Pelves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pelves
Pelves
Une entrée de la commune.
Blason de Pelves
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
André Bordas
2021-2026
Code postal 62118
Code commune 62650
Démographie
Population
municipale
754 hab. (2019 en augmentation de 4,72 % par rapport à 2013)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 29″ nord, 2° 54′ 54″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 99 m
Superficie 6,6 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Rœux
(banlieue)
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brebières
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pelves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pelves
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Pelves
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Pelves

Pelves est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes Osartis Marquion qui regroupe 49 communes et compte 42 277 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la Scarpe canalisée, cours d'eau d'une longueur de 67 km, qui prend sa source dans la commune d'Arras et se jette dans L'Escaut canalisée au niveau de la commune de Mortagne-du-Nord dans le département du Nord[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pelves est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rœux, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 2 186 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,4 %), prairies (12 %), zones urbanisées (5,3 %), mines, décharges et chantiers (3,7 %), zones agricoles hétérogènes (3,5 %), zones humides intérieures (1,2 %), forêts (0,8 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pabila (847) ; Peula (1022) ; Pabula (1098) ; Peule (XIIe siècle) ; Pevle (1296) ; Pevele (1520) ; Peulles (1525)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Osartis Marquion.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Brebières.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 ? Jean Becquet PCF  
juin 1995 2020 Renée Comelli   Employée retraitée
Réélue pour le mandat 2014-2020[13],[14],[15],[16]
5 juin 2021 En cours
(au 1er avril 2022)
André Bordas   Employé de commerce
Élu pour le mandat 2020-2026[17],[18]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2019, la commune comptait 754 habitants[Note 3], en augmentation de 4,72 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
444403455499594575618620597
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
621641677669691686757760771
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
750708704453548536520517542
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
554573607653785716718718720
2018 2019 - - - - - - -
751754-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 365 hommes pour 386 femmes, soit un taux de 51,40 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,3 
4,7 
75-89 ans
6,0 
21,4 
60-74 ans
20,7 
20,5 
45-59 ans
21,2 
19,5 
30-44 ans
17,6 
15,1 
15-29 ans
15,5 
18,6 
0-14 ans
18,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • L'église Saint-Vaast.
  • Le monument aux morts.

Zone d'activités tout terrain[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vazé René est mort pour la France à l'âge de 24 ans, à Munich. Arrêté à son domicile à Pelves le , il fut prisonnier à Cuincy puis Bruxelles-Essen et enfin au camp de Gross-Strelitz-Kaisheim en Allemagne. Condamné à mort le , il fut décapité à Munich le . Ses cendres reposent à la crypte de Vitry-en-Artois avec d'autres résistants. Sont également morts pour la France en tant que résistant pendant la Seconde Guerre mondiale : Ludovic Payen, Jeanne Bacquet, Louis Doisy, Maurice Blanpain, François Mercier-Père, Avila Boulanger, Arthur Letombe, Louis Pannequin, Ali Landrea. Sources : Promenades pelvoises de l'association culturelle pelvoise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Pelves.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

de gueules à la bande d’or chargé de quatre lionceaux de sable, armé et lampassés de gueules, posés à plomb.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Scarpe canalisée (E2--0110) (E2--0110) » (consulté le )
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Rœux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 291.
  13. Géraldine Csizmadia, « Le Bilan des maires - Pelves: Une école au centre des attentions, un village entretenu et attrayant : Renée Comelli, maire depuis 1995 et élue depuis 1989, est portée par son équipe, pour se représenter aux prochaines élections. « Nous repartirons », dit-elle avant de dresser un bilan collectif, bien fourni », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Pelves: Renée Comelli, seule candidate, est réélue maire : http://www.lavoixdunord.fr/region/pelves-renee-comelli-seule-candidate-est-reelue-maire-ia29b6468n2040913 », La Voix du Nord,‎ .
  15. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  16. A. D. ( CLP), « Pelves : la place de la mairie et plusieurs rues vont faire peau neuve : Renée Comelli, secrétaire à la retraite est née à Guémappe, mais habite son bourg depuis toujours. Pour son quatrième mandat, elle s’occupera notamment de la gestion des nouveaux TAP et de la place de la mairie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  18. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Pelves (62650) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).