Oye-Plage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oye-Plage
Oye-Plage
Grande marée à Oye-Plage.
Blason de Oye-Plage
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Marck
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Audruicq
Maire
Mandat
Olivier Majewicz
2014-2020
Code postal 62215
Code commune 62645
Démographie
Gentilé Ansériens
Population
municipale
5 346 hab. (2015 en diminution de 1,49 % par rapport à 2010)
Densité 158 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 58′ 43″ nord, 2° 02′ 42″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 15 m
Superficie 33,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Oye-Plage

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Oye-Plage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oye-Plage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oye-Plage
Liens
Site web oye-plage.fr

Oye-Plage (Ooie en flamand[1]) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Avec ses 33,86 km2, c'est la ville la plus étendue du Pas-de-Calais, juste devant Calais.

Ses habitants sont appelés les Ansériens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Oye-Plage se situe au bord de la mer du Nord, dans la plaine maritime de Flandre, à la limite entre les départements du Pas-de-Calais et du Nord. À vol d'oiseau, la commune se trouve à 13 km à l'est de Calais, 25 km à l'ouest de Dunkerque, 29 km au nord-ouest de Saint-Omer, 81 km de Lille et 92 km d'Arras[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mer du Nord Mer du Nord Mer du Nord Rose des vents
Marck N Grand-Fort-Philippe
O    Oye-Plage    E
S
Offekerque Nouvelle-Église
Vieille-Église
Saint-Folquin
Saint-Omer-Capelle

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'Oye entre Oye-Plage et Vieille-Église
La Rivière d'Oye, entre Oye-Plage et Vieille-Église.

Le sol superficiel est composé de dépôts sédimentaires marins récents datant de l'Holocène. Le territoire, qui correspondait à l'ancien delta de l'Aa[3], était submergé jusqu'au IXe siècle environ. La plus grande partie est à moins de 4 mètres au-dessus du niveau de la mer, avec une altitude maximum de 15 mètres dans les dunes littorales. La commune est bordée de 9 km de plages, qui en font le littoral le plus étendu des communes de l'ancienne région Nord-Pas-de-Calais. Les plages des Écardines, à l'est, et des Hemmes d’Oye, à l'ouest, sont bordées de dunes[4].

Le territoire d'Oye est parcouru de nombreux fossés de drainage, les watringues ou watergangs, dont les plus importants sont le watergang des Grandes Hemmes, le watergang du Nord, le watergang du Sud, ces deux derniers reliés par le watergang des Dix Censes. La Rivière d'Oye[5], qui prend sa source à Guemps et se jette dans l'Aa à Grand-Fort-Philippe après un parcours de 13,5 km, forme la limite entre les communes d'Oye-Plage, au nord, et Offekerque, Nouvelle-Église, Vieille-Église et Saint-Omer-Capelle au sud.

Environnement et risques naturels[modifier | modifier le code]

Photographie montrant des épis et casiers à sable, réserve du Platier d'Oye
Épis et casiers à sable, réserve du Platier d'Oye.

Une partie du territoire a été récemment gagnée sur la mer par accrétion de sable et vases (actuelle Réserve naturelle nationale du Platier d'Oye, propriété du Conservatoire du littoral, gérée par délégation par le syndicat mixte Eden 62). Selon une étude de la Dréal, une zone de huttes de chasse, au sud de l'embouchure de l'Aa, ainsi qu'une partie basse du territoire communal (quartier des Escardines) sont potentiellement menacés de submersion marine (en 15 min en cas d’événement centennal[6]).

Une autre partie est un polder construit il y a plusieurs siècles. Les archives récentes conservent la mémoire de la tempête de 1953 qui avait rompu la « digue Taaf » (qui date du XVIIIe siècle[7] et porte le nom de la première des quatre anciennes salines Taaf qu'on rejoignait à partir des fortifications par un chemin sur digue), permettant à la mer d'envahir une partie de la commune. Et la « digue de 1925 » est également vulnérable en cas de tempête avec surcote[réf. nécessaire].

Au XIXe siècle, ces digues étaient autrefois protégées par une police spéciale « des digues et des dunes »[8], et faisaient l'objet d'un entretien perpétuel (plantation de piquets, verges et fascines, plantation d'oyats, apports de glaise...) par un des deux cantonniers (également préposés à leur garde). Leur salaire et les travaux complémentaires étaient financés par des cotisations obligatoires payées par les propriétaires du polder ainsi protégés de la mer, selon le degré de protection dont ils bénéficiaient[8]. Il était interdit, sous peine d'amende, d'y « couper ou arracher aucune herbe » (sauf pour les ayants droit), d'y faire « des fouilles et enlèvement de sable », d'y entretenir des lapins et d'y faire passer des voitures, des chevaux et du bétail[8].

La ville de Oye-Plage est à moins de 8 km de la centrale nucléaire de Gravelines, à vol d'oiseau.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

La ville côtière est sous un climat océanique marqué. Les amplitudes thermiques sont faibles, les hivers sont doux et les étés frais. Les jours de gelée et de neige sont peu nombreux.

Le temps est variable à cause des vents, très fréquents et parfois violents, qui influencent le climat en fonction de leur direction.

Relevé météorologique de Dunkerque
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 3 5,1 6,9 10,2 13 15,2 15,6 13,5 10,2 6,7 3,9 8,9
Température moyenne (°C) 5,1 5,2 7,5 9,7 12,9 15,7 18,1 18,4 16,2 12,8 8,7 5,8 11,3
Température maximale moyenne (°C) 7 7,3 9,9 12,4 15,6 18,4 20,9 21,3 19 15,3 10,8 7,6 13,8
Précipitations (mm) 53,5 42 46 42,5 49,5 54,5 58,3 58,9 65,7 75,8 69,3 63,7 679,7
Source : Le climat à Dunkerque (en °C et mm, moyennes mensuelles 1981 à 2010[9]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville est située au nord de l'autoroute A16, accessible par l'échangeur n°50, et à proximité des autoroutes A25 et A26, du tunnel sous la Manche et du terminal des ferries de Calais. La commune est traversée d'est en ouest par les routes départementales 119 et 940, qui relient Calais et Dunkerque, et du nord au sud par la route départementale 219 vers Audruicq.

La ligne TER Nord-Pas-de-Calais n°9 Calais - Dunkerque traverse le territoire communal, mais sans gare ni halte.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Oye-Plage, l'ancienne Villa-Oya du latin médiéval des chartes du Moyen Âge, a une origine très ancienne et est mentionnée sous la forme Ogia au VIIIe siècle[10]. Son nom, qui veut dire « île » ou par extension « prairie humide » (augia, du germanique *aujō < *aʒwjō « (chose) sur de l'eau ou dans l'eau » cf. latin aqua, eau), rappelle qu'une partie de son actuel territoire formait autrefois une île insubmersible quand les grandes marées envahissaient le golfe de Watten. En 1913, époque où apparaît la mode des bains de mer, Oye prend le nom de Oye-Plage sur décision du conseil municipal.

Le gentilé Ansérien, dérivé savant du latin anser « oie », est basé sur une étymologie fantaisiste comme c'est souvent le cas. En effet, il repose sur une explication erronée de Oye d'après le français oie, mot issu du latin populaire *auca. Ce dernier a d'ailleurs régulièrement donné oe, oue en ancien français et non pas *oye / oie qui représente une altération tardive apparue dans l'est de la France par étymologie populaire d'après oi-seau, oi-son[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Vikings y débarquèrent en 879 pour dévaster la Morinie. Son port, peu à peu ensablé, fut définitivement bouché au XVIIIe siècle[12].

C'est au château d'Oye que se tint le 6 juillet 1439 une conférence pour la paix entre la France et l'Angleterre[12].

Cette commune n'a pas gardé beaucoup de souvenirs du passé. Dépendant du comté de Boulogne au temps des vicomtes d'Oye jusqu'en 1259, Oye appartint aux comtes d'Artois jusqu'en 1346, aux Anglais jusqu'en 1558 et aux rois de France depuis cette date, sous le nom de terre et comté d'Oye[12].

Il ne reste rien du château et des forts adjacents qui avaient pour mission de barrer la route aux Flamands d'abord et aux Espagnols ensuite[12].

Seul témoin du passé, la tour de l'église, restaurée en 1953, fut construite par les Anglais en 1553 sous le règne de Marie Tudor[12].

Dans l'église, consacrée à saint Médard, furent inhumés les grands d'Angleterre tués pendant le siège de Calais en 1346, et les morts de distinction de l'armée française tués lors du siège de Calais et de la bataille de Gravelines en 1558[12].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Photo montrant la « Tour penchée », ancien vestige des fortifications allemandes
La « Tour penchée », ancien vestige des fortifications allemandes

En 1872 une station de chemin de fer est créée au Pont d’Oye. Au début du XXe siècle Oye bénéficie de la mode des bains de mer : on y construit un casino, des villas et des établissements destinés à l'accueil des touristes.

À partir de 1942 les habitations du littoral ainsi que le casino sont détruits dans le but d'y édifier des blockhaus pour fortifier la côte contre un débarquement des forces alliées [13]. Oye-Plage est libérée le 6 septembre 1944 par des troupes du Toronto Scottish Regiment. Avant d'abandonner la ville, les Allemands font sauter les blockhaus, mais l'un deux résiste, les charges étant insuffisantes : il est devenu « la Tour penchée ». Construit en forme de clocher, il était destiné à servir de leurre pour les bombardements ennemis, qui pouvaient le confondre avec le clocher du village[13].

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Saint-Omer pour intégrer l'arrondissement de Calais[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Oye-Plage dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1806 1807 Bernard Trouille    
1807 1816 Jean Antoine Gresset    
1816 1823 Jacques Marc Sergent    
mars 1971 maire en 1990 Michel Louf   Cultivateur
mars 2001 mars 2008 Jean-Louis Richebé DVD Médecin
mars 2008 en cours
(au 10 février 2015)
Olivier Majewicz PS puis DVG[15] Enseignant du secondaire
Conseiller général du canton d'Audruicq (2004 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[16],[17],[18]

La commune est dotée d'un conseil municipal des jeunes[19].

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la mairiede Oye-Plage
La mairie.

D'un point de vue administratif, Oye-Plage est une commune située dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie et dans le département du Pas-de-Calais. Au sein de l'arrondissement de Calais, la commune est associée avec quatorze autres communes dans la communauté de communes de la région d'Audruicq, dont elle est la plus peuplée.

La commune fait partie du canton de Marck, dont le bureau centralisateur est à Marck, et relève de la septième circonscription du Pas-de-Calais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2015, la commune comptait 5 346 habitants[Note 1], en diminution de 1,49 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6291 1931 3361 5491 5101 6381 7591 8181 894
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8951 8671 9191 9221 8981 9432 0672 3792 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6122 8112 8292 6552 5922 5252 6332 5432 933
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 0143 0082 4824 4795 6785 8825 7075 4755 371
2015 - - - - - - - -
5 346--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 24,9 %, plus de 60 ans = 13,9 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 25,3 %, plus de 60 ans = 15,9 %).
Pyramide des âges à Oye-Plage en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
2,9 
75 à 89 ans
4,8 
10,9 
60 à 74 ans
10,9 
24,9 
45 à 59 ans
25,3 
20,5 
30 à 44 ans
21,8 
18,8 
15 à 29 ans
16,5 
21,9 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires d'Oye-Plage dépendent de l'académie de Lille. Pour le calendrier des vacances scolaires, la ville est en zone B.

La ville administre cinq écoles communales : les écoles maternelles Les Natices et Les Petits Moulins, et les écoles primaires Les Oyats, Les Sables et L'Étoile.

Le département gère le collège Les Argousiers[26].

Cultes[modifier | modifier le code]

Pour le culte catholique, le doyenné du Calaisis, rattaché au diocèse d'Arras, inclut la paroisse « Saint Bertin des Plaines de l'Oye » dont le lieu de culte à Oye-Plage est l'église Saint-Médard[27].

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 32 679 €, ce qui plaçait Oye-Plage au 11 244 e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[28].

Population active et emploi[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2013 à 3 629 personnes (3 876 en 2008), parmi lesquelles on comptait 66,1 % d'actifs dont 56,7 % ayant un emploi et 9,4 % de chômeurs[29]. Dans l'ensemble du département la proportion d'actifs était de 68,8 %, dont 57 % ayant un emploi et 11,8 % de chômeurs[30].

En 2013, on comptait 657 emplois dans la commune, contre 622 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 2 069, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] n'était que de 31,8 %, ce qui signifie que la commune offrait un peu moins d'un emploi pour trois Ansériens actifs. Cet indicateur était de 27,4 % en 2008[29]. En 2013, 18,3 % des Ansériens travaillaient dans la commune, 81,7 % dans une autre commune[31].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, Oye-Plage comptait 253 établissements actifs, dont 10,3 % dans l'agriculture, 5,1 % dans l'industrie, 6,7 % dans la construction, et 63,2 % dans le commerce, transports et services[32].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Photographie montrant les mares devant l'observatoire dans la réserve naturelle du Platier d'Oye.
Le Platier d'Oye : mares devant l'observatoire

Langues[modifier | modifier le code]

Le flamand était encore parlé jusqu'au XIXème siècle.[33]

Photographie montrant l'église Saint-Médard.
L'église Saint-Médard.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle nationale du Platier d'Oye est située en bord de mer dans la partie nord-est de la commune. Classée en 1987, elle s'étend sur 391 ha, dont 141 hectares terrestres et 250 hectares sur le domaine public maritime. Elle protège un ensemble de milieux littoraux favorable à l'avifaune migratrice. Elle peut être visitée, avec ou sans guide.

Toute la zone littorale est classée en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I.

La plage s'étend sur 9 000 mètres de longueur.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour Penchée est un blockhaus construit en forme de clocher d'église par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale. Son but était de tromper les aviateurs anglais qui venaient bombarder des cibles allemandes et utilisaient des repères visuels pour se diriger ; ce faux clocher pouvait être confondu avec celui de la ville, situé quelques kilomètres plus au sud. Depuis la fin de la guerre, on a tenté d'abattre ce bâtiment à l'aide d'explosifs. Cela n'a pas été suffisant. Maintenant la tour est inclinée d'une vingtaine de degrés, d'où son nom.

L'église Saint-Médard a été construite au XVIe siècle par les Anglais, qui possédaient Calais, et elle dépendait alors de l'archevêché de Cantorbéry. L'église actuelle a été édifiée entre 1863 et 1880, la flèche datant de 1914, mais la tour qui subsiste date de 1553 et fut construite sous le règne de Marie Tudor, ce qui en fait la plus vieille construction de la commune et la seule tour anglaise subsistant dans le Calaisis. On ignore si c'est l'ensemble de l'église qui fut alors construite, ou si la tour et la flèche furent seulement ajoutées à une église existante.[34].

Le monument aux morts date de 1920, mais l'inauguration officielle a lieu le 22 mai 1921. Il a coûté 22 000 francs de l'époque. Avant[Quand ?] il se trouvait dans le cimetière ; maintenant il se trouve près de la mairie. Le monument commémore les guerres de 1914-18 et 1939-45.

Au cimetière communal se trouvent une section de tombes de guerre françaises et belges et une section de tombes de guerre de la Commonwealth War Graves Commission (Oye-Plage Communal Cemetery).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Oye-Plage.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

taillé ; au 1) de sable à l’oie d’argent, au 2) d’argent au château essoré de deux tours couvertes de sable.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'INSEE

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://proussel.voila.net/pages/noms_flamands.htm
  2. « Calcul de l'orthodromie », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 18 août 2016)
  3. « Un territoire d'eau », sur le site de la communauté de communes de la région d'Audruicq (consulté le 21 août 2016)
  4. « Oye-Plage : son littoral », sur le site officiel de la commune de Oye-Plage (consulté le 18 août 2016)
  5. « Fiche cours d'eau - Rivière d'Oye (E4390600) »
  6. Le quartier des Escardines sous les eaux ; Aléas submersions marines : Oye-plage , risque de rupture et de débordement , article du journal La voix du Nord, publié le 27/03/2014
  7. Page Web consacré au Fort-vert, par Eden 62
  8. a b et c Jean Baptiste Duvergier Sirey (1827), Collection complète des lois, décrets d'intérêt général, traités internationaux, arrêtés, circulaires, instructions, etc, Vol.21 France, voir p 521 et 524 (Livre numérique Google)
  9. Normales climatiques 1981-2010 : Dunkerque sur www.lameteo.org, consulté le 20 août 2016
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, 1979. p. 514.
  11. Albert Dauzat, Jean Dubois et Henri Mitterand, Dictionnaire étymologique et historique du français, Éditions Larousse, 1984, p. 507b
  12. a b c d e et f Source : Jean Platiau, cité par le site Web de la mairie.
  13. a et b « Histoire », sur le site officiel de la commune d'Oye-Plage (consulté le 17 août 2016)
  14. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du Pas-de-Calais - Recueil des actes administratifs », sur http://www.pas-de-calais.gouv.fr/, (consulté le 6 janvier 2017).
  15. Le maire Olivier Majewicz quitte le Parti socialiste : « Je ne m’y retrouve plus », La Voix du Nord, article du 9 novembre 2017.
  16. Chloé Tisserand, « Oye-Plage, bilan du maire : église restaurée, construction de logements et « chasse aux subventions » : Olivier Majewicz se représentera aux élections municipales parce que pour lui être maire représente une « responsabilité exaltante » et c’est un mandat durant lequel il peut « agir concrètement pour le développement de la commune ». Retour sur son bilan », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  17. B. B. (CLP), « Oye-Plage : le maire Olivier Majewicz réélu avec 65,69 % des voix : À Oye-Plage, le suspens n’aura pas duré longtemps. En effet, la liste conduite par Olivier Majewicz, maire sortant, a récolté 1 857 voix, soit près du double que la liste emmenée par Muriel Hantschootte, conseillère municipale d’opposition (970 voix) », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  18. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 10 février 2015).
  19. « Manon Druelle élue maire du conseil municipal des jeunes de Oye-Plage : Les dix-neuf candidats élus jeudi dernier au sein du conseil municipal des jeunes (CMJ) ont élu, ce week-end à l’espace Dolto, leur nouveau maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  20. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  24. « Évolution et structure de la population à Oye-Plage en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  25. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  26. « l'annuaire », sur le site education.gouv.fr (consulté le 20 août 2016).
  27. « église catholique en Pas-de-Calais », sur le site du diocèse d'Arras, (consulté le 21 août 2016).
  28. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  29. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active », sur le site de l'Insee (consulté le 22 août 2016)
  30. « Chiffres clés Emploi - Population active », sur le site de l'Insee (consulté le 22 août 2016) }
  31. « Chiffres clés Caractéristiques de l'emploi », sur le site de l'Insee (consulté le 23 août 2016)
  32. « Commune d'Oye-Plage : résumé statistique », sur le site de l'Insee (consulté le 1er septembre 2016)
  33. Annales du Comité flamand de France, tome III, 1856-1857.
  34. « Oye-Plage : son patrimoine : l'église Saint-Médard », sur le site officiel de la commune d'Oye-Plage (consulté le 22 août 2016)
  35. Brigitte Salino (Avignon, envoyée spéciale), « Avignon : Julien Gosselin, heureux présage », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)