Aymeric Caron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caron.
Aymeric Caron
Image illustrative de l'article Aymeric Caron
Aymeric Caron au salon du livre de Paris en 2013.

Naissance (43 ans)
Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Reporter
Chroniqueur
Médias
Pays France
Télévision France 2
Fonction Chroniqueur dans On n'est pas couché depuis septembre 2012

Aymeric Caron, né le à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)[1],[2], est un journaliste français de télévision et de radio.

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Natif de Boulogne-sur-Mer, Aymeric Caron a un père enseignant devenu directeur d'école primaire et une mère infirmière d’origine hollandaise, dont il a gardé un « côté protestant »[3]. Fan de BD, il pense faire du dessin son métier mais à 12 ans, devant l'image d'un reporter de guerre, il trouve sa vocation de journaliste[4]. Il suit ses études au collège Angellier puis au lycée Mariette de cette même ville[5]. Il effectue ensuite une classe préparatoire lettres et sciences sociales au lycée Faidherbe de Lille[6] puis finit diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille en mai 1995. Il quitte ensuite la France et travaille pendant deux ans à Shanghai dans un studio de production radiophonique du consulat de France[2]. En 1997, il revient en France et travaille pour TF1, LCI, France 3 et l'agence CAPA[2].

Carrière télé et radio[modifier | modifier le code]

Débuts sur Canal+ et i>Télé[modifier | modifier le code]

En 1998, il rejoint Canal+ comme journaliste. Il y est chargé, par la rédaction de la chaîne, de couvrir différents conflits parmi lesquels ceux du Kosovo, de l'Afghanistan, de la Côte d'Ivoire, du Congo ou encore de l'Irak[7]. Avec des journalistes comme Bruce Toussaint, Philippe Dana, Victor Robert, Nathalie Iannetta, Colombe Schneck, Léon Mercadet[8], il rejoint l'équipe de la chaîne d'information lors de la fusion des rédactions de Canal+ et i>Télé en [9]. Par ailleurs, il y remplace certains présentateurs pendant leurs congés[10].

Arrivée sur Europe 1[modifier | modifier le code]

De à , Aymeric Caron anime, du vendredi au dimanche, la matinale du week-end sur i>Télé[2],[11]. Il présente parallèlement Matin infos, une émission matinale commune à Canal+ et i>Télé, pendant les étés 2006 et 2007 ainsi qu'à Noël 2006[2]. i>Matin Week-end est une tranche d'information alternant journaux, chroniques et interviews (« politique », « culture » ou « actu »). En , un de ces entretiens l'oppose vivement à Nadine Morano, alors porte-parole officielle de l'Union pour un mouvement populaire, proche du président Nicolas Sarkozy. En , Aymeric Caron fait diffuser un florilège de l'émission i>Matin Week-end en hommage à Émilie Besse : des membres de la société des journalistes (SDJ) font part de leur mécontentement[pourquoi ?] par courriel à la direction de la chaîne[12]. Il quitte i>Télé à la fin de la saison 2007/2008[13].

Durant l'été 2009, il anime la matinale de la station Europe 1 en remplacement de Marc-Olivier Fogiel du lundi au vendredi de 7 h à 9 h 30[14]. En , la direction de la station lui confie la présentation des matinales du week-end[15] et il assure les remplacements de Marc-Olivier Fogiel aux matinales en semaine[1]. À la rentrée de , Guillaume Cahour lui succède à la matinale du week-end[16] tandis qu'Aymeric Caron reprend la tranche dominicale de 19 h à 20 h sur Europe 1[17]. Il est également le joker de Jean-Marc Morandini dans Le Grand Direct du lundi au vendredi de 11 h à 13 h 30, puis Le Grand Direct des Médias de 11 h à 12 h[18]. À partir de février 2011, il reprend les matinales du week-end, puisque Guillaume Cahour anime par intérim la matinale en semaine à la suite du départ de Marc-Olivier Fogiel[19]. En juillet 2011, il quitte la station, les propositions d'Europe 1 pour la rentrée « ne correspondant pas à ses projets »[18].

En mars 2012, après avoir animé une soirée spéciale en décembre 2011[2], il rejoint la chaîne de télévision Direct 8 pour y animer l'émission Basé sur des faits réels diffusée chaque samedi soir[20]. Il y présente également des soirées documentaires[2].

Chroniqueur dans On n'est pas couché[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2012, il intègre l'émission On n'est pas couché présentée par Laurent Ruquier tous les samedis en deuxième partie de soirée sur France 2[21]. Il remplace Audrey Pulvar comme chroniqueur aux côtés de Natacha Polony. Critiqué pour son « arrogance »[22], il a parfois de violents échanges avec les invités. Par exemple avec Tristane Banon ou Véronique Genest[réf. nécessaire]. En mai 2014, au cours d'un échange avec Alexandre Arcady, coupé au montage par la production de l'émission[23], au sujet de son dernier film 24 jours, les critiques sont multiples (Cyril Hanouna[24], Élisabeth Lévy[25], Gilles-William Goldnadel[26], Benoît Rayski[27]). Le chroniqueur se dit « meurtri » que l'on puisse l'accuser d'antisémitisme[28].

En septembre 2014, à la suite d'un vif échange avec Bernard-Henri Lévy au sujet de la guerre de Gaza de 2014, durant l’émission On n'est pas couché, Aymeric Caron aurait fait l'objet de menaces, obligeant la préfecture de police de Paris à renforcer les rondes autour de son domicile[29].

Essais[modifier | modifier le code]

Le 16 avril 2014 sort son ouvrage Incorrect publié chez Fayard[30],[31]. Il y dénonce notamment la pensée et la place dans les médias de Robert Ménard, Alain Finkielkraut, Éric Zemmour et Élisabeth Lévy qui riposte en qualifiant le livre de « calomnie, refus de la complexité, haine de la divergence », et Caron de « caricature d'une certaine gauche »[32].

Carrière d'acteur[modifier | modifier le code]

En 2014, il joue son propre rôle dans un téléfilm d'Henri Helman pour France 3 (diffusé le 16 septembre 2014) adapté d'une pièce de théâtre, La Voyante, aux côtés de Line Renaud[33].

Engagement pour les animaux[modifier | modifier le code]

Fervent défenseur de la cause animale[34], Aymeric Caron est végétarien depuis les années 1990[35],[36]. En 2013, il publie un ouvrage consacré à cet engagement, No steak[37], vendu à plus de 30 000 exemplaires, et en 2014, il rejoint le comité d'honneur de la Fédération des luttes pour l'abolition des corridas et pour la protection de la jeunesse (FLAC)[38].

Il participe à Toute la télé chante pour Sidaction en 2014 sur France 2, où il interprète la chanson de Michel Berger Pour me comprendre avec Nolwenn Leroy.

Le , il participe à l'émission Fort Boyard sur France 2 avec Damien Thévenot, Gérard Vives, Carinne Teyssandier, Laurent Maistret et Hélène Gateau. Ils récoltent 12 960 € pour l'association L214 - éthique et animaux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Florence Pécriaux, « Le Boulonnais Aymeric Caron au micro d'Europe 1 », sur La Semaine dans le Boulonnais,‎ .
  2. a, b, c, d, e, f et g (fr) Aymeric Caron, « Biographie », sur aymericcaron.com (consulté le 13 juillet 2012)
  3. Willy Le Devin, « Aymeric Caron. Bête de télé », sur liberation.fr,‎
  4. Anne Sogno, « Aymeric Caron, tête à clash », sur nouvelobs.com,‎
  5. Matthieu Delcroix, « Aymeric Caron, Nordiste et végétarien saignant » dans La Voix du Nord, le 18 février 2013.
  6. « Aymeric Caron, nouveau sniper nordiste » dans Nord Éclair, le 23 septembre 2012.
  7. Biographie sur le site officiel d'Aymeric Caron.
  8. « Canal+ Changements de têtes », L'Humanité, .
  9. (fr) [PDF] Dossier saison 2005-2006 d'i>Télé, .
  10. (fr) « L'été de Canal+ » sur toutelatele.com, .
  11. « Plus d'info sur i>Télé » par Simon Tenenbaum, sur le site du Nouvel Observateur, .
  12. (fr) « Un présentateur quitte i>Tele suite à un différend », sur le blog de Jean-Marc Morandini, .
  13. « Aymeric Caron devrait quitter i>Télé à la fin de la saison », sur Imedias.biz, .
  14. « Aymeric Caron remplacera Fogiel cet été sur Europe 1 », sur le blog de Jean-Marc Morandini, .
  15. (fr) J.Lalande & J.Mielcarek, « Europe 1 va faire évoluer sa grille à la rentrée » sur Ozap.com, 3 août 2009.
  16. (fr) Julien Mielcarek, « Guillaume Cahour rejoint Europe 1 », sur Ozap.com,‎ .
  17. « Mais aussi... », sur ozap.com,‎ .
  18. a et b (fr) « Départ d'Aymeric Caron dès aujourd'hui, faute d'un accord », sur jeanmarcmorandini.com,‎ .
  19. (fr) Julien Bellver, « Marc-Olivier Fogiel quitte Europe 1 dès vendredi », sur ozap.com,‎ .
  20. (fr) Benjamin Rabier, « Aymeric Caron arrive sur Direct 8 avec "Basé sur des faits réels" », sur PureMédias,‎ .
  21. (fr) Marc Pellerin, « Aymeric Caron remplace Audrey Pulvar dans « On n'est pas couché » », sur Le Parisien,‎ .
  22. « Aymeric Caron : la haine est son métier… », Benoît Rayski, atlantico.fr, 3 mai 2014.
  23. « « On n’est pas couché » : une altercation Arcady-Caron coupée au montage », 'Téléobs, 28 avril 2014.
  24. Premiere.fr, « Cyril Hanouna tacle Aymeric Caron qui "ne bosse pas et dit n'importe quoi" », sur tele.premiere.fr,‎ (consulté le 4 mai 2014).
  25. Élisabeth Lévy, « Affaire Halimi : la sortie d’Aymeric Caron que vous n’avez pas vue sur France 2 », sur causeur.fr,‎ (consulté le 4 mai 2014).
  26. Gilles William Goldnade, « Le plaidoyer de Goldnadel : Aymeric Caron ou la faillite morale de l'antiracisme », sur lefigaro.fr,‎ 1er mai 2014 (consulté le 4 mai 2014).
  27. Benoît Rayski, « Aymeric Caron : la haine est son métier… », sur atlantico.fr,‎ (consulté le 4 mai 2014).
  28. « Aymeric Caron « vit très mal » son altercation avec Alexandre Arcady », Pure médias, 4 mai 2014.
  29. « Paris : Aymeric Caron visé par des menaces », Le Parisien, 11 septembre 2014.
  30. « Aymeric Caron, entre condescendance et mépris ? », Philippe Bilger, bvoltaire.fr, 4 mai 2014.
  31. « "Incorrect" d'Aymeric Caron : un essai salutaire sur les néo-réacs et les médias », Béatrice Mabilon-Bonfils, nouvelobs.com, 2 juin 2014.
  32. « Prise à partie dans son livre, Elisabeth Lévy répond à Aymeric Caron », Élisabeth Lévy, lefigaro.fr, 19 mai 2014.
  33. « Aymeric Caron s'essaie à la comédie avec Line Renaud », Le Figaro.
  34. a et b « Le végétarisme est-il l'avenir de l'humanité ? », Lève toi et marche, Couleur 3, Radio suisse romande « Moments forts »,‎ (lire en ligne [audio])
    « Selon Aymeric Caron, journaliste et auteur de No steack paru aux éditions Fayard, le végétarisme n'est pas seulement une mode, mais une évolution naturelle de l'homme, de plus en plus concerné par l'éthique animale. »
  35. Alexandre Le Drollec, « Aymeric Caron : pourquoi on ne mangera plus de viande », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
    « Ce n’est pas un coming out mais, oui, j’avais des choses à dire sur ce que j’éprouve depuis vingt ans que je suis végétarien. »
  36. Mathieu Delcroix, « Aymeric Caron, Nordiste et végétarien saignant », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  37. Caron 2013.
  38. « Aymeric Caron rejoint le Flac », Flac Anticorrida.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :