Brêmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brêmes
Brêmes
La mairie.
Blason de Brêmes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Intercommunalité CC Pays d'Opale
Maire
Mandat
Thierry Poussière
2020-2026
Code postal 62610
Code commune 62174
Démographie
Gentilé Brêmois
Population
municipale
1 297 hab. (2021 en augmentation de 0,54 % par rapport à 2015)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 51′ 20″ nord, 1° 58′ 14″ est
Altitude Min. 3 m
Max. 76 m
Superficie 7,25 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Ardres
(banlieue)
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Calais-2
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Brêmes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Brêmes
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Brêmes
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Brêmes

Brêmes (parfois nommée Brêmes-les-Ardres) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Brêmois.

La commune fait partie de la communauté de communes Pays d'Opale qui regroupe 23 communes et compte 25 267 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord-ouest du département du Pas-de-Calais, à environ 15 kilomètres au sud-est de Calais.

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Brêmes
Ardres
Balinghem Brêmes Louches
Rodelinghem Landrethun-lès-Ardres

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

C'est dans la commune que le canal d'Ardres, chenal navigable de 5 km, prend sa source et se jette dans le canal de Calais au niveau de la commune des Attaques. Les communes traversées par le canal d'Ardres sont : Les Attaques, Balinghem et Brêmes[1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 827 mm, avec 11,9 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Licques à 8 km à vol d'oiseau[4], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 138,1 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune abrite des zones humides et un vaste étang au nord de la commune.

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 1] :

  • les watergangs des Attaques et d'Andres et le lac d'Ardres. Cette ZNIEFF est marqué par la présence d’un réseau dense de fossés, mares et watergangs[8] ;
  • les prairies et bois de Lostebarne-Woohay. Cette ZNIEFF, située entre les collines du pays de Licques et la plaine maritime flamande, permet la présence d’un réseau hydrographique riche et diversifié[9].

et une ZNIEFF de type 2[Note 2] : la boutonnière de pays de Licques. Cette ZNIEFF, de 17 830 hectares, s'étend sur 43 communes[10].

Inventaire national du patrimoine géologique[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal se trouve le site des sources artésiennes et « trous sans fond » dans la région d'Ardres qui est inscrit à l'inventaire national du patrimoine géologique[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

Typologie[modifier | modifier le code]

Brêmes est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Ardres, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[15] et 7 421 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,5 %), prairies (17,5 %), zones urbanisées (7,1 %), zones agricoles hétérogènes (4,6 %), eaux continentales[Note 5] (4,4 %), forêts (3,5 %), zones humides intérieures (0,5 %)[20]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 231 (qui relie Ardres à Marquise) et est proche (environ 10 km) de l'autoroute A 26 reliant Calais à Troyes[21].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve, à 6 km de la gare de Pont-d'Ardres, située sur la ligne de Lille aux Fontinettes (Calais), desservie par des trains TER Hauts-de-France et à 15 km de la gare de Calais - Fréthun, desservie par des TGV inOui et des TER (dont TERGV)[22],[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bratmes et Brasmes (1084), Brames (1142), Brathmes (1157), Bramae (XIIIe siècle), Bresmes (1285), Brasmes (1320), Brelmae (XIVe siècle), Branmes (v. 1512)[24], Bremes (1793), Bremes et Brêmesdepuis 1801[25].

Viendrait du nom de personne germanique Bertimia[26].

Bramen en flamand[27].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ferlinghem, actuel hameau de Brêmes, était jusqu'à la fin du XVIIIe siècle un village distinct. Le seigneur d'Ardres Arnoul II d'Ardres, le fit fortifier au début du XIIe siècle (entre 1094 et 1138)[28].

Baudouin d'Ardres va donner en 1142 l'église de Saint-Omer d'Ardres et des biens pour la fondation à Brêmes de l'abbaye de la Chapelle[29].

En 1160, Philippe d'Alsace, comte de Flandre, déclare que ses barons ont adjugé à l'abbesse de l'abbaye de Bourbourg, une dîme située à Ferlinghem, mais qu'à sa demande, l'abbesse avait consenti à en céder la moitié à Rainald de Ferlinghem, à charge d'un cens annuel de 20 sous[30].

Pendant la première guerre mondiale, Ardres est en 1918 le siège d'un commandement d'étapes, c'est-à-dire un élément de l'armée organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement, en arrière du front. Brêmes fait partie de ce commandement d'étapes et a donc accueilli des troupes, notamment belges[31],[32]. Brêmes dépend également en 1917-1918 du commandement d'étapes de Guînes[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Calais du département du Pas-de-Calais. Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Saint-Omer (depuis 1801[25]) pour intégrer l'arrondissement de Calais[33].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Pays d'Opale.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Tournehem en 1793, puis, au canton d'Ardres de 1801[25] à 2014, et, depuis 2015, au canton de Calais-2.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Christian Lassalle    
mars 2008 En cours Thierry Poussière PCF Technicien
Réélu pour le mandat 2014-2020
[34],[35],[36]
Réélu pour le mandat 2020-2026[37],[38],[39]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Saint-Omer, du conseil de prud'hommes de Saint-Omer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Saint-Omer[40].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Brêmois[41].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[43].

En 2021, la commune comptait 1 297 habitants[Note 6], en augmentation de 0,54 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
576550702814920938904945901
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
841845865858872850851881884
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9441 0271 0331 0221 0171 032903906927
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
9398558731 0671 2641 3151 3111 3111 314
2018 2021 - - - - - - -
1 2901 297-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 615 hommes pour 675 femmes, soit un taux de 52,33 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,7 
5,9 
75-89 ans
6,8 
21,5 
60-74 ans
21,6 
20,8 
45-59 ans
21,2 
20,0 
30-44 ans
18,2 
14,6 
15-29 ans
11,6 
16,7 
0-14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Brêmes Blason
Écartelé : aux 1er et 4e d'or au maillet de gueules, aux 2e et 3e de gueules à trois brèmes d'or nageant l'un au-dessus de l'autre[48].
Détails
Armes parlantes.
La commune relève les armes, deux fois parlantes (maillets et brêmes) de Blaise Mallet de Brêmes, ancien seigneur du lieu.
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal d'Ardres (E4110800 ) » (consulté le )
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Brêmes et Licques », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Licques » (commune de Licques) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Licques » (commune de Licques) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « ZNIEFF 310007255 - Watergangs des Attaques et d'Andres et Lac d'Ardres », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310030064 - Prairies et bois de Lostebarne-Woohay », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 310013274 - La Boutonnière de Pays de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « Patrimoine géologique NPC0051 - Sources artésiennes et "trous sans fond" dans la région d'Ardres », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 d'Ardres », sur insee.fr (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Calais », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  21. « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  22. « Distance entre la commune et la gare de Pont-d'Ardres », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  23. « Distance entre la commune et la gare de Calais - Fréthun », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  24. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne sur Gallica), p. 69.
  25. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 834.
  27. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  28. M.Prévost, « Arnoul, seigneurs d'Ardres », dans Dictionnaire de biographie française, Paris, Tome 3, 1939, Letouzey et Ané.
  29. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome II Année 1142.
  30. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904, Tome II, Année 1160.
  31. a et b « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  32. Journal de marche du commandement d'étapes d'Ardres, 14-15 mars 1918, p. 3, lire en ligne.
  33. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du Pas-de-Calais - Recueil des actes administratifs », sur pas-de-calais.gouv.fr, (consulté le ).
  34. M. D-L (CLP), « À Brêmes, Thierry Poussière retrouve son fauteuil de maire : Samedi, à l’hôtel de ville, fort d’une élection sans souci, Thierry Poussière a retrouvé son fauteuil de maire face à Philippe Hamain, chef de file de l’opposition, pour un deuxième mandat (treize voix pour le maire sortant contre deux voix à Philippe Hamain). », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  36. M. D.-L. (CLP), « Brêmes-lès-Ardres : un ancien terrain de football sera transformé en verger pour les enfants : Comme elle l’a fait avec les bilans des maires avant les élections, « La Voix du Nord » propose une nouvelle série consacrée aux projets des maires. Quels engagements ? Quels grands chantiers ? Quelles priorités ? Réponses ici avec Thierry Poussière, maire de Brêmes-lès-Ardres. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598216
  38. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  39. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  40. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  41. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Brêmes (62174) », (consulté le ).
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  47. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  48. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).