Moules-frites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la gastronomie
Cet article est une ébauche concernant la gastronomie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Moules-frites
Image illustrative de l'article Moules-frites
Présentation d'un plat de moules-frites

Autre nom Moules marinières avec frites
Lieu d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Place dans le service Plat principal
Ingrédients Moules
Frites
Accompagnement Bière
Pinot blanc

Les moules-frites sont un mets très populaire en Belgique et dans le nord de la France, constitué de moules cuites et accompagnées de frites.

La portion de moules est généralement de un kilogramme et demi par personne ; elle est souvent servie à chaque convive dans le récipient de cuisson.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les moules-frites sont servies pour la première fois dans la friture Fritz, sur le champ de foire de Liège, en 1875[1].

Composition[modifier | modifier le code]

En fonction des recettes, les doses changent[2],[3],[4]. Côté calories, une dose de moules d'un litre, associée à 150 grammes de frites, contient entre 500 et 600 kilocalories[5] auxquelles s'ajoutent celles de la mayonnaise (ou autre sauce) d'accompagnement.

Moules marinières[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Moules marinières.

Frites[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Frite.

Consommation[modifier | modifier le code]

Photo d'un tas de moules.
Un tas de moules à la braderie de Lille.

Le moules-frites est servi partout en Belgique, de la côte au fond des Ardennes. En France, il est courant dans le Nord-Pas-de-Calais. Il s'agit du plat typique de la braderie de Lille[6]. En 2009, cinq cents tonnes de moules et trente tonnes de frites ont été consommés durant celle-ci[7]. Durant ce week-end, les restaurateurs font un tas des moules engloutis ; la majorité du temps, le restaurant Aux moules (rue de Béthune) et La Chicorée (place Rihour) ont les plus gros[8].

En 2008, TNS Sofres réalise un sondage parmi les gens du Nord. Les moules-frites arrivent en seconde position avec 25 %. Le plat est devancé par le steak frites qui recueille 33 %[9]. En France, selon le même sondage TNS-Sofres, le moules-frites arrive en seconde place parmi les plats préférés des Français à 20 %[10]. Il est devancé d'un point par le magret de canard.

Côtes-de-provence La Londe rosé et moules-frites.

Le plat peut être consommé avec une bière blonde d'abbaye[11]. Pour les vins, il faut privilégier le vin blanc sec[11] ; le vin rouge est à éviter à cause des tanins[12],[13]. Au niveau des sauces, en plus de la sauce marinière qui accompagne déjà les moules, il est possible de rajouter de la mayonnaise avec les frites[5].

Le moules-frites est également la spécialité de la chaîne belge de restauration Chez Léon[14].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le plat est devenu le mets identitaire national belge[15].

Selon un sondage réalisé en 2011, pour le journal quotidien La Voix du Nord, les moules-frites représentent le mieux cette région avec les beffrois à 34 %[16]. Lors du sondage de 2008, le mets arrive second à 35 % derrière les beffrois à 41 %.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Leclercq, « La véritable histoire de la pomme de terre frite », Bibliothèque et musée de la Gourmandise (consulté le 17 octobre 2015).
  2. « Les moules frites », France (consulté le 18 juin 2012).
  3. « Moules frites », 750 grammes (consulté le 18 juin 2012).
  4. « Moule frites bière véritable recette ch'ti », Marmiton (consulté le 19 juin 2012).
  5. a et b « Qui peut faire la peau à la « moules-frites » ? », La Voix du Nord,‎ (consulté le 18 juin 2012).
  6. Céline Malherbe, « La Braderie de Lille : à l’heure des Moules Frites ! », CityVox,‎ (consulté le 17 juin 2011).
  7. Axelle Szczygiel, « Braderie de Lille : 2 millions de visiteurs attendus ce week-end », Elle,‎ (consulté le 18 juin 2012).
  8. EP, « Braderie de Lille : moules-frites, les coulisses », France 3 Nord-Pas-de-Calais,‎ (consulté le 20 septembre 2013).
  9. « Les plats préférés des Français », TNS Sofres,‎ (consulté le 17 juin 2011).
  10. « Le magret de canard, plat préféré des Français, devant les moules-frites », Doctissimo,‎ (consulté le 17 juin 2011).
  11. a et b Louis Willem, La Cuisine bruxelloise : traditions et créations au fil des saisons, La Renaissance du livre, , 186 p. (ISBN 2-8046-0229-X, OCLC 907015636, lire en ligne), « Un complet, un ! Les moules-frites », p. 20.
  12. Alexandra Reveillon, « Quels vins boire avec des moules frites ? », sur toutlevin.com (consulté le 17 octobre 2015).
  13. Enrico Bernardo, « Accord mets/vins : Que boire avec... des moules-frites ? », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 17 octobre 2015).
  14. Jean-Bernard Litzler, « Des moules et des sondages chez Léon », Le Figaro,‎ (consulté le 20 septembre 2013).
  15. (en) Stéphane Spoiden, « The Betrayal of Moules-frites : This Is (Not) Belgium », dans Lawrence R. Schehr et Allen S. Weiss, French Food : On the table, On the Page, and in French Culture, Routledge, , p. 165-169.
  16. « Les beffrois, symboles ultimes... avec les moules-frites », La Voix du Nord,‎ (consulté le 17 juin 2012).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]