Affringues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affringues
Affringues
Le monument aux morts et l'église Saint-Léger.
Blason de Affringues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lumbres
Maire
Mandat
Isabelle Pourchel
2020-2026
Code postal 62380
Code commune 62010
Démographie
Gentilé Affringuois
Population
municipale
250 hab. (2019 en augmentation de 21,95 % par rapport à 2013)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 41′ 23″ nord, 2° 04′ 27″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 158 m
Superficie 2,81 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lumbres
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Affringues
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Affringues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Affringues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Affringues

Affringues est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Les habitants de la commune sont appelés les Affringuois.

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Lumbres qui regroupe 36 communes et compte 24 170 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par le Bléquin, un cours d'eau naturel non navigable de 16,18 km, qui prend sa source dans la commune de Lottinghen et se jette dans l'Aa au niveau de la commune de Lumbres[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc de type 5 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 977 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Affringues est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,3 %), prairies (15,9 %), forêts (10,9 %), zones urbanisées (10,4 %), zones agricoles hétérogènes (2,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes[11],[12] Hafferdinges vers 1182[13], Harfrenges ou Arfrenges en 1186[14], Alverdinga en 1191, Harfredinges en 1197, Hafrenges, Herferenges et Herferenghes entre 1212 et 1219, Hafredenghes en 1227, Rafrenges en 1239, Affrenghes en 1364, Rafringhe en 1369, Hafrenghes en 1445, Haffrengues vers 1533, Affranghes en 1559, Affrinque en 1793, Affrinques depuis 1801.

D'un nom de personne germanique Harifrid[15] ou Harfridus[16] suivi du suffixe germanique -ingen, francisé en -ingues. Le toponyme désigne donc une communauté de personnes, Affringues signifie donc les « gens de Hanfrid »[17].

Hafringue en picard et Hafferdingen en flamand[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Affringues, qui relevait du château de Seninghem en tant que terre féodale, faisait également partie du bailliage de Saint-Omer en 1789 et suivait la coutume d'Artois[11].

Charles d'Affringues, Bruno d'Affringues, en religion, né à Saint-Omer fut prieur de la Grande Chartreuse de 1600 à 1630 et donc 47e ministre général de l'ordre des Chartreux.

Armes de la famille d'Haffringues.

En décembre 1705, est anobli, par lettres de Louis XIV données à Versailles, Jacques Adrien d'Haffringues, conseiller pensionnaire (conseiller juridique) des États de Lille, subdélégué de l'intendant de Flandre, fils de Jacques, conseiller et avocat au conseil d'Artois, pour le roi catholique (pour le roi d'Espagne), etc. Ledit d'Haffringues s'est acquis dans les fonctions de ses charges, la réputation d'un magistrat très capable, très intelligent, très intègre, très désintéressé et très zélé pour le service du roi et pour le bien public[19].

Les d'Haffringues ont ensuite bénéficié du titre de baron. Le baron Charles d'Haffringues, dernier descendant mâle de cette famille de Saint-Omer, originaire de Boulogne-sur-Mer qu'elle avait quitté en 1515, a épousé Marie Léonie Cœuret de Nesle, fille du comte de Nesle et habitait encore en 1875 à Meslay, près de Vendôme[19].

En 1736-1748, Marie XI Isabelle d’Haffringues a été abbesse de l'abbaye Notre-Dame de Beaupré-sur-la-Lys.

La famille d'Haffringues avait pour armes : « d'azur à la fasce accompagnée en chef de trois étoiles et en pointe d'une grive, le tout d'or »[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays de Lumbres.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Lumbres.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014 Françoise Huguet PS  
2014[20],[21] En cours
(au 19 juillet 2020)
Isabelle Pourchel PS Assistante parlementaire
Réélue pour le mandat 2020-2026[22]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Saint-Omer, du conseil de prud'hommes de Saint-Omer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Saint-Omer[23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Affringuois[24].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[26].

En 2019, la commune comptait 250 habitants[Note 5], en augmentation de 21,95 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
152174170168160172173161170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
162136120127135145148150125
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
130128131127134125113123123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
129123145166219203217219209
2017 2019 - - - - - - -
239250-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,1 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 113 hommes pour 129 femmes, soit un taux de 53,31 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
3,1 
6,2 
75-89 ans
2,4 
17,0 
60-74 ans
21,3 
22,3 
45-59 ans
16,5 
17,0 
30-44 ans
20,5 
13,4 
15-29 ans
16,5 
24,1 
0-14 ans
19,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Manoir de Lanoy (1593).
  • Église Saint-Léger (1881).
  • Monument aux morts[30].
  • Monts d'Affringues.
  • Vallée du Bléquin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Affringues Blason
D'argent à la fasce accompagnée en chef d'une fleurs de lys et en pointe d'un coq hardi, le tout de sinople[31].
Détails
Inspiré des armes de la famille Defrance de Hélican, entrée dans l'histoire de la commune par le mariage d'Auguste-Guillaume Defrance de Hélican (1758-1854) avec Louise Linglard d'Haffringues, et qui est à l'origine, de 1881 à 1885, de la reconstruction complète de l'église du village sur les fondations de l'ancienne, presque entièrement financée par Gustave Defrance de Hélican.
Cette famille portait pour armes : « d'azur à la fasce accompagnée en chef d'une fleur de lys et en pointe d'un coq, le tout d'or ».
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Affringues », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique de type 5 occupe un mince liseré en bordure de la Mer du Nord et l’ensemble de la Normandie, la Bretagne, la Vendée et les Charentes. Un espace océanique réduit occupe l’ouest des landes et des Pyrénées-atlantiques. Les températures sont moyennes et très homothermes : l’amplitude annuelle (moins de 13°C d’écart entre juillet et janvier), le nombre de jours froids (moins de 4) et chauds (moins de 4) et la variabilité interannuelle sont minimaux. Les précipitations sont annuellement abondantes (un peu plus de 1000 mm) et fréquentes en hiver (plus de 13 jours en janvier). L’été est également pluvieux (8-9 jours en juillet) mais les cumuls sont réduits. Le climat océanique se caractérise enfin par une forte variation interannuelle des précipitations d’hiver. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bléquin (E4030650 ) » (consulté le )
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « ZNIEFF FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Saint-Omer », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne), p. 5.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Dans une charte de Saint-Bertin.
  14. Dans le cartulaire Sithiense.
  15. Stéphane Gendron - Les noms des lieux en France : essai de toponymie - Page 120.
  16. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-00133-5, présentation en ligne), p. 784.
  17. René Lesage, « Répertoire étymologique des noms de lieux du Haut-Pays et des régions alentours [sic] (Audomarois, Ternois Ouest, Hesdinois) », Bulletin Historique du Haut-Pays n° 59-60, Comité d'histoire du Haut-Pays 2000, p. 179.
  18. Noms de Communes Françaises et Belges en Langue Flamande
  19. a b et c Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 379, lire en ligne sur Gallica.
  20. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  21. Marie Jansana, « Les projets des maires : à Affringues, la priorité d’Isabelle Pourchel est de renforcer les liens », La Voie du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. F. W., « Affringues : Isabelle Pourchel élue sans surprise pour un deuxième mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Vendredi soir, le nouveau conseil municipal a été installé. Seule candidate, Isabelle Pourchel a été élue pour un deuxième mandat de maire ».
  23. « Tribunaux dont dépendent la commune », sur justice.fr (consulté le ).
  24. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Affringues (62010) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  31. « 62010 Affringues (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).