Preures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Preures
Preures
La mairie et son clocher-mur.
Blason de Preures
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois
Maire
Mandat
Christophe Coffre
2020-2026
Code postal 62650
Code commune 62670
Démographie
Gentilé Preurois, Preuroises
Population
municipale
618 hab. (2019 en augmentation de 5,1 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ 21″ nord, 1° 52′ 44″ est
Altitude Min. 61 m
Max. 167 m
Superficie 15,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Lumbres
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Preures
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Preures
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Preures
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Preures

Preures est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois qui regroupe 49 communes et compte 15 747 habitants en 2018.

Sur le territoire de la commune, en 1925, est découvert un cimetière mérovingien, avec 210 sépultures, qui contenait un mobilier funéraire relativement riche, dont le cheval de Preures, une fibule en bronze, représenté sur le blason de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Preures est une petite commune du Haut-Artois formé de plusieurs hameaux, dans un relief assez vallonné. Elle se situe, à 14 km de Desvres[1], à 19 km de Montreuil[2], à 22 km de Fruges[3], à 27 km de Lumbres[4], ainsi qu'à 36 km au sud de Boulogne-sur-Mer[5], 101 km d'Arras[6], 111 km de Lille[7] et 241 km de Paris[8] par la route.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de neuf communes :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Superficie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 15,87 km2 ; son altitude varie de 61 à 167 mètres[9].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par le Baillons, cours d'eau naturel non navigable de 9,57 km qui prend sa source dans la commune de Hucqueliers et se jette dans la Course ou Canche[10] au niveau de la commune de Beussent[11],[12].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Preures est de type océanique.

Données météorologiques d'après le relevé de la station météorologique la plus proche, celle du Touquet-Paris-Plage (21 km à vol d'oiseau)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 1,8 3,8 5,1 8,4 11,3 13,5 13,6 11,3 8,7 5,1 2,6 7,3
Température moyenne (°C) 4,7 4,7 7,1 9,3 12,7 15,2 17,4 17,6 15,3 12,2 8 5,1 10,8
Température maximale moyenne (°C) 7,2 7,7 10,5 13,4 17 19,2 21,3 21,6 19,3 15,6 11 7,7 14,3
Ensoleillement (h) 64,2 77,6 127,1 179 200,2 213,9 220,9 201,1 158 113,3 62,7 51,7 139
Précipitations (mm) 73,9 55,5 60,7 55,2 63,2 57,5 60 63,7 78,2 105,7 104,5 93,8 871,9
Source : « données climatiques », sur infoclimat.fr (consulté le )


Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[13]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2] : la forêt et pelouse de Montcavrel. C'est l’un des rares grands massifs forestiers du Montreuillois. Il se situe dans le haut Pays d’Artois, dans un secteur de plateau densément disséqué par un réseau de vallées pérennes et de vallées sèches, à la charnière de trois bassins versants : la Baillonne au nord, la Course à l’ouest et la Bimoise au sud/sud-est[15].

Et une ZNIEFF de type 2[Note 3] : la vallée de la Course. Elle se situe dans le pays de Montreuil et plus précisément dans l’entité paysagère des ondulations montreuilloises[16].

L'inventaire national du patrimoine naturel permet de découvrir les espèces présentes[17], les espèces protégées[18] ainsi que le statut biologique (indigène, introduite dont envahissante…) des espèces recensées sur la commune de Preures[19].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Preures est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[20],[21],[22]. La commune est en outre hors attraction des villes[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune de Preures est marquée par l'importance des terres arables et des prairies (89,2 %). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2018 est la suivante : terres arables (61,4 %), prairies (27,8 %), forêts (4,5 %), zones urbanisées (3,8 %), zones agricoles hétérogènes (2,5 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune de Preures comprend les hameaux de Séhen, de le Clivet, du Fayel et de la Roque,

On trouve également les lieux-dits, du nord au sud : le Cailleuez, les Rietz, le Petit Preures et la rue Noire[27].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, on dénombre à Preures 289 logements se répartissant en 87,4 % de résidences principales, 6,9 % de résidences secondaires et logements occasionnels et 5,7 % de logements vacants, répartis en 268 maisons (92,7 %) et 2 appartements (0,7 %). En l'espace de cinq ans, entre 2012 et 2017, le nombre d'appartements est resté stable et le nombre de maisons a augmenté de 3,6 % soit + 9.

Les constructions des résidences principales, jusqu'en 2015, s'échelonnent comme suit : 16,6 % ont été construites avant 1919, 5,7 % entre 1919 et 1945, 14,2 % entre 1946 et 1970, 25,1 % entre 1971 et 1990, 24,7 % entre 1991 et 2005 et 13,8 % de 2006 à 2014.

En 2017, parmi ces résidences principales, 66,5 % sont occupées par leurs propriétaires, 32,3 % par des locataires (dont 1,5 % pour des logements HLM loués vides) et 1,1 % par des occupants à titre gratuit[Insee 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

L'entrée de la commune par la D 148.

La commune se situe au croisement de la D 148, reliant Verchocq à Frencq, et de la D 129 venant du hameau de Séhen, au nord, et se prolongeant au sud, vers Montcavrel.

L'autoroute A16 passe à l'ouest de la commune, la desservant par le biais des sorties no 26 (Étaples-Le Touquet) et no 27 (Neuchâtel-Hardelot), situées toutes les deux à 24 km (trajet de h en venant de Paris)[28] et l'autoroute A26 passant à l'est de la commune et la desservant par le biais de la sortie no 4 (Aire-sur-la-Lys) située à 36 km.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune est à 22 km de la gare de Brimeux, située sur la ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples, desservie par le réseau TER, et à 22 km de la gare d'Étaples - Le Touquet, située sur la ligne de Longueau à Boulogne-Ville, desservie par le réseau TER et TGV inOui (accessibles en tarification TERGV, depuis ou vers Lille-Europe ou Arras).

Preures se trouvait sur la ligne d'Aire-sur-la-Lys à Berck-Plage, qui était en service de 1893 jusqu'en 1955. La gare est devenue une maison d'habitation.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La commune est située à 25 km à l'est de l'aéroport du Touquet-Côte d'Opale.

Voies de la commune[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le risque sismique est « faible » (niveau 2) sur l'ensemble du territoire communal (zone 1 sur 5 du zonage mis en place en )[29], la majorité des communes du Pas-de-Calais sont en risque « faible » (zone 2 sur 5).

La commune n'est pas exposé à un risque important d'inondation mais est soumise à un plan de prévention des risques inondation et à un programme de prévention (PAPI), aucun mouvement de terrain ou de présence de cavité souterraine n'est recensé, le potentiel radon est faible, en revanche, elle est exposée au retrait-gonflement des sols argileux.

À la suite d'inondations et coulées de boue, la commune a été reconnue, à plusieurs reprises de 1995 à 2016, en état de catastrophe naturelle comme, le dernier en date, celui du au par arrêté du [30].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est à plus de 20 km d'une centrale nucléaire. Les centrales nucléaires françaises les plus proches, productrices de la grande majorité de l'électricité fournie à la commune, sont celles de Gravelines (50 km au nord, à vol d'oiseau) et Penly (80 km au sud-ouest, à vol d'oiseau), à noter que la centrale de Dungeness, en Angleterre, est située à 74 km au nord-ouest, à vol d'oiseau.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Praura (1069), Pratura (1235), Preure (1254), Preurae (XIIIe siècle), Preulles (XIVe siècle), Preura (1440)[31] et Preures (1793).

Ernest Nègre donne comme origine toponymique le latin pratura, croisement de pratum « prés » et pastura « action de paître »[32] et Jacques Mahieu donne une origine, assez proche, du latin prata, pluriel de pratum, « prés », suivi du suffixe -ura, donnant « pâtures »[33].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean de Preures, chevalier, épousa au XIVe siècle Marie de Mailly, fille de Gilles, seigneur d'Authuiles ; leur fils, marié à Jeanne de Brimeu, fut le dernier de la famille. L'héritière de l'importante seigneurie de Preures épousa successivement : Archambaud de Croy qui fut tué à Azincourt en 1415 ; Jean de Fosseux, chambellan du duc de Bourgogne, et enfin le sire de Commines. À dater de cette époque Preures ne cessa d'appartenir aux illustres barons de Thiembronne : il eut pour propriétaires d'abord les Bournel ; puis les Rouault-Gamaches ; puis les de Brune de Montlauet et enfin Jacques de Bullion, marquis de Farvacques qui transmit le domaine aux Gontaut-Biron, aux Biencourt et aux Rohan-Chabot. La confrérie des Charitables, fondée en 1627 dans l'église de Preures, fut rétablie en 1836. Le pèlerinage de saint Adrien est célèbre dans le pays. On l'invoque pour être préservé des épidémies ; tous les sept ans, les habitants de Samer se rendent processionnellement à l'église de Preures, afin d'implorer sa puissante intercession.

Les chanoines de Boulogne, héritiers du chapitre de Thérouanne, dont les droits avaient été confirmés en 1179 par le pape Alexandre III, partageaient la dîme avec le prieur de Renty et avec le titulaire de la chapelle castrale de Saint-Jean-Baptiste.

Le château fort fut détruit en 1554 par le duc de Norfolk après l'avoir assiégé.

En 1662, Bertrand Postel, sieur du Clivet, prit la tête des révoltés du Boulonnais dans la guerre dite des Lustucru et les entraîna vers Hucqueliers où la forteresse leur servit de base lors du dénouement final. En représailles les soldats du roi brûlèrent son manoir patrimonial. Arrêté, du Clivet connut le supplice de la roue, le .

En 1820 le hameau de Séhen tenta de conquérir son indépendance sur le plan paroissial. Ils avaient, à cet effet, fait construire une chapelle qui fut frappée d'interdit en 1885.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Un cimetière mérovingien est découvert dans la commune en 1925, par Albert Crépin. Propriétaire des lieux, il a exhumé lui-même les 210 sépultures datant des VIe siècle et VIIe siècle, ce qui atteste de l'ancienneté de la commune. Les tombes contenaient un mobilier funéraire relativement riche, composé d’armes, de boucles de ceintures et de baudriers, de bijoux, de fibules, d’amulettes, de vases de terres et de verre…. Ces nécropoles sont probablement franques, car elles contenaient des fers de lance et des scramasaxes. Toutefois, de nombreux objets du mobilier, notamment des fibules et des « gobelets carénés à bourrelets circulaires », sont d’origine saxonne[34]. La plus remarquable découverte fut le cheval de Preures, une fibule en bronze, représenté sur le blason de la commune[35].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Preures se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune de Preures a fait partie, de 1997 à 2016, de la communauté de communes du canton d'Hucqueliers et environs et, depuis le , elle fait partie de la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois dont le siège est basé à Fruges.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton de Hucqueliers, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements.

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est maintenant rattachée au canton de Lumbres composé de 60 communes[36],[37].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Preures, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[38], pour un mandat de six ans renouvelable[39]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15[40]. 15 conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 60,52 %[41].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[42],[41].

  • Maire sortant : Christophe Coffre (SE)
  • 15 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2019 en augmentation de 5,1 % par rapport à 2013 : 618 habitants)
Résultats des municipales de 2020 à Preures
Tête de liste Liste Premier tour
Voix % CM
Christophe Coffre SE 230 15
Votes valides 273 97,85
Votes blancs 2 0,72
Votes nuls 4 1,43
Total 279 100 15
Abstention 182 39,48
Inscrits / participation 461 60,52

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 2 avril 2022)
Christophe Coffre   Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[43],[44],[45]
Réélu pour le mandat 2020-2026[46],[47],[48]

Finances communales[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune de Preures n'est jumelée avec aucune ville.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Prélèvements en eau et usages[modifier | modifier le code]

En 2018, sur le territoire de la commune, il a été prélevé 159 914 m3 d'eau[49].

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectif[modifier | modifier le code]

Le syndicat intercommunal d'adduction d'eau de la région de Bourthes et le syndicat intercommunal d'adduction et de distribution d'eau de la vallée des Baillons assurent la gestion de l'eau potable en régie. L'assainissement non collectif est géré par la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois (CCHPM), en revanche, il n'y a pas de donnée concernant l'assainissement collectif et [50].

Tarifs de l'eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Preures, les tarifs sont les suivants :

  • Eau potable, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé entre 1,39 euro et 2,85 euros (au ).
  • Assainissement collectif, aucune donnée disponible.
  • Assainissement non-collectif, pour un diagnostic de bon fonctionnement et d'entretien, le montant facturé est de 45 euros (au )[50].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est organisée par la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois[51].

La commune est à proximité des déchèteries d'Ergny (7 km) et de Longfossé (10 km)[52] ainsi que du site d'installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) de Bimont (4 km) et du centre de compostage de Cormont (10 km)[53].

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Preures est située dans l'académie de Lille. Elle administre l'école maternelle des Baillons[54] et dispose de la micro-crèche, « Au pays des merveilles », d'une capacité de dix places[55].

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d'un bureau de poste, celui-ci se trouve dans la commune voisine d'Hucqueliers (3 km)[56].

Santé[modifier | modifier le code]

Les Preurois bénéficient des services d'une part, du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (CHAM), situé à Rang-du-Fliers, à 30 km[57] et d'autre part, du centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer à 34 km[58].

Un hébergement médicalisé pour personnes âgées est situé sur la place de la commune[59].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal de proximité de Montreuil, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel d'Amiens et de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer et du tribunal paritaire des baux ruraux de Boulogne-sur-Mer, Calais et Montreuil[60].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune est dans la compétence territoriale de la brigade de gendarmerie d'Hucqueliers (3 km)[61],[62].

Secours[modifier | modifier le code]

La commune est à proximité du centre d'incendie et de secours (CIS) d'Hucqueliers (3 km)[63].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[64]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[65].

En 2019, la commune comptait 618 habitants[Note 5], en augmentation de 5,1 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
741720771760750772741750753
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
718758754734786700740745747
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
762770768682622589570582563
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
536514472509426448494508554
2014 2019 - - - - - - -
600618-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[66].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,2 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 301 hommes pour 311 femmes, soit un taux de 50,82 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[67]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,3 
90 ou +
1,6 
9,1 
75-89 ans
12,0 
14,5 
60-74 ans
16,7 
20,0 
45-59 ans
16,0 
19,5 
30-44 ans
19,9 
16,7 
15-29 ans
15,2 
17,9 
0-14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[68]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La balade gourmande de la vallée de la Course est organisée, depuis 2018, le lundi de Pâques, avec les comités des fêtes d’Enquin-sur-Baillons et de Bezinghem, de la carabine beussentoise et du foyer rural de Preures. Cette balade pédestre, qui a déjà regroupé 1 000 participants, consiste en une boucle balisée de 12 km, au cœur des paysages de ces communes, entrecoupée de pauses gastronomiques avec des produits locaux[69].

Le festival de rock « Preures en rock », organisé par foyer rural Preures-Zoteux, se déroule tous les ans au mois de juin, depuis 2014[70].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Le club Foyer Rural Preures-Zoteux évolue dans le district Côte d'Opale.

Sports mécaniques[modifier | modifier le code]

L'association Team-Preures Rallye ++, dont les domaines d'activité sont les sports mécaniques (sport automobile, moto, trial), est située au no 60 rue Noire[71].

Autres sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose de la salle intercommunale de la Roque où l'on peut y pratiquer le futsal, le basket-ball, le volley-ball, le handball et le tennis.

Le foyer rural de Preures-Zoteux organise, chaque année, le jeudi de l'Ascension, le rurathlon. Cette épreuve qui attire 300 participants est constituée d'épreuves pédestres et de VTT sur différentes distances[72].

Sentiers pédestres[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 127 A, appelé aussi GR de pays du Haut-Pays d'Artois, de Dennebrœucq à Doudeauville (longueur 42 km), traverse le sud de la commune en venant de Bimont et se dirigent vers Enquin-sur-Baillons[73].

Un chemin de randonnée PR (Promenades & Randonnées), situé à l'est de la commune et passant par le centre du village, propose une boucle venant de Hucqueliers[74].

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est rattaché à la paroisse de « Notre-Dame des sources » au sein du doyenné de Berck - Montreuil, dépendant du diocèse d'Arras. Ce doyenné couvre 68 communes.

La commune dispose d'un lieu de culte, l'église Saint-Martin de Preures, sise rue de l'Église[75].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour le Montreuillois[76].

La commune est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, le revenu fiscal médian par ménage, de la commune de Preures, est de 19 810 , pour un revenu fiscal médian en métropole de 21 730 [Insee 2].

Emploi[modifier | modifier le code]

La commune de Preures appartient, selon l'INSEE, à la zone d’emploi de Boulogne-sur-Mer et au bassin de vie de Desvres[77].

La commune est composée de 22,7 % de personnes n'ayant pas d'activité professionnelle (25,9 % en métropole), qui se décompose en retraités (7,3 %) et personnes n’exerçant pas une activité professionnelle, étudiants et autres inactifs (15,4 %)[Insee 3].

En 2017, le taux de chômage, en augmentation mais inférieur à la métropole, est de 12,2 % (8,5 % en 2012 et 13,4 % métropole). La population féminine représente 63,9 % des chômeurs (48,7 % département) et 75 % du travail à temps partiel. Sur 100 actifs, 79 travaillent dans une autre commune que leur commune de résidence[Insee 4].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , la commune de Preures comptait 24 établissements (hors agriculture) : 5 dans l'industrie, 7 dans la construction, 1 dans le commerce de gros et de détail, transport, hébergement et restauration, 2 dans l'activité immobilière, 3 dans l'activité spécialisée, scientifique et technique et activité de service administratif et de soutien, 4 dans le secteur administratif et 2 dans les autres activités de services[Insee 5].

En 2019, 2 entreprises ont été créées[Insee 6].

La gare de Preures, située sur la ligne d'Aire-sur-la-Lys à Berck-Plage, aujourd'hui transformée en maison d'habitation, relevait autrefois d'une activité économique importante : chargement de betteraves, arrivée de wagons chargés de matériaux de construction, arrivage de poissons.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune de Preures fait partie de la petite région agricole du « Haut-pays d'Artois »[78].

En 2010, on comptait 16 exploitations agricoles, pour une superficie agricole utilisée de 1 203 hectares, dont 13 exploitations avec un cheptel de vaches laitières et 5 de vaches nourrices[79].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin accuse diverses époques d'architecture : le chœur, éclairé de neuf fenêtres, est du XVe siècle. La tour, qui a conservé le caractère roman, était surmontée d'un clocher très remarquable qui s'écroula en 1808 à la suite des dégradations subies pendant la Révolution. La flèche actuelle a été élevée en 1853. La tradition attribue la construction de la remarquable église de Preures à Waléran III de Luxembourg-Ligny (vers 1355-1415), seigneur de Tingry et d'Hucqueliers, qui fonda une rente au profit de la fabrique. Le tableau du maître-autel est une copie d'une œuvre du peintre Raphaël, signée Jean-Baptiste Caron.
  • Le musée privé de Preures (qui existait en 1980), archéologie, fossiles.
  • Au lieu-dit les Châteaux, à quelques pas d'une vieille tour, s'élève la motte féodale sur laquelle était bâtie l'antique forteresse des seigneurs de Preures.
  • L'ancienne gare, aujourd'hui maison d'habitation, située sur l'ancienne ligne de chemin de fer Aire-sur-la-Lys - Berck-Plage.
  • Le manoir Saint-Martin, place de l'Église, construit en 1729 par la famille du Quesnoy, seigneurs d'Escœuilles, de Saint-Martin en Preures et de Rety.
  • Le calvaire, rue du Bassin.
  • Le monument aux morts, place de la mairie[80].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Crépin (1887-1967), né à Wierre-au-Bois, fermier preurois devenu archéologue à la suite de la découverte de vestiges mérovingiens sur son terrain, qui continua les fouilles jusqu'à sa mort[81],[82]. Il fut inhumé dans le pré dénommé, Champ de la mort où il entreprit ses premières recherches.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Preures Blason
De sinople à une figure mérovingienne de cheval d'argent[83].
Détails
Le meuble représente une fibule mérovingienne en bronze, prénommée Cheval de Preures, découverte lors de fouilles ayant eu lieu entre 1930 et 1933.

Adopté par la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier complet de Preures en 2017, rubrique Logement en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  2. « Dossier complet - commune de Preures - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  3. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune de Preures - EMPT 1 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  4. « Dossier complet - commune de Preures - EMP T4 et ACT T4- Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - Département du Pas-de-Calais - EMP T4 et ACT T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  5. « Dossier complet - commune de Preures - DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  6. « Dossier complet - commune de Preures - DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2019 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Desvres », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Montreuil », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Fruges », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  4. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Lumbres », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  5. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Boulogne-sur-Mer », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  6. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Arras », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  7. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Lille », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  8. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Preures et Paris », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  9. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  10. Fiche du fleuve Course ou Canche sur le site du SANDRE.
  11. Fiche du fleuve Baillons sur le site du SANDRE.
  12. Fiche du fleuve Canche sur le site du SANDRE.
  13. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  14. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  15. « ZNIEFF 310007273 - Forêt et pelouse de Montcavrel », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF 310013724 - la vallée de la Course », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « espèces présentes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « espèces protégées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « statut biologique des espèces recensées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover | Données et études statistiques - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site de l'inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution (consulté le ).
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. « La commune de Preures, hameaux et lieux-dits » sur Géoportail (consulté le 29 avril 2021)..
  28. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Durée du trajet par la route entre Preures et Paris », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  29. « Zonage sismique en France », sur planseisme.fr, (consulté le ).
  30. « Les risques près de chez moi », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  31. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 307.
  32. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 348.
  33. Jacques Mahieu, Noms des lieux des cantons d'Étaples et d'Hucqueliers et de leurs confins ainsi que du littoral du Marquenterre, Mémoire d'Opale n°3, p-22-39.
  34. Benoit Forestier, « L'agriculture et la société rurale dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer depuis 1850 », sur theses.fr, ABES, (consulté le ), p. 19
  35. Jean-Claude Routier, René Legoux et Freddy Thuillier, Revue du Nord n° 378 : La nécropole mérovingienne de Bloville, Association Revue du Nord, , 200 p. (lire en ligne), p. 93 à 156.
  36. « Liste des communes composant le canton de Lumbres (6233) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  37. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  39. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le ).
  40. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  41. a et b « Résultats du 1er tour à Preures », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  42. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  43. « Preures : Christophe Coffre retrouve son fauteuil de maire : Dimanche, les conseillers municipaux ont désigné maire et adjoints. Vice-président de la communauté de communes Christophe Coffre y siégera. Les deux autres délégués seront désignés ultérieurement. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  45. Philippe Selencque (CLP), « Les projets du maire de Preures : voirie, assainissement, cadre de vie… il y a du pain sur la planche : Christophe Coffre, 54 ans, marié, trois enfants a rempilé pour un troisième mandat de maire à Preures. Auparavant, il avait été deuxième adjoint et conseiller municipal. Vice-président de la communauté de communes du canton d’Hucqueliers (CCCH) chargé des travaux, de l’urbanisme et de l’habitat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21599233
  47. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  48. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  49. « Volume d'eau prélevé en 2018 », sur Le site de la Banque nationale des prélèvements en eau (BNPE) (consulté le ).
  50. a et b « Gestion de l'eau », sur L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  51. « Gestionnaire des déchets », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  52. « Déchèterie », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  53. « compostage », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  54. « Liste des écoles de Preures », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  55. Philippe Senlecque, « La microcrèche de Preures veut augmenter sa capacité », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. « Bureau de poste », sur laposte.fr (consulté le ).
  57. « Les chiffres », sur le site du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (consulté le ).
  58. « Les chiffres », sur le site du centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer (consulté le ).
  59. « Association de Preures », sur eterritoire.fr (consulté le ).
  60. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  61. « Brigade de gendarmerie d'Hucqueliers », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  62. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  63. « CIS d'Hucqueliers », sur sdis62.fr (consulté le ).
  64. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  65. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  66. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  67. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Preures (62670) », (consulté le ).
  68. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  69. Philippe Senlecque, « La balade gourmande de la vallée de la Course fait son retour lundi à Enquin-sur-Baillons », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. Philippe Senlecque, « Preures en Rock renoue avec le succès et du bon son », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  71. « Journal officiel », sur le site du Journal officiel de la République française, (consulté le ).
  72. Philippe Senlecque, « Plus de 300 participants au rurathlon de Preures-Zoteux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  73. « Les GR », sur le site officiel du Comité du Pas-de-Calais (consulté le ).
  74. « Carte de Preures. » sur Géoportail (consulté le 28 avril 2021.)..
  75. « Doyenné de Berck Montreuil », sur Diocèse d'Arras (consulté le )
  76. « Actualités Montreuil », sur le site du quotidien régional La Voix du Nord (consulté le ).
  77. « Intercommunalités et zonages d'études », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  78. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles (PRA) voir le référentiel », sur agreste.agriculture.gouv.fr, (consulté le ).
  79. « Les exploitations ayant leur siège dans la commune », sur Le site du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le ).
  80. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  81. Pierre Leman, Archéologues des Hauts-de-France de 1790 à nos jours, Presses Universitaires du Septentrion, , 198 p. (lire en ligne), p. 78.
  82. J. Lestocquoy, Revue du Nord : Nécropoles et civilisation en Artois et Boulonnais, 1957, t. 40, Lille, Université de Lille, (lire en ligne), p. 565.
  83. « 62670 Preures (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).