Chocques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chocques
Chocques
L'église.
Blason de Chocques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Yvon Massart
2020-2026
Code postal 62920
Code commune 62224
Démographie
Population
municipale
2 841 hab. (2018 en diminution de 4,05 % par rapport à 2013)
Densité 357 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 33″ nord, 2° 34′ 26″ est
Altitude Min. 18 m
Max. 70 m
Superficie 7,95 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Béthune
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Béthune
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Chocques
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Chocques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chocques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chocques
Liens
Site web chocques.fr

Chocques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chocques est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[4] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Béthune dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (67,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,9 %), zones urbanisées (20,2 %), forêts (10 %), zones agricoles hétérogènes (9,8 %), prairies (3,2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Chocques dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune.
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
ca. 1874   Charles Maniez    
1893 1900 Edmond Haviez   Brasseur
Les données manquantes sont à compléter.
1908 1912 Edmond Haviez   Brasseur
1912 1916 Louis Kinziger   Commerçant
1919 mai 1935 Henri Hechter[11],[12] SFIO  
mai 1935 octobre 1939 Florimond Obry[13] PCF  
octobre 1939 ? Louis Kinziger   Commerçant
Président de la délégation spéciale
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1944 mars 1971 Louis Delelis[14] PCF Ancien ouvrier
mars 1971 ? Victor Volant DVG Médecin
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 24 mai 2020)
Yvon Massart PS Retraité de Bridgestone
Réélu pour le mandat 2014-2020[15],[16],[17]
Réélu pour le mandat 2020-2026[18]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2018, la commune comptait 2 841 habitants[Note 3], en diminution de 4,05 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0311 0241 0601 1251 3151 3011 2881 3581 374
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4101 5291 6311 6581 7451 8761 8171 8671 766
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8351 9762 2292 6162 8333 0382 8853 0333 302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 5073 7363 4473 2212 9902 9182 9622 9702 977
2013 2018 - - - - - - -
2 9612 841-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d'hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 17,4 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 17,8 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 24,6 %).
Pyramide des âges à Chocques en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,3 
5,5 
75 à 89 ans
10,1 
12,1 
60 à 74 ans
14,2 
20,6 
45 à 59 ans
19,1 
23,0 
30 à 44 ans
21,3 
17,4 
15 à 29 ans
16,0 
21,2 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Chocques

Les armes de Chocques blasonnent ainsi :

d'argent à la barre de sinople chargée d'une merlette d'or posée à plomb.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Béthune », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Notice HECHTER Henri, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 14 octobre 2016
  12. [1]
  13. Notice OBRY Florimond par Yves Le Maner, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 6 octobre 2013
  14. Décès de Louis DELELIS survenu le 25 juin 1971 (article de journal)
  15. « Chocques : Yvon Massart débute un troisième mandat face à une opposition qui se veut constructive », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  17. Aïcha Noui, « Les projets d’Yvon Massart, maire de Chocques : « Le boulot de maire est un sacerdoce » : nombreuses qui incombent aux communes. Pour autant les projets avancent, mais à petits pas. La faute à la baisse des dotations de l’État. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Isabelle Mastin, « Le conseil municipal de Chocques installé, Yvon Massart part pour un quatrième mandat : Ils étaient deux candidats à briguer le fauteuil de maire de Chocques. Sans surprise, Yvon Massart l’a emporté face à son opposant Alain Hénon. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Évolution et structure de la population à Chocques en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  24. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  25. Antoine-Alexandre-Joseph Gosse prieur d'Arrouaise -Histoire de l'abbaye et de l'ancienne congrégation des chanoines réguliers -1786 - imprimé par Léonard Danel à Lille - page 355 - archive de l'Université du Michigan - numérisé par Google Books