Dannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dannes
Dannes
L'église Saint-Martin.
Blason de Dannes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité CA du Boulonnais
Maire
Mandat
Olivier Carton
2020-2026
Code postal 62187
Code commune 62264
Démographie
Gentilé Dannois
Population
municipale
1 323 hab. (2021 en diminution de 1,49 % par rapport à 2015)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 24″ nord, 1° 36′ 53″ est
Altitude Min. 4 m
Max. 160 m
Superficie 10,23 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Camiers
(banlieue)
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Outreau
Législatives 5e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Dannes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Dannes
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Dannes
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Dannes
Liens
Site web dannes.fr

Dannes est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Dannois.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Dannes est une petite cité du Montreuillois, située au pied des falaises fossiles de Widehem à proximité du pas de Calais.

Le paysage de la commune a beaucoup changé dans les 200 dernières années avec son développement industriel (cimenteries[1], carrières) et l'arrivée de l'autoroute.

Carte

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de trois communes :

Communes limitrophes de Dannes
Neufchâtel-Hardelot
Manche Dannes Widehem
Camiers

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin Artois-Picardie.

C'est dans la commune que deux cours d'eau prennent leur source :

  • le ruisseau de Camiers, appelé aussi ruisseau du Rohard, d'une longueur de 7,22 km, et qui se jette dans l'estuaire de la Canche, au niveau de la commune d'Étaples[2] ;
  • le ruisseau de Dannes, d'une longueur de 3,77 km, et qui se jette dans la Manche, au niveau de la commune[3].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 864 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 8,2 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune du Touquet-Paris-Plage à 8 km à vol d'oiseau[6], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 888,8 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située à la jonction de deux paysages tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[10].

  • le « paysage montreuillois », qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[11] ;
  • le « paysage des dunes et estuaires d’Opale », qui concerne 23 communes, s’étend le long de la côte sur environ 30 kilomètres, de la baie d’Authie à Équihen-Plage, et sur deux à quatre kilomètres de large. Les paysages des dunes et des estuaires cèdent la place aux abrupts des falaises, au niveau d’Equihen-Plage. Les dunes littorales se sont constituées récemment, depuis le Moyen Âge, et ont envahi le relief intérieur en constituant des dunes plaquées sur les falaises fossiles, spécificité locale. Les résurgences de sources au pied de ces falaises proviennent de la nappe de la craie et sont à l’origine de nombreux ruisseaux et zones humides dans les Bas-Champs, surtout visibles entre Étaples et Rang-du-Fliers.
Ce paysage des dunes et estuaires d’Opale est constitué : d’un peu plus de 40% de dunes et de plages, dont 28% d’espaces dunaires, dont certains sont boisés comme à Hardelot-Plage et au Touquet-Paris-Plage ; de 22 et 25% au niveau de la baie d’Authie et des Bas Champs, Bas Champs majoritairement en prairies ; de 20% par les communes et d’un peu plus de 5% par les cours d’eau et les marais arrière-littoraux, entre Merlimont et Rang-du-Fliers, comme le marais de Balançon défini réseau Natura 2000[12].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Dannes, en dépit des séquelles de deux guerres mondiales et d'une activité industrielle d'extraction/cimenterie[1], bénéficie encore d'un paysage et d'un patrimoine naturel exceptionnel en particulier avec ses coteaux calcaires qui constituent un des noyaux de la trame verte régionale, qui est la déclinaison du réseau écologique paneuropéen pour cette région.

Ces coteaux abritent des pelouses calcicoles caractérisées par un sol particulier (rendosol, calcosol). Après la disparition des grands herbivores préhistoriques (bison d'Europe, cerf Megalocéros, rhinocéros laineux, mammouth, auroch, antilope saïga, etc.) et de la forêt antique, elles ont été extensivement entretenues par les moutons qui y ont permis la persistance de milieux ouverts, pauvres en certains nutriments (nitrates, phosphates) mais favorables à la survie de nombreuses espèces rares, devenues rares et/ou protégées (espèces animales et végétales, et quelques champignons).

La proximité de la mer et le microclimat qu'elle permet, l'absence de cultures et une exposition aux vents d'ouest les a relativement protégé de l'eutrophisation et de la banalisation de la biodiversité qui touche une grande partie de l'Europe de l'Ouest. 208 espèces de plantes vasculaires ont été recensées rien que sur les coteaux (14 espèces protégées et 31 espèces menacées). On estime que dans cette région 35 % environ de la biodiversité végétale n'est plus présente que sur les coteaux calcaires. Celui de Camier/Dannes abrite de nombreuses Orchidées et offre un paysage typique, notamment caractérisé par le genévrier (Juniperus communis) et l'argousier (Hippophae rhamnoides).

La ville développe une activité touristique (camping et gite rural).

L'inventaire récent (2001) des lépidoptères et orthoptères effectué par le groupement pour la défense de l'environnement dans l'arrondissement de Montreuil-sur-mer (GDEAM) a montré une grande richesse en biodiversité pour les (36 espèces de papillons de jour dont plusieurs en forte régression ou disparue dans tout ou partie de la région). Quelques papillons trouvent là leur territoire le plus septentrional (Zygaena trifolii, Zygaena transalpina hippocrepidis). Les orthoptères comprennent des espèces rares mais en assez faible densité (peut-être à cause des embruns marins ?)[13]. Ce patrimoine reste menacé par la surfréquentation, l'artificialisation et son isolement biogéographique notamment à cause d'une matrice écopaysagère globalement pauvre et à cause de l'autoroute A16 qui ne dispose que d'un petit nombre d'écoducs pour diminuer son impact en termes de fragmentation écopaysagère et de roadkill.

Le Conservatoire des sites naturels du Nord-Pas-de-Calais est chargé de la gestion de la réserve naturelle régionale (réserve naturelle du coteau de Dannes-Camiers (RNR162))qui a été constituée sur ces coteaux considérés comme parmi les plus beaux et remarquables de la région Nord-Pas-de-Calais. D'autres sites naturels proches augmentent l'intérêt de cette partie du littoral en termes de réseau écologique ; autant d'éléments qui ont justifié la création d'un parc naturel régional sur cette partie de la région.

Espaces gérés et protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[14].

Dans ce cadre, la commune fait partie de cinq espaces protégés :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 2] :

  • les coteaux crayeux de Dannes et de Camiers, d'une superficie de 347 ha, altitude de 28 mètres à + 175 mètres. Cette ZNIEFF est située sur le versant pentu d’une falaise de craie fossile d’un intérêt géomorphologique majeur[20] ;
  • les dunes de Dannes et du mont Saint-Frieux, d'une superficie de 1 932 ha, altitude de 0 mètre à + 152 mètres. Ces dunes figurent parmi les sites les plus remarquables du littoral de la Manche orientale et sont uniques en leur genre à l’échelle européenne. Cette ZNIEFF est constituée d'un vaste système dunaire de type picard associant des dunes calcarifères basses récentes et des dunes plus anciennes en partie plaquées sur la falaise crétacique fossile correspondant à la branche sud de la cuesta du Boulonnais[21].
Carte des ZNIEFF sur la commune.

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[22].

Sur la commune, trois sites Natura 2000 de type B sont définis en site d'importance communautaire (SIC) :

  • l'estuaire de la Canche, les dunes picardes plaquées sur l'ancienne falaise, la forêt d'Hardelot et la falaise d'Equihen, d’une superficie de 1 661 hectares réparties sur neuf communes et une hauteur maximale de 151 mètres[23] ;
  • Le coteau de Dannes et de Camiers, d’une superficie de 97 hectares réparties sur trois communes et d'une altitude variant de 70 à 150 mètres[24] ;
  • la baie de la Canche et le couloir des trois estuaires, d’une superficie de 333,06 km2 et d'une altitude variant de −23 à 0 mètres. Ce site se délimite à partir du trait de côte, s'étend jusqu'à la limite des trois milles nautiques, limité au sud par le phare d'Ault et au nord par le village de Sainte-Cécile, sur la commune de Camiers[25].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dannes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[26],[27],[28]. Elle appartient à l'unité urbaine de Camiers, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[29] et 4 033 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[30],[31].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[32],[33].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[34]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[35],[36].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (59,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (33,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (12,5 %), terres arables (11,8 %), prairies (11,6 %), zones urbanisées (10,1 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (9,9 %), mines, décharges et chantiers (8,7 %), zones humides côtières (2 %)[37]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D 148 E6, D 940 E2 et D 940, reliant Le Crotoy à Gravelines, et est limitrophe de l'autoroute A16, reliant la région parisienne à la frontière avec la Belgique, et proche de la sortie no 22 (5 km) de cette autoroute[38].

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Dannes - Camiers

Sur la commune limitrophe de Camiers se trouve la gare de Dannes - Camiers (1,5 km), située sur la ligne de Longueau à Boulogne-Ville, desservie par des trains TER Hauts-de-France[39].

La commune est desservie par les lignes 53, 54 ainsi que par un service de transport à la demande du réseau Marinéo. Elle est également desservie par la ligne 430 du réseau interurbain du Pas-de-Calais.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risque inondation[modifier | modifier le code]

À la suite du passage des tempêtes Ciarán, Domingos et Elisa et des inondations et coulées de boue qui se sont produites, la commune est reconnue, par arrêté du , en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue sur la période du au , comme 179 autres communes du département[40].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Villa dalmas en 1026[41], Dalnœ en 1040, Dalnes fin XIe siècle, Dane en 1232, Dannes en 1257, Dampnes en 1289, Dansnes en 1293, Dannes en 1559[42], Dannes depuis 1793 et 1801[43].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vitrail de l'église : saint Frieux portant sa tête
  • Saint Frieux (ou Frioc, Fericus), frère de saint Josse, au VIIe siècle, surveillait du haut de la falaise morte - à laquelle on donnera localement son nom : mont Saint-Frieux - pour prévenir les habitants de l'arrivée des Vikings. L'anachorète breton avait établi un ermitage au sommet du mont. L'église de Dannes possède un vitrail au-dessus du portail d'entrée représentant le saint portant sa tête coupée. L'ermite réputé avait attiré la convoitise de brigands qui lui coupèrent la tête. Le saint est également représenté par un bras sortant d'une source au pied du mont : Gérard de Waben et sa troupe en quête de pillage de la riche abbaye de Saint-Josse passent par Bellefontaine (site disparu sous les sables) où le comte de Bourgogne possède un pavillon de chasse et étanchent leur soif à une des sources qui sourd du plateau et c'est alors que le vassal du comte de Boulogne est happé dans la source par un bras sortant de l'eau, il meurt peu après. Le comte Renaud de Dammartin apprenant la fin de son vassal s'en va faire repentance à l'abbaye de Saint-Josse (près de Montreuil).
  • Abel Séguin (Sèvres, 1799 - Boulogne-sur-Mer, 1873 ; inhumé à Dannes), fils du chimiste, industriel et financier Armand Séguin (qui donna son nom à l'île Seguin, à Boulogne-Billancourt), fit construire le château de Dannes à partir de 1850.
Tramway hippomobile reliant Dannes-Camiers à Sainte-Cécile (route de la Plage), vers 1905.

Dannes se trouvait sur l'ancienne voie romaine reliant Boulogne-sur-Mer à Étaples. Le long de cette voie, ont été trouvés cinq à six tombeaux estimés comme datant de cette époque. Le contenu de l'un d'eux a été décrit dans une histoire de Boulogne-sur-Mer datant de 1823 (vases antiques, débris d'armures, etc.)[44].

D'autres découvertes d'objets romains ont eu lieu dans le village, souvent envahi par les sables. Les habitants avaient coutume de se réfugier dans l'église en temps de guerre, et en 1859, des traces de leur passage étaient visibles dans le clocher[44].

La commune a longtemps été peu peuplée, vivant de la pêche et de l'agriculture. La route, l'arrivée du tramway hippomobile, le tramway de Dannes-Camiers à Sainte-Cécile, l'installation d'un tourisme balnéaire au Touquet et l'installation d'une grande cimenterie à proximité des carrières a profondément modifié les activités locales[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la Première Guerre mondiale, la commune voisine d'Étaples a notamment abrité un très grand camp d'entraînement des armées du Commonwealth, qui a connu une importante mutinerie en 1917.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale a également marqué la commune, et une stèle, inaugurée en 2014 sur la plage de Dannes, rappelle le sacrifice de 2000 aviateurs environ tombés entre 1939 et 1945 dans le département[45].

Dannes et Camiers sont des centres permanents d'où les Allemands envoient les prisonniers vers Étaples, Hardelot, Merlimont, voire Calais, Ferques et Sangatte au nord et Fort-Mahon au sud[46].

Le , un convoi parvient à Dannes via Boulogne. Au camp de Dannes, les Allemands centralisent les arrivées de déportés juifs puis répartissent les prisonniers vers d'autres camps[47].

Le , un convoi de déportés juifs de Belgique se dirigeant vers Boulogne transite à Dannes.

En septembre 1942, 250 parmi les plus robustes des camps de Dannes et de Camiers sont envoyés travailler à Étaples.

Les conditions du camp sont très difficiles. Six déportés juifs décèdent en juin et en octobre 1942. Ils sont enterrés au cimetière de Dannes.

Le , 650 déportés juifs évacuent Aurigny en bateau vers Cherbourg, pendant 10 jours et 9 nuits ils circulent en train de Cherbourg à Hazebrouck, ils s'entassent à cinquante par wagons.

À Hazebrouck, ils sont parqués dans un hangar, ce qui permet quelques évasions, puis un tri s'opère : 150, les moins valides, sont envoyés au lycée Mariette de Boulogne où ils occupent le quatrième étage, les 500 autres sont dirigés vers Dannes et Camiers.

Le , le camp de Camiers reçoit les déportés de Dannes et enfin, en août 1944, les Allemands se replient sur Samer avec leurs prisonniers. Début septembre, dans la débâcle, ils parviennent encore à organiser un convoi pour la déportation : il ne va pas loin. À Dixmude, la résistance belge l'arrête et libère les déportés[48].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer du département du Pas-de-Calais, depuis 1801[43].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Boulonnais.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton d'Outreau. Avant le redécoupage cantonal de 2014, elle était, depuis 1801, rattachée au canton de Samer[43].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la cinquième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mai 2020 Patrice Quételard DVG Médecin
mai 2020 En cours
(au 11 février 2022)
Olivier Carton   Professeur[49],[50],[51]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie de Lille et dépend, pour les vacances scolaires, de la zone B.

La commune administre une école primaire[52].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, de la cour administrative d'appel de Douai, du pôle nationalité du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[53].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Dannois[54].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[55]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[56].

En 2021, la commune comptait 1 323 habitants[Note 5], en diminution de 1,49 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
227202208292309328350332342
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
311343338308312321510628605
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6476716821 0451 1171 2761 1391 3701 208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 3951 3911 4691 3531 3011 2581 2981 3121 329
2018 2021 - - - - - - -
1 3031 323-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[43] puis Insee à partir de 2006[57].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 652 hommes pour 651 femmes, soit un taux de 50,04 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[58]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,6 
6,6 
75-89 ans
9,8 
15,6 
60-74 ans
18,0 
23,3 
45-59 ans
18,1 
16,9 
30-44 ans
20,1 
19,0 
15-29 ans
14,1 
18,3 
0-14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[59]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 5 100 km, traverse la commune, en venant de Camiers pour desservir Neufchâtel-Hardelot[60],[61].

Sentier pédestre[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral (partie du sentier européen E9 allant du Portugal à l'Estonie), appelé aussi sentier des douaniers, traverse la commune en longeant la côte[62].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dannes Blason
Écartelé : aux 1er et 4e de gueules à une cloche d'or, aux 2e et 3e d'azur à la barre d'or[68].
Détails
Armes de la famille de Montbeton, châtelains de Longvilliers, seigneurs de Dannes et la Chapelle (fin XVIIe siècle).

Adopté par la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Onfield J.N (2003). Dannes: 400 000 t de ciment par an. Chantiers de France, (358) (notice Inist-CNRS.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de camiers ou le rohard (E5390930) » (consulté le )
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de Dannes (E5390800) » (consulté le )
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. « Orthodromie entre Dannes et Le Touquet-Paris-Plage », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  10. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  11. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  12. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysage des dunes et estuaires d’Opale », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  13. étude en ligne Lépidoptères et Orthoptères des coteaux calcaires de Dannes et de Camiers (Pas-de-Calais), Philippe Lambret, GEDEAM/OPI
  14. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le ).
  15. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « espace protégé FR1100132 - mont Saint-Frieux », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « espace protégé FR1505884 - coteaux et carrière de Dannes Camiers », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « espace protégé FR4505994 - coteaux et carrière de Dannes - Camiers », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Espace protégé FR3800587 - coteau De Dannes-Camiers », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF 310007274 - Coteaux crayeux de Dannes et de Camiers », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF 310007280 - Dunes de Dannes et du Mont Saint-Frieux », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. (en) « The Natura 2000 protected areas network », sur European Environment Agency (consulté le ).
  23. « Natura 2000 FR3100480 - Estuaire de la Canche, dunes picardes plaquées sur l'ancienne falaise, forêt d'Hardelot et falaise d'Equihen », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Natura 2000 FR3100483 - coteau de Dannes et de Camiers », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « Natura 2000 FR3102005 - Baie de Canche et couloir des trois estuaires », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Unité urbaine 2020 de Camiers », sur insee.fr (consulté le ).
  30. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  32. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  34. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  35. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  36. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  38. « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  39. « Distance entre la commune et la gare de Dannes - Camiers », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  40. République Française, « Inondations et coulées de boue », Journal officiel de la République française, no 264,‎ , p. 16 (lire en ligne, consulté le ).
  41. Site de la commune - Histoire de Dannes
  42. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 121.
  43. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  44. a et b M. Cousin, « Trois voies romaines du Boulonnais », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Années 1858-1859, p. 422, lire en ligne.
  45. Amélie Laroze, « Dannes: une stèle dans les dunes en hommage aux 2000 aviateurs tombés entre 1939 et 1945 : Un avion qui s’abîme et un autre qui s’envole forment le « V » de la victoire. Voilà ce que représente la stèle dévoilée mercredi, sur la plage de Dannes, par Augustin Flippe du Souvenir français. Le 27 août 1943, les avions occupent le ciel du Pas-de-Calais. « Pour nous, c’était porteur d’espoir, de liberté », se souvient Augustin Flippe, alors âgé de 9 ans. Ce jour-là, l’avion du commandant René Mouchotte est touché au large de Dannes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Les camps de Juifs dans le Boulonnais 1942-1944 », Revue Memor, .
  47. Pour un compte-rendu sur les camps du Nord - Pas-de-Calais, les rafles et les déportations.
  48. Petit cahier no 15 - Journée d’étude du  : - Résistance, internement et déportation dans le commandement militaire allemand de Belgique occupée et du Nord de la France B ; Krouck, M.Steinberg, D. Lemaire..
  49. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598216
  50. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  51. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  52. « École primaire », sur le site du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse (consulté le ).
  53. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  54. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  55. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  56. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  57. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  58. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Dannes (62264) », (consulté le ).
  59. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  60. « Le Touquet / Boulogne-sur-Mer - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  61. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  62. Fédération française de randonnée, GR 120 : De la Flandre à la baie de Somme, Hauts-de-France, imprimerie Corlet, coll. « Topoguides », 2022 pages totales=96 (ISBN 978-2-7514-1221-9)
  63. Notice no PA00108262, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  65. Philippe Lambert, « Le Tibor Lager ou l’histoire oubliée du camp de travail de Dannes-Camiers », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. Philippe Lambert, « Qui étaient les six Juifs morts en 1942 et enterrés à Dannes? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. Julien Delfort (photogr. Sébastien Jarry), « Ascension du mont Saint-Frieux : respirez le bon air et profitez de la vue ! », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).