Aller au contenu

Wimille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wimille
Wimille
La colonne de la Grande Armée.
Blason de Wimille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Antoine Logie
2020-2026
Code postal 62126
Code commune 62894
Démographie
Gentilé Wimillois
Population
municipale
3 888 hab. (2021 en diminution de 5,75 % par rapport à 2015)
Densité 175 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 45′ 50″ nord, 1° 38′ 01″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 109 m
Superficie 22,24 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Wimereux
(banlieue)
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Boulogne-sur-Mer-1
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Wimille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Wimille
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Wimille
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Wimille
Liens
Site web mairie-wimille.fr

Wimille (prononcé /ɥimil/) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Intégrée au périmètre du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, la commune a une occupation des sols en majorité agricole, correspondant aux paysages du Boulonnais.

Cette commune arrière-littorale est située au nord de l'agglomération de Boulogne-sur-Mer. Desservie par une autoroute et une gare, elle a vu se développer les secteurs industriels et tertiaires, ainsi que les équipements. Elle fait cependant face à une diminution de sa population dans les années 2000 ; une ZAC est en projet en 2010 afin de tenter de mettre fin à ce recul démographique.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

Wimille se situe dans la région Nord-Pas-de-Calais, limitrophe au sud, de Boulogne-sur-Mer. C'est une commune arrière-littorale, à proximité de la Manche.

Carte
Les limites du territoire communal.
Carte interactive (double-cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de dix communes :

Géologie et relief

[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 22,24 km2 ; son altitude varie de 2 à 109 mètres[1].

Wimille est intégrée au grand complexe géologique de la boutonnière du Boulonnais. La topographie est constituée de petits vallons humides et de lignes de crêtes. C'était à l'origine une commune estuaire du fleuve Wimereux.

La nature des sols est hétérogène : argiles, sable, grès calcaireux, etc. Le sous-sol est à dominante calcaire, avec pour une partie du territoire une proximité de la nappe superficielle.

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie[2].

Le fleuve côtier Wimereux passe dans la commune avant d'arriver dans la commune de Wimereux où il se jette dans la mer[3], ainsi que le ruisseau d'Auvringhen, affluent du Wimereux[4], qui est composé de deux branches, de part et d'autre d'une ligne de crête sur le périmètre communal. Le Wimereux a, par le passé, été l'objet de crues décennales et centennales[5].

Par ailleurs, la commune est traversée par le petit fleuve côtier, la Slack, cours d'eau naturel de 21,78 km, qui prend sa source dans la commune de Hermelinghen et qui se jette dans la Manche au sud d'Ambleteuse[6], et par la Fausse rivière, cours d'eau naturel de 4,32 km, qui prend sa source dans la commune de Marquise, se jette dans la Slack au niveau de la commune[7].

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[8]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[9].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 870 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Boulogne-sur-Mer à 4 km à vol d'oiseau[10], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 824,5 mm[11],[12]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[13].

Statistiques 1991-2020 et records BOULOGNE-SEM (62) - alt : 73m, lat : 50°43'57"N, lon : 1°35'58"E
Records établis sur la période du 01-01-1947 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 3,4 5 7 9,8 12,5 14,7 15,3 13,2 10,3 6,8 4,1 8,8
Température moyenne (°C) 5,3 5,4 7,4 9,8 12,7 15,3 17,4 18 15,8 12,6 8,8 6 11,2
Température maximale moyenne (°C) 7,1 7,3 9,7 12,7 15,6 18,1 20,1 20,7 18,5 14,9 10,8 7,9 13,6
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
12.01.1987
−13,6
01.02.1956
−7,8
07.03.1971
−2
14.04.1966
1,6
07.05.1997
4
02.06.1962
8
04.07.1965
9
31.08.1956
5,8
22.09.1979
−1
29.10.1947
−5,6
30.11.1978
−9,6
29.12.1996
−13,6
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
16,4
01.01.22
18,9
26.02.19
22,7
30.03.17
26
16.04.1949
31,2
27.05.05
33,3
29.06.19
39,6
19.07.22
34,8
11.08.03
32,6
10.09.23
27,2
01.10.1985
19,1
01.11.15
17,2
10.12.1978
39,6
2022
Précipitations (mm) 77 56 48 48,1 54,6 48 54,3 63,2 69,6 95,8 106,8 103,1 824,5
Source : « Fiche 62160001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


La commune est située à la jonction de deux paysages tel qu’ils sont définis dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[14] :

  • le « paysage boulonnais » qui concerne 66 communes, se délimite : au Nord, par les paysages des coteaux calaisiens et du Pays de Licques, à l’Est, par le paysage du Haut pays d’Artois, et au Sud, par les paysages Montreuillois.
Ce paysage, constitué d'une boutonnière bordée d’une cuesta définissant un pays d’enclosure, est essentiellement un paysage bocager composé de 47 % de son sol en herbe ou en forêt et de 31 % en herbage, avec, dans le sud et l’est, trois grandes forêts, celle de Boulogne, d’Hardelot et de Desvres et, au nord, le bassin de carrière avec l'extraction de la pierre de Marquise depuis le Moyen Âge et de la pierre marbrière dont l'extraction s'est développée au XIXe siècle.
La boutonnière est formée de trois ensembles écopaysagers : le plateau calcaire d’Artois qui forme le haut Boulonnais, la boutonnière qui forme la cuvette du bas Boulonnais et la cuesta formée d’escarpements calcaires.
Dans ce paysage, on distingue trois entités : les vastes champs ouverts du Haut Boulonnais ; le bocage humide dans le Bas Boulonnais et la couronne de la cuesta avec son dénivelé important et son caractère boisé[15].
Une vue de ces « paysages des falaises d’Opale » et le cap Blanc-Nez.
  • les « paysages des falaises d’Opale », qui concernent 30 communes, s’étendent le long de la côte, d’Équihen-Plage à Sangatte, sur une bande d’environ 50 kilomètres de long et d’un maximum de 5 kilomètres de large, l'autoroute A 16 étant la frontière à l'est. Ils sont constitués, d’une part, par les falaises d’Opale où se trouve le grand site des Deux Caps qui, avec le cap Blanc-Nez, culmine à 150 mètres, ces falaises offrent un belvédère sur le pas de Calais avec la possibilité de voir les côtes d’Angleterre, et d’autre part, vers l’intérieur des terres, avec les paysages littoraux qui jouxtent ceux des coteaux calaisiens et du pays de Licques, d'un paysage alternant collines, vallons et bocages.
L’occupation des sols se répartit en 43 % de cultures pour les paysages arrière-littoraux, 20 % de sols artificialisés, 20 % de prairies et forêts et 10 % de plage.
Les crans constituent une des particularités de ces côtes à falaises. Les crans sont des vallées suspendues qui se sont retrouvées le « nez en l’air », soit du fait de l’affaissement du pas de Calais[Note 2], soit par la baisse du niveau de la mer[Note 3] comme le cran d’Escalles, le cran Mademoiselle, le cran Poulet, le cran Barbier, le cran des Sillers, le cran de Quette et le cran aux Œufs, situés, eux, sur la commune d’Audinghen[16].
Ces paysages sont traversés par trois fleuves côtiers, la Liane (Boulogne-sur-Mer), le Wimereux (Wimereux) et la Slack (Ambleteuse), et par le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral, appelé aussi sentier des douaniers, qui chemine le long de ces paysages et offre un magnifique panorama.

Milieux naturels et biodiversité

[modifier | modifier le code]

Espaces protégés et gérés

[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[17]. Dans ce cadre, la commune fait partie de deux espaces protégés :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend six ZNIEFF de type 1[Note 4] :

  • la vallée du Wimereux entre Wimille et Belle-et-Houllefort. Cette partie de la vallée du Wimereux, située au nord de la RN 42, en marge de la cuvette du bas Boulonnais, marque les limites entre les terrains jurassiques et le bassin calcaire de Marquise-Rinxent[20].
  • la basse vallée de la Slack. Cette large vallée est composée d’un remarquable complexe de prairies alluviales pâturées ou fauchées, plus ou moins longuement inondables et ponctuées de mares et d’étangs de chasse[21] ;
  • les dunes de la Slack, la pointe aux Oies, la pointe de la Rochette et l’estuaire du Wimereux, d’une superficie de 474 hectares et d'une altitude variant de 3 à 38 mètres. Ce site présente un intérêt écologique et biologique de niveau européen, il est composé de dunes calcarifères récentes et de dunes plus anciennes ayant comblé une partie de l’estuaire et de la basse vallée de la Slack[22] ;
  • le bocage au sud de Wimereux, d’une superficie de 22 hectares et d'une altitude variant de 15 à 35 mètres[23] ;
  • le mont Duez à Wimille, d’une superficie de 40 hectares et d'une altitude variant de 29 à 80 mètres[24] ;
  • la garenne de Wimille, d’une superficie de 17 hectares et d'une altitude variant de 26 à 63 mètres[25].
Carte des ZNIEFF sur la commune.

Site Natura 2000

[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[26].

Sur la commune, un site Natura 2000 de type B est défini en site d'importance communautaire (SIC) : les falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack, garennes et communaux d'Ambleteuse-Audresselles, d’une superficie de 411 hectares et d'une altitude variant de 0 à 49 mètres[27].

Inventaire national du patrimoine géologique

[modifier | modifier le code]

Les formations kimméridgiennes et tithoniennes des falaises de la pointe de la Crèche sont inscrites à l'inventaire national du patrimoine géologique. L'altitude de ces falaises varient de 6 m, au nord avant Wimereux, à 33 m au sommet du pli de la Crèche[28].

Au , Wimille est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[29]. Elle appartient à l'unité urbaine de Wimereux[Note 5], une agglomération intra-départementale regroupant deux communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 6],[30],[31]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer, dont elle est une commune de la couronne[Note 7],[31]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[32],[33].

La commune, bordée par l'estuaire du Wimereux, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[34]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[35].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (49,3 %), terres arables (40,1 %), zones urbanisées (5,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,4 %), forêts (1,3 %), zones humides intérieures (1,2 %), zones agricoles hétérogènes (0,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,2 %)[36]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine

[modifier | modifier le code]

L'occupation du sol de la commune est dominée par l'agriculture.

En 2008, on comptait 1 737 logements dont 1 615 (93,0 %) résidences principales, 73 (3,4 %) résidences secondaires et 49 (3,0 %) logements vacants dans la commune. 82,0 % sont des maisons et 17,7 % sont des appartements. 20,4 % des logements ont été construits avant 1949, 45,3 % entre 1949 et 1974, 25,8 % entre 1975 et 1989 et 8,6 entre 1990 et 2005. 64,4 % des Wimillois sont propriétaires de leur logement, 34,3 % sont locataires (dont 24,1 % d'un logement HLM loué vide) et 1,3 % sont logés gratuitement[37].

Planification de l'aménagement

[modifier | modifier le code]

Un projet de schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Boulonnais (CAB et communauté de communes de Desvres-Samer) est en cours[Quand ?] d'élaboration. Un plan local d'urbanisme (PLU) et un plan local de l'habitat (PLH) sont en vigueur à Wimille ; le PLU est révisé en PLU intercommunal en 2012. Une zone d'aménagement concerté (ZAC) à vocation principale d'habitation est en cours d'élaboration en 2012.

Voies de communication et transports

[modifier | modifier le code]
Photographie d'un train TER à Wimille en 2006, sous le soleil
Train TER à Wimille, 2006.

La gare de Wimille - Wimereux est desservie par des TER Hauts-de-France circulant entre les gares de Boulogne-Ville et de Calais.

La commune est également desservie par l'autoroute A16 (sortie no 32), les RD 233, 237 et 242. Elle est en correspondance étroite avec la ville de Wimereux, ces deux communes étant intimement liées. Mais la voie de chemin de fer limite le nombre de liaisons.

La commune est desservie par la ligne A du réseau urbain Marinéo.

Des itinéraires de randonnée traversent la commune, comme l'itinéraire de liaison no 5 du GRP (Grande Randonnée de Pays).

Risques naturels et technologiques

[modifier | modifier le code]

Risque inondation

[modifier | modifier le code]

À la suite du passage des tempêtes Ciarán, Domingos et Elisa et des inondations et coulées de boue qui se sont produites, la commune est reconnue, par arrêté du , en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue sur la période du au , comme 179 autres communes du département[38].

Le nom de la localité est attesté sous les formes Guimilla (1119) ; Wemelium (1131) ; Wimilla (1157) ; Wamille (1203) ; Wimulge (1208) ; Wemille (1296) ; Huitmille (XIVe siècle) ; Weymille (XVe siècle) ; Wymille (vers 1512) ; Vuimille-lez-Boulongne (1596)[39].

Prononciation

[modifier | modifier le code]

Tout comme les communes proches de Wimereux ou Wissant, la prononciation du nom de la commune (« huimille », « vimille » ou « ouimille ») n'est pas strictement définie et aucune n'est donc réellement incorrecte.

La prononciation locale est /ɥimil/ (huimille). La prononciation ancienne est /wimil/ (ouimille) conformément à la façon de prononcer la lettre W en picard, en flamand et en vieux néerlandais (semblable à l'anglais dans week-end). De la même manière, de nombreux Boulonnais prononcent encore aujourd'hui, par exemple, le mot wagon « ouagon » et non pas « vagon » comme en français standard. Au contraire, que la prononciation avec /v/ initial articulé reflète une francisation.

Premières occupations humaines

[modifier | modifier le code]

À Wimereux, les premières traces relevées sont datées vers 500 000 av. J.-C. (silex, bifaces)[40]. Le climat est chaud (présence d'éléphants, félins…) ; les hommes vivent de chasse, pêche et cueillette.

À Haubenghe, dépendant de la commune de Wimille, ont été retrouvées dans les années 1860, une hache en silex, accompagnée d'une autre à peine ébauchée, présumées datant de la préhistoire[41].

Le territoire est touché par le maximum glaciaire de la glaciation de Würm il y a environ 20 000 ans. Le climat s'adoucit ensuite aux alentours de 8 000 av. J.-C.

Différents envahisseurs celtes (les Morins) s'implantent dans la région et développent le commerce avec les îles britanniques.

Puis, à la suite de la guerre des Gaules, les Romains occupent la Gaule durant près de 300 ans. Le Boulonnais est inclus dans la Gaule belgique.

Les invasions barbares détruisent Boulogne (Bolonia) au IIIe siècle. La ville est reconstruite au IVe siècle, l'économie locale renaît. Au début du VIe siècle, les Germains envahissent la Gaule. Vers 481, Clovis devient roi des Francs et unifie les territoires (nord de la France et Belgique, puis une grande majorité du périmètre actuel de la France).

Moyen Âge et époque moderne

[modifier | modifier le code]
Wimille en 1656, tiré de Evesché de Boulogne ou sont les Comté et seneschaussée de Boulenois. Bailliage de Calais dans le Pays Reconquis. Souveraineté d'Ardres, etc. par Nicolas Sanson d'Abbeville. Source Gallica.

La dynastie mérovingienne qui succède aux Francs, puis l'empire carolingien (Charlemagne) couvrent le début de la période médiévale.

En 882, la ville essuie en bataille contre les Normands[42].

Wimille est rattachée au comté de Boulogne, la région est convertie au christianisme, puis subit plusieurs guerres. Philippe-Auguste (dynastie des Capétiens) gagne la bataille de Bouvines en 1214 et reprend le nord de la France.

S'ensuit une paix durable, jusqu'à la guerre de Cent Ans. Après 1237, le seigneur d'Ordre à Wimille fait partie des douze barons du Boulonnais[43].

À partir de 1347, Wimille a des voisins britanniques, Calais devenant anglaise jusqu'en 1559. La région est ainsi l'objet de fréquentes batailles. La peste noire frappe de plus le Boulonnais de 1347 à 1350, avec environ 32 % des foyers touchés[40].

Le nom de Wimille est indiqué sur la carte de Cassini du XVIIIe siècle, ainsi que de nombreux hameaux alentour, le fort de Croy et la pointe de Wimereux.

C'est dans la section de la commune détachée plus tard pour former celle de Wimereux que tombèrent et se tuèrent les aéronautes Pilâtre de Rozier et Pierre-Ange Romain (1785) dans le premier accident aérien de l'histoire.

Époque contemporaine

[modifier | modifier le code]
Wimille en 1815 sur la carte de Cassini. Calon, Étienne-Nicolas de (1726-1807). Cartographe. Source Gallica.

En 1804, Napoléon Ier supervise au camp de Boulogne (entre Boulogne-sur-Mer et Wimille) les préparatifs pour envahir l'Angleterre, avant que la formation de la 3e coalition ne mène à une guerre contre la Prusse en 1805.

En 1899, Wimille cède Wimereux. En 1899, Wimille cède 37 ha à la ville de Boulogne-sur-Mer.

Durant la Première Guerre mondiale, les Anglais établissent leur QG à Montreuil, à environ 40 km.

Photographie en noir et blanc de 7 Membres du Maquis réunis à la Trésorerie. On peut lire 1887 sur la façade de la maison à l'arrière-plan.
Membres du Maquis réunis à la Trésorerie, 14 septembre 1944.

La résistance est active dans le Boulonnais durant l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale. La cote boulonnaise est bombardée en 1943 - 1944, puis libérée.

En 1959, Wimille cède 71 ha et 2 066 habitants à la ville de Boulogne-sur-Mer.

En 1972, le parc d'activité de la Trésorerie est créé.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Découpage territorial

[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités

[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Boulonnais, et du pays du Boulonnais.

Circonscriptions administratives

[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Boulogne-sur-Mer-1.

Circonscriptions électorales

[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la cinquième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires

[modifier | modifier le code]

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 mars 1971 Raoul Lebeurre   Négociant en vins et spiritueux, maire honoraire
mars 1971 mars 2008 Jean Colombel[44] DVG Vétérinaire
mars 2008 En cours
(au 14 avril 2022)
Antoine Logié PS Cadre supérieur
Réélu pour le mandat 2014-2020[45],[46],[47]
Réélu pour le mandat 2020-2026[48],[49],[50]
Les données manquantes sont à compléter.

Wimille est jumelée avec[51] :

Par ailleurs, un projet de jumelage est en cours en 2012 avec Littlebourne, dans le Kent, en Angleterre[52].

Équipements et services publics

[modifier | modifier le code]

Eau et déchets

[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération du Boulonnais gère deux déchèteries et un centre de tri[53]. La commune de Wimille a conclu avec la société Aubine Onyx un marché pour l'évacuation des ordures ménagères, des déchets verts, des recyclables, des verres, des encombrants et des déchets polluants[54]. Le ramassage des ordures s'effectue une fois par semaine, ainsi que celui du tri sélectif.

Espaces publics

[modifier | modifier le code]

Une rénovation progressive de l'éclairage public est réalisée depuis 2009 et se poursuit en 2012[52].

La commune est labellisée « 2 fleurs » au concours des villes et villages fleuris[55].

Enseignement

[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie de Lille. Elle est équipée de trois écoles publiques, d'un établissement privé, et du collège Pilâtre-de-Rozier. Les lycées les plus proches se situent à Boulogne-sur-Mer, qui accueille également une partie de l'Université du Littoral-Côte-d'Opale (environ 3 500 des 11 000 étudiants répartis sur cette ville, Dunkerque, Calais et Saint-Omer).

De nombreuses activités libérales de santé sont exercées sur la commune : médecins, kinésithérapeutes, dentistes… Les centres hospitaliers les plus proches sont l'hôpital de Boulogne et la clinique de Saint-Martin-les-Boulogne.

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Wimillois[56].

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[57]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[58].

En 2021, la commune comptait 3 888 habitants[Note 8], en diminution de 5,75 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1079921 5651 6471 7791 7841 8591 9411 924
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5461 2202 2792 3342 2372 3202 4082 4772 726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9122 0082 0422 1632 1232 2772 4072 1605 877
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 4974 8264 7794 2204 6814 7214 3804 1854 091
2021 - - - - - - - -
3 888--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[59].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 995 hommes pour 2 036 femmes, soit un taux de 50,51 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[60]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,8 
6,0 
75-89 ans
10,5 
17,7 
60-74 ans
17,8 
23,4 
45-59 ans
25,0 
16,5 
30-44 ans
15,7 
18,4 
15-29 ans
15,7 
17,8 
0-14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2021 en pourcentage[61]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,6 
75-89 ans
8,9 
16,7 
60-74 ans
18,1 
20,2 
45-59 ans
19,2 
18,9 
30-44 ans
18,1 
18,2 
15-29 ans
16,2 
19,9 
0-14 ans
17,9 

Sports et loisirs

[modifier | modifier le code]
  • centre de canoë kayak
  • boulodrome
  • terrains de football
  • piste d'athlétisme
  • activités sportives dans le parc
  • Arts martiaux Vietnamien (Phuong Long Vo Dao)
Église Saint-Pierre.

Wimille est située dans le diocèse d'Arras. La commune dépend de la paroisse catholique Saint-Jean du Wimereux dont le lieu de culte à Wimille est l'église Saint-Pierre[62],[63].

Revenus de la population et fiscalité

[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 177 , ce qui plaçait Wimille au 22 145e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[64].

Le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale. Si l'agriculture occupe encore une part importante des surfaces du territoire communal, le nombre d'emplois est en majorité tertiaire (49,8 %) puis industriel (35,5 %).

Entreprises et commerces

[modifier | modifier le code]

Le parc d'activité de la Trésorerie, créé en 1972 sous maîtrise d'ouvrage de la CAB, comprend plusieurs industries dans différents secteurs (agro - alimentaire, chaudronnerie, fonderie, robinetterie, automobile, froid industriel, emballage et conditionnement…)[65].

Des serres horticoles sont également présentes (5 000 m2 d'espaces couverts).

Un supermarché et plusieurs commerces sont implantés dans la commune.

Cinq gîtes ruraux et plusieurs lieux de restauration permettent un accueil touristique, en lien avec la proximité au littoral.

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Monuments du patrimoine culturel

[modifier | modifier le code]
Photographie de la colonne Napoléon
La « colonne Napoléon ».
L'ancienne fontaine du XVIIe siècle.

Onze monuments sont répertoriés dans la base Mérimée à l'inventaire général du patrimoine culturel de la France :

  • la brasserie Brasserie Lebeurre Guilbert, puis Lebeurre Cappelle, puis Lebeurre Duchateau[66] ;
  • la brasserie Fidon Bertèche, puis Choteau[67] ;
  • les fonderies du Boulonnais[68] ;
  • une ancienne fontaine du XVIIe siècle, inscrite à l'inventaire des monuments historiques le 27 décembre 1972[69]. Cette fontaine qui à l'origine pourrait avoir été une petite chapelle dédiée à saint Antoine a porté les noms de « fontaine Saint-Antoine » et « grosse fontaine » par le passé. Une mention portée par la fontaine y fait apparaître la date de 1615 avec la devise d'Antoine Camus, seigneur de la Bussoye et du Lucquet, alors échevin de Boulogne-sur-Mer[70] ;
  • le jardin du domaine de la colonne de la Grande Armée de Boulogne, classé à l'inventaire des monuments historiques le 31 mars 1905[71] ;
  • le parc du château de Lozembrune, inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 30 mars 1978[72] ;
  • le parc du château de Billeauville[73] ;
  • la colonne de la Grande Armée de Boulogne, classée à l'inventaire des monuments historiques le 31 mars 1905[74] ;
  • le château de Lozembrune, inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 30 mars 1978[75]. Louis-Eugène de la Gorgue-Rosny entreprend en 1837 d'ajouter deux ailes au château, d'agrandir de nouveau la cour d'honneur, et surtout de réaménager le jardin à la française. Il y habitait encore en mai 1852 avant qu'il fasse construire sur les ruines du couvent des Ursulines rue du Château à Boulogne-sur-Mer ;
  • le château du Denacre (ancien fief de la Ratière), inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 26 juin 1978[76] ;
  • le moulin à farine, puis minoterie Roy, dit Moulin de Grisendal, actuellement Musée vivant de la meunerie[77].

Autres lieux et monuments bâtis

[modifier | modifier le code]
Photographie de la gare de Wimille
La gare de Wimille.
  • Le monument à la mémoire de Pilâtre de Rozier (première ascension libre en ballon à 1 000 mètres d'altitude).
  • La gare de Wimille - Wimereux.
  • L'église de Wimille date probablement du milieu du XIIIe siècle. Elle fut pillée à la Révolution, et dotée de deux collatéraux au XIXe siècle[78].
  • Le Terlincthun British Cemetery, créé lors de la Première Guerre mondiale pour inhumer les soldats morts dans l'hôpital de Boulogne.

Patrimoine culturel

[modifier | modifier le code]
  • Médiathèque[79]
  • Centre communal Franck-Lefèvre
  • Salle mutltiactivité du Cosec.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Armes de Wimille

Les armes de Wimille se blasonnent ainsi :

d'or au créquier arraché de gueules accompagné de trois tourteaux du même.

1) Le créquier :

Celui-ci symbolise la Maison de CREQUY (XVIIe et XVIIIe siècles). Propriétaires du fief de Souverain Moulin et de Wimille, succédant à la famille de Fiennes, de nombreux CREQUY ont été inhumés dans la crypte de l'église Saint-Pierre de Wimille.

2) Les trois tourteaux du Boulonnais :

Selon monsieur P.A. Wimet, les trois monts de Boulogne :

  • Boulambert → l'éventé,
  • Herquelingue → le pelé,
  • Quehen → l'engelé,

seraient les trois boules à l'origine des tourteaux du blason de Boulogne-sur-Mer.

3) La couronne murale à trois tours :

Cet ornement extérieur non obligatoire permet de distinguer le blason de Wimille de celui de Pittefaux.

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Ce détroit cénozoïque s'est ouvert au Paléogène puis refermé à l'Éocène et se serait à nouveau ouvert au Quaternaire
  3. Depuis la dernière glaciation, la mer a remonté de plus de 100 m de hauteur dans cette région. Lors de la dernière déglaciation le détroit a été rouvert il y a 9 000 ans environ
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  6. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Wimereux comprend une ville-centre et une commune de banlieue.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Données de la commune », sur le site du service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Wimereux (E5200570 ) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau d'Auvringhen (E5200800 ) » (consulté le )
  5. Carte des crues historiques de l'atlas des zones inondables de la vallée du Wimereux, Portail cartographique de la DREAL
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Slack (E5100570) » (consulté le )
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fausse rivière (E5100800 ) » (consulté le )
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Wimille et Boulogne-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Boulogne-sur-Mer) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Boulogne-sur-Mer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  14. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  15. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages boulonnais », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  16. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des falaises d’Opale », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Les espaces protégés. », sur le site de l’Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  18. « ZNIEFF FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF FR1100136 - baie de la Slack », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF 310013294 - Vallée du Wimereux entre Wimille et Belle-et-Houllefort », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF 310013298 - basse vallée de la Slack », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF 310007283 - Dunes de la Slack, Pointe aux Oies, Pointe de la Rochette et estuaire du Wimereux », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF 310030065 - Bocage au Sud de Wimereux », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF 310030018 - Mont Duez à Wimille », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF 310030120 - Garenne de Wimille », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. (en) « The Natura 2000 protected areas network », sur European Environment Agency (consulté le ).
  27. « Natura 2000 FR3100479 - Falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack, Garennes et Communaux d'Ambleteuse-Audresselles », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « Patrimoine géologique NPC0009 - formations kimméridgiennes et tithoniennes des falaises de la Pointe de la Crèche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  30. « Unité urbaine 2020 de Wimereux », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  31. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Wimille ».
  32. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  34. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  35. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  36. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  37. « Logement », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  38. République Française, « Inondations et coulées de boue », Journal officiel de la République française, no 264,‎ , p. 16 (lire en ligne, consulté le ).
  39. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 403.
  40. a et b La drôle d'histoire du Nord - Pas-de-Calais, des origines à nos jours, Trinka, la ligne pourpre, 2009, 175 p.
  41. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1865-1866, onzième volume, p. 294, lire en ligne.
  42. Bulletin des sciences historiques, antiquités, philologie, 1830
  43. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 980, lire en ligne.
  44. Patricia Noël et Aude Deraedt, « Wimille: Jean Colombel, ancien maire, est décédé », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Patricia Noël, « Wimille : Antoine Logié réélu maire, cinq adjoints l’entourent pour l’instant : Le conseil municipal d’installation du conseil municipal n’a pas traîné en longueur vendredi soir. En l’absence de Christine Dupuis-Cuny, principale opposante à Antoine Logié, maire sortant, cinq adjoints ont été élus. D’autres le seront ultérieurement », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  47. « Wimille : quels sont les projets du maire ? : Parlez-lui ZAC d’Auvringhen ou salle polyvalente, Antoine Logié vous répond « informatique à l’école, sorties familiales à multiplier, télé-services. » Il faut dire que les deux gros projets avancent doucement. Le premier réclame encore au moins 2 ans de procédure, l’autre attend des financements », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  49. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  50. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598919
  51. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  52. a et b Commune de Wimille, « Le conseil municipal du 11 avril 2012 », sur http://www.mairie-wimille.fr, (consulté le ).
  53. Commune de Wimille, « Les services de la CAB - Traitement des déchets », sur www.agglo-boulonnais.fr (consulté le ).
  54. Commune de Wimille, « Ramassage des ordures ménagères », sur le site de la mairie de Wimille (consulté le ).
  55. « label de la commune », sur concours des villes et villages fleuris (consulté le ).
  56. « Nom des habitants des communes françaises », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le ).
  57. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  58. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  59. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  60. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wimille (62894) », (consulté le ).
  61. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  62. « Paroisse Saint-Jean du Wimereux », sur le site du diocèse d'Arras (consulté le ).
  63. « Saint-Jean du Wimereux », sur le site egliseinfo (consulté le ).
  64. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  65. « Parc d'activités de la Trésorerie », sur le site de la communauté d'agglomération du Boulonnais (consulté le ).
  66. Notice no IA62000292, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  67. Notice no IA62000293, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. Notice no IA62001149, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. Notice no PA00108450, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  70. Ancienne fontaine de Wimille
  71. Notice no IA62001102, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  72. Notice no IA62001101, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. Notice no IA62001100, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. Notice no PA00108449, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. Notice no PA00108448, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  76. Notice no PA00108447, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. Notice no IA62000929, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  78. « L'église », sur le site de la mairie de Wimille (consulté le ).
  79. « Page d'accueil », sur le site de la médiathèque de Wimille (consulté le ).
  80. M. A. Peigné, Dictionnaire géographique, topographique, statistique et postal de la France : administrative, judiciaire, ecclésiastique, militaire, scientifique, agricole, industrielle, commerciale, pittoresque et monumentale, et de ses possessions hors d'Europe, Cosse, (lire en ligne).