1666, Louis XIV fit don d'un jubé œuvre du sculpteur Bernin.

De 1771 à 1784, 17 chapelles furent construites selon les plans de Giraud Sannier.

Le diocèse de Boulogne fut supprimé à la Révolution française. En 1793, les révolutionnaires brûlèrent la relique. Deux fragments furent sauvés et sont aujourd'hui conservés dans la basilique, dans deux reliquaires. Devenu bien national, la cathédrale de Boulogne fut vendue et par la suite détruite en 1798.

La construction d'une nouvelle église au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1802, le diocèse de Boulogne-sur-Mer est dissous et intégré au diocèse d'Arras. En 1803, l'ancienne chapelle des Sœurs de l'Annonciade est rouverte pour abriter une nouvelle statue La Vierge au bateau.

En 1820, Mgr Haffreingue racheta les ruines encore debout et mit tout en œuvre à partir de 1827 pour reconstruire l'édifice, effectuant lui-même les plans et dirigeant les travaux de 1827 à 1857.

L'esthétique du nouvel édifice puise sa source dans le style néoclassique, très prisé au début du XIXe siècle ; l'édifice se distingue notamment par le très haut dôme (environ 100 mètres) qui domine ses parties orientales.

En 1863, le dôme est terminé et, le , Mgr Régnier, archevêque de Cambrai consacre la nouvelle cathédrale. De 1863 à 1865, les chapelles sont décorées de fresques de Charles Soulacroix.

En 1879, le pape Léon XIII élève l'église à la dignité de basilique mineure. En 1884, des sculptures de Constant Laurent décorent le tympan. En , le pape Léon XIII autorise le couronnement solennel de Notre-Dame de Boulogne. La célébration de la fête a lieu le dimanche suivant, sous la présidence de Mgr di Rende, nonce apostolique. Douze archevêques et évêques, invités par Mgr Dennel, évêque d'Arras, assistent à cette cérémonie imposante. La date choisie coïncide avec le centième anniversaire de la naissance de Mgr Benoît-Agathon Haffreingue. "La couronne, qui est de la forme des couronnes murales, en souvenir de celle dont Godefroi de Bouillon a fait hommage à la vierge de son pays natal, après la prise de Jérusalem, est en or pur enrichi de pierreries nombreuses et variées. Ses tours, qui sont des reliquaires, renferment des reliques de la Terre-Sainte."[5].

Restauration de la basilique[modifier | modifier le code]

La voûte s'étant effondrée en 1921, elle est reconstruite en 1926, tandis qu'une nouvelle chapelle nord est construite en 1924 et une sacristie en 1930.

En 1938, le congrès marial national se déroule à Boulogne-sur-Mer; il accueille plus de 200 000 personnes.

Les orgues Schwenkedel-Aubertin-Gaillard ont été reconstruites en 1975/1992 avec Modèle:Nobr:3000 tuyaux et 44 jeux d'esthétique baroque allemande; organiste titulaire : Didier Hennuyer[6].

Chœur et chapelles[modifier | modifier le code]

La messe du officiée en la basilique est retransmise en direct dans le cadre de l'émission Le Jour du Seigneur.

Les cloches[modifier | modifier le code]

La cathédrale possède une sonnerie de 8 cloches toutes fondues par la fonderie Guillaume d'Angers en 1854, 1856, 1857 et 1870. Il s'agit de la gamme complète de Do majeur.

  • Notre-Dame (bourdon) : Do 3 - 2.185 kilos, fondue en 1854
  • Immaculée Conception : Ré 3 - 1.400 kilos, fondue en 1857
  • Maxime : Mi 3 - 900 kilos, fondu en 1870
  • Joseph : Fa 3 - 775 kilos, fondu en 1870
  • Benoît-Labre : Sol 3 - 525 kilos, fondu 1870
  • Notre-Dame de l'Espérance : La 3 - 375 kilos, fondue en 1856
  • Benoît-Agathon : Si 3 - 315 kilos, fondu en 1854
  • Ide : Do 4 - 250 kilos fondue en 1870

La tour nord, celle de gauche, abrite le bourdon et les cloches 3, 5, 7 (do, mi, sol, si). La tour sud, celle de droite, abrite les cloches 2, 4, 6, 8 (ré, fa, la, do). Les deux beffrois et la sonnerie ont été restaurés : démontage en 2001, remontage en 2007.

La crypte[modifier | modifier le code]

L'église repose sur l'une des plus vastes cryptes de France qui lui sert de fondations et qu'il est possible de visiter[7]. La crypte datant du XIIe siècle a été redécouverte lors des travaux de reconstruction[7]. Un trésor d'art sacré y est conservé, dont le reliquaire du Saint Sang, offert en 1308 par Philippe le Bel, constitue la pièce la plus remarquable[7].

La crypte de la basilique Notre-Dame de Boulogne mesure 128 mètres de long et 42 mètres de large. Le visiteur y retrouve des vestiges du IIIe siècle, une salle romane du XIe siècle et des éléments gothiques des XIIe et XIVe siècles.

Il semble qu'elle ait été comblée en 1644, ou lors du siège de Boulogne par Henri VIII d'Angleterre selon les sources. Elle est alors oubliée de tous jusqu'à sa redécouverte en 1827 lors de la reconstruction de la basilique.

Après plusieurs mois de restauration, la crypte ouvre de nouveau au public le [8]. Le , la crypte accueille son 100 000e visiteur depuis cette réouverture.

Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

Statue du roi David de l'ébéniste lillois Édouard Buisine réalisée en 1895

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

L'intérieur[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'extérieur[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Daniel Haigneré, Notice archéologique, historique et descriptive sur la crypte de l'église Notre-Dame de Boulogne, Boulogne-sur-Mer, Imprimerie Charles Aigre, , 92 p. (lire en ligne).
  • François A. Lefebvre, Histoire de Notre-Dame de Boulogne et de son pèlerinage, Neuville-sous-Montreuil : imprimerie N.-D. des Prés, 1894, 548 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :