Merck-Saint-Liévin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merck et Liévin (homonymie).

Merck-Saint-Liévin
Merck-Saint-Liévin
Vue de la commune.
Blason de Merck-Saint-Liévin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Fruges
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Fauquembergues
Maire
Mandat
Marie-Françoise Caron
2014-2020
Code postal 62560
Code commune 62569
Démographie
Population
municipale
651 hab. (2015 en augmentation de 10,15 % par rapport à 2010)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 37′ 40″ nord, 2° 06′ 55″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 172 m
Superficie 11,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Merck-Saint-Liévin

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Merck-Saint-Liévin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Merck-Saint-Liévin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Merck-Saint-Liévin

Merck-Saint-Liévin est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Aa traverse le territoire de la commune.

Merck-aa.jpg

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Merck-Saint-Liévin
Wismes Wavrans-sur-l'Aa Ouve-Wirquin
Thiembronne Merck-Saint-Liévin Avroult
Saint-Martin-d'Hardinghem

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom provient très probablement de Saint Liévin de Gand, évêque irlandais, qui fut un grand évangélisateur des Flandre au VIIe siècle et qui fut beaucoup vénéré dans le Nord de la France. Sint-Lievens-Merk en flamand[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Merck-Saint-Liévin dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1977[2] Paul Caron    
1977 2001[2] Michel Caron RPR Conseiller général (1992 → 2003)
mars 2001 2014 Francis Dhalleine[3]   Cadre au Crédit Agricole
2014[4],[5],[2] en cours
(au 3 février 2015)
Marie-Françoise Caron   Enseignante retraitée de droit et économie

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 651 habitants[Note 1], en augmentation de 10,15 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750799916937954618633632654
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
631658700664698690693709713
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
635608547511501472494527562
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
535550547514517507561569577
2013 2015 - - - - - - -
635651-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 27 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 18,2 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 29,2 %).
Pyramide des âges à Merck-Saint-Liévin en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
8,8 
75 à 89 ans
12,1 
18,2 
60 à 74 ans
16,4 
19,2 
45 à 59 ans
17,9 
20,9 
30 à 44 ans
18,2 
13,5 
15 à 29 ans
17,1 
19,5 
0 à 14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Merck-Saint-Liévin.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’argent à la torche enflammée de gueules posée en bande, au chef du même chargé d’une truite d’argent.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Omer de Merck-Saint-Liévin est inscrit Monument historique par arrêté du 26 avril 1930. C'est une des plus belles églises de l'Artois. Elle a été brûlée en 1638 par les troupes françaises puis pillée en 1710, et endommagée durant la Première Guerre mondiale. Elle possède une flèche à crochets ajourée élevée au XVIe siècle. Les marins y viennent en pèlerinage pour vénérer les reliques de l'Irlandais saint Liévin. Dans l'église, un reliquaire, une statue et des tableaux de saint Liévin, ainsi que les fonts baptismaux, la chaire à prêcher et deux retables sont classés Monuments Historiques en tant qu'objets.
  • Le porche du cimetière est inscrit Monument Historique par arrêté du 2 décembre 1946[12].

Autres[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts.
  • Au cimetière, une tombe de guerre de la Commonwealth War Graves Commission.
  • L'ancienne gare du chemin de fer.
  • Le moulin de Suzette et les étangs de l'Aa.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. roepstem.net - vlaanderen
  2. a, b et c Jean-Marc Szuba, « Projets des maires: à Merck-Saint-Liévin, Marie-Françoise Caron, lointain successeur de son beau-père : Colistière pendant deux mandats de Francis Dhalleine, Marie-Françoise Caron est la belle-fille de Michel Caron, maire jusqu’en 2001. Elle entend continuer le travail accompli par son prédécesseur. « Nous n’allons pas vivre au-dessus de nos moyens. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. « Merck-Saint-Liévin : Francis Dhalleine nommé maire honoraire : Depuis 1971, Francis Dhalleine occupe la scène du conseil municipal, il était maire depuis 2001. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  4. « Merck-Saint-Liévin : Marie-Françoise Caron, élue maire pour la première fois : Enseignante retraitée, âgée de 65 ans, Marie-Françoise Caron entame un troisième mandat mais cette fois au fauteuil majoral. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 3 février 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à Merck-Saint-Liévin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  12. Bases de données Ministère de la culture