Jordan Bardella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bardella.

Jordan Bardella
Illustration.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(4 mois et 9 jours)
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Groupe politique ID
Vice-président du Rassemblement national
En fonction depuis le
(4 mois et 26 jours)
Avec Steeve Briois
Président Marine Le Pen
Directeur national de Génération nation[a]
En fonction depuis le
(1 an, 7 mois et 30 jours)
Président Marine Le Pen
Prédécesseur Gaëtan Dussausaye
Conseiller régional d'Île-de-France
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 24 jours)
Élection 13 décembre 2015
Circonscription Seine-Saint-Denis
Groupe politique FN puis RN
Porte-parole du Rassemblement national[b]

(1 an, 8 mois et 26 jours)
Avec Sébastien Chenu
Julien Sanchez
Président Marine Le Pen
Successeur Laurent Jacobelli
Biographie
Date de naissance (24 ans)
Lieu de naissance Drancy (France)
Nationalité Français
Parti politique FN (2012-2018)
RN (depuis 2018)
Site web jordan-bardella.fr

Jordan Bardella, né le à Drancy (Seine-Saint-Denis), est un homme politique français.

Depuis 2012, il est membre du Front national, devenu le Rassemblement national (RN). Il est porte-parole du parti de 2017 à 2019, membre de son bureau national depuis 2018, ainsi que directeur national de Génération nation (anciennement Front national de la jeunesse). Il est conseiller régional d'Île-de-France depuis 2015.

Aux élections européennes de 2019 en France, âgé de 23 ans, il conduit la liste du RN, qui arrive en tête du scrutin. Élu député européen, il devient dans la foulée deuxième vice-président du RN.

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Jordan Bardella naît le à Drancy[1],[2]. Fils unique[3], il est issu d'un foyer d'origine italienne[4],[5],[6]. Sa famille maternelle quitte la région industrielle de Turin dans les années 1960[7],[8].

Il grandit dans sa ville natale[9], dans une cité HLM. Plus tard, il dira qu'au sein du FN, il « représente l’origine modeste et la fibre sociale »[10].

Après avoir obtenu un baccalauréat économique et social (ES) avec la mention très bien au lycée Jean-Baptiste de La Salle à Saint-Denis[11],[12], il est en 2016 étudiant en troisième année de licence de géographie à l'université Paris-Sorbonne[5],[13], puis abandonne ses études pour se consacrer pleinement à l’exercice de ses fonctions politiques[4],[14].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 2012, à l’âge de 16 ans, il adhère au Front national[11],[15]. Il indique avoir pris sa carte « pour Marine Le Pen plus que pour le Front national »[16]. En 2014, à 19 ans, il devient secrétaire départemental du FN de Seine-Saint-Denis[17]. Du au , il est l’assistant parlementaire du député européen FN Jean-François Jalkh[18]. Il est chargé en 2015 de la question des banlieues au sein du FN[19].

Avec Christine Prus, il est candidat aux élections départementales de 2015 dans le canton de Tremblay-en-France ; le binôme obtient 41 % des voix au second tour, et n’est pas élu[20]. Lors des élections régionales de la même année, il est tête de liste FN en Seine-Saint-Denis et est élu au conseil régional d'Île-de-France, avec Huguette Fatna, avec 14,7 % des voix au second tour[21].

En , il lance le collectif Banlieues Patriotes qui « veut rompre avec la politique de la ville et tendre la main aux électeurs des “territoires perdus” de la République »[22]. Selon Le Journal du dimanche, il est « lancé par Florian Philippot, qui l’avait envoyé faire sa première télé et placé à la tête de l’éphémère collectif Banlieues Patriotes »[16].

Candidat aux élections législatives de 2017 dans la douzième circonscription de la Seine-Saint-Denis, il est éliminé au premier tour avec 15,06 % des suffrages exprimés[1],[23].

Cadre du FN puis du RN[modifier | modifier le code]

Jordan Bardella et des membres de Génération nation en 2018.

Le , après la démission de Florian Philippot du FN, Marine Le Pen, qui souhaite faire émerger une nouvelle génération de responsables au sein du parti, nomme Julien Sanchez, Sébastien Chenu et Jordan Bardella porte-parole du Front national[24],[25]. En , à l'issue du XVIe congrès du Front national, il intègre le bureau national du parti[26]. Le , Marine Le Pen le nomme également directeur national du Front national de la jeunesse (FNJ)[27],[28], qui devient ensuite Génération nation (GN)[29],[30].

Le , il devient deuxième vice-président du RN et intègre le bureau exécutif du parti[31],[32].

Député européen[modifier | modifier le code]

Il est désigné tête de liste du RN aux élections européennes de 2019 en France[33]. Alors que Jordan Bardella a 23 ans, ce choix doit, pour le député RN Louis Aliot, « montrer que, dans des partis politiques pourtant bien installés comme le RN, on donne aussi la chance à des jeunes qui sont issus de milieux populaires »[34]. Le journal Libération le décrit comme la « marionnette de Marine Le Pen » ou même comme la « caution moderniste d'une formation politique en fin de refondation »[10]. Jordan Bardella paraît alors nouveau pour beaucoup d'électeurs[35]. Après avoir longtemps été donnée devancée dans les sondages par La République en marche d’Emmanuel Macron, sa liste arrive en tête du scrutin[36],[37]. Il devient alors le deuxième plus jeune député élu depuis les premières élections des représentants au Parlement européen, en 1979, après l’Allemande Ilka Schröder, élue à 21 ans[16].

Au Parlement européen, il siège avec les députés européens français du RN au sein du groupe Identité et démocratie (ID)[38]. Il est membre de la commission des pétitions (PETI)[39].

Après les élections européennes, les enquêtes d'opinion font état d'une hausse de sa popularité, qui reste cependant inférieure à celles de Marine Le Pen et Marion Maréchal[40],[41].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Jordan Bardella juge l’idée d’union des droites « un peu trop restrictive »[42].

Il prend position contre le mariage homosexuel, estimant que celui-ci crée les conditions d'une ouverture de la gestation pour autrui ou de la procréation médicalement assistée[43]. Néanmoins, il affirme en 2019 considérer « comme une majorité de Français, que le mariage pour tous est désormais un acquis » et renvoie ses opposants à l’utilisation du référendum d'initiative citoyenne[44]. Il souhaite également « couper les aides sociales aux personnes présentes en France de façon clandestine »[45].

Durant la campagne des élections européennes de 2019, Jordan Bardella explique que les deux priorités pour la génération à laquelle il appartient sont la crise migratoire et la crise environnementale. Il estime « que s'il y a une responsabilité humaine, dans ce qui apparaît comme un réchauffement climatique, il en va de notre modèle économique », et s'oppose à la multiplication des traités de libre-échange[46],[47]. Selon lui, il faut cesser de « criminaliser les Français » en matière d'écologie[47].

Selon Le Monde, Jordan Bardella peut « se targuer d’avoir tissé quelques liens » avec le ministre italien Matteo Salvini[48], qu’il qualifie de modèle[49]. Il est également réputé proche de Frédéric Chatillon[10] — il est un temps en couple avec l'une des filles de ce dernier[16] —, et un temps de Florian Philippot[50]. Toutefois, il déclare lui-même n'être proche « que de Marine Le Pen »[10].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Directeur national du Front national de la jeunesse du au .
  2. Porte-parole du Front national du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Tout savoir sur Jordan Bardella, tête de liste RN aux élections européennes », sur CNews, (consulté le 29 mai 2019).
  2. « M. Jordan Bardella », sur iledefrance.fr, (consulté le 22 septembre 2017).
  3. Virginie Le Guay, « Rassemblement national : Jordan Bardella, l’« eurostar » », sur Paris Match, (consulté le 5 juin 2019).
  4. a et b Olivier Kahn, « Jordan Bardella, l’insouciance de la jeunesse », sur VSD, (consulté le 17 mai 2019).
  5. a et b Valérie Hacot, « Jordan Bardella, le rajeunissement national », sur Le Parisien, .
  6. Fabien Cazenave, « Européennes. Qui est Jordan Bardella, la tête de la liste du Rassemblement national ? », sur Ouest-France, (consulté le 17 janvier 2019).
  7. (en) « Who is Jordan Bardella, favorite to be head of the list National Rally to the Europeans ? », sur archyworldys.com, (consulté le 24 mai 2019).
  8. (en) « Jordan Bardella: Europeans against Europe », sur tellerreport.com, .
  9. « Vu d’Italie. Jordan Bardella à la conquête des banlieues », sur Courrier international, (consulté le 18 mai 2019).
  10. a b c et d Tristan Berteloot, « Jordan Bardella, poupée de Front pour les européennes », sur Libération, (consulté le 27 décembre 2018).
  11. a et b Eve Szeftel (AFP), « Régionales: Jordan Bardella, jeune candidat FN, mène campagne en Seine-Saint-Denis », sur Le Point, .
  12. Virginie Le Guay, « Le Rassemblement national abat sa carte jeune », sur Paris Match, .
  13. Anna Villechenon, « Le FN affiche sa volonté de (re)conquérir les banlieues », sur Le Monde, (consulté le 25 février 2019).
  14. « Européennes : quatre choses à savoir sur Jordan Bardella, la jeune tête de liste choisie par Marine Le Pen », sur France Info, (consulté le 6 avril 2019).
  15. « Élections européennes : À 23 ans, Jordan Bardella conduira la liste du Rassemblement national », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  16. a b c et d Robin D'Angelo, « Européennes : Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national aux airs de faire-valoir », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 28 juillet 2019).
  17. « Le nouveau visage du FN », sur Le Parisien, .
  18. Laurent Fargues, « Le passé secret d’assistant parlementaire de Jordan Bardella », sur Challenges, .
  19. Béatrice Houchard, « Au FN, Jordan Bardella devient “M. Banlieues” », sur L'Opinion, .
  20. « Résultats des élections départementales de 2015 : Canton Tremblay-en-France », sur France Info, .
  21. « Découvrez les 17 élus du 93 au conseil régional », sur Le Parisien, .
  22. « Le FN lance son collectif Banlieues patriotes », sur Le Figaro, (consulté le 7 janvier 2019).
  23. « Législatives 2017 Seine-Saint-Denis, 12e circonscription : résultats des élections », sur RTL, .
  24. Marc de Boni, « Après le départ de Philippot, Le Pen confie la communication du FN à Rachline », sur Le Figaro, .
  25. « Jordan Bardella nommé porte-parole du FN », sur Le Parisien, .
  26. « Elections européennes : qui est Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national à seulement 23 ans ? », sur LCI, (consulté le 16 avril 2019).
  27. « Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front national », sur frontnational.com, (consulté le 14 mars 2018).
  28. S.T., « Politique : l’élu du 93 Jordan Bardella devient président du FNJ », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2018).
  29. « Les jeunes du Rassemblement national deviennent “Génération nation” », sur Europe 1, (consulté le 17 mars 2019).
  30. Micol Flammini, « Vu d’Italie.Jordan Bardella, le visage de Marine Le Pen pour les européennes », sur Courrier international, (consulté le 16 avril 2019).
  31. « Jordan Bardella promu 2ème vice-président du Rassemblement national », sur Europe 1, (consulté le 20 juin 2019).
  32. « Rassemblement national : Jordan Bardella devient 2e vice-président du parti d'extrême droite », sur 20 minutes, (consulté le 4 août 2019).
  33. « Jordan Bardella officiellement tête de liste du Rassemblement national aux européennes », sur Europe 1, (consulté le 7 janvier 2019).
  34. « Elections européennes : Jordan Bardella désigné tête de liste du Rassemblement national », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2019).
  35. (en) « Jordan Bardella: Fresh face of French far right gives Marine Le Pen hope for future », sur The Times, (consulté le 22 mai 2019).
  36. « Pour la première fois le Rassemblement National dépasse La République en Marche dans un sondage », sur L'Obs, (consulté le 7 juin 2019).
  37. « Européennes : le RN arrive en tête devant LREM avec 23,31% des voix, selon les résultats définitifs », sur Europe 1, (consulté le 7 juin 2019).
  38. « Parlement européen : le groupe du RN et de la Ligue devient “Identité et démocratie” », sur Ouest-France, (consulté le 9 juillet 2019).
  39. « Dans quelle(s) commission(s) parlementaire(s) siègent les eurodéputés français », sur Toute l'Europe, (consulté le 28 juillet 2019).
  40. « La popularité de Macron baisse et celle de Jadot s'envole, selon notre sondage », sur L'Express, (consulté le 31 août 2019).
  41. BVA - Orange, « Sondage : la cote de Bardella et Jadot grimpe, Wauquiez et Mélenchon dégringolent », sur Orange Actualités, (consulté le 31 août 2019).
  42. « « Les Républicains sont morts », estime l’eurodéputé du RN Jordan Bardella », sur ouest-france.fr, (consulté le 28 octobre 2019).
  43. « “Plutôt Manif pour tous…” : qui est Jordan Bardella, favori pour être tête de liste du RN aux européennes ? » [archive], sur Komitid, (consulté le 7 janvier 2019).
  44. « Mariage pour tous, “un acquis”, selon Jordan Bardella », sur RTL, (consulté le 31 août 2019).
  45. « Jordan Bardella, du Rassemblement national : “Nous allons couper les aides sociales aux personnes qui sont clandestines dans notre pays” » [archive], sur RMC, (consulté le 7 janvier 2019).
  46. « Jordan Bardella : “Le meilleur allié de l'écologie, c'est la frontière” », sur Les Échos, (consulté le 31 août 2019).
  47. a et b « Écologie : “Arrêtons de vouloir criminaliser les Français”, lance Bardella », sur RTL, (consulté le 31 août 2019).
  48. « Elections européennes : Jordan Bardella désigné tête de liste du Rassemblement national », sur Le Monde, (consulté le 14 mai 2019).
  49. (en) « Boyish but radical, Jordan Bardella is the protege Marine Le Pen was waiting for Britta Sandberg », sur The Guardian, (consulté le 3 mai 2019).
  50. « Jordan Bardella, le monsieur banlieues du Front national », sur Valeurs actuelles, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :