Vermelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Vermelle.
Vermelles
Vitrail de l'Hôtel de ville.
Vitrail de l'Hôtel de ville.
Blason de Vermelles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Douvrin
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Alain de Carrion
2014-2020
Code postal 62980
Code commune 62846
Démographie
Gentilé Vermellois, Vermelloise
Population
municipale
4 589 hab. (2014)
Densité 442 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 20″ nord, 2° 44′ 48″ est
Altitude Min. 23 m
Max. 50 m
Superficie 10,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Vermelles

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Vermelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vermelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vermelles
Liens
Site web https://www.vermelles.fr/
Le château de Vermelles, le 30 décembre 1914.

Vermelles est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La ville est au cœur du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais et faisait partie de la Compagnie des mines de Béthune.

La ville fait partie de la Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane, anciennement nommée Communauté d'agglomération de l'Artois et faisant ainsi partie d'un ensemble de commune comptant 281 951 habitants.

Vermelles.- la "Borne Michelin Hulluch-Pt à Vendin".

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est séparée de sa ville voisine Noyelles-lès-Vermelles par une rivière nommée le Surgeon. Ce cours d'eau prends sa source dans la commune de Bouvigny-Boyeffles, parcourant plus de 14 kilomètres avant de se jeter dans le canal d'Aire.

La commune est parfaitement placée car celle-ci est située entre les villes de Lens et Béthune, se situant tous deux à exactement à 10 kilomètres de la commune de Vermelles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vermelles
Cambrin Cuinchy Violaines Auchy-les-Mines
Noyelles-lès-Vermelles Vermelles Haisnes
Mazingarbe Loos-en-Gohelle

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville s'appelait anciennement Vermeille avant de devenir Vermelles. En effet, il est possible d'observer ce toponyme sur les cartes de Cassini[1] durant le XVIIIe siècle et les cartes d'État-Major[2] durant le XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La ville de Vermelles est situé à la limite géographie des plaines de Flandre et des collines de l'Artois.

Peu de choses fut observables concernant le passé de la commune avant la Première Guerre mondiale. En effet, la présence d'une villa gallo-romaine sur le territoire de la commune et celle de Noyelles-lès-Vermelles était fortement possible après l'observation dans un champ, il y a quelques années, de la forme éventuelle d'enclos pouvant dater de l'époque Gallo-romaine[3].

Vermelles, commune rurale, voit surtout son importance grandir au XIXe siècle avec l'exploitation des mines de charbon avec la Fosse n° 3 des mines de Béthune qui voit le jour en première en 1857.

Les recherches sur la commune sont complexes en raisons de la Première Guerre mondiale qui à bouleversée le visage de la commune en la frappant de plein fouée au début du XXe siècle.

Carte postale de l'ancienne église de Vermelles.
Photographie de l'église de Vermelles après la Première Guerre mondiale.

La commune comprend de ce fait plusieurs cimetières militaires du Commonwealth. Et notamment, le British Cemetery, situé en plein cœur de la ville et sur l'ancienne place du Château de la commune qui fut détruit au cours de cette même guerre, en décembre 1914. Ce cimetière militaire compte près de deux mille sépultures[4].

Pour l'anecdote, la rue Montpellier, menant à la ville voisine de Noyelles-lès-Vermelles, fut baptisée ainsi car la ville héraultaise de Montpellier avait aidée financièrement la ville artésienne après la guerre afin que celle-ci se reconstruise. Et la ville héraultaise compte aussi une rue au nom de la commune artésienne.

Exploitation charbonnière[modifier | modifier le code]

La Fosse 3[modifier | modifier le code]

Vermelles - Fosse no 3 des mines de Béthune (A).
Article détaillé : Fosse n° 3 des mines de Béthune.

Mis en service en 1860, la Fosse 3 fonctionnera jusqu'en 1963. Cette Fosse était attaché à la Compagnie des mines de Béthune.

Son puits était d'une profondeur d'environ 500 mètres. Ce puits fut ravalé jusqu'à 633 mètres de profondeur mais ceci ne fut cependant pas suffisant pour augmenter la production de ce gisement de moyenne profondeur, restant très modeste au goût de la compagnie.

Après la nationalisation de la Compagnie des mines de Béthune, un sondage révèle la présence de ressources plus en profondeurs mais le matériel sur place est jugé trop vétuste et limité pour chercher ces ressources enfouies profondément.

Ainsi, en 1962, la décision fut prise de fermer le siège d'exploitation de la fosse N°3 de Vermelles. Au cours de l'année 1963, la plupart du personnel fut muté à la fosse n° 9 - 9 bis des mines de Dourges.

Toute exploitation cessa de façon définitive le après avoir produit 12 408 000 tonnes de charbon. Le puits fut comblé en avril 1977 et le chevalement fut démantelé en juillet 1978.

Actuellement, il ne reste que la présence du bâtiment abritant autrefois les douches de la Fosse et le terrils no 49, 3 de Béthune.

La Fosse 4[modifier | modifier le code]

Vermelles - Fosse no 4 des mines de Béthune (A).
Vue aérienne de la Fosse 4 dans les années 1990.
Article détaillé : Fosse n° 4 des mines de Béthune.

C'est le 1er octobre 1865 qu'est entrepris le fonçage du 4e puits à Vermelles.

Mis en service en 1867, la Fosse 4 fonctionnera jusqu'en 1964. Cette Fosse était attaché à la Compagnie des mines de Béthune. Le puits atteint une profondeur de 386 mètres. La fosse est exploité jusqu'en 1876, date d'abandon du site suite à la constatation d'une forte concentration de grisou. L'exploitation du site ne reprendra qu'en 1911 avant de fermé définitivement en 1965.

Après sa fermeture, le bâtiment d'extraction et le chevalement sont abattus. Il en sera de même par la suite pour la lampisterie, les ateliers-magasin, puis les bureaux, en 2007.

Le site est reconverti pour la transformation et l'équipement de véhicules jusqu'en 2008. De nouveaux hangars sont construits autour des bâtiments miniers restants. Une autre partie du carreau est transformée par la construction de logements et d'un terrain de football.

Le terril no 48A, 4 de Béthune Ouest fut en grande partie exploité entre les années 1970 et 1990 et n'en reste que sa base, aménagée en parc.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vermelles dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'arrondissement de Béthune du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la onzième circonscription du Pas-de-Calais.

Vermelles faisait historiquement partie du canton de Cambrin. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Douvrin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la Communauté d'agglomération de l'Artois (Artois Com) avant que celle-ci ne disparaisse le 31 décembre 2016 en laissant place à la Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane à partir du 1er janvier 2017[5].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Concernant les élections municipales de 2014, celles-ci fut annulées en juin 2014 par le tribunal administratif de Lille, compte tenu d'irrégularités du décompte des voix et de l'écart très faible (4 voix) séparant les deux premières listes. De nouvelles élections municipales se sont tenues le 14 septembre 2014, aux termes desquelles Alain de Carrion fut réélu maire de la commune[6],[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1899 Charles Brehon   Agriculteur en retraite
1899 1911 Adolphe Neveu   Cultivateur
1911 1919 Louis Fruchart    
1919 1941 Émile Beaumont    
1941 1944 Joseph Fouquenelle   Agriculteur (Hameau du Rutoire)
1944 1946 Émile Beaumont    
1946 1961 Charles Dupont SFIO Peintre en bâtiment - retraité
1961 1971 Jules Boulongne SFIO Mineur - Retraité
1971 1978 Henri Lucas PCF Chaudronnier aux Houillères
Député du Pas-de-Calais (11e circ.) (1978 → 1978)
Conseiller général de Cambrin (1973 → 1978)
Décédé en fonction
1978 1980 Joseph Cadart PCF Retraité des Mines
1980 avril 2014[8] Jean-Marc Déalet PCF Ouvrier
Conseiller général de Cambrin (1992 → 2004)
avril 2014[9],[10],[11] en cours
(au 8 juillet 2016)
Alain de Carrion DVG Artisan coiffeur[12]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 589 habitants, en augmentation de 5,18 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
680 717 760 777 821 792 834 832 836
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
869 1 148 1 623 2 105 2 306 2 325 2 485 2 809 3 007
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 355 3 664 3 704 2 003 3 293 3 389 3 412 3 734 4 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
4 828 4 518 4 299 4 339 4 584 4 487 4 454 4 526 4 589
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 19,9 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 51,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 22,5 %).
Pyramide des âges à Vermelles en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
4,6 
75 à 89 ans
9,4 
11,3 
60 à 74 ans
12,3 
20,1 
45 à 59 ans
20,0 
22,2 
30 à 44 ans
19,8 
19,9 
15 à 29 ans
17,3 
21,8 
0 à 14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Feu d'artifice le 4 septembre (Commémoration de la libération de Vermelles).

Spectacle de Variétés à l'occasion du 14 Juillet.

Vermelles Plage (mai à juin à l'Espace du Grand Marais).

Téléthon (1er vendredi de décembre).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre.
  • Le monument aux morts.
  • La Salle Nelson Mandela.
  • Le site du Grand Marais.
Vue panoramique de Vermelles

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vermelles

Les armes de Vermelles se blasonnent ainsi :
de gueules à la ruche d’or accompagnée de trois abeilles du même, au chef cousu d’azur semé de lys d’or chargé d’un lambel du même brochant sur le tout.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail Carte Cassini »
  2. « Géoportail Carte État-Major »
  3. Telmedia, « Les sites vus du ciel - Explorer - Archéologie - Archéologie - Pas-de-Calais le Département », sur archeologie.pasdecalais.fr (consulté le 30 septembre 2017)
  4. « British Cemetery », sur http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/
  5. « Communauté d'agglomération Béthune-Bruay, Artois Lys Romane | Agglomération de Béthune-Bruay », sur agglo.bethunebruay.fr (consulté le 30 septembre 2017)
  6. Camille Raad, « Municipales à Vermelles : Alain De Carrion « préfère le tribunal populaire » : Alain De Carrion a choisi de ne pas faire appel auprès du conseil d’État après l’invalidation des élections (par le tribunal administratif) qui l’avaient désigné maire. Dimanche, sa liste « Vermelles autrement » affronte de nouveau les urnes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  7. Camille Raad, « Vermelles: Alain De Carrion élu maire, Serge Decaillon sonné : Cette fois, plus de doute : Alain De Carrion est maire de Vermelles. Le résultat de nouvelles élections, organisées après le recours déposé par son adversaire, Serge Decaillon. Quatre voix séparaient les deux hommes lors de la triangulaire du second tour, en mars. Dans le duel de ce dimanche, 872 votants ont fait la différence », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. Nicolas Chauty, « Bilan du maire de Vermelles : « L’endettement n’est pas notre politique, ce mandat a surtout été administratif » : Le costume de maire est souvent usant pour celui qui le porte. Et c’est forcément plus vrai après 34 ans de service. Jean-Marc Dealet bouclera bientôt un énième mandat, celui qui aura été sans doute l’un des moins intenses. On avance la conjoncture, peut-être un peu de lassitude aussi. Toujours est-il que si l’élu communiste se prête au jeu du bilan, il n’a pas encore fait savoir s’il rempilait », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  9. « Vermelles: le premier mandat municipal d’Alain de Carrion et son équipe a commencé dimanche : C’est à la salle du conseil municipal de l’espace Nelson-Mandela et pour l’événement, devant un public venu en très grand nombre que vient de se tenir la mise en place du nouveau conseil municipal. Ce nouveau conseil municipal sera composé de vingt membres de la liste Vermelles Autrement, dont huit seront adjoints, avec Alain de Carrion comme tête de liste », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 20 mars 2015).
  11. Virginie Pruvost, « Vermelles : le maire mise sur l’économie locale pour faire avancer sa commune : Après le recours déposé par son adversaire au lendemain des Municipales, Alain de Carrion n’a repris ses fonctions de maire qu’à la mi-septembre après un second scrutin. Entouré de son équipe, il est serein et déterminé », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  12. Emmanuel Crépelle, « Vermelles: Alain de Carrion mènera une liste aux élections municipales : On le connaît comme coiffeur dans la rue Lamendin, aussi comme élu à la chambre de métiers et de l’artisanat. Voilà qu’aujourd’hui, Alain de Carrion se lance dans la course des municipales », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. « Évolution et structure de la population à Vermelles en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)