Grenay (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grenay
Grenay (Pas-de-Calais)
L'église Notre-Dame-du-Mont-Carmel et le monument aux morts.
Blason de Grenay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Intercommunalité CA de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Christelle Buissette
2023-2026
Code postal 62160
Code commune 62386
Démographie
Gentilé Grenaysiens, Grenaysiennes
Population
municipale
6 704 hab. (2021 en diminution de 3,04 % par rapport à 2015)
Densité 2 082 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 10″ nord, 2° 44′ 38″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 80 m
Superficie 3,22 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Lens - Liévin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wingles
Législatives 12e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Grenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Grenay
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Grenay
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Grenay
Liens
Site web grenay.fr

Grenay est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Grenaysiens.

Elle fait partie de la communauté d'agglomération de Lens-Liévin qui regroupe 36 communes et compte 241 268 habitants en 2019.

Grenay est une ancienne commune minière : la Compagnie des mines de Béthune y a ouvert sa fosse no 11 - 11 bis, et de vastes cités ont été construites.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisée dans l'est du département du Pas-de-Calais, Grenay est une commune urbaine située à 9 km à l'est de la commune de Lens (chef-lieu d'arrondissement).

Carte
Les limites du territoire communal.
Carte interactive (double-cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe des communes de Bully-les-Mines, Liévin, Loos-en-Gohelle et Mazingarbe.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3,22 km2 ; son altitude varie de 48 à 80 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 743 mm, avec 12,5 jours de précipitations en janvier et 9,1 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Lillers à 22 km à vol d'oiseau[4], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 731,5 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : le terril de Grenay, d’une superficie de 87 hectares et d'une altitude variant de 45 à 103 mètres. Cette ZNIEFF est composée de deux terrils : le T58 datant de 1896 et le T58a datant de 1961. De nombreux cheminements permettent au public d’en apprécier toutes les composantes[8].

Carte de la ZNIEFF sur la commune.

Espèces faunistiques et floristiques[modifier | modifier le code]

Le site de l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) recense 298 espèces faunistiques et floristiques sur le territoire de la commune dont 21 protégées et 7 menacées[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de Grenay

Typologie[modifier | modifier le code]

Grenay est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[13] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lens - Liévin dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (91,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (83,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (72,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,4 %), terres arables (8,1 %), mines, décharges et chantiers (7,8 %), zones agricoles hétérogènes (0,3 %)[18]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune était située sur la ligne de Bully - Grenay à La Bassée - Violaines, une ancienne ligne de chemin de fer qui reliait, depuis 1862 (une petite partie de la ligne est toujours en exploitation), Bully-les-Mines (Pas-de-Calais) à La Bassée (Nord), ainsi que sur la ligne de Bully - Grenay à Brias, une ancienne ligne de chemin de fer qui reliait, de 1875 à 1990, Bully-les-Mines à Brias.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Granai en 959 (cart. Sith., p. 152), Gernay en 959 1070 (Miræus, t. I, p. 160), Ghernai en 1213 (Moreau, t. XVII, p. 105), Grenay au XIIIe siècle (chap. de Saint-Barthélemy, c. i), Gernai en 1253 (Moreau, t. CLXXIV, f° 166)[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'exploitation minière[modifier | modifier le code]

Le chevalement du puits no 11.

La Compagnie des mines de Béthune entreprend le fonçage du puits no 11 en 1904, et celui du puits d'aérage no 11 bis deux ans plus tard, en 1906. L'exploitation commence le [20]. Lors de la Première Guerre mondiale, les installations sont proches de la ligne de front et les bâtiments sont bombardés jusqu'en 1918. Reconstruite dès 1920, la fosse no 11 - 11 bis est alors dotée d'un nouveau chevalement original, en béton armé. Le puits no 11 bis est équipé d'un chevalement sommaire. Les puits no 11 et 11 bis sont remblayés en 1967. Le chevalement du puits no 11 est détruit le [21].

La commune a subi les séquelles des deux guerres mondiales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections municipales 2020[modifier | modifier le code]

  • Maire sortant : Christian Champiré (PCF)
  • 29 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2017 : 6 932 habitants)
  • 3 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA de Lens-Liévin)
Résultats des municipales de 2020 à Grenay
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Christian Champiré[Note 4] PCF 1 557 68,89 25 3
Antoine Ibba[22] RN 703 31,11 4 0
Votes valides 2 260 96,88
Votes blancs 33 1,41
Votes nuls 40 1,71
Total 2 333 100 29 3
Abstention 2 212 48,67
Inscrits / participation 4 545 51,33

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
17 mai 1925 30 août 1944
(assassiné)
Édouard Deroubaix SFIO Commerçant
1944 1945 Michel Verbrugge   Président du Comité chargé de l'Administration Communale
19 juin 1945 19 octobre 1947 Edmond Bince PCF  
20 octobre 1947 26 avril 1953 Pierre Bataille SFIO  
10 mai 1953 8 mars 1959 Edmond Bince PCF  
18 mars 1959 28 juin 1987 Édouard Coolen PCF Mineur
juillet 1987 10 juin 2008 Daniel Breton PCF Conseiller général du Canton de Liévin-Nord (1994-2008)
Mort en fonction
25 juin 2008 juillet 2023 Christian Champiré
Démissionnaire
PCF Professeur
Réélu pour le mandat 2014-2020[23],[24],[25]
Réélu pour le mandat 2020-2026[26],[27]
6 juillet 2023 En cours
(au 9 juillet 2023)
Christelle Buissette[28] PCF enseignante en sciences physiques

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Grenay est jumelée avec :

Carte
Jumelages et partenariats de Grenay.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Grenay.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Ballyshannon[29]Irlandedepuis
Glauchau[30]Allemagnedepuis
Ruddington[30]Royaume-Unidepuis

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Grenaysiens[31].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[33].

En 2021, la commune comptait 6 704 habitants[Note 5], en diminution de 3,04 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
184160177180213205216211189
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
211235267276304316330372451
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5972 0803 8326 2648 3108 1898 0238 7768 635
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
8 7308 0636 9025 8756 2136 3956 4386 5326 715
2015 2020 2021 - - - - - -
6 9146 7486 704------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 41,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 318 hommes pour 3 533 femmes, soit un taux de 51,57 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
1,3 
3,3 
75-89 ans
6,5 
13,1 
60-74 ans
15,0 
19,1 
45-59 ans
18,2 
20,5 
30-44 ans
18,8 
20,5 
15-29 ans
18,2 
23,3 
0-14 ans
22,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Depuis le , la valeur universelle et historique du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais est reconnue et inscrite sur la liste du patrimoine mondial l’UNESCO. Parmi les 353 sites, répartis sur 109 lieux inclus dans le périmètre du bassin minier, le site no 84 de Grenay est constitué de la cité-jardin des Quarante, de la cité pavillonnaire no 5, de son église Saint-Louis, de son prieuré et de son école, sur le territoire de Grenay, ainsi que des terrils nos 58 et 58A, respectivement dénommés Lavoir Mazingarbe Ouest et Lavoir Mazingarbe Est ; le site no 85 est formé par un dispensaire de la Société de Secours minière[37],[38].

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-du-Mont-Carmel est l'église du centre-ville.
  • Le monument aux morts[42].
  • La commune a longtemps abrité un arbre remarquable, cité en 1851 par J. Macquart, membre de la Société des sciences de l'agriculture et des arts de Lille : « Nous avons salué dans la plaine de Lens l'arbre de Grenay, à l'ombre duquel le Grand Condé vint se reposer après sa victoire »[43] en 1648.
  • L'« Arbre de Condé » : monument commémoratif de la bataille de Lens du , lors de laquelle, les armées françaises dirigées par le Grand Condé remportèrent la victoire sur les armées espagnoles. Le monument a la forme d'une borne en pierre où sont gravés ces vers de Nicolas Boileau :

C'est ici, Grand Condé, qu'en ce combat célèbre
Où ton bras fit trembler le Rhin, l'Escaut et l'Ebre
Lorsqu'aux plaines de Lens, nos bataillons poussés
Furent presque à tes yeux ouverts et renversés
La valeur arrêtant les troupes fugitives
Rallia d'un regard leurs cohortes craintives
Répandit dans leurs rangs, ton esprit belliqueux
Et força la victoire à te suivre avec eux[44].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Médiathèque-estaminet de Grenay.

En 2015, un nouvel établissement culturel s'est ouvert, réalisé par les architectes Richard & Schoeller. Ce médiathèque-estaminet traduit la politique culturelle active de la commune. Le projet est composé d'un volume en béton blanc suspendu et porté par six poteaux en forme de « V ». Sur le jardin s'ouvrent quatre volumes de verre couverts en toiture de végétalisation.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Dufresne, né en 1945 à Grenay, athlète international du demi-fond, ancien détenteur du record de France du 800 mètres.
  • Georges Ibrahim Abdallah (1951-), militant communiste libanais est fait citoyen d'honneur de la ville le par Christian Champiré, maire de la ville[45],[46].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Grenay Blason
Taillé: au 1er d'or à l'arbre de sinople, au 2e de sinople au rais d'escarboucle d'or[47].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 134. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : De 1946 à 1992, t. II, . Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Liste du maire sortant ou de la maire sortante
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Grenay et Lillers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Lillers » (commune de Lillers) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Lillers » (commune de Lillers) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « ZNIEFF 310030055 - Terril de Grenay », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « statistiques des espèces recensées sur la commune », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur insee.fr (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lens - Liévin », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  19. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne).
  20. Dubois et Minot 1991, p. 134.
  21. Dubois et Minot 1992.
  22. « Lensois-Héninois : le RN dévoile sept candidats pour les municipales de 2020 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  23. Virginie Pruvost, « Bilan du maire de Grenay, Christian Champiré: «On a appris à travailler main dans la main avec la population» : Suite de notre série sur les bilans des maires avec Christian Champiré qui souhaite poursuivre l’aventure à Grenay, mais avec une liste remaniée. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Grenay: Un deuxième mandat de maire pour Christian Champiré », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  26. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  27. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  28. Agnès Mercier (photogr. Matthieu Botte), « Passation dans la continuité entre Christian Champiré et Christelle Buissette à Grenay », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « http://www.grenay.fr/Nos-villes-jumelees »
  30. a et b « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=25355 »
  31. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Grenay (62386) », (consulté le ).
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  37. « Bassin minier du Nord-Pas de Calais », sur le site du patrimoine mondial de l'Unesco (consulté le ).
  38. « Liste des 109 lieux et des 353 sites qui les composent » [PDF] (217 Mo), sur le site du patrimoine mondial de l'Unesco (consulté le ).
  39. « Église Saint-Louis de Bully-Grenay », La Construction moderne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « Église », notice no PA62000083, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « société de secours mutuels des ouvriers », notice no PA62000114, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  43. Arbres et arbrisseaux d'Europe et leurs insectes, par J. Macquart, Membre résident dans les Mémoires de la Société des sciences de l'agriculture et des arts de Lille, 1851 (page 186)
  44. LO PHOTOGRAPHE, « La Bataille de LENS et "L'Arbre de Condé" à GRENAY », sur canalblog.com, LÔ : Photos du Nord - Pas de Calais, (consulté le ).
  45. Georges Ibrahim Abdallah, citoyen d'honneur d'une petite ville du nord de la France, L'Orient-Le Jour
  46. Georges Abdallah, citoyen d'honneur à Grenay. - Liberons Georges Ibrahim Abdallah, http://liberonsgeorges.over-blog.com
  47. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).