Sailly-sur-la-Lys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sailly-sur-la-Lys
Sailly-sur-la-Lys
L'église de Bac-Saint-Maur.
Blason de Sailly-sur-la-Lys
Blason
Sailly-sur-la-Lys
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté de communes Flandre Lys
Maire
Mandat
Jean-Claude Thorez
2020-2026
Code postal 62840
Code commune 62736
Démographie
Gentilé Saillisien
Population
municipale
3 910 hab. (2019 en diminution de 2,91 % par rapport à 2013)
Densité 403 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 39′ 30″ nord, 2° 46′ 15″ est
Altitude Min. 13 m
Max. 19 m
Superficie 9,7 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beuvry
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sailly-sur-la-Lys
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sailly-sur-la-Lys
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Sailly-sur-la-Lys
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Sailly-sur-la-Lys
Liens
Site web sailly.info

Sailly-sur-la-Lys [saji syʁ la lis] est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Historiquement en Flandre française, elle appartient à la communauté de communes Flandre Lys.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Sailly-sur-la-Lys, est située sur la rivière Lys, franchie dans le passé grâce à un bac puis une écluse fut construite pour relier les deux rives.

Les communes proches de Sailly-sur-la-Lys sont Laventie 2,8 km, Fleurbaix 4,5 km, Estaires 4,7 km et Steenwerck 4,7 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sailly-sur-la-Lys est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[4] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,4 %), zones urbanisées (17,2 %), zones agricoles hétérogènes (6,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Année Dénomination
878 Saltiacum ou Sallciacum
1024 Saliacum
1053 Salli
1098 (Salegium) Salgi
1157 Sailli
1245 Les lois du pays de Lalloeu
1296 Première mention de la Prévôté de Sailly
1790 Sailly est rattachée au Pas-de-Calais

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Béthune du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes Monts de Flandre - Plaine de la Lys. Depuis 2014, elle est membre de la communauté de communes Flandre Lys[11].

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Beuvry.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la neuvième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1895 ? Philippe Lebleu    
? ? Henri Lebleu    
1935 ? César Menart    
mai 1953 ? Henri Feutrie    
mars 1971 ? Gilbert Grenier   Cultivateur
mars 1983 mars 2014[12] Annie Van Cortenbosch PS Professeure de lettres retraitée
Conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais (2004 → 2015)
mars 2014 En cours
(au 4 avril 2022)
Jean-Claude Thorez Sans étiquette Cadre retraité du secteur bancaire[13]
Réélu pour le mandat 2020-2026[14],[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2019, la commune comptait 3 910 habitants[Note 3], en diminution de 2,91 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0972 1762 3912 2802 3782 3912 3922 4412 430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5212 6722 9732 7542 5852 4532 3992 4352 407
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5142 6082 6041 7032 0412 0732 0602 0112 098
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 0591 9242 0492 9193 8893 9813 9954 0134 093
2014 2019 - - - - - - -
4 0173 910-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 923 hommes pour 2 023 femmes, soit un taux de 51,27 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,8 
5,2 
75-89 ans
7,4 
21,7 
60-74 ans
21,9 
22,9 
45-59 ans
21,4 
16,4 
30-44 ans
17,5 
14,8 
15-29 ans
14,0 
18,6 
0-14 ans
16,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de la maison de la Prévoté.
Flandria illustrata de Sanderus, t.II, p. 362 La Haye, 1726.

Monuments historiques :

  • Maison dite de la Prévoté : inscription par arrêté du 5 janvier 1925[22].

La Prévôté est un corps de logis situé sur le cimetière de la paroisse, près de la Lys. C'était une enceinte fortifiée qui comprenait la demeure du prévôt, les prisons et la salle de justice où se tenaient les "plaids" du pays. Une chapelle dédiée à la Vierge complétait l'ensemble de ces constructions. Au XVIe siècle, pendant les troubles des gueux, la Prévôté fut pillée et brûlée en partie. Détruite, la porte d'entrée reconstruite en 1612 est défendue par deux tours de guet, des fenêtres à meneaux en pierre et des pignons découpés de pas de moineaux. Le prévôt représentait l'abbé de Saint-Vaast dans toutes les affaires civiles et judiciaires, mais à l'église il n'avait que des droits honorifiques.

    • Sur le panneau explicatif devant le monument (abrégé) :

C'est l'un des rares vestiges de l'histoire du Pays de L'Alloeu. Dès 1296, un texte fait mention de l'existence d'une prévôté à Sailly. C'était un lieu où l'on rendait la justice et où se réunissaient parfois les échevins. C'était aussi le lieu de résidence du Prévôt représentant l'abbaye d'Arras. Le dernier prévôt demeura à Sailly de 1772 à 1791. Elle reste l'une des plus belles demeures de notre région.

En 1296, la maison du moine de Sailly fut transformée en forteresse par crainte de Philippe le Bel en guerre avec les comtes de Flandres.

En 1566 pendant la guerre des gueux, la Prévôté a été saccagée et brûlée. La porte d'entrée a été reconstruite en 1612. Les bâtiments furent confisqués à la Révolution. Atteinte de plusieurs projectiles en 1914-1918, la prévôté a subi une complète restauration.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Centre d'animation socioculturel Françoise-Dolto activités, poterie, scrabble, point de croix, bibliothèque, centre de loisirs, rallye famille, couture, Ateliers collectifs familles, , journée eco- santé, dictée de Sailly, dispositif OVVV, séjour de ski avec les ados, sorties culturelles, tricot crochet, danse moderne, danse classique, danse de salon, danse rock, Animation Inter classes, peinture, dessin, théâtre, spectacle son et lumière, centre animation jeunes et adolescents, atelier bricolage, club informatique, chasse à l'œuf, sortie mondial de l'auto, une vingtaine de salarié durant l'été.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

ancien

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'or à la barre ondée d'azur accompagnée en chef d'une croix ancrée de gueules et en pointe du bâtiment de la prévôté du même.


Quatre éléments essentiels et dominants dans la commune se retrouvent sur le blason : la Lys, ce ruban bleu au centre du blason, symbolise l'unité de la commune, puisque la Lys la borde sur toute sa longueur. Cette rivière eut autrefois une grande importance dans le développement du Pays de Lalloeu.

En juin 2017, le conseil municipal décide de déclarer le logo actuel comme étant le blason officiel[23].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « Sailly-sur-la-Lys: quels changements pour la commune après l’adhésion à la Communauté de communes Flandre Lys? : La réunion publique organisée il y a quelques semaines à la CCFL pour évoquer les nouvelles règles pour les ordures ménagères a été marquée par une levée de boucliers. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Anne-Charlotte Pannier, « Sailly-sur-la-Lys: Jean-Claude Thorez met fin au règne d’Annie Vancortenbosch (VIDÉO) : Il y a eu des larmes dimanche soir du côté de la salle polyvalente de Sailly-sur-la-Lys. La forte participation, 70%, était-elle un signe? La maire en place depuis trente et un an, Annie Van Cortenbosch, s’est inclinée face à Jean-Claude Thorez, l’une des deux têtes de liste de l’opposition. Si la tendance s’est dessinée très vite, l’éventualité d’un second tour n’a pas tout de suite été écartée. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  14. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Sailly-sur-la-Lys (62736) », (consulté le ).
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  22. « Maison dite de la prévoté », notice no PA00108388, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Compte-rendu : Conseil Municipal du 30 juin 2017 » [PDF], sur sailly.info, .