Wail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wail
Wail
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité CC des 7 Vallées
Maire
Mandat
Serge Gotterand
2020-2026
Code postal 62770
Code commune 62868
Démographie
Population
municipale
259 hab. (2019 en diminution de 5,47 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 20′ 53″ nord, 2° 07′ 42″ est
Altitude Min. 34 m
Max. 137 m
Superficie 9,15 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Hesdin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxi-le-Château
Législatives 4e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wail
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wail
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wail
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wail

Wail est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des 7 Vallées qui regroupe 69 communes et compte 29 653 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Wail est un village rural de la Ternoise dans le Pas-de-Calais, situé à 7 km au sud-est d'Hesdin, 34 km au nord-est d'Abbeville, 29 km de Montreuil, 47 km à l'ouest d'Arras et 47 km au sud-ouest de Béthune.

Desservie par la RD 340, la commune est aisément accessible par l'ancienne RN 39.

Cartographies de la commune
Maki2-town-12.svg La commune dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  1. Carte dynamique
  2. Carte Openstreetmap
  3. Carte topographique
  4. Carte avec les communes environnantes

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la Canche, un cours d'eau naturel de 100,22 km, qui prend sa source dans la commune de Gouy-en-Ternois et se jette dans la Manche entre Étaples et Le Touquet-Paris-Plage[1].

La Rivièrette, affluent de la Canche d'une longueur de 3,41 km, qui prend sa source dans la commune de Willeman, se jette dans La Canche au niveau de la commune de Wail[2],[3].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé, pour partie, sur un site classé en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) : le site de la haute vallée de la Canche et ses versants en amont de Sainte-Austreberthe qui se situe dans le pays du Ternois. Il offre un relief de coteau abrupt au Nord et des pentes douces au Sud. Le fond de vallée est constitué de pâturages et de zones de cultures. Les versants les plus pentus et inaccessibles accueillent des boisements[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wail est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Hesdin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 28 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (80,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (58,5 %), prairies (21,8 %), forêts (13,4 %), zones urbanisées (4,7 %), zones agricoles hétérogènes (1,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 153, alors qu'il était de 154 en 2013 et de 144 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 75,1 % étaient des résidences principales, 19,5 % des résidences secondaires et 5,4 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 99,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,7 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Wail en 2018 en comparaison avec celle du Pas-de-Calais et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (19,5 %) supérieure à celle du département (6,4 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 66,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (72,6 % en 2013), contre 57,8 % pour le Pas-de-Calais et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Wail en 2018.
Typologie Wail[I 1] Pas-de-Calais[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 75,1 86 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 19,5 6,4 9,7
Logements vacants (en %) 5,4 7,6 8,2

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune possède un hameau dont le nom à lui seul donne une idée du terrain : Quatrevaux. Cette ancienne seigneurie est rattachée à celle de Wail au XVIe siècle[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Wadhil en 1066, Wail en 1079, Guahil en 1143, Wahil en 1154.

Il s'agit vraisemblablement d'un dérivé du germanique wad- « gué, passage à gué ».

Voir Gaillon et son dérivé ancien Waillonchel au XIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Wail a été divisée en deux fiefs :

  1. seigneurie rattachée aux chanoines de la collégiale d'Aire ;
  2. seigneurie# dite du Clocher conservée par les de Hauteclocque.

Lors de la Révolution française, la commune est chef-lieu de canton de 1801 à 1816[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Wail était membre de la communauté de communes de Canche Ternoise, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1992 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes des 7 Vallées dont est désormais membre la commune.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1816 du canton du Parcq[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Auxi-le-Château.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Gérard Vandal    
mars 2008 mai 2020[13] Louis Thellier[14],[15]   Clerc de notaire retraité
mai 2020 En cours
(au 4 mars 2021)
Serge Gotterand   Major de gendarmerie à la retraite[16],[17]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal dont une classe se trouve en 2017 dans la commune[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2019, la commune comptait 259 habitants[Note 3], en diminution de 5,47 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
555450547551526501515532529
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
525540505493457461465478459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
421411393360349319355359346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
339304315278224265261252272
2014 2019 - - - - - - -
269259-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 131 hommes pour 130 femmes, soit un taux de 50,19 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
0,8 
7,7 
75-89 ans
7,8 
18,5 
60-74 ans
21,7 
27,7 
45-59 ans
26,4 
13,8 
30-44 ans
13,2 
16,2 
15-29 ans
20,2 
15,4 
0-14 ans
10,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle des Hautecloque.

La commune est connue pour ses équipements touristiques et de détente[24]. On peut signaler :

  • La nouvelle mairie, aménagée en 2019 dans l'ancien presbytère[18],[13].
  • Le moulin sur la Canche.
  • La chapelle où ont été inhumés les de Hauteclocque depuis le XVIe siècle. Toutefois, l'actuelle chapelle est une reconstruction datant de 1867.
  • L'église Saint-Martin, du XVIIIe siècle.
  • Pisciculture et les étangs des prés du Valentin,
  • Jardin des Hayures à Quatrevaux,
  • Domaine de Wail et ses cabanes dans les arbres.

La commune est traversée par le GR 121, dont le tracé est également utilisé par le GRP Canche-Authie / Ternois sud.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Wail a appartenu depuis le XVIe siècle à l'illustre famille de Hauteclocque, par le mariage de Jean de Hauteclocque avec Marie Coulon, dame de Wail et de Guignies qui hérite de la seigneurie par son père Jehan Coulon. La famille de Hauteclocque est connue de nos jours grâce à Philippe de Hauteclocque alias le maréchal Leclerc, commandant de la 2e D.B. qui libère Paris en 1944, et dont les descendants ont pris le nom de : Leclerc de Hauteclocque. Le quadrisaïeul du maréchal : Charles François de Hauteclocque natif de Wail, surmonte en 1752 les armoiries de la famille par une couronne de comte[réf. nécessaire].

  • Robert de Hauteclocque, écuyer, seigneur de Quatrevaux au XVIe siècle, commande des gens d'armes sous les ordres d'un Hauteclocque, gouverneur de la ville et château de Bapaume[25].
  • Charles François de Hauteclocque, seigneur de Wail et de Quatreveaux, a fait l'objet en décembre 1752 de lettres données à Versailles le faisant chevalier héréditaire avec permission de surmonter ses armoiries d'une couronne de comte[26].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Wail Blason
D'argent à la croix de gueules chargée de trois molettes de huit rais d'argent rangées en pal.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Wail », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canche (E54-003-) » (consulté le )
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Rivièrette (E5400600) » (consulté le )
  3. « Le pont du Valentin… : Le conseil municipal, au complet, a réceptionné les travaux », L'Abeille de la Ternoise, no 8462,‎ , p. 44.
  4. « ZNIEFF 310007267 - La haute vallée de la Canche et ses versants en amont de Sainte-Austreberthe », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Hesdin », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. a et b Annabelle Thesse, « Élu depuis 12 ans à Wail, Louis Thellier ne se représentera pas : À l’aube de ses 75 printemps, Louis Thellier, élu en 2008, souhaite maintenant prendre du temps pour lui et sa famille. Il brosse le bilan de son dernier mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Camille Gaubert, « « Le bilan des maires » à Wail : la salle des fêtes et l’église ont été rénovées : Louis Thellier a enfilé pour la première fois le costume de premier magistrat en 2008. Il occupait depuis 1995 la fonction de premier adjoint. Le retraité, ancien clerc de notaire, se prononcera sur sa possible participation aux municipales début janvier, « au moment de mes vœux », assure-t-il », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Maryse Dégardin (CLP), « Wail – Le presbytère bientôt restauré pour accueillir la nouvelle mairie : Pour son deuxième mandat, l’édile Louis Thellier veut mettre l’accent sur la préservation du cadre de vie de Wail, sans oublier des projets de rénovation comme celui du presbytère qui devrait voir arriver dans quelques mois la mairie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Wail : Serge Gotterand est le nouveau maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Annabelle Thesse, « Wail : Serge Gotterand, nouveau maire viscéralement attaché aux services publics : Serge Gotterand, élu en 2020 à la tête de la commune, a succédé à Louis Thellier qui ne souhaitait pas se représenter. Il nous présente les projets pour la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. a et b Annabelle Thesse, « Wail Le presbytère va être transformé en mairie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wail (62868) », (consulté le ).
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  24. Mauricette Faÿ, « L’eau est attrayante mais aussi gênante à Wail : La nouvelle équipe municipale, emmenée par Serge Gotterand, planche sur plusieurs pistes d’aménagement et des travaux afin de poursuivre le développement de la commune, connue pour ses équipements touristiques et de détente », Le Réveil de Bercq,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 84, lire en ligne.
  26. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 83, lire en ligne.