Collines de l'Artois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Collines de l'Artois
Les collines d'Artois s'étendent du Boulonnais à Arras en passant par les plateaux de Licques et Fruges.
Les collines d'Artois s'étendent du Boulonnais à Arras en passant par les plateaux de Licques et Fruges.
Géographie
Altitude 211 m, Le Communal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Départements Pas-de-Calais, Somme
Géologie
Roches Craie, marne, argile

Les collines de l'Artois sont un relief d'altitude modérée qui s'étend selon un axe nord-ouest / sud-est sur une grande partie du département du Pas-de-Calais, dans l'Artois et le Boulonnais, entre le cap Blanc-Nez et Arras[1]. La limite sud admise[2] est celle du fleuve côtier de l'Authie. Ce qui fait que le massif déborde légèrement sur le département de la Somme (exemple reliefs de la forêt de Lucheux, vallée de la Grouches[3]).

C'est une zone essentiellement agricole, plus particulièrement d'élevage[1]. Le bassin minier du Nord s'étend au pied de ces collines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les collines forment un plateau d'une altitude moyenne supérieure à 100 mètres et atteignent les 200 mètres à l'ouest. Le versant sud est peu pentu et s'allonge doucement vers la Picardie, tandis que le versant nord est plus abrupt et forme une limite nette avec la plaine de Flandre[1].

Le plateau est entrecoupé de vallées verdoyantes[4].

Le bocage du Boulonnais caractérise la partie septentrionale, tandis que le marais audomarois fait déjà partie de la plaine de Flandre. À l'ouest et au nord-ouest, on retrouve les plages de la côte d'Opale ainsi que les différents caps qui ont donné leur nom au parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

Les collines de l'Artois sont un très ancien bombement de roches primaires qui sépare deux bassins sédimentaires : la plaine de Flandre (bassin franco-anglo-belge) au nord et le bassin parisien au sud. Des terrains secondaires le recouvrent, datant principalement du crétacé, et du jurassique dans le Boulonnais. À l'ère tertiaire ce relief s'est soulevé à nouveau sous l'effet du plissement alpin[5].

Le plateau à base de craie blanche recouverte de marnes, d'argiles à silex est surmonté d'une couche de limons des plateaux[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) J. Gosselet, Précisions sur la Grande Faille du Midi, S.F.N., 1874
  • (fr) J. Gosselet, Carte du Bassin du Nord. Terminaison de la Grande Faille du Midi de Liège, S.F.N., 1878
  • (fr) Chapuy, Prolongement au Sud du Bassin sous la Faille du Midi, S.G.N., 1895
  • (en) Bruno Minguely, Olivier Averbuch, Marie Patin, David Rolin, Franck Hanot et Francoise Bergerat, « Inversion tectonics at the northern margin of the Paris basin (northern France): new evidence from seismic profiles and boreholes interpolation in the Artois area », Bulletin de la Société géologique de France, vol. 181, no 5, 2010, p. 429-442 DOI:10.2113/gssgfbull.181.5.429
  • (fr) Comité français d'histoire de la géologie (COFRHIGEO), Pierre Dollé, L'histoire de la géologie et de son évolution dans le Bassin Houiller du Nord-Pas-de-Calais, de son origine à 1960, Travaux du Comité français d'histoire de la géologie (séances du 30 mai 1984 et du 27 février 1985), deuxième série, T.3, 1985

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Direction départementale de l'agriculture
  2. Picardie - Artois - Flandre, Guide rouge géologique, éd. 1973
  3. [PDF] Centre régional de la propriété Forestière Nord Pas-de-Calais/Picardie, Document d’objectifs du site Natura 2000 PIC 05 « Massif Forestier de Lucheux »
  4. a et b Les collines de l'Artois
  5. « Géologie du Pas-de-Calais », sur le site de Pas-de-Calais62 (consulté le 24 mai 2001)