Lières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lières
Lières
Mairie.
Blason de Lières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Didier Crétel
2021-2026
Code postal 62190
Code commune 62508
Démographie
Population
municipale
380 hab. (2019 en diminution de 0,52 % par rapport à 2013)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 33′ 16″ nord, 2° 25′ 09″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 93 m
Superficie 3,24 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auchel - Lillers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lillers
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lières
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lières
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lières

Lières est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane qui regroupe 100 communes et compte 276 238 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lières se situe à une trentaine de kilomètres de l'audomarois vers Saint-Omer. Elle est proche de l'A26 (Calais - Reims - Troyes) et elle est à 70 km de Calais et 100 km de Berck sur la Côte d'Opale.

Communes limitrophes de Lières
Saint-Hilaire-Cottes
Auchy-au-Bois Lières Lespesses
Ames Lillers

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Nave, un cours d'eau naturel non navigable de 21,88 km, qui prend sa source dans la commune de Fontaine-lès-Hermans et se jette dans La Clarence au niveau de la commune de Robecq. Les communes traversées par la Nave sont : Ames, Amettes, Bourecq, Busnes, Fontaine-lès-Hermans, Gonnehem, Lespesses, Lières, Lillers, Nédon, Nédonchel et Robecq[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lières est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auchel - Lillers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 29 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,9 %), prairies (9,2 %), zones urbanisées (5 %), zones agricoles hétérogènes (3,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lerre (XIIe siècle) ; Lira (1209) ; Lieres (1222) ; Lyere (1230) ; Liere (1329) ; Lyères (1528) ; Liers (1561) ; Lierres (1720) ; Lières-lez-Aire (1739) ; Lierre (XVIIIe siècle)[9].

Lier en flamand[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Lières a donné son nom à une famille de la noblesse, la terre de Lières étant le siège d'une seigneurie[11].

En 1115, Juliannus de Lira, (Julien de Lières) fait partie de l'entourage du seigneur de Lillers.

Vers 1231-36 et 1267, le seigneur de Lières est un des pairs (pairie) du seigneur de Lillers dont le titulaire est alors un membre de la maison de Wavrin[12].

La seigneurie relevait de la famille d'Ostrel de 1430 à 1706, et ensuite des Béthune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014[13] Maurice Crétel   Agriculteur retraité
2014[14],[15],[16] novembre 2021[17] Philippe Raoult    
décembre 2021[18] 2020 Didier Crétel    
24 mai 2020 En cours
(au 25 mars 2022)
Philippe Raoult   Contremaître, agent de maîtrise[19],[20]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2019, la commune comptait 380 habitants[Note 3], en diminution de 0,52 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
184202216200222245259258273
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
270471743651801567618456417
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
397422405725628456485540565
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
547537443351299279344376382
2019 - - - - - - - -
380--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,0 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 187 hommes pour 193 femmes, soit un taux de 50,79 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,1 
3,3 
75-89 ans
11,1 
13,6 
60-74 ans
14,2 
18,3 
45-59 ans
16,5 
25,4 
30-44 ans
24,0 
14,3 
15-29 ans
11,8 
24,6 
0-14 ans
21,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-et-Saint-Adrien (ou Saint-Adrien). Chœur de 1899, nef du XVe siècle avec frise sculptée ; bas-reliefs 15e et 16e; deux monuments funéraires (classés monuments historiques à titre d'objets) ; cloche 1788. Dans l'église un vitrail du souvenir et deux plaques commémorant les victimes de la Grande Guerre de Lières et de Lespesses.
  • Le monument aux morts de la commune commémore les victimes des guerres de 1914-1918 et 1939-1945.
  • Ferme seigneuriale 1661 d'un château important détruit à la Révolution.
  • Maison de bailliage 1630 : façade avec encadrement Renaissance armorié.
  • Motte féodale avec fossés profonds.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Fête communale : 2e dimanche de juillet.
  • Un petit hameau nommé Lierettes apparait à la sortie du village dans la direction de la commune d'Ames.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilles François de Lières bénéficie d'une sentence de noblesse accordée le 26 août 1697. Il lui est reconnu le droit de se qualifier de baron de Berneville[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Lières.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’argent aux deux bandes d’azur.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Nave (E3640630 ) » (consulté le )
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Auchel - Lillers », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 223.
  10. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  11. a et b Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 65, lire en ligne.
  12. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 985-86, lire en ligne.
  13. Cécile Rubichon, « Lières : en 2014, Maurice Crétel remise son écharpe de maire au placard après l’avoir portée vingt-cinq ans : Maurice Crétel, 73 ans, maire de Lières depuis 1989, ne se représentera. En vingt-cinq ans, il ne laisse pas de réalisations pharaonique mais un village en bonne santé financière où il semble faire bon vivre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Lières : Philippe Raoul élu sans surprise », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  16. Cécile Rubichon, « Les projets des maires : à Lières, Philippe Raoult, dans la tranquille «continuité» de Maurice Crétel : À Lières, le maire a changé, mais l’esprit reste. Après vingt-cinq ans de règne, Maurice Crétel a cédé son fauteuil. Sans opposition pour lui barrer la route, Philippe Raoult, ex-premier adjoint, successeur logique, s’y est assis en mars. Son leitmotiv est le même que celui de son « mentor » : entretenir et améliorer les chemins et équipements communaux tout en préservant les finances. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Pourquoi Philippe Raoult, maire de Lières, démissionne », sur lechodelalys.nordlittoral.fr,
  18. « Lières: Didier Crétel est le nouveau maire, comme son père et son grand-père avant lui », sur lavoixdunord.fr,
  19. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  20. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lières (62508) », (consulté le ).
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).