Journy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Journy
Journy
La mairie.
Blason de Journy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité CC du Pays de Lumbres
Code postal 62850
Code commune 62478
Démographie
Gentilé Journysiens
Population
municipale
283 hab. (2018 en augmentation de 5,6 % par rapport à 2013)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 45′ 12″ nord, 1° 59′ 45″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 184 m
Superficie 3,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Lumbres
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Journy
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Journy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Journy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Journy
Liens
Site web https://mairie-journy.fr/

Journy est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

Journy est un village rural de l'Audomarois situé à 37 km à l'est de Boulogne-sur-Mer, 36 km au sud-est de Calais et au littoral de la Manche, 18 km à l'ouest de Saint-Omer, 63 km au nord-ouest d'Arras et à 29 km de la frontière franco-belge. Il est facilement accessible par la route nationale 42

La commune fait partie du parc naturel régional des caps et marais d'Opale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Journy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57 %), zones agricoles hétérogènes (17 %), forêts (12,1 %), prairies (7,6 %), zones urbanisées (6,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Jornacus (VIIe siècle), Jornacum (IXe siècle), Jorin ou Jorni et Jurin ou Jurni (1084), Jurniaco, Jorniacum et Jurniacum (1109), Jurni et Jorni (1127), Jornacum (1173), Juerni (XIIIe siècle), Jorneke (1300), Journi (1304), Journy (v. 1512), Journis (1559), Journy-lez-Tournehem (1530)[8].

Viendrait de l'anthroponyme germanique Eurinus ou gallo-romain Juronicus suivi du suffixe gaulois -acum, le tout donnant « le domaine de Eurinus ou Juronicus »[9].

Jorneke en flamand.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1225, Guillaume abbé de l'abbaye Saint-Médard d'Andres et les religieux approuvent la vente d'un bos et de deux mesures de terre (un peu moins d'un hectare) arables faites à l'évêque de Thérouanne par leur vassal Jordan de Jorni ou Journy[10].

Le village a été desservi de 1882 à 1955 par une gare sur le chemin de fer d'Anvin à Calais, un chemin de fer secondaire à voie métrique. Le hameau de La Gare rappelle cette histoire ferroviaire.

La commune abritait autrefois une lande acide appelée Les dornes (comme dans d'autres communes du Nord de la France) qui a plusieurs fois brûlé le long de la ligne du chemin de fer d'Anvin à Calais (peut-être à la suite de retombées d'escarbilles), entre le mont d’Audrehem, face au hameau de Wissoc et le Buisson (commune d'Alquines). Le journal l'Indépendant rapporte par exemple qu'en avril 1908, 70 ares de dornes et 35 ares de bois de l’ancienne seigneurie de Journy ont plusieurs fois brûlé (avec un feu prenant toujours après le passage du train de 3 h 25, ce qui a justifié une enquête de gendarmerie). Ce printemps a dû être exceptionnellement sec, car la même semaine un important incendie s'est déclaré dans les « dornes » de Longuenesse ; « aux Bruyères, derrière le cimetière de Longuenesse », et cette même année, à Lumbres un incendie d’origine inconnue a également ravagé une parcelle du bois de la montagne de Samettes, propriété de M. de Raismes[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1803 du canton d'Ardres[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Lumbres

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Journy était membre de la communauté de communes de la région d'Ardres et de la vallée de la Hem, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1999 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des prescriptions du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé le 22 décembre 2011, cette intercommunalité est dissoute et certaines des communes membres, dont Journy, intègrent, le , la communauté de communes du Pays de Lumbres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 juillet 2020[13] Vincent Charlemagne[14],[15],[16],[17] DVD Chef d'entreprise
Président du SIVU du RPI Alquines, Journy et Haut-Loquin[18]
juillet 2021[19] juin 2021[20],[21] Jean-Pierre Dusart[22]   Démissionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2018, la commune comptait 283 habitants[Note 2], en augmentation de 5,6 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250281289335295294292268292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274261271261256290277263263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
264278261221228210216219235
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
256241239221246230266273283
2018 - - - - - - - -
283--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 16,9 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 16,2 %, 15 à 29 ans = 22,1 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 16,9 %, plus de 60 ans = 22,1 %).
Pyramide des âges à Journy en 2007 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
1,5 
4,6 
75 à 89 ans
8,8 
12,3 
60 à 74 ans
11,8 
18,5 
45 à 59 ans
16,9 
23,8 
30 à 44 ans
22,8 
17,7 
15 à 29 ans
22,1 
23,1 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une base nazie de lancement de V1 se trouve à la lisière de la forêt de Tournehem (sur le passage du GR 128). Deux longs pans de murs inclinés sont visibles. Depuis , un panneau a été installé par l'ONF (Office national des forêts) et la coupole donnant des informations détaillées (textes et croquis) sur cette installation.
  • L'église Saint-Omer.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Journy Blason
D'or à la fasce de gueules surmontée d'une trangle vivrée de trois pièces et alésée de sable[29].
Détails
Inspiré des armes de la famille de Journy, qui portait : « d'argent à la fasce de gueule surmontée d'une trangle vivrée du même », et dont le premier membre attesté en 1302, Jean de Journy, portait sur son sceau.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Journy », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 213.
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 749.
  10. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 1re partie, Année 1225.
  11. Journal l’Indépendant, semaine du 31 mars au 6 avril 1908
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. V. D., « Journy, village de 300 habitants, cherche candidat à la mairie désespérément : Son maire Vincent Charlemagne arrête ses fonctions, après trois mandats à la mairie. Et selon lui, pour l’instant, personne ne semble intéressé pour prendre sa succession. Il reste quatre jours (de lundi à jeudi) pour aller déposer sa candidature à la sous-préfecture de Saint-Omer. Il ne faut plus traîner », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Jennifer-Laure Djian, « Le bilan du maire de Journy : Vincent Charlemagne se représente pour finaliser les projets de voirie : Son premier mandat de maire, il l’avait consacré à réaliser l’éclairage public dans le village (290 habitants), le deuxième c’était l’assainissement collectif, le troisième ? Vincent Charlemagne prévoit de s’occuper de la voirie. À 53 ans, le chef d’entreprise est candidat à sa succession à la mairie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Vincent Charlemagne réélu maire de Journy à la majorité absolue », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  17. « Vincent Charlemagne : un troisième mandat pour moderniser Journy : Journy est une localité verdoyante à l’écart de l’agitation. Située au cœur du triangle Calais – Boulogne – Saint-Omer, sa position favorise la mobilité. Vincent Charlemagne préside aux destinées d’un village qui offre bien des attraits », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. J.-C. C., « Municipales : le maire de Journy s’accorde quelques mois de réflexion avant de se décider : Le maire Vincent Charlemagne paraît tout à fait à l’aise dans ses fonctions de premier magistrat d’une petite commune rurale, mais la concertation avec les élus locaux lui sera nécessaire avant une éventuelle prolongation », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. J. C. C., « Journy : Jean-Pierre Dusart, élu maire, veut honorer la confiance des Journysiens : Il a été élu maire par huit voix, celles de son équipe, contre trois. Un des trois postes d’adjoints a été « offert » à un élu issu de l’opposition », La Voix du Nord ,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. Valéry Duhaut et François Wavrant, « En conflit avec son premier adjoint, le maire de Journy démissionne : Jean-Pierre Dusart a fait passer l’information dans son village, mardi 8 juin, en distribuant un courrier. Il quitte son poste de maire. Mais il reste au conseil municipal », La Voix du Nord ,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. J. C. C., « Journy : élections municipales dans deux mois, suite à la démission du maire : À Journy, l’année sera électorale jusqu’à l’automne. Après les législatives et les départementales et les régionales, les électeurs sont invités à une élection municipale partielle le 5 septembre. Avec pour objectif final d’élire un nouveau maire », La Voix du Nord ,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Jean-Pierre Dusart souhaite retisser du lien et compte sur les forces nouvelles de Journ : Près de 30 communes (sur 89) de l’Audomarois ont un ou une nouvelle maire cette année. Tous les jours, nous vous présentons un de ces nouveaux élus. Aujourd’hui, Jean-Pierre Dusart », La Voix du Nord ,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. « Évolution et structure de la population à Journy en 2007 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l'Insee (consulté le )
  27. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  28. Julien Delfort, « Monseigneur Boulanger, ex-évêque de Lisieux, se retire dans le Boulonnais : Né en 1945 à Journy, à trente kilomètres de Boulogne, Jean-Claude Boulanger avait fait ses premiers pas au sein de l’Église à Condette comme prêtre. C’était avant que la papauté le nomme évêque, d’abord dans l’Orne puis dans le Calvados. Le mois dernier, à 75 ans, il a quitté finalement son ministère, « par épuisement », pour se retirer dans le Boulonnais de sa jeunesse. Interview », La Voix du Nord ,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « L'Armorial - Journy (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).