Quiestède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quiestède
L'église.
L'église.
Blason de Quiestède
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Fruges
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Aire
Maire
Mandat
Alain Tellier
2014-2020
Code postal 62120
Code commune 62681
Démographie
Population
municipale
620 hab. (2014)
Densité 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 40′ 48″ nord, 2° 19′ 07″ est
Altitude Min. 23 m – Max. 60 m
Superficie 2,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Quiestède

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Quiestède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quiestède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quiestède
Liens
Site web mairie-quiestede.fr

Quiestède est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Quiestède
Heuringhem Racquinghem
Ecques Quiestède
Roquetoire

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Quiestède a été achetée dans les années 1770 par Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1802), seigneur de Laprée, peu après son mariage avec une demoiselle Aronio.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Quiestède dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Hervé Floret    
mars 2008 en cours
(au 17 février 2015)
Alain Tellier   Réélu pour le mandat 2014-2020[1],[2]
La mairie.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 620 habitants, en diminution de -6,63 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
256 294 308 328 300 300 328 329 318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
307 340 358 375 379 410 383 426 410
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
400 380 356 331 338 329 336 354 338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
335 303 291 402 537 665 655 664 620
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,1 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 11,8 %) ;
  • 48,9 % de femmes (0 à 14 ans = 23,4 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 25,8 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 11,4 %).
Pyramide des âges à Quiestède en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
1,8 
75 à 89 ans
2,2 
10,0 
60 à 74 ans
9,2 
23,0 
45 à 59 ans
23,7 
22,7 
30 à 44 ans
25,8 
20,6 
15 à 29 ans
15,7 
21,8 
0 à 14 ans
23,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Le château de Laprée.

Le château de Laprée, inscrit par arrêté du 9 septembre 1986[9] : Façades et toitures du château ; façades et toitures du pavillon daté 1676 (cad. B 44).

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Général Hervé de Lencquesaing (1920-1990).
Saint-Cyrien, sous-lieutenant (1942), s'évade par l'Espagne, rejoint le Maroc, s'intègre à la 2e DB du général Leclerc. Débarquement, bataille de Normandie, première blessure, libération de Strasbourg, dernière cavalcade des chars du lieutenant de Lencquesaing jusqu'à Berchtesgaden. Volontaire pour l'Indochine et la défense de l'Empire français : c'est alors Saïgon, la Cochinchine, Hanoi où il est de nouveau blessé. Ensuite, une carrière des honneurs toute tracée vers les étoiles avec deux passages obligés par l'Algérie et sa fin dramatique, le commandement d'un régiment, puis un poste enviable d'instructeur à l’École de guerre américaine.
Bibliographie : Général Hervé de Lencquesaing, L'héroïsme discret d'une époque, préface du général Alain de Boissieu, Paris, Le Félin-Kiron, 2002, 365 pages.
  • Edouard de Lencquesaing
Financier. Consultant, conseiller spécial de Paris EUROPLACE. Administrateur de EuroCCP[10].
Ancien directeur central, conseiller du président et membre du comité exécutif du Crédit commercial de France (CCF), à la tête du service d´activité bancaire et de transaction. Lencquesaing a également assumé les fonctions de président de plusieurs filiales du CCF au niveau de la gestion du patrimoine, y compris Vernet Valor et Elysees Gestion. Il a été administrateur de la banque française UBP. Il a siégé aux conseils de SICOVAM (acquise par le Groupe Euroclear) et SWIFT[11],[12],[13],[14].
Lencquesaing est capitaine de frégate dans la Marine française (réserve)[15],[16] et ancien adjoint au maire de Quiestede[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Quiestède.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d’azur à la silhouette cartographique de la commune et à l’église à dextre, accompagnées de quatre fleurs de lys 2 et 2 le tout d’or, au chef du même chargé de deux étoiles du champ.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 10 février 2015).
  2. Bruno Delannoy (CLP), « Les projets des maires : À Quiestède, Alain Tellier est devenu maire d’un village dont il ignorait l’existence il y a 30 ans : « Je cherchais à construire, raconte Alain Tellier, maire. Au travail, un copain me parle de terrain à Quiestède. C’était où ? En 1985 nous avons acheté. Le 1er avril 1987, nous sommes rentrés dans notre maison. On s’est très vite intégrés. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Évolution et structure de la population à Quiestède en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  9. Bases de données Ministère de la culture
  10. http://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/344989/01/08/EuroCCP-Names-Board-of-Directors.html
  11. http://www.euroccp.co.uk/BODs_Named.php
  12. http://www.issanet.org/pdf/ISSA_Fund_RT_LaHulpe_2008-03-07.pdf
  13. http://www.swift.com/events/past_conferences/archive/business_forums/a_domestic_europe_an_opportunity_for_growth.page?lang=zh
  14. http://investing.businessweek.com/research/stocks/private/person.asp?personId=1033185&privcapId=874295&previousCapId=8172360&previousTitle=Confederation%20of%20British%20Industry
  15. a et b Ch. Defrance, « De Lencquesaing… à Quiestède : lettres de noblesse et racines », L'Écho du Pas-de-Calais n°41, sur echo62.com, (consulté le 12 décembre 2016)
  16. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000203845&dateTexte=