Wimereux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wimereux (homonymie).
Wimereux
Image illustrative de l'article Wimereux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Canton Boulogne-sur-Mer-1
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Francis Ruelle
2014-2020
Code postal 62930
Code commune 62893
Démographie
Population
municipale
7 161 hab. (2012)
Densité 929 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 46′ 14″ N 1° 36′ 38″ E / 50.7705555556, 1.610555555650° 46′ 14″ Nord 1° 36′ 38″ Est / 50.7705555556, 1.6105555556  
Altitude Min. 0 m – Max. 71 m
Superficie 7,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wimereux

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wimereux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wimereux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wimereux
Liens
Site web ville-wimereux.fr

Wimereux Prononciation du titre dans sa version originale Écouter est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région du Nord-Pas-de-Calais.

Elle se trouve à la frontière nord-ouest de la ville de Boulogne-sur-Mer, au bord de la Manche et à l'embouchure du Wimereux, qui a donné son nom à la commune.

Wimereux est aussi une station balnéaire attractive, la plus ancienne de la Côte d'Opale[1], à l'entrée sud du Grand Site des Deux Caps.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située au nord de la France, sur la Côte d'Opale, Wimereux est à proximité immédiate de Boulogne-sur-Mer, qui fait la limite sud du territoire.

Wimereux se trouve à environ 40 km des côtes anglaises à vol d'oiseau ainsi qu'à 27 km de Calais, 100 km de Lille et 220 km de Paris.

La commune appartient au territoire du boulonnais et au Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Manche Ambleteuse Ambleteuse, Wimille Rose des vents
Manche N Wimille
O    Wimereux    E
S
Manche Boulogne-sur-Mer Boulogne-sur-Mer

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Le Wimereux et le pont ferroviaire.
Digue de Wimereux le long de la plage.

L'autoroute A16 dessert Wimereux par le biais des sorties sortie 32 et sortie 33. Elle permet de rejoindre Calais (en 25 minutes) et Dunkerque (en 45 minutes) au nord ainsi que Amiens (en 1h20) et Paris (en 2h30) vers le sud.

La route nationale 42 passe également à proximité de la commune (à environ 10 km). Elle permet de rejoindre rapidement Saint-Omer et l'autoroute A26 (qui relie Calais à Troyes).

Une gare ferroviaire dessert Wimereux, la gare de Wimille-Wimereux, desservie par des TER Nord-Pas-de-Calais entre Boulogne et Calais. Les grandes gares à proximité sont celles de Boulogne-Ville (à 15 minutes) et de Calais-Fréthun (à 20 minutes).

Wimereux est également desservi par les bus du réseau boulonnais Marinéo (lignes D et F).

Au sein de la commune, les rues sont organisées selon des parallèles. Plusieurs ponts permettent de passer le Wimereux, dont l'un (rejoignant les deux parties de la digue) est uniquement piéton et peut être très exposé aux vagues lors des grandes marées, voire submergé en cas de surcote.

Des sentiers de randonnées parcourent également le territoire.

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

La ville est située à basse altitude, avec des différences de relief relativement faibles par rapport à l'ensemble du boulonnais. Elle est organisée le long de la plage, avec une digue qui arrête les vagues à marée haute. La plage est composée de sable fin et pour partie de galets. La plage de Wimereux est l'une des rares plages à disparaître quasiment intégralement à marée haute, ce qui donne un sable humide tout le reste de la journée.

Des falaises commencent au nord de la commune, vers les caps Blanc-Nez et Gris-Nez. Par beau temps, on peut voir les falaises des côtes anglaises. Les sols anglais et ceux du territoire appartiennent au même bassin géologique.

Les périphéries de la commune sont situées plus en hauteur, sur des collines qui résultent de la formation géologique de la boutonnière du Boulonnais.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'embouchure du Wimereux à Wimereux.
Le site préhistorique de la Pointe-aux-Oies (l'estuaire du Wimereux fut peut être le « site originel des premières implantations humaines sur cette côte »[2]).

Le Wimereux est un petit fleuve côtier, qui prend sa source à Colembert et traverse la commune avant de se jeter dans la Manche en y apportant ses matières en suspension et une partie de ses sédiments. Il existait autrefois un barrage et des vannes, qui y maintenaient un volume d'eau beaucoup plus important, et atténuaient l'effet des marées, permettant d'y circuler avec de petits bateaux. Les ruines en sont encore visibles des deux côtés du lit majeur près de l'embouchure. Depuis la suppression du barrage, le cours d'eau a été réduit en largeur et canalisé entre deux rangées de palplanches métalliques et le reste de l'ancien lit mineur et une partie du lit majeur ont été comblés par une épaisse couche de sédiments, localement stabilisés par une résille plastique et aujourd'hui couverts dans la ville de plantes halophiles (qui s'accommodent des taux de sel liés aux marées).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution du nom[modifier | modifier le code]

Au fil du temps, le nom de la commune a évolué entre :

  • Wimerenc (IXe siècle)
  • Wimerenc (XIIIe siècle)
  • Wimerreuwe (1278)
  • Wimerewe (1285)
  • Wimerenc (1305)
  • Wimerreuwe (1416)
  • Wymereux (1505).

Au XXe siècle, on la surnommait la « Nice du Nord »[3].

Prononciation[modifier | modifier le code]

Tout comme les communes proches de Wimille ou Wissant, la prononciation du nom de la commune (Vimereux ou Ouimereux) n'est pas strictement définie et aucune n'est donc réellement incorrecte. Il y a des habitudes propres à chacun, qui viennent notamment de la façon de prononcer la lettre W : pour le mot "wagon" par exemple, de nombreux boulonnais disent "ouagon" et non "vagon". Cela est dû à l'important mélange des langues présent dans cette zone historiquement frontalière, notamment avec l'Angleterre et la Belgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières occupations humaines[modifier | modifier le code]

À Wimereux, les premières traces relevées sont datées vers 500 000 av. J.-C. (silex, bifaces)[4]. Le climat est chaud (présence d'éléphants, félins…) ; les Hommes vivent de chasse, pêche et cueillette.

Le territoire est touché par le maximum glaciaire de la glaciation de Würm il y a environ 20 000 ans. Le climat s'adoucit ensuite aux alentours de 8 000 av. J.-C.

Différents envahisseurs celtes (les Morins) s'implantent dans la région et développent le commerce avec les îles Britanniques.

Puis, à la suite de la Guerre des Gaules, les Romains occupent la Gaule durant près de 300 ans. Le Boulonnais est inclus dans la Gaule belgique.

Les invasions barbares détruisent Boulogne (Bolonia) au IIIe siècle. La ville est reconstruite au IVe siècle, l'économie locale renaît. Au début du Ve siècle, les Germains envahissent la Gaule. Vers 481, Clovis devient roi des Francs et unifie les territoires (Nord de la France et Belgique, puis une grande majorité du périmètre actuel de la France).

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

La dynastie mérovingienne qui succède aux Francs, puis l'empire carolingien (Charlemagne) couvrent le début de la période moyenâgeuse. Wimille est rattachée au comté de Boulogne, la région est convertie au christianisme, puis subit plusieurs guerres. Philippe-Auguste (dynastie des Capétiens) gagne la bataille de Bouvines en 1214 et reprend le nord de la France.

S’en suit une paix durable, jusqu'à la Guerre de Cent Ans. À partir de 1347, Wimille a des voisins britanniques, Calais devenant anglaise jusqu'en 1559. La région est ainsi l'objet de fréquentes batailles. La peste noire frappe de plus le Boulonnais de 1347 à 1350, avec environ 32 % des foyers touchés[4].

La commune fut desservie par le Tramway d'Aubengue à Wimereux et le tramway de Boulogne-sur-Mer, dont on voit ici une rame rue Carnot, avant la Première Guerre mondiale
Villa Le bon accueil

À l'embouchure du Wimereux, Vauban a construit au XVIIe siècle l'un des forts de protection du littoral dont les ruines, qui se dressaient encore au milieu de la mer jusqu'aux années 1940, se sont effondrées depuis.

Les aéronautes Jean-François Pilâtre de Rozier et Pierre-Ange Romain tombent et se tuent à Wimereux en 1785 dans le premier accident aérien de l'histoire.

Au XIXe siècle, l'arrivée du train bouleverse l'économie et les paysages (dans ce paysage vallonnée, coupée de vallées profondes et composés de substrats géologiques localement complexes, il faut creuser des tunnels (tunnel de Malbrouck), construire des remblais et des ponts notamment au-dessus du fleuve Wimereux. Dans les années 1830, on s'est demandé [5]« s'il ne convenait pas de traverser le Wimereux un peu plus bas, en augmentant la pente au delà de Malbrouck, laquelle n'atteindrait pas encore 3 millièmes » pour notamment avoir sur le Wimereux et la Slaque des « remblais mois dispendieux », mais le parcours en aurait été augmenté au moins de 5 800 m et imposé une pente de 5 millièmes pour la descente de Calais[5]. Il aussi été envisagé une ligne plus courte entre Calais et Boulogne, mais il aurait fallu « traverser Wimereux à une plus grande hauteur » et construire « à Maninghen entre le Wimereux et la Selaque un souterrain de 1500 mètres ».

C'est aussi à Wimereux qu'on installe une antenne pour permettre les communications radio avec South Foreland, établissant un nouveau record (48 km) de distance[6]. Avant cela une communication avait pu être établie entre l'antenne de Wimmereux et l'Ibis (un Aviso de la marine française, équipé pour la circonstance d'une antenne de 22 m) qui avait été positionné à 19 km de là, de manière à ce que les hauteurs des falaises du Cap Gris-Nez soit situé entre ces deux points. On a montré à cette occasion qu'un obstacle matériel de ce type ne s'opposait pas à la communication par onde radioélectrique. C'est aussi Wimereux qui est choisi pour faire avec la côte anglaise les expériences de syntonisation (1er dispositif de protection d'une communication radio par le choix d'une période identique pour l'émetteur et le récepteur) proposés par M. Marconi qui avait nommé ce dispositif jigger lors d'une conférence faite le 2 février 1900 devant la Royal Institution de Londres. L'expérience fut interrompue à peine commencée « suite à un accident survenu à l'inventeur », mais a eu le temps de prouver qu'au-delà d'un certaine distance le système fonctionnait.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Station balnéaire créée sous le Second Empire, Wimereux a pris le nom du fleuve qui se jette dans la mer à l'endroit où la ville a été construite. Le territoire de Wimereux appartenait à l'origine à la commune de Wimille dont Wimereux s'est détaché en 1899.

Wimereux constitue un ensemble architectural remarquable de maisons et d'immeubles typiques de la Belle Époque qui continuent à être entretenus.

Les parents de Charles de Gaulle avaient coutume d'y effectuer des séjours avec leurs enfants, et le général y passa donc plusieurs vacances en famille durant son enfance.

À l'origine résidence secondaire des familles aisées de Lille et de Paris, Wimereux est devenue depuis une vingtaine d'années la banlieue résidentielle de l'agglomération de Boulogne-sur-Mer. Wimereux attire aussi des Britanniques, des Belges et des Russes qui viennent s'y installer.

La station balnéaire de Wimereux a été en partie ravagée en 1945.

Elle est classée "station de tourisme" par décret du 1er août 2013[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Wimereux fait partie de la communauté d'agglomération du Boulonnais (CAB) et du regroupement de trois structures intercommunales appelé Pays Boulonnais. Le siège de ces deux regroupements est Boulogne-sur-Mer.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armoiries de Wimereux se composent de trois blasons[8] :

  • Écu à la bande d'argent chargée d'une ligne virée et d'un semis de points, accostée à dextre d'une mouette d'argent sur azur et senestre d'un chardon au naturel sur argent. L'ensemble surmonté d'une couronne murale. Soutiens : tige épis de blé, branche de chêne.
  • Le blason de la ville : Remplace le précédent depuis le 11 mai 1937.
Blason Wimereux.svg

Écu taillé d'argent et de sinople, cantonné senestre du chef d'une montgolfière rappelant l'expérience mortelle de Pilâtre de Rozier et de Romain, cantonnée dextre de la pointe d'une sirène, bandé de gueules aux trois abeilles d'or rappelant l'épopée de Napoléon Ier et surmonté d'une couronne murale rappelant le fort de Croÿ.

  • Blason de la paroisse : Écu avec fleur de lys d'or sur fond d'azur représentant la Vierge Immaculée à qui l'église est consacrée, à dextre, couronne comtale sur fond de gueules rappelant que le roi Louis XI a conféré la dignité de comtesse de Boulogne à Notre-Dame et puits d'argent sur fond de gueules en souvenir de la statue miraculeuse de Notre-Dame qui fut cachée dans le puits de la ferme d'Honvault à senestre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Wimereux dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 1995 M. Dominique Dupilet PS  
1995 2001 Marc Choain PS  
2001 en cours
(au 28 mars 2015)
Francis Ruelle DVD Médecin
Réélu pour le mandat 2014-2020[9],[10],[11]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le SCOT (schéma de cohérence territoriale) du Boulonnais (CAB et communauté de communes de Desvres-Samer) a été approuvé en septembre 2013[12]. Un PLU (plan local d'urbanisme) et un PLH (plan local de l'habitat) sont en vigueur sur la commune. Un PLU intercommunal est en cours d'élaboration en 2014.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Wimereux est jumelée avec les villes suivantes :

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 7 161 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1901. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 109 1 370 1 498 2 208 2 335 2 434 2 574 2 829 3 734
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
4 198 5 241 6 712 7 023 7 109 7 493 7 410 7 386 7 161
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,5 %) est cependant légèrement inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 17,8 %) ;
  • 51,9 % de femmes (0 à 14 ans = 18,2 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 24,8 %).
Pyramide des âges à Wimereux en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,8 
5,2 
75 à 89 ans
9,3 
12,5 
60 à 74 ans
14,7 
21,5 
45 à 59 ans
21,5 
20,4 
30 à 44 ans
20,7 
18,3 
15 à 29 ans
14,7 
22,0 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 127 €, ce qui est supérieur à la moyenne du Nord-Pas-de-Calais (16 001 €) et équivalent à celle nationale (18 355 €)[17].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le marché de Wimereux.

La station balnéaire de Wimereux rencontre un succès important l'été. Elle attire de nombreux français (boulonnais, nordistes, parisiens…) mais aussi des britanniques, des belges ou encore des russes. On dénombre beaucoup de résidences secondaires.

De nombreux commerces (alimentaires, vêtements, boutiques souvenir…), des banques, des restaurants et bars sont implantés dans le centre de Wimereux et le long de la digue.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville abrite deux écoles maternelles et trois écoles primaires. L'enseignement secondaire et supérieur le plus proche se fait à Boulogne-sur-Mer.

Wimereux accueille également une antenne du Conservatoire à Rayonnement Départemental du Boulonnais, établissement d'enseignement de musique et de danse également implanté à Boulogne-sur-Mer et à Saint-Martin-Boulogne.

Enseignement supérieur et recherche[modifier | modifier le code]

Il existait au XIXe siècle un « laboratoire maritime » situé à la Pointe-aux-Oies, qui fut détruit durant la seconde Guerre mondiale (en 1940). C'est grâce à lui qu'à Wimmereux en 1879 a débuté l'algologie du nord de la France, grâce à un ouvrage intitulé « liste d'algues observées à Wimereux » publié par le botaniste Monnier (1879). Selon le Pr Géhu (1964), cette liste était très incomplète et comportait quelques erreurs de nom d'espèces mais elle est la première à citer précisément les sites de récolte de la plupart des algues décrites[18].
Dix ans plus tard (1890), c'est le professeur Giard qui a complété les observations de Monnier (son élève) dans un rapport d'activité de la station, mais entre-temps, Ferdinand Debray avait publié en 1883 un fascicule intitulé "Les algues marines du nord de la France" puis (en 1885) un "Catalogue des algues marines du nord de la France", puis en 1897 un guide de l'algologue et un recueil intitulé "Florule des algues du nord de la France"[19]).

Wimereux accueille encore aujourd'hui des bâtiments universitaires : la station marine de Wimereux, département de l'Université de Lille 1 - Sciences et Technologies, et la Maison de la Recherche en Environnement Naturel (MREN), centre de recherche dépendant de l'Université du Littoral Côte d'Opale. Les recherches effectuées dans ces deux bâtiments se font en commun, au sein du Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG), Unité mixte de recherche (UMR) du CNRS. Le LOG est la seule UMR de la Côte d'Opale. Environ 100 personnes travaillent quotidiennement dans ce laboratoire (35 chercheurs, 20 personnels techniques et administratifs, 25 doctorants et 20 CDD). Les recherches effectuées portent sur l'océanologie (biologie, chimie, physique, géologie).

Santé[modifier | modifier le code]

Un centre hospitalier est présent à Boulogne-sur-Mer et une polyclinique à Saint-Martin-Boulogne.

Sports[modifier | modifier le code]

La digue de Wimereux et la plage.

Le Club Nautique de Wimereux (CNW) permet la pratique de l'optimist, de la planche à voile (plusieurs champions de renommée internationale sont issus du club, comme Pascal Maka, ou plus récemment Jules Denel), du catamaran, du kayak de mer, du char à voile et du kitesurf[20].

Wimereux possède aussi un parcours de golf de 18 trous (l'un des plus anciens de France) et permet la pratique de nombreux autres sports (tennis, sports collectifs…).

Culture[modifier | modifier le code]

  • L'association "Le Charme de Wimereux" dont le but est de protéger le patrimoine bâti et paysager organise des circuits commentés des villas de la ville chaque semaine de la période estivale, un repas de rue ouvert à tous et une manifestation musicale et théâtrale à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine chaque mois de septembre.
  • Un fromage local porte le nom de la commune : l'écume de Wimereux.

Cultes et religions[modifier | modifier le code]

  • Église.

Festivités[modifier | modifier le code]

  • La fête du nautisme
  • Le week-end de l'air
  • La fête de la moule
  • Les concerts sur la digue

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Digue de Wimereux, 25 décembre 2014, lors d'une marée avec surcote

Comme toutes les villes littorales, Wimereux, comme Wissant est fortement exposée aux tempêtes. La commune est en outre vulnérable au phénomène d'érosion du trait de côte[2] ; on observe notamment un recul relativement rapide de la falaise au nord et la digue est périodiquement dégradée ou localement détruite par les vagues et la baisse du niveau de sable de la plage[21]. À long terme, une partie au moins de la commune est menacée de submersion marine suite à l'élévation du niveau de la mer. Le risque de tsunami est faible mais non-nul. Selon une enquête de perception des risques conduites sur la côte d'Opale publiée en 2010, Wimereux et Wissant sont considérés par les personnes sondées comme les deux communes les plus à risque pour la Côte d'Opale. Lors de cette enquête, 43,5% des sondés estimaient les mesures de protection (digues, enrochements, épis...) efficace, et 40,9% estimaient qu'elles étaient « inefficaces voire inutiles ». 15,7% ne se prononçant pas [22]

Récompenses[modifier | modifier le code]

La ville de Wimereux a obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris[23].

Environnement[modifier | modifier le code]

Une zone de 410 ha a été classée Natura 2000 comme site d'importance communautaire (SIC) sous le nom de « Falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack, Garennes et Communaux d'Ambleteuse-Audresselles »[24].

206 ha, partagés entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux, forment une ZNIEFF continentale de type 1 sous le nom de « Pointe de la Crêche et falaise entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux »[25].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Falaises au sud de Wimereux.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Le fort de Croÿ construit en 1757/1758 (détruit).
  • Le monument de la Légion d'Honneur dit Pierre Napoléon (classé en 1943).
  • Le fort de la Crèche en mer construit en 1803 en même temps et sur le même plan que le fort de l'Heurt à Le Portel (détruit).
  • La batterie de la Crèche, construite en 1878/1879 à l'emplacement du fort de Terlincthun, construit de 1806 à 1808 et démantelé en 1864.
  • La villa Les Mauriciens (inscrite en 2005) possède une façade et une toiture remarquables. On peut également noter le décor intérieur des pièces du rez-de-chaussée, le vestibule, la cage d'escalier et l'escalier ainsi que la salle de billard au premier étage[26].

Personnalités liées à Wimereux[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La plus ancienne station balnéaire de la côte d'Opale sur TF1, le 15 juillet 2010
  2. a et b Meur-Férec, C., & Morel, V. (2004). L'érosion sur la frange côtière: un exemple de gestion des risques. Natures Sciences Sociétés, 12(3), 263-273 (résumé).
  3. Benoit Guglielmi, Ces villes qu'on surnomme "Nice" dans le monde dans Nice-Matin, le 6 septembre 2014
  4. a et b La Drôle d'Histoire du Nord-Pas-de-Calais, des origines à nos jours, Trinka, la ligne pourpre, 2009, 175 p.
  5. a et b L.-L. Vallee (1837) [ https://books.google.fr/books?id=kWzntZD-eRYC Exposé général des études faites pour le tracé des chemins de fer de paris]. voir Page 57 et suivantes
  6. Turpain A.C () Les Applications Pratiques Des Ondes électriques", voire page 122 et suivantes
  7. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000027800058
  8. (fr) Maquette créée par J. Leroy et éditée par le cabinet immobilier G. Euchin.
  9. Patricia Noël, « Wimereux : « Il reste encore du travail à faire d’ici les élections municipales » : Francis Ruelle ne répond ni oui, ni non quand on lui demande s’il se représentera devant les électeurs en mars prochain. Il rappelle qu’il a annoncé sa candidature de 2008 au moment des vœux de janvier, une façon pour lui de réclamer un peu de patience à tous ceux qui se demandent s’il briguera un troisième mandat. Il dresse le bilan des cinq années passées dans le fauteuil de maire et met en exergue sa fierté d’avoir assaini les finances de la commune. « C’était notre principale préoccupation. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. P. N., « Wimereux : et de trois pour Francis Ruelle, réélu maire pour six ans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ (consulté le 20 mars 2015).
  12. « Scot du Boulonnais, actualités », sur scot-boulonnais.fr (consulté le 18 mai 2014).
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  15. « Évolution et structure de la population à Wimereux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  17. « Chiffres clés : Communes de Wimereux (62893), Département du Pas-de-Calais, Région du Nord-Pas-de-Calais, France métropolitaine », sur le site de l'Insee (consulté le 30 août 2012).
  18. Géhu, J. M. (1964). L'algologie marine dans le Nord de la France. Bulletin de la Société Botanique de France, 111(sup3), 357-379
  19. Dubray F (1897) "Florule des algues du nord de la France", in Bulletin Scientifique du Nord de la France et de la Belgique 1897, 193 pages
  20. (fr) Club Nautique de Wimereux
  21. Battiau-Queney Y (2010) La pénurie sédimentaire des plages en érosion de la Côte d’Opale. Roland Paskoff et les littoraux: regards de chercheurs, 153.
  22. tableau 10, in petit, Olivier (2010) Risque environnemental et action collective (Livre numérique Google) ; Ed:Lavoisier, 12 avril 2010 - 160 pages
  23. Wimereux sur le site des Villes et Villages Fleuris.
  24. Zone Natura 2000 des « Falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack, Garennes et Communaux d'Ambleteuse-Audresselles ». Fiche Natura 2000.
  25. Zone Natura 2000 de la « Pointe de la Crêche et falaise entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux ». Fiche Natura 2000. Cette zone concerne les communes de Boulogne-sur-Mer et de Wimereux.
  26. (fr) Bases de données Ministère de la Culture.