Beugin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beugin
Beugin
La mairie.
Blason de Beugin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Odile Leclercq
2020-2026
Code postal 62150
Code commune 62120
Démographie
Gentilé Beuginois
Population
municipale
467 hab. (2019 en augmentation de 1,74 % par rapport à 2013)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 34″ nord, 2° 31′ 06″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 147 m
Superficie 5,79 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bruay-la-Buissière
Législatives 10e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beugin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beugin
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Beugin
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Beugin

Beugin est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Beuginois.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane qui regroupe 100 communes et compte 276 238 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 7 km de Bruay-la-Buissière (chef-lieu de canton) et à 16 km de Béthune (chef-lieu d'arrondissement)[1],[2].

Communes limitrophes de Beugin
Ourton Divion Houdain
Beugin
La Comté Rebreuve-Ranchicourt

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la Lawe, cours d'eau naturel de 40,97 km, qui prend sa source dans la commune de Magnicourt-en-Comte et se jette dans la Lys au niveau de la commune de La Gorgue[3].

C'est au niveau de la commune que le Bajuelle, cours d'eau naturel, d'une longueur de 4,28 km, qui prend sa source dans la commune de Diéval, se jette dans la Lawe[4].

À Beugin, on peut également découvrir un lac (rue du Lac).

La carrière du lac a été exploitée à la fin du XIXe siècle et début du XXe siècle. À partir de la route, la partie aérienne a été traitée en premier à la recherche de grès (12 m environ), puis suivant les bancs de grès elle l'a été sur 15 m de profondeur. Le travail était très artisanal, avec pioches, fourches à cailloux, berlines sur rails étroits qui étaient ripées à la barre à mines pour se rapprocher de l'extraction. Une pompe située côté gauche de la carrière assurait l'assèchement. Les bobines étaient remontées sur un plan incliné côté est vers la rivière et vers le concasseur.

Un matin les ouvriers ont trouvé la carrière entièrement remplie d'eau. Tout le matériel, pompes, berlines, rails et cabane à outils avaient été engloutis. Le lac s'était formé en une seule nuit de l'hiver 1890-1891, l'exploitation ayant commencé en 1880.

Les anciens racontent que deux jeunes fiancés dont les parents refusèrent mutuellement leur mariage, s'y seraient volontairement noyés[5].

Aujourd'hui, ce lac est un lieu de loisirs consacré à la pêche au blanc[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique semi-continental de type 2 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[7].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[7].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 9,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 922 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,9 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 3] :

  • les bois Louis et bois d’Epenin à Beugin. Ce site est particulier et original par son relief très accentué et sa géologie très original, unique en son genre (un des rares secteurs de l’Artois où affleurent des couches du Dévonien constituées de grès de Matringhem intercalés de schistes), qui contribuent à l’existence d’un grand nombre d’habitats susceptibles d’accueillir une grande diversité de végétations[8] ;
  • les coteaux et bois d'Ourton. Situé dans la région de Béthune (Artois septentrional), ce site fait partie des derniers paysages naturels et semi-naturels de ce territoire très marqué par l’agriculture intensive, l’urbanisation et l’exploitation minière[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

Typologie[modifier | modifier le code]

Beugin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[13] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15]. La commune est en outre hors attraction des villes[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (63,3 %), forêts (24,8 %), prairies (6,3 %), zones urbanisées (5,6 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[19].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D 86 et est située à 4 km de la D 301, prolongement ouest de la rocade minière[20],[21].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 16 km de la gare de Béthune, située sur les lignes d'Arras à Dunkerque-Locale et de Fives à Abbeville, desservie par des TGV inOui et des trains régionaux du réseau TER Hauts-de-France[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Belgicus (XIe siècle), Belgin et Bungin au XIIe siècle (vers 1132), Beulgin (1217), Beugin (1242), Beugi (1260), Beugy (1298), Beghin (1301), Beughin (1348), Bœughin (1640)[23], Bengin (1793) et Beugin depuis 1801[24].

Origine du nom : du nom gallo-romain Belga (sobriquet le « belge »).

Belgin en flamand[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Beugin a donné son nom à une famille noble : le 21 juillet 1601, est rendue une sentence de noblesse pour Robert de Beugin, licencié-es-lois, seigneur de Ponches et de Cantherine ou Canteraine[26].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Béthune du département du Pas-de-Calais depuis 1801[24].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune était rattachée au canton de Houdain depuis 1801[24] et, à la suite du redécoupage cantonal de 2014, elle est rattachée au canton de Bruay-la-Buissière.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la dixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1884   Henri Richebez    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Georges Dufay    
mars 2008 mars 2011[27] Irène Lignier   Démissionnaire
juin 2011[28] 2014 Richard Zawadski    
2014[29],[30] En cours
(au 1 février 2022)
Odile Leclercq   Directrice d’école en retraite
Réélu pour le mandat 2020-2026[31],[32]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Béthune, du conseil de prud'hommes de Béthune, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce d'Arras, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Béthune[33].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Beuginois[34].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[36].

En 2019, la commune comptait 467 habitants[Note 5], en augmentation de 1,74 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
173149162191175180186217230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
209207205205208218202219357
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
396407419492429408380402383
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
421403376416407413434441448
2014 2019 - - - - - - -
464467-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 239 hommes pour 230 femmes, soit un taux de 50,96 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,9 
5,9 
75-89 ans
6,6 
16,4 
60-74 ans
23,6 
21,8 
45-59 ans
21,4 
20,6 
30-44 ans
18,3 
14,7 
15-29 ans
12,7 
20,2 
0-14 ans
16,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Le village se situe dans la vallée de la Lawe et les collines, dont le mont Comté haut de 189 mètres, bordant le cours d'eau, permettent la pratique du parapente où des baptêmes sont possibles.

Une boucle de petite randonnée (balisage jaune) de neuf kilomètres, d'une durée de deux heures, est située, en partie sur la commune et sur la commune de Beugin. Le départ se situe dans la commune de La Comté, rue du Moulin, sur le parking de la salle des Six-Fontaines, au terrain de football. cette randonnée permet de découvrir la Lawe, l’espace naturel sensible des bois Louis et d’Épenin, une centaine d’hectares qui ont poussé sur les anciennes carrières de grès, le lac de Beugin et le plan d’eau artificiel apparu entre 1880 et 1891 à l’emplacement d’une carrière de grès[40].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Rémi. Reconstruite en 1870.
  • Le monument aux morts[41].
  • Les stalles en bois de style Renaissance XVIIe siècle.
  • La cloche en bronze 1752.
  • L'érable champêtre « L'Arbre Rond of L'Arbre Crépin » le long de la rue de Mont-Durand[42]. Il est détruit durant un orage dans la soirée du 14 octobre 2019.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille noble de Beugin : les armes des membres de la famille de Beugin comme Robert de Beugin en 1601 sont : « D'azur au chevron d'or accompagné de 3 croissants chargés chacun d'un trèfle d'or, au chef d'or chargé de trois croisettes de gueules; timbré d'un heaume avec un lion naissant et pour support deux lions »[26].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beugin Blason
De sable au sautoir d'argent chargé en coeur d'une macle de sinople[43].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat semi-continental de type 2 fait transition entre les climats de montagne et, au nord, le type 3, au sud-ouest, le type 4, au sud-est, le type 8. Il regroupe les périphéries montagnardes et s'étend sur de vastes secteurs en Bourgogne, Lorraine et Alsace où les températures sont moins froides qu'en montagne (elles sont cependant, à altitude égale, plus froides que partout ailleurs), les précipitations légèrement plus faibles et moins fréquentes, mais la variabilité climatique sur la normale 1971-2000 tout aussi élevée. Le faible rapport entre les précipitations d’automne et d’été est une autre caractéristique de ce type(Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Bruay-la-Buissière », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Béthune », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Lawe (E3660600 ) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bajuelle (E3661630 ) » (consulté le )
  5. « Histoire du Lac de Beugin », (consulté le ).
  6. « Le Lac de Beugin » (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « ZNIEFF 310030044 - Bois Louis et Bois d’Epenin à Beugin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310030050 - Les Coteaux et bois d'Ourton », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  20. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  21. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre Beugin et la D 301 », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  22. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et la gare de Béthune », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  23. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne sur Gallica), p. 47.
  24. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  26. a et b Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 19, lire en ligne.
  27. « Beugin : le maire, Irène Lignier, démissionne : Après un conseil municipal houleux lundi soir, le maire de Beugin, Irène Lignier a pris la décision de démissionner de ses fonctions. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Richard Zawadski élu maire à l'issue de l'installation du conseil hier matin : Une demi-heure montreen main. C'est le temps qu'il aura fallu hier matin aux onze élus du conseil municipal pour procéder à l'élection du maire et de ses deux adjoints. Dans l'ordre : Richard Zawadski, Odile Leclercq et Michel Herbet. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Beugin : Odile Leclercq maire cent trente ans après son arrière-grand-père : Dimanche matin, les onze élus de la liste Beugin Ensemble ont tenu leur premier conseil municipal. À l’ordre du jour, l’élection du maire et des adjoints ainsi que la distribution des délégations. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  31. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  32. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  33. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  34. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  38. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Beugin (62120) », (consulté le ).
  39. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  40. Lucie Vidal, « Une randonnée à La Comté où, au milieu, coule une rivière », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  42. « Arbres monumentaux », sur www.monumentaltrees.com.
  43. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).