Le Souich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Souich
Le Souich
La mairie.
Blason de Le Souich
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
René Pruvost
2020-2026
Code postal 62810
Code commune 62802
Démographie
Gentilé Souichois
Population
municipale
175 hab. (2019 en augmentation de 1,16 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 25″ nord, 2° 22′ 04″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 161 m
Superficie 5,11 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Souich
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Souich
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Le Souich
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Le Souich

Le Souich est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Souich est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (80,3 %), prairies (11,3 %), zones urbanisées (7,3 %), zones agricoles hétérogènes (0,9 %), forêts (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Alban du Souich et ses descendants sont cités sur un vitrail de l'église[8] qui représente un chevalier en armes.

Floridas du Souich combat et trouve la mort lors de la bataille d'Azincourt en 1415[9].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les 22-23 mai 1915, Ivergny et Le Souich servent de lieux de cantonnement et de repos, pendant quelques jours, à la 9e brigade d'infanterie, formée des 74e et 39e régiments d'infanterie et d'éléments de deux autres régiments, arrivée en gare de Frévent et de Doullens, en provenance de l'est, le 22 mai et dans la nuit du 22 au 23 mai 1915[10]. Ces troupes venaient participer à la Bataille de l'Artois (mai-juin 1915).

L'église Saint-Nicolas est utilisée comme hôpital de guerre, des réfugiés stationnent dans le village[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton d'Avesnes-le-Comte.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 Jean-Luc Beugnet    
mars 2001[12] 2014 Francis Maze    
avril 2014[13],[14],[15] 2020 Laurence Legrand   Préparatrice en pharmacie
3 juillet 2020 En cours
(au 7 avril 2022)
René Pruvost   Agriculteur[16],[17]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2019, la commune comptait 175 habitants[Note 2], en augmentation de 1,16 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
588409640641660589534525508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
491516531472465445415413375
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321328328276275249225214218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
203213173158155169185185179
2015 2019 - - - - - - -
156175-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 42,2 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 84 hommes pour 80 femmes, soit un taux de 51,22 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,1 
5,3 
75-89 ans
7,8 
14,7 
60-74 ans
10,0 
20,0 
45-59 ans
18,9 
18,9 
30-44 ans
18,9 
17,9 
15-29 ans
15,6 
23,2 
0-14 ans
27,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La réplique de la grotte de Lourdes est située rue de La-Haut. Construite par Gaston Roussel, en 1958, pour le centenaire des apparitions de la Vierge à Bernadette Soubirous. Depuis, une procession religieuse, allant de la chapelle Notre-Dame-de-Consolation à la grotte, a lieu chaque année au 15 août.
  • La chapelle Notre-Dame-de-Consolation est l'une des rares dernières chapelles en torchis du département. Bâtie en 1867, elle fut détruite pendant la Révolution française. Reconstruite en 1927, elle sera conservée jusqu'aux années 1970, puis abandonnée pour tomber finalement en ruines. Jean-Luc Beugnet, maire de 1995 à 2001, entreprend sa restauration pour la retrouver à l'identique (charpente, toiture, vitrail). Francis Maze, maire depuis 2001, entreprend la poursuite des opérations par la restauration du retable, du second vitrail, de la pose du torchis. L'inauguration de la restauration achevée eut lieu le .
  • L'église Saint-Nicolas. En 2014 et 2015, elle est reconvertie en salle d'exposition pour le centenaire de la Grande Guerre[11].
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Pauchet († 1693), lieutenant et syndic du Souich, originaire d'Humbercourt, est l'ancêtre de l'avocat réputé Victor Pauchet (1839-1922), président des conférences Saint-Vincent de Paul d'Amiens et de son fils le professeur Victor Pauchet (1869-1936), chirurgien amiénois puis parisien, de notoriété mondiale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Souich Blason
Écartelé : aux 1er et 4e d'argent à trois alérions de gueules, aux 2e et 3e d'or à deux bandes de gueules.
Détails
Armes des anciens seigneurs du lieu, la famille Du Souich, toujours existante, et visibles sur un vitrail de l'église[8].
Adopté par la municipalité.
Alias
Alias du blason de Le Souich
Écartelé : aux 1er et 4e d'azur à l'agneau pascal contourné, portant une croisette haute du même en bande, aux 2e et 3e d'or à saint Nicolas évêque de carnation vêtu de sable ressuscitant trois enfants de carnation dans un saloir de sable.
Armes attribuées par les archives du Pas-de-Calais[24].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b [1] Photo du vitrail.
  9. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  10. Journal de marche de la 9e brigade d'infanterie, 16 mars-27 août 1915, p. 31-33, lire en ligne.
  11. a et b Éric Sara (édition d'Amiens), « Doullens-Le Souich-La Grande Guerre à l'église », Courrier picard,‎ , p. 10 (lire en ligne, consulté le ) :

    « L'église a été utilisée pendant le premier conflit mondial comme hôpital de guerre. »

    .
  12. « Canton d’Avesnes-le-Comte: huit maires rendront leur écharpe fin mars », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Le Souich : Francis Maze, maire depuis 2001, compte se représenter. « Car il reste encore des projets, des choses à faire. » »

    .
  13. « Le Souich : Laurence Legrand élue maire après des élections municipales controversées : Ils étaient trois vendredi soir à briguer la fonction de premier magistrat : William Santerre, de la liste « Construire ensemble », Nicolas Blois, de la liste du maire Francis Maze, et Laurence Legrand, pour la liste « Le Souich se réveille » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  15. « Le Souich – « Nous nous devons de protéger notre patrimoine » : Le village a vécu des élections peu banales : près d’un quart de la population était candidate. Depuis sept mois, Laurence Legrand en a repris les rênes avec en tête l’entretien des bâtiments communaux et du patrimoine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  17. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune du Souich (62802) », (consulté le ).
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  24. Armorial du Pas-de-Calais, tome I, P. Bréemersch et J-Y. Léopold, 1996, p. 165