Lefaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lefaux
Lefaux
La mairie.
Blason de Lefaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Geneviève Margueritte
2020-2026
Code postal 62630
Code commune 62496
Démographie
Gentilé Lefausiens
Population
municipale
234 hab. (2019 en diminution de 5,26 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 37″ nord, 1° 39′ 38″ est
Altitude Min. 23 m
Max. 152 m
Superficie 8,25 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Étaples - Le Touquet-Paris-Plage
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Étaples
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lefaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lefaux
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lefaux
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lefaux

Lefaux est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois qui regroupe 46 communes et compte 65 940 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Lefaux est située dans un relief assez vallonné.

Elle se situe à 5 km d'Étaples (bureau centralisateur du canton)[1], à 10 km de la station balnéaire du Touquet-Paris-Plage[2], à 16 km de Montreuil-sur-Mer (sous-préfecture)[3], à 20 km de Berck[4], ainsi qu'à 37 km au sud de Boulogne-sur-Mer[5], 104 km d'Arras (préfecture)[6], 126 km de Lille (chef-lieu de la région Hauts-de-France)[7] et 232 km de Paris[8] par la route.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de quatre communes :

Communes limitrophes de Lefaux
Camiers Widehem
Lefaux Frencq
Étaples

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Lefaux est de type océanique.

Données météorologiques d'après le relevé de la station météorologique la plus proche, celle du Touquet-Paris-Plage (4,4 km à vol d'oiseau)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 1,8 3,8 5,1 8,4 11,3 13,5 13,6 11,3 8,7 5,1 2,6 7,3
Température moyenne (°C) 4,7 4,7 7,1 9,3 12,7 15,2 17,4 17,6 15,3 12,2 8 5,1 10,8
Température maximale moyenne (°C) 7,2 7,7 10,5 13,4 17 19,2 21,3 21,6 19,3 15,6 11 7,7 14,3
Ensoleillement (h) 64,2 77,6 127,1 179 200,2 213,9 220,9 201,1 158 113,3 62,7 51,7 139
Précipitations (mm) 73,9 55,5 60,7 55,2 63,2 57,5 60 63,7 78,2 105,7 104,5 93,8 871,9
Source : « données climatiques », sur infoclimat.fr (consulté le )


Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[9]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[10].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Entourée de riches terres agrisoles et de prairies, la commune conserve d'importantes zones boisées à l'état naturel, baignées par la lumière changeante typique de la région, elles font le bonheur des peintres et des randonneurs.

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2] : les dunes de camiers et la baie de Canche, zone de type 1, d'une superficie de 2 706 ha, altitude de 0 mètre à + 113 mètres 50° 32′ 44″ N, 1° 36′ 00″ E. Ce site, d’intérêt patrimonial de niveau européen, a une partie classée en réserve naturelle nationale. Il est constitué de dunes médiévales et contemporaines récentes et de dunes plus anciennes plaquées sur les falaises de craies fossiles de la branche méridionale de l’anticlinal de l’Artois. Par ailleurs, l’estuaire de la Canche est le seul estuaire de type picard ayant conservé en rive nord son musoir[11].

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[12].

Deux sites Natura 2000 ont été définis sur la commune :

Espaces protégés et gérés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[15].

Dans ce cadre, on trouve sur le territoire de la commune :

Inventaire national du patrimoine géologique[modifier | modifier le code]

Le territoire communal comprend le site de l'estuaire de la Canche. il est inscrit à l'inventaire national du patrimoine géologique[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lefaux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[19],[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune de Lefaux est marquée par l'importance des terres arables (63,2 %). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2018 est la suivante : terres arables (63,2 %), prairies (19,1 %), forêts (12,9 %), zones urbanisées (3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,7 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[25].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, on dénombre à Lefaux 122 logements se répartissant en 83,1 % de résidences principales, 9,4 % de résidences secondaires et logements occasionnels et 7,5 % de logements vacants, répartis en 118 maisons (96,6 %) et 4 appartements (3,4 %). En l'espace de cinq ans, entre 2012 et 2017, le nombre de maisons a augmenté de 9 % soit + 10 et le nombre d'appartements a augmenté de 100 % soit + 2.

Les constructions des résidences principales, jusqu'en 2015, s'échelonnent comme suit : 26,6 % ont été construites avant 1919, 9,6 % entre 1919 et 1945, 14,9 % entre 1946 et 1970, 20,2 % entre 1971 et 1990, 23,4 % entre 1991 et 2005 et 5,3 % de 2006 à 2014.

En 2016, parmi ces résidences principales, 79 % sont occupées par leurs propriétaires, 18 % par des locataires et 3 % par des occupants à titre gratuit[Insee 1].

Au , la commune ne dispose d'aucun hôtel et d'aucun camping[Insee 2].

Planification de l'aménagement[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d'un établissement public, pour déterminer les parties d'aménagement de l'espace au sein d'un schéma de cohérence territoriale (SCoT), un document essentiel d'orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle.

Le schéma de cohérence territoriale (SCOT) du pays maritime et rural du Montreuillois a été approuvé par délibération du [26].

En matière de planification, la commune dispose d'un plan local d'urbanisme (PLU) approuvé le [27].

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) a engagé une démarche de planification de l’urbanisme à l’échelle de son territoire, sous la forme d’un PLU intercommunal (PLUi), en collaboration étroite avec les 46 communes. Le PLUi est un document de planification urbaine qui administre, à l’échelle des communes, les possibilités de construction et d’usage des sols. Il se substituera aux anciens documents d’urbanisme (PLU, POS, CC).

Le PLUI-H, regroupement du PLUi, plan local d'urbanisme intercommunal, et du PLH, programme local de l'habitat, traduit un projet commun de développement urbain et d’aménagement du territoire communautaire pour les 10-15 ans à venir. Il est bâti dans un objectif de développement durable et d’équilibre des espaces, de cohérence et d’optimisation des politiques publiques, visant à promouvoir une dynamique d’agglomération tout en préservant les spécificités de chaque commune.

Ce PLUI-H se déroule en 4 phases :

  • Phase 1, 2019 à 2020, état des lieux, diagnostic et enjeux ;
  • Phase 2, 2020 à 2022, projet d'aménagement et de développement durable ;
  • Phase 3, 2022 à 2024, règlement et zonage :
  • Phase 4, 2024 à 2025, avis des personnes publiques associées et enquêtes publiques[28].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Lefaux (carte générale) - Voies de communication (routières et ferroviaire).

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la route départementale D 148 qui la traverse du nord au sud.

l'autoroute A16, mise en service le traverse le territoire de la commune, qui est située à proximité des sorties no 26 et no 27, qui desservent également les communes d'Étaples et de Neufchâtel-Hardelot (trajet de h 40 en venant du nord de Paris et h 20 depuis Dunkerque).

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité de la gare d'Étaples - Le Touquet (4,5 km), située sur la ligne Paris-Amiens-Boulogne et sur la ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples, qui est desservie par les réseaux TGV, TERGV (vers Calais et Lille) et TER.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité de l'aéroport du Touquet-Côte d'Opale (7,4 km).

Voies de la commune[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Le Fauch (1477), Le Faulch (1553), Faulx (1559), Le Faux (1725) et Lefaux (1789)[29].

L'origine du nom de la commune vient du picard fauch « mesure de terre »[30].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune fait partie, depuis le , de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) dont le siège est basé à Montreuil.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Elle fait partie du canton d'Étaples, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle demeure rattachée au canton d'Étaples, qui est alors modifié, passant de 19 à 15 communes[31],[32].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, elle fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Lefaux, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[33], pour un mandat de six ans renouvelable[34]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11[35]. 11 conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 66,96 %[36].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[37],[36].

  • Maire sortant : Geneviève Margueritte (SE)
  • 11 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2019 en diminution de 5,26 % par rapport à 2013 : 234 habitants)
  • 1 siège à pourvoir au conseil communautaire (CA des Deux Baies en Montreuillois)
Résultats des municipales de 2020 à Lefaux
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Geneviève Margueritte SE 79 11 1
Votes valides 146 97,33
Votes blancs 1 0,67
Votes nuls 3 2,00
Total 150 100 11 1
Abstention 74 33,04
Inscrits / participation 150 66,96

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 En cours
(au 25 mars 2022)
Geneviève Margueritte UDI Domaine médical
Conseillère générale (2011 → 2015) puis Conseillère départementale (2015 → )
Réélue pour le mandat 2014-2020[38],[39],[40]
Réélue pour le mandat 2020-2026[41],[42],[43]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune de Lefaux n'est jumelée avec aucune ville.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Prélèvements en eau et usages[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune n'a prélevé aucun m3 d'eau[44].

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectif[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) est compétente en matière de gestion de l'eau potable de la commune en gestion délégué, elle gère également l'assainissement collectif en gestion délégué et l'assainissement non collectif géré en régie[45].

Tarifs de l'eau[modifier | modifier le code]

au les tarifs sont les suivants :

  • Eau potable, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 1,98 euro.
  • Assainissement collectif, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 3,43 euros.
  • Assainissement non-collectif, pour un diagnostic de bon fonctionnement et d'entretien, le montant facturé est de 100 euros[45].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La commune est à proximité de la déchèterie d'Étaples (4 km)[46].

Un site de compostage est situé à Frencq (3 km) dont le maître d'ouvrage est Agriopale Services[47].

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Lefaux ne dispose pas d'établissement scolaire, les établissements les plus proches sont situés dans la commune d'Étaples (4 km).

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas de bureau de poste.

Santé[modifier | modifier le code]

Les Lefausiens bénéficient, d'une part, des services du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (CHAM), situé à Rang-du-Fliers, à 20 km. Cet établissement, né en 1980, s'est agrandi depuis, il offre aujourd'hui plus de 900 lits et places[48], et d'autre part, de la clinique des acacias (à 7 km), ouverte en 1958, au hameau de Trépied, à Cucq. Cette clinique, créée en 1958, fait partie de la fondation Hopale, et dispose de 108 lits. Elle a un service spécialisé maternité de 1958 à 1998[49].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal de proximité de Montreuil, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel d'Amiens et de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer et du tribunal paritaire des baux ruraux de Boulogne-sur-Mer, Calais et Montreuil[50].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune est sur le territoire de la brigade de gendarmerie d'Étaples, située au no 1 avenue du Blanc-Pavé[51],[52].

Secours[modifier | modifier le code]

La commune est à proximité du centre d'incendie et de secours (CIS) d'Étaples (4 km)[53].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Lefausiens[54].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[55]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[56].

En 2019, la commune comptait 234 habitants[Note 5], en diminution de 5,26 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
181191219270301307299311335
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
322312295276278289313331303
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
287254266238237225233216209
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
210199198203204242276283255
2014 2019 - - - - - - -
239234-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[57].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 115 hommes pour 121 femmes, soit un taux de 51,27 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[Insee 3]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
7,0 
75-89 ans
8,3 
20,2 
60-74 ans
17,5 
23,7 
45-59 ans
20,8 
20,2 
30-44 ans
17,5 
12,3 
15-29 ans
18,3 
16,7 
0-14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[58]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Sentiers pédestres[modifier | modifier le code]

Un chemin de randonnée PR (Promenades & Randonnées) parcourt la commune, venant de Camiers en direction d'Étaples[59].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un lieu de culte, l'église Saint-Jean-Baptiste.

Le territoire de la commune est rattaché à la paroisse « Notre-Dame-de-Foy » au sein du doyenné de Berck-Montreuil, dépendant du diocèse d'Arras. Ce doyenné couvre 68 communes[60].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour le Montreuillois[61].

La commune est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais. Jusqu'en 2014, on pouvait également recevoir les programmes d'Opal'TV. Actuellement, la commune est également couverte par BFM Grand Littoral[62].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, le revenu fiscal médian par ménage, de la commune de Lefaux, est de 20 350 , pour un revenu fiscal médian en métropole de 21 730 [Insee 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

La commune de Lefaux fait partie, selon l'INSEE, de l'unité urbaine de Camiers, de l'aire d'attraction des villes d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage et de la zone d’emploi et du bassin de vie de Berck[63].

La commune est composée de 21,9 % de personnes n'ayant pas d'activité professionnelle (25,9 % en métropole), qui se décompose en retraités (6,8 %) et personnes n’exerçant pas une activité professionnelle, étudiants et autres inactifs (15 %)[Insee 5].

En 2017, le taux de chômage est de 13,2 % alors qu'il était de 18,1 % en 2012. Sur 100 actifs, 86 travaillent dans une autre commune que leur commune de résidence[Insee 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , la commune de Lefaux comptait 10 établissements (hors agriculture) : 1 dans l'industrie, 1 dans la construction, 1 dans le commerce de gros et de détail, transport, hébergement et restauration, 2 dans l'activité immobilière, 4 dans le secteur administratif et 1 dans les autres activités de services[Insee 7].

En 2019, 2 entreprises ont été créées[Insee 8].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune de Lefaux fait partie de la petite région agricole du « pays de Montreuil »[64].

En 2010, on comptait 7 exploitations agricoles, pour une superficie agricole utilisée de 745 hectares, dont 4 exploitations avec un cheptel de vaches laitières et de vaches nourrices[65].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour-belvédère[modifier | modifier le code]

La tour-belvédère de Lefaux

Cet édifice privé est une curiosité plutôt rare dans la région. C'est une tour ronde en brique surmontée d'un garde-corps métallique. Sa finalité reste à préciser. Bien que parfaitement visible de la route, son accès est exclusivement privatif et n'est possible que par la propriété attenante. Une étude est actuellement en cours afin de déterminer son histoire et sa véritable destination.

La tour est parfois considérée à tort comme ayant fait partie du réseau télégraphique de Chappe. Sa position géographique est en effet assez proche de la ligne Boulogne - Eu d'où une possible confusion avec la tour de La houlette[66] mais qui, elle, était carrée.

L'église Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

Elle est située au croisement du chemin de la Motte et de la rue du Point-du-Jour. Elle est accessible au public. Sa construction, sur les plans de l'architecte Clovis Normand, au XIXe siècle, est en briques et en silex coiffée d'un toit d'ardoises[67]. L'ornementation gothique est, quant à elle, réalisée en pierre de taille. Le chœur est éclairé par quatre vitraux réalisés à Reims en 1892 dans les ateliers Vermonet-Pommery ainsi qu'indiqué par la signature sur l'un d'entre eux.

Vues extérieures
Vues intérieures

Le vitrail central du chœur présente à sa base deux blasons : à gauche celui de la famille de France portant la devise « Recto tramite » (« Droit chemin ») et à droite celui de la famille de Rocquigny portant la devise « Rien de bas ne m'arreste ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lefaux Blason
Parti : au 1er d'argent à trois rocs d'échiquier de sable, au 2d de gueules à une croix ancrée d'or[69].
Détails
Le premier parti représente les armes parlantes des De Rocquigny : « d'argent à trois rocs d'échiquier de sable », et le second celles de la famille d'Isques, dont les couleurs ont été inversées.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier complet de Lefaux en 2017, rubrique Logement en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  2. « Dossier complet - commune de Lefaux rubrique Tourisme au 1er janvier 2021 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  3. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lefaux (62496) », (consulté le ).
  4. « Dossier complet - commune de Lefaux - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  5. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune de Lefaux - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  6. « Dossier complet - commune de Lefaux - EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  7. « Dossier complet - commune de Lefaux - DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. « Dossier complet - commune de Lefaux - DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2019 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Étaples », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Le Touquet-Paris-Plage », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Montreuil », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  4. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Berck », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  5. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Boulogne-sur-Mer », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  6. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Arras », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  7. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Lille », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  8. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Lefaux et Paris », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  9. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  10. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  11. « ZNIEFF 310007015 - Les dunes de camiers et la baie de Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  13. « Natura 2000 FR3100480 - Estuaire de la Canche, dunes picardes plaquées sur l'ancienne falaise… », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Natura 2000 FR3110038 - Estuaire de la Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  16. « Espace protégé FR1100134 - Les Garennes De Lornel », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « Espace protégé FR3600087 - Baie De Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « Patrimoine géologique NPC0010 - Estuaire de la Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Étaples - Le Touquet-Paris-Plage », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover | Données et études statistiques - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site de l'inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution (consulté le ).
  25. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  26. « Bilan à 6 ans du SCoT du Montreuillois », sur Le site de la CA2BM, (consulté le ).
  27. « Urbanisme - Les documents de communes », sur ca2bm.fr (consulté le ).
  28. « Le PLUI-H », sur Le site de la CA2BM (consulté le ).
  29. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 218.
  30. Jacques Mahieu, Noms des lieux des cantons d'Étaples et d'Hucqueliers et de leurs confins ainsi que du littoral du Marquenterre, Mémoire d'Opale n° 3, p. 22-39.
  31. « Liste des communes composant le canton d'Étaples (6224) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  32. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  34. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le ).
  35. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  36. a et b « Résultats du 1er tour à Lefaux », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  37. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  38. Élise Chiari, « Le bilan des maires : à Lefaux, Geneviève Margueritte a vécu un mandat « difficile » : Plus de vingt ans qu’elle est maire de la commune. Geneviève Margueritte est rodée à l’exercice et pourtant, son quatrième mandat n’a pas été le plus simple à gérer », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  40. B. L. (CLP), « Lefaux : la mairie va s’installer dans l’ancienne école communale : Geniève Margueritte, 67 ans, est maire depuis 1989. Elle entame son 5e mandat sous l’étiquette politique UDI. Depuis 2011, elle est également conseillère générale du canton d’Étaples », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598919
  42. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  43. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  44. « Volume d'eau prélevé en 2018 », sur Le site de la Banque nationale des prélèvements en eau (BNPE) (consulté le ).
  45. a et b « Gestion de l'eau », sur L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  46. « Déchèterie », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  47. « Site de compostage », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  48. « Les chiffres », sur le site du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (consulté le ).
  49. « Clinique des acacias-hautsdefrance.com » (consulté le ).
  50. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  51. « Brigade de gendarmerie d'Étaples », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  52. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  53. « CIS du Pas-de-Calais », sur Le site du centre départemental d'incendie et de secours (consulté le ).
  54. « Les habitants du Pas-de-Calais - Gentilé », sur habitants.fr (consulté le ).
  55. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  56. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  57. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  58. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  59. « Visualisation de la carte topographique » sur Géoportail (consulté le 27 mai 2021.)..
  60. « Doyenné de Berck Montreuil », sur Diocèse d'Arras (consulté le ).
  61. « Actualités Montreuil », sur le site du quotidien régional La Voix du Nord (consulté le ).
  62. Déborah Adoh, « Grand Littoral TV devient BFM Grand Littoral », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  63. « Intercommunalités et zonages d'études », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  64. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles (PRA) voir le référentiel », sur agreste.agriculture.gouv.fr, (consulté le ).
  65. « Les exploitations ayant leur siège à Lefaux », sur Le site du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le ).
  66. Archives du réseau de Chappe
  67. « Église Saint-Jean-Baptiste de Lefaux », sur openchurches.eu (consulté le ).
  68. Fonts baptismaux de Lefaux dans la base Mérimée du ministère de la Culture
  69. « 62496 Lefaux (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).