Audresselles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Audresselles
Audresselles
Le front de mer vu de la plage.
Blason de Audresselles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité CC de la Terre des Deux Caps
Maire
Mandat
Antoine Benoit
2020-2026
Code postal 62164
Code commune 62056
Démographie
Gentilé Audressellois
Population
municipale
634 hab. (2019 en diminution de 7,31 % par rapport à 2013)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 28″ nord, 1° 35′ 41″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 114 m
Superficie 5,72 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Desvres
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Audresselles
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Audresselles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Audresselles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Audresselles
Liens
Site web audresselles-mairie.com

Audresselles [odʁəsɛl] est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. C'est l'une des huit communes formant le grand site des Deux Caps, labellisé « Grand Site de France » depuis 2011.

Ses habitants sont appelés les Audressellois.

La commune fait partie de la communauté de communes de la Terre des Deux Caps qui regroupe 21 communes et compte 22 197 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Village côtier de la Côte d'Opale, Audresselles est située au bord de la Manche, à 11 km au nord de Boulogne-sur-Mer[1], 24 km au sud-ouest de Calais[2], 105 km à l'ouest de Lille[3] et à 225 km au nord de Paris[4] à vol d'oiseau. Il est également situé à proximité immédiate du cap Gris-Nez, point du littoral français le plus proche de l'Angleterre.

Sa proximité avec trois des plus grandes capitales européennes (Paris, Londres et Bruxelles) a fait de cet ancien village de pêcheurs une station balnéaire attractive.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de trois communes :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc de type 5 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[5].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 815 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Plages et rochers[modifier | modifier le code]

Audresselles comporte deux plages principales séparées par un cap dit « la Côte de Fer » en raison de sa couleur, avec des lignes de rochers en grès : la plage du sud s'étendant jusqu'à Ambleteuse, c'est le principal lieu de baignade, et la plage nord, qui s'étend vers le cap Gris-Nez et longe une falaise restée sauvage.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Le cap Gris-Nez.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[6].

La commune est également située sur quatre sites classés en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

  • Le site du cap Gris-Nez et falaise au nord d'Audresselles qui est le seul exemple de falaise européenne à soubassement de marnes kimméridgiennes recouvertes de sables et de lentilles de grès du Portlandien[7].
  • Le site des dunes du chatelet et marais de Tardinghen[8].
  • Le site de la garenne d’Ambleteuse[9].
  • Le site du bois et friches calcaires entre Audresselles, Bazinghen et Wissant. Ce site est constitué d’habitats non exploités de diverses natures (ourlets, végétations marnicoles plus ou moins hygrophiles, friches calcicoles…) ainsi que de boqueteaux de feuillus régionaux naturels ou plantés, marqués par les vents venant de la mer[10].

La commune s’inscrit également dans le réseau Natura 2000 avec deux sites :

  • le site des falaises du Cran aux Œufs et du cap Gris-Nez, Dunes du Chatelet, marais de Tardinghen et dunes de Wissant[11].
  • le site des falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack, garennes et communaux d'Ambleteuse-Audresselles[12].

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]
Oiseaux les plus courants sur la plage et dans les dunes[modifier | modifier le code]

Le goéland, la mouette rieuse, l'hirondelle de mer, le cormoran, la poule d'eau, le canard col-vert, le héron cendré, l'huîtrier-pie, le guillemot, le pingouin torda ou marblette, le courlis, la bernache, le fou de Bassan, la bécassine, le choucas des tours, l'aigrette blanche, le butor étoilé, le cygne tuberculé, le cygne trompette, le faucon pèlerin, l'émouchet, le faisan commun, et divers passereaux.

Mammifères marins[modifier | modifier le code]

Plusieurs phoques gris (plusieurs femelles et un grand mâle à tête noire) installés dans une crique au nord du village depuis juillet 2006 ; l'un d'eux s'est approché d'un pêcheur sous-marin et lui a volé les poissons accrochés à sa ceinture. Le 10 et le 11 août 2006, deux nageuses sont raccompagnées par les phoques jusqu'à la plage. Observations quotidiennes de phoques à moins de cinquante mètres du rivage.

Autres mammifères[modifier | modifier le code]

Marsouins, dauphins communs, et parfois passage d'orques (dernier passage en date du 10 avril 2007) ou de globicéphales, mégaptère (dernier passage en janvier 2008).

Flore halonitrophile (résistant au vent salé)[modifier | modifier le code]
Arbustes[modifier | modifier le code]

Lyciet ou alliure, qui produit le goji, fusain, troène, ronce, aubépines, et depuis les années 1980 : éléagne et véronique.

Plantes annuelles[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, on assiste à une invasion générale du haut estran par la betterave maritime (Beta maritima) aux dépens des autres végétaux y compris les plantes arborescentes. La betterave maritime provoque des modifications génétiques de la betterave sucrière cultivée au-dessus des falaises.

Autres plantes annuelles : chou de mer, sedums jaune et blanc, tussilage, carottes et panais sauvages, armérie ou gazon d'Espagne, graminées diverses.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Audresselles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[13],[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[18]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[19],[20].

La commune comptait 594 logements en 2008, dont 301 logements secondaires ou occasionnels et sept vacants. Les résidences principales, au nombre de 286 à cette date, ne représentaient donc pas la majorité des logements[21]! Parmi elles, on comptait 20,5 % de logements sociaux en 2005[22] et 18,5 % en 2008[21](53 logements).

Un SCOT paysager a été approuvé en 2010 à l'échelle de l'intercommunalité ; un PLU est en cours pour le même territoire.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (84,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (68,8 %), prairies (16 %), zones urbanisées (7,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,7 %), forêts (1,8 %), zones humides côtières (1,1 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute A16, qui relie la région parisienne à Dunkerque, passe à proximité de la commune. On peut rejoindre Audresselles en prenant la sortie no 33 en venant du sud, ou la sortie no 36 en venant du nord.

Elle est également desservie par une route départementale, la D 940, aussi appelée route du littoral.

La gare ferroviaire la plus proche est celle de Wimille-Wimereux, desservie par des TER Nord-Pas-de-Calais (ligne Boulogne-Calais). La grande gare la plus proche est celle de Calais-Fréthun, située à environ 20 min en voiture d'Audresselles. Cette gare se trouve à 30 min de Lille et h 30 min de Paris et Bruxelles par le TGV, ainsi qu'à h de Londres par Eurostar.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Odersele (1150), Odressele (1208), Ordressele (1285), Audresel (1323), Odresselles (1506), Andresseilles ou Audreisseilles (1576), Audresseilles (XVIe siècle), Audrezelles (1739)[25],[26], Audresselles (1793) et Audrecelles puis Audresselles (depuis 1801)[27].

Le premier élément Audre- est, comme dans la plupart de ces formations toponymiques en -sele, un anthroponyme d'origine germanique. Albert Dauzat suggère pour expliquer Audre-, le nom de personne germanique Other[28], alors qu'Ernest Nègre lui préfère un autre nom de personne germanique Audaherus[29].

Le second élément - selles représente la francisation de l'ancien flamand sele « demeure » ou « maison ne comprenant qu'une pièce » (cf. moyen néerlandais sale, sael, vieil anglais sæl, sele, même sens). Cet élément se retrouve dans le nom du hameau voisin de Haringzelle. Dans le Westhoek, le terme apparaît sous forme de terminaison -zeele, comme dans Herzeele (Hersele en 1195) ou Lederzeele (Lidersele en 1139), alors qu'en Belgique, on trouve Herzele ou Elzele (Ellezelles en français). Sele est issu ultimement du vieux bas francique *sal-, tout comme le français salle. La forme directement issue du vieux bas francique est illustrée par le toponyme Guerquesalles (Gargasala, sans date) dans l'Orne.

En picard, le nom de la commune est Auderselle et en néerlandais Oderzele.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1150, Guy d'Odersele donne à l'abbaye Saint-Médard d'Andres la chapelle de la sainte Trinité et de sainte Marie d'Odersele ainsi que tous ses alleux. Milon, évêque des Morins (évêque de Thérouanne) confirme la donation la même année[30].

Jusqu'à la fin du Premier Empire, et ainsi qu'il ressort des actes de baptême et de décès puis des actes d'état-civil des archives municipales et départementales, les familles de souche constituant Audresselles ont toujours porté les mêmes patronymes depuis la fin du treizième siècle, pour la plupart néerlandais puisque, jusqu'à la guerre de Cent Ans, les habitants d'Audresselles parlaient un dialecte flamand. Ce sont donc eux qui ont participé à la construction de l'église Saint-Jean-Baptiste d'Audresselles et inclus dans le dialecte picard du village des mots néerlandais non usités ailleurs sur la côte.

Aujourd'hui encore, au moins quatre grandes familles d'Audressellois portent ces anciens patronymes flamands parfois francisés. Depuis la fin du XIXe siècle, des familles flamandes de Belgique ou de la région de Dunkerque sont venues s'installer aussi à Audresselles, mais il s'agit d'un apport moderne de population.

Après le départ ou l'extermination des Anglais par les troupes d'Henri II, de nouvelles populations sont arrivées de Picardie et d’Île-de-France ainsi que le montrent les patronymes, notamment pour repeupler Ambleteuse. Ils se sont mêlés ensuite aux Audressellois.

Entre 1558, fin de l'occupation anglaise, et le milieu du XVIIe siècle, la seigneurie d'Audresselles comportait aussi le hameau d'Haringzelle[31] où se trouve actuellement un bois cachant la batterie allemande Todt d'Audinghen. Elle appartenait à la famille Acary[31], qui a donné quelques amiraux à la France et dont descendent la plupart des vieilles familles de pêcheurs du bourg.

Village de pêcheurs-naufrageurs millénaire implanté sur une dune, Audresselles a perdu plusieurs de ses rues et de ses chaumières ainsi que l'église du XIe siècle, qui ont été avalées par la mer jusqu'aux années 1880. À la fin du XIXe siècle, des plaisanciers, venus de Paris, de Lille et de Reims, ont acheté le rivage et construit des perrés (digues) individuels pour protéger leur chalet de vacances. De ce fait, depuis la fin du XIXe siècle, le rivage d'Audresselles a cessé de reculer et n'a presque plus changé, formant même un cap au lieu-dit la Côte de Fer. Depuis, Audresselles a conservé une architecture caractéristique, avec ses longères blanches à bande de couleur en bas des murs, au centre du village, et quelques villas de la Belle Époque face à la mer.

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, des puits dont certains remontent au Moyen Âge, assuraient l'approvisionnement en eau. C'est pendant la période allant de juin 1940 à septembre 1944, que les autorités allemandes ont installé le réseau urbain d'alimentation en eau courante. Elles l'ont aussi installé dans les villas que les militaires habitaient. Les canalisations collectives sont toujours utilisées aujourd'hui par Véolia en raison de l'excellente qualité des matériaux employés. Mais ceci a entraîné le comblement de nombreux puits depuis 1945 par les propriétaires des parcelles.

Les cartes postales d'avant la Seconde Guerre mondiale indiquent aussi les premiers travaux de voirie importants réalisés par les autorités d'occupation. Toutefois, les pillages des résidences secondaires consécutifs à la Libération de septembre 1944 ont créé de nombreuses ruines, réhabilitées depuis par des plaisanciers.

Audresselles est encore habitée par une famille d'artisans pêcheurs professionnels et le doris de l'un d'entre eux utilise la plage d'échouage du village.

Les flobarts traditionnels, petits bateaux bordés à clin, sont encore utilisés par les plaisanciers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la Terre des Deux Caps.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Desvres.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1925 mars 1953 Gustave Danquin   instituteur
mars 1953 mars 1971 Paul Forestier   agriculteur
mars 1971 mars 1977 Daniel Leunens DVG instituteur
mars 1977 mars 1983 Jean-Paul Averlant PS instituteur
mars 1983 mars 1995 Roger Tourret DVD agriculteur
mars 1995 mars 2001 Joël Lecouffe PS cadre
mars 2001 mars 2020 Roger Tourret[32],[33],[34] DVD agriculteur
mars 2020 En cours
(au 6 juillet 2020)
Antoine Benoit SE cadre[35],[36]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Audresselles abrite une école maternelle et primaire publique, l'école Les Flobarts.[37]

Les écoles privées les plus proches se trouvent à Marquise et Wimereux tandis que les collèges et lycées les plus proches se trouvent à Marquise et à Boulogne-sur-Mer[38].

Les sites de Boulogne et de Calais de l'université du Littoral-Côte-d'Opale sont également situés à proximité d'Audresselles.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune est actuellement médicalisée avec sur place un médecin, une infirmière et une kinésithérapeute.

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, , de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[39].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Audressellois[40].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[42].

En 2019, la commune comptait 634 habitants[Note 5], en diminution de 7,31 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
660623605740746720708693660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
608588575525513510522508468
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
452497454434425435410457430
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
424440489538587681706712684
2018 2019 - - - - - - -
636634-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,3 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 315 hommes pour 321 femmes, soit un taux de 50,47 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,3 
8,3 
75-89 ans
10,9 
22,5 
60-74 ans
24,3 
19,4 
45-59 ans
19,6 
13,7 
30-44 ans
15,9 
19,7 
15-29 ans
14,6 
16,2 
0-14 ans
14,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Toutefois, à partir des feuilles de recensement ou d'imposition, il est difficile, dans un village comme Audresselles, de distinguer les habitants-électeurs résidant à l'année et les habitants-électeurs plaisanciers, résidant seulement une partie de l'année, parfois pour des raisons fiscales. Parmi ces derniers, ce sont essentiellement les plus âgés qui sont recensés, votent et payent les taxes locales car ce sont ceux qui ont acheté la résidence, alors que leurs enfants et petits-enfants ne sont pas recensés dans la commune même s'ils sont actionnaires des SCI propriétaires des résidences familiales. De plus, comme toutes les villas en front de mer sans exception sont achetées par des ressortissants d'autres pays européens, il est impossible d'établir leur décompte exact ainsi que celui de leurs descendants qui viennent s'installer pour des séjours de moyenne durée à Audresselles.[réf. nécessaire]

Ceci aboutit à ce que la présence d'une grande partie des Européens non-français et des 0 à 29 ans ne soit pas recensée et fausse ainsi la pyramide des âges réelle. Néanmoins, les électeurs européens qui se sont inscrits (surtout néerlandophones et germanophones) représentent plus de 10 % de l'électorat.[réf. nécessaire]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête de l'Assomption, le 15 août, est restée la fête du village. Elle attire chaque année à Audresselles des milliers de fidèles et de touristes à l'occasion de la messe suivie de la procession de l'église jusqu'à la plage d'où un prêtre part en doris pour bénir la mer.

La fête du Crabe, week-end de la Pentecôte : place du Détroit, devant la halle où la famille de pêcheurs d'Audresselles vend crustacés, mollusques et poissons, viennent s'installer des stands des associations et des artisans locaux qui proposent leur production. Sur un podium, un conseiller municipal à la voix puissante annonce les différents spectacles qui s'y succèdent. C'est l'occasion pour les hommes politiques locaux, maires du village et des environs, conseillers généraux, candidats aux élections législatives, de venir rencontrer directement leurs électeurs à l'heure de la sortie de la messe dominicale.

La fête culturelle des Européens, chaque année depuis 2002, en juillet ou en août, avec la participation de musiciens et d'artistes plasticiens venus de Belgique, d'Allemagne, de Croatie, d'Italie et de Russie.

Cultes[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'économie d'Audresselles repose principalement sur les PME (transport de marchandises périssables ou non périssables, industrie du bâtiment), la pêche et le tourisme. Par arrêté préfectoral no 626 du , la pêche des moules a été limitée aux professionnels et punie d'une forte amende pour les particuliers sans licence récoltant plus de cinq litres.

L'activité liée au tourisme de courts séjours s'est particulièrement développée. Le bourg compte deux hôtels, cinq campings, une vingtaine de gîtes ruraux et onze restaurants dont la clientèle est belge à 80 %. Au cours de la dernière décennie, de nombreux Belges, des Allemands et des Britanniques ont acheté des maisons et se sont installés à Audresselles. Depuis 2006, un commerce d'alimentation générale s'est installé place du Détroit, et, depuis 2012, un cabinet d'infirmière y est adossé sous la halle[46].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade sud.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste, fortifiée, du XIIe siècle avec trois grands tableaux du Second Empire (1858), dont l'un est signé des initiales du peintre victorien Arthur Gilbert, « peints aux ateliers catholiques de l'abbé Migne Montrouge » (Jacques-Paul Migne à Montrouge) et un petit retable du XVIIIe siècle représentant sainte Véronique Giuliani. Le porche est du XVIIIe siècle. Elle est l'église la plus ancienne des sept clochers de la nouvelle paroisse Notre-Dame-des-Flots. Ce sanctuaire surélevé, d'où l'on voit le soleil se coucher dans la mer, doit son origine au désir de l'Église de lutter contre le paganisme ravivé par le passage des Vikings. Encore aujourd'hui, c'est à Saint-Jean-Baptiste d'Audresselles que se réunissent les catholiques de la région pour célébrer l'Assomption et commencer la procession qui s'achève par la bénédiction de la mer.
  • La ferme Saint-Jean (XVIIe siècle) ; avec un porche, un pigeonnier et une maison d'habitation sur la façade de laquelle se trouve un bas-relief en pierre représentant une croix grecque indiquant que le seigneur des lieux a participé aux Croisades entre le XIe et le XIIIe siècle.
  • Le relais de poste, rue Édouard-Quénu (XVIIIe siècle).
  • L'allée Maurice-Boitel, belvédère d'où l'on domine toute la plage.
  • Le monument aux morts[47].

Sur la plage d'Audresselles, au nord et au sud, se trouvent encore les câbles téléphoniques sous-marins reliant la France et l'Angleterre. Ces câbles, encore intacts et sans oxydation, ont été installés par Siemens, en 1907 et en 1911, qui en assura la maintenance jusqu'à 1914. La légende voudrait qu'ils aient été utilisés pendant la dernière guerre mondiale entre les belligérants. Quoi qu'il en soit, ils constituent un indice selon lequel le gouvernement français, au moins jusqu'en 1911, n'envisageait pas de guerre prochaine avec l'Allemagne.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Un fromage, le Fleur d'Audresselles, porte le nom de la commune. C'est un fromage fabriqué à partir de lait cru de vache à la fromagerie Sainte Godeleine à Wierre-Effroy. Il est à pâte molle et à croûte mixte, salé au sel de Guérande[48].

Langues[modifier | modifier le code]

La langue principalement parlée à Audresselles est le français. L'anglais et le néerlandais servent aussi de moyen de communication. Une petite minorité de la population parle encore son patois, le picard maritime.

Audresselles possède un dialecte avec un vocabulaire anglo-picard propre : parties du corps (la nèque), noms de poissons (la mallett, le rouget barbet). Il s'agit d'un picard maritime avec transformation des sifflantes en chuintantes sourdes comme dans les autres variantes du picard, mais aussi sonores (exemple : le hameau de Zutphen se prononce Juphen). Il serait plus proche du patois de Saint-Pierre, quartier nord de la ville de Boulogne-sur-Mer, notamment en raison des mariages d'Audressellois avec des épouses venues de Boulogne (on relèvera en particulier qu'à la troisième personne du pluriel, le « t » final est prononcé). Jusque dans les années 1950, Audresselles a constitué une société relativement fermée et endogamique, moins néanmoins que dans beaucoup d'autres régions de France, en raison de naufrages de navires dont certains passagers ont fait souche à Audresselles, et de la présence récurrente de militaires étrangers et de « baigneurs » qui se sont établis sur place.

Les noms jetés ou sobriquets des habitants sont[49] : chés carcahutes d'Auderselle (les gens vivaient dans des cahutes faites avec des carcasses de bateaux retournées) et chés dos d'cayelles (en français, les dos de chaises). Un dicton populaire de la commune est : « vint d'amont va coutcher aveuc les files d'Auderselle » (« avec le vent du Nord, les bateaux ne sortent pas en mer et les pêcheurs peuvent aller voir les filles »).

Audresselles dans les arts[modifier | modifier le code]

Bord de mer à marée basse à Audresselles
Carolus-Duran, 1869
palais des Beaux-Arts de Lille
  • Une partie du roman La Grande Nuit d'André-Marcel Adamek (2003) se déroule à Audresselles.
  • Dans le roman Un loup quelque part d'Amélie Cordonnier[50], l'héroïne ainsi que son père ont vécu à Audresselles.
  • La série P'tit Quinquin (2014) est tournée à Audresselles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Historiques[modifier | modifier le code]

Actuelles[46][modifier | modifier le code]

  • Catherine Destivelle (1960-), alpiniste, passe ses vacances dans la commune ;
  • Frederic Colier (1963-), réalisateur, metteur en scène, auteur, musicien américain, né à Audresselles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de la famille Acary.
  • Blason originel : celui de la famille Acary (ou Accary), seigneurs d'Audresselles et d'Haringzelle au XVIe siècle, enregistré dans le nobiliaire de Picardie de l'Armorial général de France en 1696 : « d'or à une aigle bicéphale de sable »[52].
  • Blason actuel, élaboré par un restaurateur d'Audresselles, fondateur de la fête du Crabe :
Blason de Audresselles Blason
D'azur à un flobart d'or, naviguant sur trois ondes d'argent, au chef d'or chargé d'un crabe de gueules[53].
Détails
Le crabe et le flobart évoquent l'activité traditionnelle de la station balnéaire qu'est la pêche, mise à l'honneur tous les ans par la fête du Crabe.

Adopté en 1976.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Lazzarotti, géographe, Rivages boulonnais, éd. Association Mémoire d'Audresselles, décembre 2006.
  • Jacques Mahieu-Bourgain, ed. Christian Navarro, Noms des lieux picards du Boulonnais, éd. 2004.
  • Jérôme Bignon (1658-1725), intendant du roi Louis XIV à Amiens, Nobiliaire de Picardie, 1699.
  • Daniel Leunens, historien, ancien maire, Audresselles, éléments d'une histoire, éd. Association Mémoire d'Audresselles.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique franc de type 5 occupe un mince liseré en bordure de la Mer du Nord et l’ensemble de la Normandie, la Bretagne, la Vendée et les Charentes. Un espace océanique réduit occupe l’ouest des landes et des Pyrénées-atlantiques. Les températures sont moyennes et très homothermes : l’amplitude annuelle (moins de 13°C d’écart entre juillet et janvier), le nombre de jours froids (moins de 4) et chauds (moins de 4) et la variabilité interannuelle sont minimaux. Les précipitations sont annuellement abondantes (un peu plus de 1000 mm) et fréquentes en hiver (plus de 13 jours en janvier). L’été est également pluvieux (8-9 jours en juillet) mais les cumuls sont réduits. Le climat océanique se caractérise enfin par une forte variation interannuelle des précipitations d’hiver. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance à vol d'oiseau entre Audreselles et Boulogne-sur-Mer », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Audreselles et Calais », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Audreselles et Lille », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Audreselles et Paris », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « ZNIEFF FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « ZNIEFF 310007017 - cap Griz-Nez et falaise au nord d'Audresselles », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « ZNIEFF 310007285 - dunes du chatelet et marais de Tardinghen », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310013269 - Garenne d’Ambleteuse », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 310007014 - Bois et friches calcaires entre Audresselles, Bazinghen et Wissant », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF FR3100478 - Falaises du Cran aux Œufs et du cap Gris-Nez… », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF FR3100479 - falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack… », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Boulogne-sur-Mer », sur insee.fr (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  19. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. a et b « Audresselles (62056) : Logement », Résultats du recensement de la population - 2008, sur INSEE (consulté le ).
  22. Diagnostic du Scot paysager de la Terre des 2 Caps.
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 21.
  26. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-00133-5, présentation en ligne), p. 822.
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit..
  29. Ernest Nègre, op. cit..
  30. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome II Année 1150
  31. a et b Nobiliaire de Picardie, page 1, réalisé en 1698 par Jérôme Bignon (1658-1725), Intendant de la province, sur ordre du Roy, Louis le quatorzième.
  32. Marie-Caroline Debaene, « Audresselles: Roger Tourret, victorieux dès le premier tour : Le maire sortant, Roger Tourret, s’installe de nouveau dans son fauteuil de maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  34. Emmanuelle Dupeux, « Audresselles: Roger Tourret veut poursuivre le développement touristique de sa commune : Quels sont les principaux projets du maire de la jolie station balnéaire réputée pour ses si typiques maisons de pêcheurs ? Qu’en est-il de la fiscalité locale, de la mise en place des TAP, de l’intercommunalité ? Tour d’horizon avec Roger Tourret, qui a entamé son 5e mandat en mars dernier. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  36. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  37. « Ecole primaire Les Flobarts », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le )
  38. Lieux pour l'enseignement en Terre des 2 Caps.
  39. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  40. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  44. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Audresselles (62056) », (consulté le ).
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  46. a et b Matrice cadastrale de la commune.
  47. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  48. historique de la fromagerie Sainte Godeleine.
  49. André Accart, Les sobriquets des habitants du Pas-de-Calais : origine du nom de la ville, étymologie, de la Révolution au Ch'ti, armoiries, dictons, sobriquets collectifs, surnoms des habitants, Bouvignies, Nord Avril, , 456 p. (ISBN 978-2-915800-05-0).
  50. Cordonnier, Amélie., Un loup quelque part : roman (ISBN 978-2-08-151275-7 et 2-08-151275-0, OCLC 1153990672, lire en ligne).
  51. a b c d et e Ces artistes ont peint des paysages d'Audresselles et, pour certains, des portraits des habitants.
  52. Charles d'Hozier, Armorial général de France, dressé en vertu de l'édit de 1696, vol. 26 : Picardie, généralité d'Amiens, , 741 p. (lire en ligne sur Gallica), p. 28 et 213.
  53. « 62056 Audresselles (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).