Saint-Folquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Folquin
Saint-Folquin
La mairie.
Blason de Saint-Folquin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Marck
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Audruicq
Maire
Mandat
Yves Engrand
2014-2020
Code postal 62370
Code commune 62748
Démographie
Gentilé Saint-Folquinois
Population
municipale
2 192 hab. (2015 en diminution de 0,99 % par rapport à 2010)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 56′ 49″ nord, 2° 07′ 24″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 10 m
Superficie 17,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Folquin

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Folquin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Folquin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Folquin
Liens
Site web www.mairie-saint-folquin.fr

Saint-Folquin (Sint-Volkwin en flamand) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Aa et le Mardick à l'est, par le canal de Calais au sud et, sur quelques dizaines de mètres, par la rivière d'Oye au nord. Le hameau de Mannequebeurre est situé le long du Mardick.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le village se situe entre Gravelines, Bourbourg, Audruicq, Oye-Plage, dans le canton d'Audruicq.

Communes limitrophes de Saint-Folquin
Oye-Plage Gravelines Saint-Georges-sur-l'Aa
Saint-Omer-Capelle Saint-Folquin Bourbourg
Audruicq Sainte-Marie-Kerque

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune porte le nom de l'évêque Folquin qui était cousin de l'empereur Charlemagne et vécut au IXe siècle. Il devint évêque de Therouanne en 816 et se distingua en particulier en défendant son diocèse face aux Vikings. Après sa mort, sa notoriété fut importante en particulier chez les moines de l'abbaye Saint-Bertin à Saint-Omer.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Le Bas-Morin[1].

Sint-Volkwin en flamand[2].

Ses habitants sont appelés les Saint-Folquinois[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Folquin faisait autrefois partie du Pays de l'Angle qui comprenait quatre communes : Saint-Folquin, Sainte-Marie-Kerque, l'actuel hameau de Saint-Nicolas, (Bourbourg) et Saint-Omer-Cappelle. Le nom de Pays de l'Angle venait du fait qu'il se trouvait dans une langue de terre formée par le confluent de trois rivières : l'Aa, la Hem et le Mardyck[4].

Le Pays de l'Angle relevait de la châtellenie de Bourbourg du XIe siècle à la moitié du XIIIe siècle date à laquelle il fut érigé en châtellenie autonome[5].

La châtellenie du Pays de l'Angle reçut en 1240 du Comte de Flandres Thomas II de Piémont (Thomas de Savoie) et de son épouse Jeanne de Constantinople une keure ou charte donnant des droits et privilèges identique à celles données aux châtellenies de Bourbourg, Bergues, Furnes[5]. En 1241, ils donnent le produit des tailles (impôts) levées dans le Pays de l'Angle irait à la châtellenie et en 1244 la Comtesse Marguerite de Constantinople défendit aux hommes de Bourbourg de prendre quoi que ce soit dans le Pays de l'Angle (l'interdiction formulée laisse supposer que ce rappel était nécessaire)[5].

La châtellenie du Pays de l'Angle passa ensuite dans les biens des Comtes de Guînes : en 1248, Arnoul III de Guînes rend hommage à Robert Comte d'Artois (Robert Ier d'Artois) pour la forteresse et le Comté de Guînes, la baronnie d'Ardres et la châtellenie de l'Angle (Robert d'Artois avait reçu de Saint Louis son frère en 1237 à sa majorité l'Artois érigé en Comté en application de la volonté de leur père Louis VIII)[6]. Et en 1248, Robert d'Artois confirma les privilèges concédés au Pays de l'Angle (une certaine autonomie administrative, droit de justice et autres droits attachés à la châtellenie)[6].

En 1402, la canalisation de l'Aa sépara de façon plus nette Bourbourg du Pays de l'Angle, accentuant ainsi la séparation entre la Flandre et l'Artois[6].

Saint-Folquin et le Pays de l'Angle furent disputés, conquis, perdus, reconquis pendant des siècles entre Anglais, Espagnols, Français jusqu'en septembre 1678 où par le traité de Nimègue ils furent définitivement rattachés à la France[4].

En 1790, Saint-Folquin devint chef lieu de canton des quatre communes du Pays de l'Angle jusqu'en 1801, date de son rattachement au canton d'Audruicq[4].

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Saint-Omer pour intégrer l'arrondissement de Calais[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Folquin dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.
Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
1968 1989 Alain Lambert   Commerçant
mars 1989 en cours
(au 25 février 2015)
Yves Engrand DVD Entrepreneur de travaux agricoles
Réélu pour le mandat 2014-2020[9],[10]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2015, la commune comptait 2 192 habitants[Note 1], en diminution de 0,99 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9008209269941 0271 0681 0761 1741 235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2951 2911 4431 4331 4241 4281 3421 3401 356
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4501 4921 6071 4961 5301 5281 4901 4331 455
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 4151 3351 3831 7541 9732 0622 2422 2672 167
2015 - - - - - - - -
2 192--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 12,7 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 24,4 %, plus de 60 ans = 14,6 %).
Pyramide des âges à Saint-Folquin en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,1 
2,8 
75 à 89 ans
4,1 
9,7 
60 à 74 ans
10,4 
24,7 
45 à 59 ans
24,4 
23,5 
30 à 44 ans
22,2 
16,9 
15 à 29 ans
18,5 
22,2 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église saint-Folquin, à deux nefs, est construite en 1644 par Gaston d'Orléans, détruite partiellement par Turenne et restaurée en 1661. Un reliquaire de saint Folquin du XVe siècle, la cloche et un retable du XVIIIe siècle, ainsi que plusieurs statues sont classés monuments historiques à titre d'objets. Une pietà, monument aux morts de la paroisse, date de 1921 et les vitraux de 1939.
  • Le monument aux morts commémore les morts des guerres 1914-1918 et 1939-1945, et aussi les victimes belges du bombardement de 23 mai 1940.
  • Une statue de la Vierge à l'Enfant de 1944.
  • Quatre séchoirs à chicorée, une filature de chanvre et de jute, une briquetterie, une scierie et une brasserie sont inventoriés dans la base Mérimée.

Langues[modifier | modifier le code]

Le flamand était encore parlé jusqu'au XIXème siècle.[16]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Folquin.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Parti, au premier de gueules à l’évêque de carnation, vêtu d’or, crossé, nimbé, mitré du même et bénissant de sa dextre et au second vairé d’or et d’azur.

Ces armes évoquent à la fois saint Folquin et les armoiries de la maison de Guînes, seigneur du pays de Langle jusqu'au XIIIe siècle.

Le 24 janvier 1964, le conseil municipal adopta officiellement ce blason qui reçut l'approbation de la commission d'héraldistes spécialisés des archives nationales.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  3. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  4. a b et c « Saint Folquin », sur Communauté de Communes de la Région d'Audruicq
  5. a b et c Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Editions Galaad Graal, , p. 18
  6. a b et c Georges Dupas option citée page 19
  7. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du Pas-de-Calais - Recueil des actes administratifs », sur http://www.pas-de-calais.gouv.fr/, (consulté le 6 janvier 2017).
  8. Histoire de Saint-Folquin - Les maires de Saint-Folquin
  9. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 21 février 2015).
  10. Chloé Tisserand, « Saint-Folquin : le béguinage inauguré, la maison médicale en attente : Comme elle l’a fait avec les bilans des maires avant les élections, « La Voix du Nord » propose une série consacrée cette fois à leurs projets. Quels engagements ? Quels grands chantiers ? Les réponses d’Yves Engrand, maire de Saint-Folquin », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Évolution et structure de la population à Saint-Folquin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  16. Annales du Comité flamand de France, tome III, 1856-1857.