Hulluch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hulluch
Hulluch
La mairie.
Blason de Hulluch
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Intercommunalité CA de Lens-Liévin
Maire
Mandat
André Kuchcinski
2020-2026
Code postal 62410
Code commune 62464
Démographie
Population
municipale
3 405 hab. (2019 en augmentation de 7,51 % par rapport à 2013)
Densité 593 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 12″ nord, 2° 49′ 03″ est
Altitude Min. 21 m
Max. 51 m
Superficie 5,74 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Lens - Liévin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wingles
Législatives 12e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hulluch
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hulluch
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hulluch
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hulluch
Liens
Site web https://www.hulluch.fr

Hulluch (prononcer [yly]) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. C'est une commune de l'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hulluch les champs Jarret

Description[modifier | modifier le code]

Le bourg d'Hulluch est situé sur le tracé initial de la RN 47, désormais dénommée RD 947, et dont la déviation contourne la commune.

Elle est 5 km au nord de Lens et à 7 km au sud de La Bassée, sur l’ancienne voie romaine (Arras/ Estaires/ Cassel).

Le village était autrefois divisé entre les cités minières (fosse 13…) près de Haisnes et une partie plus agricole près de Bénifontaine. La séparation demeure aujourd'hui dans les esprits on parle couramment du "bas d'Hulluch" et du "haut d'Hulluch".

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Hulluch
Haisnes Douvrin Wingles
Hulluch
Loos-en-Gohelle Bénifontaine

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

C'est dans la commune que le flot de Wingles amont, un cours d'eau naturel non navigable de 6,75 km, prend sa source et se jette dans le canal de la Deûle au niveau de la commune de Meurchin[1].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : le terril et le marais de Wingles. Ce site se localise dans la dépression alluviale du Flot de Wingles, au nord de la ville de Lens, ancienne friche industrielle réaménagée en espace de loisirs, celui-ci est traversé par la RD 165 E et une voie ferrée[2].

et une ZNIEFF de type 2[Note 2] : la basse vallée de la Deûle entre Wingles et Emmerin. La basse vallée est très morcelée et présentes des végétations hygrophiles eutrophes mais présentant encore un grand intérêt écologique, notamment avifaunistique en raison du contexte géographique[Note 3],[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hulluch est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[7] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lens - Liévin dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (68,1 %), zones urbanisées (23,5 %), forêts (5,1 %), mines, décharges et chantiers (1,7 %), prairies (1,6 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 1 462, alors qu'il était de 1 298 en 2014 et de 1 251 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 95,6 % étaient des résidences principales, 0,3 % des résidences secondaires et 4,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 93,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 6 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Hulluch en 2019 en comparaison avec celle du Pas-de-Calais et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (0,3 %) inférieure à celle du département (6,4 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 54,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (54,4 % en 2014), contre 57,8 % pour le Pas-de-Calais et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Hulluch en 2019.
Typologie Hulluch[I 1] Pas-de-Calais[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 95,6 85,9 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,3 6,4 9,7
Logements vacants (en %) 4,2 7,7 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hulluch est cité pour la première fois en 1070 dans une charte d’Eustache, comte de Boulogne[14].

Ce lieu se trouve écrit : Huluce en 1070, Huluz en 1098, Hulut en 1180, Huluc en 1304 et Huluch en 1388. Il s’appelle et s’écrit Hulluch depuis le XVe siècle[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Pendant les XIe siècle et XIIe siècle, le village est exposé à toutes les déprédations et à l’épouvante par les passages des armées françaises et flamandes. En 1303 et 1304 les Flamands pillent et livrent aux flammes le château d’Hulluch, le village et ses moissons[15].

La seigneurie de Hulluch est l'une des douze pairies de la châtellenie de Lens. Le seigneur du lieu fait construire un château fort à simple donjon et dépendances, entouré de palissades et de fossés. Vers l’an 1300, il est ceint de murailles, créneaux, tours et possède un pont-levis[16].

Aux XIVe siècle et XVe siècle, il endure les dévastations des Flamands et des bandes armées qui jetaient partout l’épouvante[15].

Au XVIe siècle, Hulluch subit l’occupation des armées espagnols et françaises et fut complètement dévasté en 1647[15].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Dernier château vers 1900.

En 1586 le domaine d’Hulluch comprenait un château avec basse-cour, prés, bois, eaux, pêcherie, 160 mencaudées (une mencaudée faisant 35 à 46 ares[17]), dont 112 en culture et le reste en riez, de plus le tiers d’un marais indivis entre le seigneur de ce village et ceux de Douvrin et de Berclau. Il comportait encore un moulin à vent, où les sujets du seigneurs faisaient moudre leur blé, un four banal où ils cuisaient leur pain moyennant une rente annuelle d’un chapon par ménage, deux moulins à guède et diverses rentes seigneuriales. La seigneurie avait 59 hommes de fief dont 13 habitaient Hulluch, p. 342. Le blason des seigneurs d'Hulluch porte : "écartelé de gueules et d'or".

On suppose que c'est à sa place de ce château fort qu'a été construit, sous Louis XIV, le château du baron de Bertoult, richement décoré et entouré d'un beau parc[18]. Dynamité par les Allemands dès le début de la Première Guerre mondiale, une cité résidentielle l'a remplacé, appelée Clos du château afin d'en perpétuer le souvenir.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Un plan des marais communaux d'Hulluch a été dressé par Lenglet en 1765, et archivé aux archives départementales en 1894 [19]. À la Révolution française, à la suite de l'abolition des privilèges, les poissons et le gibier des marais sont exploités par tous.

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

« Hulluch, en 1789, faisait partie du bailliage de Lens et suivait la coutume d'Artois. Son église paroissiale, diocèse d'Arras, doyenné de Lens, était consacrée à saint Laurent; l'abbé de Saint-Vaast présentait à la cure[20] ».

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Cité minière[modifier | modifier le code]

Hulluch fait partie de l'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

Le forage de la fosse 13 a débuté en 1906 à Hulluch. Devenue un puits de service pour la fosse 18, qui a ouvert en 1954, elle ferma en même temps que celle-ci en 1976 et le chevalet de la 13 fut détruit en 1983. En ce qui concerne la fosse 18, elle a cessé d'être exploitée en 1976 et ses puits ont été remblayés en 1978. Il y subsiste quelques bâtiments, le château d’eau et une reproduction du chevalet[21].

Le jeudi , dans la fosse 13 vers 20 heures, le toit de la mine cède brutalement dans la petite veine « Elisa » de 17 m de long. Six mineurs de 23 à 28 ans y sont tués[22],[23].

Les pompages miniers et les drainages en surface font baisser le niveau des zones humides[réf. nécessaire]. Le schiste du terril est utilisé depuis 1960 pour fabriquer des briques[24],[25] et disparaît progressivement.

Les guerres[modifier | modifier le code]

Ligne de tranchées et no man's land, entre Loos et Hulluch, photographiés d'avion à 7 h 15 le matin du 22 juillet 1917. Les tranchées allemandes sont à droite et en bas de la photo. Les tranchées anglaises sont en haut à gauche. La verticale qui traverse la photo est ce qui reste d'une route.

La commune a subi les violents combats de la Première Guerre mondiale. La Bataille d’Hulluch du 27 au fut trois jours d’horreur qui ont coûté la vie à des centaines de Britanniques, Irlandais et Ecossais pour la plupart, et certainement autant côté allemand[26].

À la fin de la guerre, la commune est classée en zone rouge —  dont les séquelles persistent avec la découverte périodique de munitions non explosées — et est décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [27]. Le village est considéré comme détruit[28].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1962 dans l'arrondissement de Lens du département du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie de 1801 à 1904 du canton de Lens, année où elle intègre le canton de Lens-Est. En 1962, elle est rattachée au canton de Lens-Nord-Ouest puis, en 1984, au canton de Wingles[29]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 d'un nouveau canton de Wingles

Pour l'élection des députés, le commune fait partie depuis 2012 de la douzième circonscription du Pas-de-Calais.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Hulluch est membre de la communauté d'agglomération de Lens-Liévin, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2000 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cette intercommunalité succède au district de l’agglomération de Lens-Liévin, né en 1968

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 2007 François Desliers[30] PS Médecin généraliste
février 2007 En cours
(au 14 juin 2022)
André Kuchcinski PS Professeur d’éco-gestion retraité
Vice-président du Communaupole de Lens-Liévin (2014 → )
Président du SIZIAF (2020[31] → )
Conseiller départemental de Wingles (2021 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020
Réélu pour le mandat 2020-2026[32],[33],[34],[35]

Instances de démocratie participative[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée depuis 2009 d'un conseil municipal des jeunes[36].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Hulluch est jumelée avec le 41e régiment de transmissions qui était basé à Douai[réf. nécessaire]. Elle est jumelée avec la ville d’Inverness en Écosse, qui a donné son nom à la place de la mairie qui se nomme place d’Inverness[37].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée en 2019 d'un centre de santé géré par Filieris afin de lutter contre la déserification médicale, et situé provisoirement dans l'ancien presbytère, près de la salle Carlier, avant d'intégrer ses locaux définitifs rue Salengro vers 2021[38],[39].

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

La commune met en service au printemps 2019 la salle multisport du quartier des Mouettes, complexe de 1 800 m2 environ avec une salle de gymnastique spécifique de 361 m2 et une salle multisport de 650 m2 dimensionnée et marquée au sol pour la pratique du basket-ball, du badminton et du volley-bal[40].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[42].

En 2019, la commune comptait 3 405 habitants[Note 6], en augmentation de 7,51 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
506506499527548533530538515
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
544573583551562559569587608
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6367271 1595169451 2031 6061 8502 238
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3 8373 9953 8283 1603 0052 9713 1193 1363 088
2015 2019 - - - - - - -
3 4243 405-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,3 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 672 hommes pour 1 757 femmes, soit un taux de 51,24 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
1,5 
4,5 
75-89 ans
7,8 
16,0 
60-74 ans
16,5 
20,5 
45-59 ans
20,0 
19,5 
30-44 ans
20,7 
18,7 
15-29 ans
14,9 
20,6 
0-14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent.
  • Hulluch a beaucoup souffert des deux guerres mondiales et compte peu de monuments anciens. On peut y trouver quelques vieux bâtiments représentatifs du style de la région, avec des briques et des tuiles d'argiles et des toits pentus. Ce sont des fermes ou des corons ayant échappé aux destructions. Quelques blockhaus subsistent dans certains jardins, vestiges de la guerre 1914-1918.
  • L'église Saint-Laurent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le nom de certains posssesseurs de la seigneurie d'Hulluch nous est parvenu[16] :

  • 1229 : Vitasse d’Hulluch (armes : écartelé d'or et de gueules)
  • 1252 : Jean I d’Hulluch
  • 1302 : Jean II, chevalier sire d’Hulluch
  • 1357 : Hugues de Villers
  • 1386 : N de Wazières, épouse de noble homme de la Hamaide
  • 1414 : Jean de la Hamaide, chevalier, fils des précédents (d'or, à trois fasces alaisées de gueules ; d'argent, à trois fasces alaisées de gueules )
  • 1416 : Ernoul de la Hamaide, frère du précédent, marié à Isabelle d’Enghien
  • 1427 : Jacques de la Hamaide, fils du précédent, seigneur de Rebais, de Willems et de Renaix, conseiller et chambellan du duc de Bourgogne. Il vend sa terre d’Hulluch à Laurent Cuignart
  • 1497 : Robert d’Hulluch, écuyer
  • 1538 : Jean de Hulluch, marié à Isabelle de Melun
  • 1547 : Frédéric d’Hulluch, fils des précédents.
  • 1581 : Antoine de Bassecourt
  • 1600 : Marie d’Hulluch, mariée à Antoine Le Mercier, seigneur de Noureuil.
  • 1613 : François Le Mercier, fils des précédents, chevalier, marié à Anne de Bourgogne
  • Jean Le Mercier, fils des précédents, chevalier, marié à Anne de Béthencourt
  • Charles Joseph Le Mercier, fils des précédents, marié à Anne-Marie Le Clément de Saint-Marc.
  • 1668 : Marie-Madeleine-Françoise Le Mercier, mariée à Charles-Joseph de Briois.
  • 1722 : Robert-Hyacinthe-Joseph Le Mercier, fils des précédents
  • 1759 : Antoine-Dominique-Hyacinthe de Briois
  • 1780 : Marie-Hippolyte-Barthélémy-Joseph baron de Vitry, époux de Marie-Josèphe de Briois.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hulluch Blason
Taillé: au 1er d'argent à la lampe de mineur de sable allumée de gueules, brochant sur un terril de sable ombré du champ, au 2e de gueules à trois gerbes de blé d'or ordonnées en orle.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

En 2021 la ville d’Hulluch se dote d’un nouveau logo beaucoup plus moderne tout en conservant le blason.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Haigneré, Commission départementale des Monuments historiques (préf. Eugène Van Drival), Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais : Arrondissement de Béthune, t. II, Arras, Sueur-Charruey, , 397 p. (lire en ligne), p. 339-346, sur Gallica.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Hulluch », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .
  • Carte spéciale des régions dévastées : 08 NO, Douai [Nord-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Région très urbanisée pauvre en milieux naturels
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - flot de Wingles amont (E3010900 ) » (consulté le )
  2. « ZNIEFF 310013760 - terril et marais de Wingles », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « ZNIEFF 310013759 - Basse Vallée de la Deûle entre Wingles et Emmerin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lens - Liévin », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. a et b Daniel Haigneré, op. cit. en bibliographie, p. 339.
  15. a b et c Daniel Haigneré, op. cit. en bibliographie, p. 340.
  16. a et b Daniel Haigneré, op. cit. en bibliographie, p. 341.
  17. Francis BAUDUIN et Jacques WAXIN, « QUIEVY, les mesures anciennes », sur quievy.free.fr (consulté le ).
  18. Daniel Haigneré, op. cit. en bibliographie, p. 343.
  19. Rapport de M. L'archiviste départemental sur la situation des archives de la préfecture, des sous-préfectures, des communes et des hospices du Pas-de-Calais et sur la bibliothèque départementale durant l'exercice 1893-1894, Arras, 1894 (extrait du volume du Conseil Général du Pas-de-Calais de la session d'Aout 1894) (consulté 2009 12 30), p 290
  20. Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 208, lire en ligne sur Gallica.
  21. « Les mines de Lens avant et après la première guerre », Tome 5, Le Lensois Normand, (consulté le ).
  22. « Liste des catastrophes du bassin minier Nord – Pas-de-Calais », Syndicat FO FGTA, (consulté le ).
  23. « HULLUCH (21 juin 1962) et Hugues DELBROEUVE sur un accident similaire en 1952 », Catastrophes minières, Cercle historique de Fouquières-lès-Lens (consulté le ).
  24. « Fabrication de brique à partir des schistes houillers » [vidéo], ORTF (Collection: Le magazine du mineur ), INA, (consulté le ).
  25. R. Carly, BRGM, « Expériences nationales de réutilisation de déchets miniers » [PDF], sur http://infoterre.brgm.fr, (consulté le ), p. 11.
  26. Édouard Wayolle, « La bataille d’Hulluch de retour dans la mémoire collective : La commune n’a pas loupé son rendez-vous avec l’Histoire, pour la première commémoration de la bataille d’Hulluch, cent ans après. Un moment fort, marqué par le témoignage d’un petit-fils de soldat irlandais qui a replongé l’assistance fournie dans l’enfer des attaques au gaz des 27 et 29 avril 1916 », Pas-de-Calais, Il y a cent ans, la Grande Guerre, (consulté le ).
  27. Journal officiel du 28 septembre 1920, p. 14314.
  28. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Hugo Dupriez, « Hulluch : Françaois Desliers, maire de la commune pendant sept mandats, n'est plus : Maire d'Hulluch de 1965 à 2007, François Desliers, s'est éteint hier soir », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « À la tête de la zone Artois-Flandres, André Kuchcinski, un nouveau président dans la continuité : En septembre 2020, le Syndicat intercommunal de la zone industrielle Artois-Flandres installait son nouveau conseil syndical, issu des élections municipales de mars. André Kuchcinski en a été élu président et pilote politiquement, avec les autres élus, les destinées d'un ensemble de 460 hectares où oeuvrent 79 entreprises et environ 5 500 salariés », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Edouard Wayolle, « Bilan des maires: André Kuchcinski (Hulluch) travaille «à l’ancienne», ce qui ne l’empêche pas de faire du neuf : Suite de notre série sur les bilans des maires, à quelques mois des municipales. À Hulluch (3 200 habitants), André Kuchcinski, successeur de l’emblématique Dr Desliers, boucle son premier mandat complet avec dans la balance la réalisation d’un espace enfance et la poursuite d’une gestion financière saine, sans emprunt, ni hausse de la part communale de la fiscalité. Le point avec l’enseignant en éco-gestion âgé de 55 ans. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Hulluch: André Kuchcinski défendra « les intérêts communaux » avec six adjoints : L’installation pour six ans du nouveau conseil municipal s’est déroulée samedi à l’hôtel de ville. Après les urnes dimanche dernier, les Hulluchois ont été invités à l’installation du nouveau conseil municipal et de leur maire. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  35. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  36. « Hulluch: une véritable élection a donné naissance au nouveau conseil municipal des jeunes : La création d’un conseil municipal des jeunes souhaitée par André Kuchcinski, maire, remonte au 20 novembre 2009, date anniversaire des droits de l’homme. Vendredi, les jeunes de 10 à 14 ans se sont enfin rendus aux urnes dans les écoles élémentaires de la commune, ainsi qu’à la mairie, pour voter et élire leurs nouveaux conseillers municipaux, des jeunes qui fréquentent aussi le collège de Douvrin. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Centenaire de la Bataille d’Hulluch: un petit-fils de soldat irlandais témoignera, La Voix du Nord, 27 avril 2016
  38. Faustine Delvallet, « Hulluch Le presbytère accueille provisoirement le centre de santé : Depuis quelques jours, le presbytère, situé près de la salle Carlier, a une nouvelle fonction. Réservé auparavant aux activités associatives, il accueille le centre de santé pour une durée d’environ dix-huit mois », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Faustine Delvallet, « Hulluch Une belle victoire pour lutter contre la désertification médicale : C’était une promesse annoncée par le maire lors de la cérémonie des vœux à la population 2019. Malgré le départ à la retraite du Docteur Massourides, le territoire hulluchois, qui compte environ 3 500 habitants, ne se retrouvera pas sans médecin puisqu’une convention a été signée avec un groupe de santé », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Faustine Delvallet, « Hulluch La salle multisport du quartier des Mouettes devrait être livrée fin mai : Les travaux de construction de la nouvelle salle multisport, située dans le quartier des Mouettes, arrivent à terme. La livraison est normalement prévue pour la fin mai après le passage des différentes commissions de sécurité », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  44. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Hulluch (62464) », (consulté le ).
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).