Planques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Planques
Planques
Église de Planques.
Blason de Planques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois
Maire
Mandat
Paul-Marie Vienne
2020-2026
Code postal 62310
Code commune 62659
Démographie
Gentilé Planquois
Population
municipale
95 hab. (2019 en diminution de 3,06 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 47″ nord, 2° 04′ 57″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 144 m
Superficie 6,18 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Fruges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fruges
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Planques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Planques
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Planques
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Planques

Planques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois qui regroupe 49 communes et compte 15 747 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 618 hectares ; l'altitude varie entre 72 et 144 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La Planquette, qui prend sa source dans la commune de Planques, est un cours d'eau naturel non navigable de 11,79 km qui se jette dans la Canche au niveau de la commune de Contes[2].

Par ailleurs, La Planquette a deux affluents au niveau de la commune de Planques :

  • la ferme de l'Épaule, d'une longueur de 1,2 km, qui prend sa source au niveau de la commune de Planques[3] ;
  • le riot le Vasseur, d'une longueur de 4,33 km, qui prend sa source dans la commune de Ruisseauville. Les communes traversées par ce cours d’eau sont : Avondance, Planques et Ruisseauville[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[5]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[6].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 2[Note 2] : les vallées de la Créquoise et de la Planquette[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Planques est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Fruges, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (98,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (92,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66 %), prairies (26,9 %), zones agricoles hétérogènes (5,5 %), forêts (1,5 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 53, alors qu'il était de 50 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 78,8 % étaient des résidences principales, 17,3 % des résidences secondaires et 3,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,9 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 81,0 %, légèrement en baisse par rapport à 1999 (83,3 %)[a 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Plankae (1187), Plancae (1210), Plankes (1218), Planchae (1248), Le Planke (1275), Planka (XIIIe siècle), Planca (1326), Les Plankes (1376), Le Plancque (1404), Les Planques (1474), Les Plancques (1518)[15].

Vient du pluriel de l'oïl planque, « passerelle, petit pont de bois ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Plancques était le siège d'une seigneurie. En 1762, cette seigneurie a été élevée au rang de baronnie sous le nom de baronnie de Contes de Granges, en étant associée à la terre des Granges[16].

Le dernier loup du Pas-de-Calais a été abattu au XIXe siècle, en 1871, dans la forêt de Créquy à Planques[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Fruges.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[18].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  juin 1995[19] Joseph Thellier    
juin 1995 2008 Amédée Dewailly    
mars 2008 2014[19] Étienne Thellier   Agriculteur
2014 En cours
(au 2 avril 2022)
Paul Marie Vienne   Agriculteur retraité
Élu pour le mandat 2014-2020[20],[21],[22]
Réélu pour le mandat 2020-2026[23],[24]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Planques n'est jumelée avec aucune commune[25].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Planques relève du tribunal d'instance de Montreuil, du tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai[26].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28].

En 2019, la commune comptait 95 habitants[Note 5], en diminution de 3,06 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220258246259294273286271285
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
283255246239229223227217234
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
244242232181169167161159162
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1391311221109599110110109
2015 2019 - - - - - - -
8595-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,3 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 44 hommes pour 44 femmes, soit un taux de 50,00 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
3,9 
90 ou +
2,0 
9,8 
75-89 ans
9,8 
17,6 
60-74 ans
23,5 
13,7 
45-59 ans
19,6 
21,6 
30-44 ans
23,5 
9,8 
15-29 ans
5,9 
23,5 
0-14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Planques est située dans l'académie de Lille.

La commune n'administre ni école maternelle ni école élémentaire[33].

Manifestations culturelles et festivités, santé, sports, cultes[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption est « inscrite » à l'inventaire des monuments historiques depuis le [34].

À l'intérieur de cette église, ont été « classés » à l'inventaire des monuments historiques :

  • le , le tableau Le Bon pasteur du XVIIe siècle[35] ;
  • le  : la cloche de 1505[36] ;
  • le  : le groupe sculpté saint Gengoult du XVe siècle[37] ;
  • le  : l'autel, le tabernacle, le retable et le tableau Assomption de la Vierge (situé sur le maître-autel). Ce tableau est signé et daté : A. Barelle invenit et pinxit 1742[38].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Planques[modifier | modifier le code]

  • Dans la première moitié du XVIIe siècle, Jean de Bergh, écuyer, est seigneur de Plancques, Schaubroucq, etc., marié à la fille unique et héritière d'Arnoul Clays dit de Zegerscappel et de Catherine van Meckeren (Catherine van Meckeren est la fille de Gérard van Meckeren, vice-amiral de la flotte de Flandre). Jean de Bergh est le père d'Anne Marie de Berch, religieuse à l'abbaye Saint-Victor de Bergues et le père de Catherine de Berch, épouse d'Adrien de Beaufremez, baron d'Esnes, seigneur de Staple, Sporrewarde, etc., pair du Cambrésis[39].
  • Marie François Antoine Joseph de Contes bénéficie en juillet 1762, de lettres données à Versailles, érigeant en baronnie, sous le nom de baronnie de Contes de Granges, de la terre des Granges unie à celle de Planques, relevant à cause de sa terre de Créquy, de Godefroy de la Tour-d'Auvergne, pair de France, grand chambellan, en faveur du dénommé, seigneur des dites terres. Ces terres, tout le temps que la famille de Bryas les a possédées, ont toujours été relevées sous le titre de baronnie, le bénéficiaire est reconnu descendant d'une branche de la maison de Créquy (Famille de Créquy), dont sa famille a toujours porté les armes; cette branche était connue sous le nom de Créquy-Contes, à cause de Jacques dit Jacquemont, seigneur de Contes, marié à Marie de Saint-Pol (Comté de Saint-Pol). Regnault de Créquy-Contes qui était chevalier, bachelier dès 1440 et Jean de Créquy-Contes furent tués à Azincourt, en servant sous la bannière de Créquy. Cette famille de Contes a de tous temps servi ses souverains et s'est alliée aux de Werpt, Marseilles, Héricourt, de Fiennes, Gérard, de Harchies, de Fléchin, etc[40].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Planques Blason
Écartelé : aux 1er et 4e d'or au créquier de gueules, au 2e d'argent à trois jumelles de gueules, au 3e palé d'or et de gueules.
Détails
Représente les armes des De Créquy, avec le créquier, dont une branche de la famille posséda la seigneurie. Le blason montre ensuite les armes des De Rubempré, avec les trois jumelles, et enfin celles des D'Amboise.
Selon l'Armorial du Pas-de-Calais (tome I, 1994), ces armes figureraient sur une cloche de l'église.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Planquette (E5400750 ) » (consulté le )
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ferme de l'Épaule (E5401440 ) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Riot le Vasseur (E5400770 ) » (consulté le )
  5. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  6. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  7. « ZNIEFF 310013285 - Les vallées de la Créquoise et de la Planquette », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Fruges », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 299.
  16. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 97, lire en ligne
  17. Yannick Boucher, « Loup y es-tu? Il se rapproche des grandes forêts avesnoises », dans La Voix du Nord, du 9 août 2019, p. 6.
  18. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  19. a et b « Planques, le bilan d’Étienne Thellier : « si on veut la mort des villages, qu’on le dise tout de suite ! » : Pour son premier mandat d’élu et de maire, Étienne Thellier, un jeune agriculteur de 45 ans, semble avoir perdu quelques illusions en cours de route. Pas sûr qu’il reparte en mars prochain. Pourtant il est le digne successeur de son grand-père Joseph Thellier, qui avait été maire pendant plus de trente ans avant de laisser son fauteuil, en 1995, à Amédé Dewailly », La Voix du Nord,‎ .
  20. Élodie Adjoudj, « Municipales : à Planques, on ira finalement voter dimanche et à Guigny, on se contentera d’un conseil municipal à dix : À Planques, petit village du Montreuillois, les électeurs avaient été privés d’élection dimanche dernier, faute de candidats déclarés. Finalement, dix sont sortis du bois hier… », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Planques : Paul-Marie Vienne nouveau maire de la commune : La petite commune de Planques aura la particularité de ne compter que dix conseillers municipaux au lieu des onze réglementaires relativement au nombre d’habitants », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  23. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  24. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  25. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  26. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Planques (62659) », (consulté le ).
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  33. « Liste des écoles », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  34. « église Notre-Dame-de-l'Assomption de Planques », notice no PA00108377, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Notice no PM62001186, base Palissy, ministère français de la Culture.
  36. Notice no PM62001184, base Palissy, ministère français de la Culture.
  37. Notice no PM62001185, base Palissy, ministère français de la Culture.
  38. Notice no PM62001187, base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. M.A. Bonvarlet, « Chronique de l'abbaye des dames de Saint-Victor, dite du nouveau cloître à Bergues », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1857, publié en 1858, p. 275, lire en ligne
  40. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 97, lire en ligne