Monchy-au-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monchy-au-Bois
Monchy-au-Bois
La mairie.
Blason de Monchy-au-Bois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Murielle Roussel
2020-2026
Code postal 62111
Code commune 62579
Démographie
Gentilé Monciaquois
Population
municipale
550 hab. (2019 en augmentation de 7 % par rapport à 2013)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 53″ nord, 2° 39′ 27″ est
Altitude Min. 118 m
Max. 161 m
Superficie 10,98 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monchy-au-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monchy-au-Bois
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Monchy-au-Bois
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Monchy-au-Bois
Liens
Site web monchy-au-bois.fr

Monchy-au-Bois est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes :

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[1]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

Typologie[modifier | modifier le code]

Monchy-au-Bois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (96,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (89,7 %), prairies (7,1 %), zones urbanisées (3,2 %), forêts (0,1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Monciacum in pago Atravatense (661) ; Monciacum nemorosum (662) ; Monchy (1024) ; Monci (1135) ; Monchiacum (1140) ; Munci (1154-1159) ; Monchi (1207) ; Monchiacum in nemore (1222) ; Monchi-u-Bos (1287) ; Monchiakum (XIIIe siècle) ; Monchy-au-Bois (1573) ; Monchy-aux-Bois (1720)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Corbie possédait une ferme ou cense à Monchy-au-Bois. Au XVIe siècle, Philippe Duriez, était censier de l'abbaye à Monchy-au-Bois. Il était cousin germain maternel de Jérôme Duriez, écuyer, seigneur du Hamel, qui avait obtenu une sentence de noblesse en mai 1592. Philippe Duriez eut notamment pour enfant Marie Duriez, épouse de Claude de Bassecourt, seigneur de Saint-Floris en partie. Les Duriez portaient pour armes « De gueules à trois maillets d'or, posés droits »[11].

Pendant la Première Guerre mondiale, en octobre 1914, le front est à proximité de la commune[12]. Français et Allemands s'y sont plusieurs fois attaqués, comme en octobre 1914, pour essayer de déloger l'ennemi[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton d'Avesnes-le-Comte.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1929 1970 Éloi Dantart    
mars 2001 2008 Max Démelin    
mars 2008 2014 Raymond Przybylski    
avril 2014 En cours
(au 30 mars 2022)
Muriel Roussel   Secrétaire de direction retraitée[14],[15],[16]
Réélue pour le mandat 2020-2026[17],[18]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Monciaquois et leur nom jeté est les Terribles.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2019, la commune comptait 550 habitants[Note 4], en augmentation de 7 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9558719969819429201 0931 1451 139
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0761 0621 1231 0251 013937917885890
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
822794781431507499514504478
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
470473449420455483504506504
2015 2019 - - - - - - -
547550-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,0 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 274 hommes pour 282 femmes, soit un taux de 50,72 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,5 
90 ou +
1,4 
4,5 
75-89 ans
6,2 
18,2 
60-74 ans
14,1 
19,7 
45-59 ans
19,6 
21,6 
30-44 ans
19,2 
13,0 
15-29 ans
15,2 
21,6 
0-14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • À la fin du XVIe siècle, Hugues des Wattines, marié à Françoise Penelle de Lallaing, est seigneur de Warlincourt et de Monchy-au-Bois en partie. Il est le fils de Jacques des Wattines, seigneur de Monchy-au-Bois, en son temps écuyer-domestique du duc Charles (Charles le Téméraire) qu'il accompagne à Morat, Granson et Nancy. Il est le père de Renon des Wattines seigneur de Warlincourt[25].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Monchy-au-Bois.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

écartelé au 1) et 4) de gueules au chef d'argent au 2) et 3) d'or plain.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 256.
  11. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 17-18, lire en ligne.
  12. « Visionneuse - Mémoire des Hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  13. « Visionneuse - Mémoire des Hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  14. « Monchy-au-Bois : Murielle Roussel élue premier magistrat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  16. Alain Desfachelles (CLP), « Projets des maires - Monchy-au-Bois : «Tout faire pour qu’un commercese réinstalle dans le village» : Muriel Roussel, habitante de la commune depuis 45 ans, a été élue maire en mars après avoir été adjointe durant six ans. Pour ce premier mandat, elle espère voir arriver un commerce dans le village. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  18. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Monchy-au-Bois (62579) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  25. Amédée le Boucq de Ternas, op. cit., p. 25.