Aérodrome de Saint-Omer - Wizernes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Omer - Wizernes
Vue aérienne de LFQN
Vue aérienne de LFQN
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Pas-de-Calais
Ville Saint-Omer
Coordonnées 50° 43′ 46″ nord, 2° 14′ 09″ est
Altitude 76 m (249 ft)
Informations aéronautiques
Code OACI LFQN
Nom cartographique SAINT OMER
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire Ville de Saint-Omer
Site web gestionnaire Consulter
Pistes
Direction Longueur Surface
09/27 597 m (1 959 ft) Revêtue
03/21 640 m (2 100 ft) Herbe
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
-
-
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
-
-

L’aérodrome de Saint-Omer - Wizernes (code OACI : LFQN) est un aérodrome ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[1], situé sur les communes de Longuenesse et de Wizernes à 2,5 km au sud-ouest de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais (région Hauts-de-France, France).

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère).

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est du 6 au 8 août 1910 que sur le plateau des Bruyères qu'un des premier meeting aérien de France est organisé, quatre hangars sont construits pour l'occasion.

En 1911-1912 un constructeur aéronautique, les "chantiers Tellier" obtient le libre usage du plateau des Bruyères pour ses essais.[2]

Photographie du meeting aérien de 1910 (fonds Desceller).

Durant la Première Guerre mondiale, en septembre 1914 c'est toute la Royal Flying Corps anglaise créée 2 ans plus tôt par George V qui s'y installe pour en faire son quartier général. À l'époque la RFC ne compte que quatre escadrons et moins de 200 appareils. Et c'est lors de la bataille de Mons en Belgique et la bataille de la Marne qu'elle va effectuer ses premiers vols de reconnaissance en partant des Bruyères. Pendant 4 ans c'est le pivot central de cette nouvelle armée de l'air et un lieu de transit pour les avions en mission avec notamment une école de formation pour les pilotes. L'aérodrome monte jusqu'à 4 000 hommes et est le plus grand terrain d'aviation britannique sur le sol français[3].

Photographie d'un escadron aux Bruyères (recolorisée).


C'est au printemps 1916 que le grand quartier général britannique quitte l'aérodrome trop exposé, les aviateurs restent . À la fin de la guerre la royal flying corps devient la mythique royal air force (RAF) avec 300 000 hommes et 22 000 avions soit 100 fois plus qu'en 1914[3].

Le 41e squadron de la RAF créé en 1916 à Saint-Omer portent encore le souvenir de la ville car sur chaque appareil et sur son blason est porté les armes de Saint-Omer en sa croix patriarcale[4],[2].

Pendant la seconde guerre mondiale la 8e Air Force américaine bombarde le 13 mai 1943 l'aérodrome des Bruyères alors contrôlé par les nazis.

Les Allemands vont construire le grand hangar de stockage d'avion actuel pendant la seconde guerre mondiale.

En 1952 l'aéro-club est créé sous sa forme actuelle.

Et en 2004 le "British Air Services Memorial" est inauguré en souvenir des sacrifices de la Guerre.

Installations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome dispose de quatre pistes :

  • deux pistes bitumées orientées est-ouest (09/27) longue de 597 mètres et large de 20 ;
  • deux pistes en herbe orientées sud-nord (03/21) longue de 660 mètres et large de 80[2].

S’y ajoutent :

L’aérodrome n’est pas contrôlé. Les communications s’effectuent en auto-information sur la fréquence 123,500 MHz

Plan du site de décollage pour modèle réduit.

L'aérodrome possède aussi des aménagements prévus pour la pratique de l'aéromodélisme avec[5] :

  • 2 pistes goudronnées de dimension 100 m x 6 m orientée Est-Ouest ;
  • 2 pistes en herbe de dimension 90 m x 6 m orientée Nord-Sud ;
  • des zones délimitées pour les spectateurs ainsi que pour la préparation des aéronefs ;
  • 2 tables de montage ;
  • 3 tables de démarrage ;
  • un parking pour les véhicules.

Activités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]