Ruminghem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ruminghem
Ruminghem
La mairie.
Blason de Ruminghem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Marck
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Audruicq
Maire
Mandat
Jacques Hautecœur
2014-2020
Code postal 62370
Code commune 62730
Démographie
Gentilé Ruminghemois
Population
municipale
1 660 hab. (2016 en augmentation de 3,88 % par rapport à 2011)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 51′ 37″ nord, 2° 09′ 31″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 64 m
Superficie 13,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Ruminghem

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Ruminghem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ruminghem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ruminghem
Liens
Site web http://ruminghem.fr/

Ruminghem est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France

Bien desservie au niveau des transports, cette commune devient attractive de par sa situation entre Calais, Saint-Omer et Dunkerque, et cherche aujourd'hui à retrouver un dynamisme dans son cœur de village tout en préservant son environnement[réf. nécessaire]. La commune fait en effet partie du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à la limite des plaines de Flandres et des collines de l'Artois, et se trouve à la limite du département du Nord.

Elle est bordée par la forêt d'Éperlecques et ses collines au sud, tandis que la partie nord, très plane, est organisée par les watergangs qui drainent l'eau des marais agricoles et découpent le territoire en parcelles allongées et parallèles.

La commune fait partie du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ruminghem
Audruicq (62) Sainte Marie Kerque (62) Saint-Pierre-Brouck (59)
Muncq-Nieurlet (62) Ruminghem Holque (59)
Bayenghem-lès-Éperlecques (62) Eperlecques (62) Watten (59)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Canal de Calais à Ruminghem.

L'Aa, fleuve côtier, constitue la limite nord-est, et la rivière de la Liette, son affluent, traverse la commune.

Le Canal de Calais y a son origine.

Le territoire est inclus dans le Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) de l'Audomarois.

Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

Gare de Ruminghem.

La commune est traversée par deux lignes ferroviaires :

La départementale D 217 relie la commune à Muncq-Nieurlet à l'est et Watten à l'ouest. l'autoroute A 26, accessible à l'ouest, relie Calais et Béthune. En rejoignant la D 300 à l'est, on accède au nord à l'autoroute A 16 pour aller vers Dunkerque.

Plusieurs liaisons piétonnes maillent les quartiers.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme (PLU) a reçu un avis négatif au travers le rapport de l’enquête publique du mois de février 2011, le commissaire enquêteur émet aussi beaucoup de réserves et de recommandations au travers de celui-ci[réf. nécessaire]. Dans l’état actuel des choses l’approbation du PLU n’est pas à l’ordre du jour. L'état initial de l'environnement doit être étoffé en 2009.

Par ailleurs, la commune a été sélectionnée au cours d'un appel à projet régional intitulé "Vers un urbanisme de qualité", organisé par le syndicat mixte Espaces naturels régionaux (ENRx, à Lille) et les trois Parc naturel régionaux du Nord-Pas-de-Calais, et soutenu par le Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire (MEEDDAT)[1]. Dans le cadre de cet appel, la commune s'est engagé à réaliser un projet d'aménagement de qualité au niveau écologique, social, économique. Ce projet porte sur un terrain central dans la commune, et doit permettre de faciliter la circulation, le stationnement, tout en laissant une place plus importante aux piétons. Des logements accessibles aux handicapés ou aux personnes âgées sont envisagés. Une réunion publique a été organisée par la commune le 30 avril 2010.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Rumingahem est mentionné pour la première fois en 850 (carl. Sith., p. 100). Le lieu est ensuite désigné Rummingaliem en 877 (ibid., p. 124). Ramingehem en 980 (Van Lockeren, chronique de Saint -Pierre-au-Mont-Blandin, p. 50), Reminghen en 1254 (cartulaire de Thérouanne, p. 174), Ruminghem en 1353 (ch. de Saint-Bertin, no 1353), Remingueham en 1371 (bull. Mor. t. VIII, p. 109), Rumighem au XIVe siècle (terrier. de Houlle, f° 38 v°), Rameghien aux XVIe et XVe siècles (Histor. de France, t. XXII. p. 411, chron. de Flandre), Reminguen en 1473 (chap. de Saint-Bertin, no 3321), Reminguen en 1475 (ibid., no 3370) et Rumingan en 1725 (évêché de Boul., G. 32, f°295)[2].

Il s'agit d'un toponyme germanique composé de trois termes : Rum-ing-hem, traduisible par «demeure du peuple de Rumo ».

Le nom signale un établissement flamand. En effet, on y reconnait la nom de personne germanique Rumo ainsi que le double suffixe -ing-hem caractéristique des pays de langue néerlandaise[3].

On signale au milieu du XIXe siècle que le flamand est alors la langue parlée à Ruminghem[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les Morins, de souche celte, occupaient Ruminghem avant l'ère chrétienne. À l'époque de la conquête romaine, comme d'autres, il se romanisèrent. Les Romains construisirent une forteresse sur les bases du village actuel[réf. nécessaire].

Les Francs s'installent peu à peu dans la région, dès avant la chute de l'Empire romain au Ve siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dès le Ve siècle, des moines de Saint-Momelin[5] sont présents dans la localité. Ils assèchent les marais en créant des watergangs, canaux parallèles destinés à drainer l'eau dans toute la Flandres.

La région subit plusieurs raids menés par les Vikings. C'est à cette période que la forteresse romaine est transformée en château-fort par les paysans locaux.

Au IXe siècle, les terres de Ruminghem appartiennent à l'abbaye Saint-Bertin de Saint-Omer[5]. L'église est construite au XIIe siècle.

Plus tard, Ruminghem passe plusieurs fois du domaine français au domaine espagnol. Le village subit ainsi plusieurs destructions et pillage. Le château, qui appartenait aux Fiennes, est détruit en 1220. La seigneurie dépend alors des Luxembourg-Saint-Pol, et le roi de France réalise une attaque en 1487. En 1489, la commune repasse aux mains des espagnols. On reconstruit un château qui est rasé en 1637 par les Ardrésiens[5]. En 1639, l'armée française chasse définitivement les Espagnols.

En 1627, la seigneurie de Ruminghem est détenue, de même qu'Éperlecques, par un membre de la prestigieuse Maison de Croÿ, Charles Philippe Alexandre de Croÿ, marquis de Renty, prince d'Havré, châtelain-vicomte de Bourbourg, Grand d'Espagne, possesseur de nombreuses seigneuries[6].

En juin 1638, lors du siège de Saint-Omer, le prince Thomas de Savoie-Carignan établit ses troupes sur la colline de Ruminghem[7].

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Ruminghem, en 1789, faisait partie du bailliage de Saint-Omer et suivait la coutume d'Artois. Son église paroissiale, d'abord diocèse deThérouanne, doyenné d'Alquines, puis de Boulogne, doyenné de Tournelrem, était consacrée saint Mathieu; l'abbé de Ham-Iez-Lillers présentait à la cure[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La commune se modernise à partir de 1830, date de construction de l'école. La Compagnie des chemins de fer du Nord réalise en 1847 la ligne de Lille aux Fontinettes, passant par Ruminghem et permettant de relier Lille à Calais. L'assèchement et l'irrigation se poursuivent, avec la création de l'institution des wateringues, organisée par sections, en 1809, et l'assèchement du Coin perdu en 1880, qui apporte 750 hectares de terres agricoles à la commune[5].

Des Chinois, membres du « groupe de travailleurs chinois numéro 11 » du Chinese Labour Corps, furent présents sur la commune à la fin de la Première Guerre mondiale, où se trouvaient un état major et un hôpital pour les chinois. Dirigés par des officiers supérieurs anglais, ils déchargeaient les munitions en provenance d'Angleterre et marchandises au Pont du Wetz, où se trouvait leur camp et où ils aménagèrent un quai long d'un kilomètre. Le cimetière chinois fut créé pour les victimes de leur communauté, par le Commonwealth, à la suite de bombardements allemands en 1918[8],[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait depuis 1801 dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais. Par arrêté préfectoral du , la commune en est détachée le pour intégrer l'arrondissement de Calais[10].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la septième circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Audruicq[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Marck.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ruminghem est membre de la communauté de communes de la Région d'Audruicq, crée fin 1993.

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1806   Louis Bomart[8]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 août 2012[12], Yves Bacquet   Démissionnaire
18 septembre 2012[13] mars 2014[14] Gérard Verquere    
mars 2014[15] En cours
(au 29 mai 2019[16])
Jacques Hautecoeur    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2016, la commune comptait 1 660 habitants[Note 1], en augmentation de 3,88 % par rapport à 2011 (Pas-de-Calais : +0,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7418128249659611 0731 1101 1351 144
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1271 1271 1681 1491 1261 0751 0891 1591 160
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1111 1181 1101 0201 0561 0691 0581 1161 025
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0129689271 0191 1201 1631 4271 4651 502
2013 2016 - - - - - - -
1 6401 660-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 14,1 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 15,7 %).
Pyramide des âges à Ruminghem en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,4 
3,5 
75 à 89 ans
5,2 
10,3 
60 à 74 ans
10,1 
19,1 
45 à 59 ans
18,3 
23,6 
30 à 44 ans
20,1 
18,0 
15 à 29 ans
20,7 
25,2 
0 à 14 ans
25,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La commune s’est engagée fin 2010 dans la conception de deux classes avec bloc sanitaire et d'une extension de la nouvelle mairie. La construction d’une salle à dominante sportive a débuté en 2008, cette salle d’un investissement de plus d’un million d’euros souffre de malfaçons liées à sa construction, la gestion communale de ces problèmes ne permet pas une vision quant à la mise à disposition de cet équipement aux habitants du village.

La commune compte deux écoles une primaire et une maternelle.

Les enfants vont en train ou car dans les lycées de Saint-Omer ou Calais.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les habitants se promènent dans la forêt d'Eperlecques. À signaler également, le sentier du Fantôme de l'Aa. La chasse est également pratiquée sur le territoire.

La commune est équipée d'un centre équestre et d'un golf, le Golf Club du bois de Ruminghem de 18 trous (10 en plaines et 8 en forêt) conçu par l'architecte Bill Baxter sur un terrain cédé à la commune par la famille de Megille à la fin des années 1960 pour y réaliser cet équipement. Il a été repris en septembre 2017 par l'association Cap Énergie[22],[23],[24]. Première structure protégée à exploiter un golf, après 6 mois de travaux, celui-ci a pu réouvrir le et est fréquenté par bon nombre de membres étrangers (Belges, Hollandais) mais également des membres français[25].

Cultes[modifier | modifier le code]

Deux églises sont implantées sur la commune, une catholique et une protestante (évangélique).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • L'association carnavalesque Les Veint'ches de Ruminghem organise chaque année un bal durant le Carnaval.[réf. nécessaire]
  • Des fêtes communales sont organisées les 1er dimanche de juillet et 3e dimanche d'octobre ; une fête patronale et commémorative a lieu le 11 novembre[réf. nécessaire].
  • L'association "la note bleue" organise la fête du théâtre "les Utopitreries", dont la quatorzième édition a eu lieu du 27 mai au [26], le troisième week-end du mois de mai à cette occasion l'ensemble des spectacles du dimanche sont gratuits et le centre du village est piétonnier.
  • Le Bôbar, un ancien café racheté par la commune en 2014, est un bar associatif géré par la Note bleue[27],[28],[29].

Économie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Différents commerces sont présents dans Ruminghem (fleuriste, boucherie - charcuterie, coiffeur, garage, fromager…) et quelques cafés. La poste se situe au cœur du bourg. Par ailleurs, 11 exploitations agricoles sont présentes sur la commune. En 1999, sur 387 actifs ayant un emploi (248 hommes et 139 femmes), seuls 18,1 % travaillaient à Ruminghem même[30].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.
L'ancien moulin à farine, déplacé de Ruminghem à Villeneuve-d'Ascq.
  • L'église Saint-Martin, dont la nef et le chœur en briques et en moellons datent de 1806, la tour à flèche de 1791 et les deux chapelles latérales de 1863[8].
  • Impressionnant calvaire en bois, sur le mur du clocher de l'église, édifié par la famille Bomart en 1821[8]
  • La gare de Ruminghem.
  • Un cimetière chinois (« Ruminghem Chinese Cemetery »), situé sur la D217 en direction d'Audruic, est implanté à Ruminghem, q. Il a été réalisé à la fin de la Première Guerre mondiale par les britanniques et accueille les sépultures de 75 travailleurs chinois[8],[32].
  • Le monument aux morts, situé dans le cimetière, commémore les guerres de 1914-1918, 1939-1945 et d'Algérie[33].
  • La plaque du Souvenir Français commémore les victimes la Guerre franco-allemande de 1870.

La Liette est au cœur de l'écosystème local. Elle forme une boucle qui est une connexion entre deux espaces de la forêt, à l'est et à l'ouest. Ruminghem présente par ailleurs une diversité de milieux, avec un réseau de jardins au sud-ouest de la Liette, un autre de canaux au nord-est. Des vergers et des haies complètent cette richesse. De nombreux oiseaux et au moins trois espèces de chauve-souris sont présents sur le territoire[34].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Noël, né à Ruminghem le et mort à Paris le , sculpteur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Ruminghem.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
parti : au premier mi parti d’azur à la tour d’argent, ouverte et ajourée du champ, maçonnée de sable, au franc-canton alésé en taillé, soutenu de gueules, chargé d’un besant aussi d’argent, au second coupé ondé par une fasce ondé tiercée en fasce d’argent, d’azur et de sable, au I d’azur au lion issant d’argent, armé et lampassé de gueules, et au II d’argent au cep arraché de sable, fruité de trois pièces, bordé à dextre aussi de sable.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Projets retenus dans le cadre de l'anniversaire des 40 ans des Parcs Naturels Régionaux
  2. a et b Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 335, disponible sur Gallica.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  4. Edmond de Coussemaker, Délimitation du flamand et du français dans le nord de la France, Dunkerque, Typographie Benjamin Kien, , 23 p. (lire en ligne), p. 22 disponible sur Gallica.
  5. a b c et d Ruminghem par la visite d'une partie de son patrimoine, René Oogh, Informations culturelles régionales, plaquette de 16 pages, 1987
  6. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Graal, , p. 210
  7. J. Bazy, Précis des opérations du siège de Saint-Omer en 1638 : rédigé d'après les archives de cette ville et des documents inédits, recueillis dans les communes des environs, Saint-Omer, Librairie Tumerel-Bertram, , 2e éd., 21 p. (lire en ligne), p. 11, disponible sur Gallica.
  8. a b c d et e S. D. (Clp), « Ruminghem Un cimetière témoigne du sacrifice de travailleurs chinois pendant la Première Guerre mondiale : Chaque semaine, nous revenons sur un épisode de l’histoire d’une commune au gré d’une promenade historique. Aujourd’hui, rendez-vous à Ruminghem pour découvrir l’histoire de son église et de son cimetière chinois », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  9. « Le cimetière Chinois de Ruminghem (62) » [PDF], Dossier de monument, sur http://www.mairie-chateau-thierry.net (consulté le 25 août 2019).
  10. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du Pas-de-Calais - Recueil des actes administratifs », sur http://www.pas-de-calais.gouv.fr/, (consulté le 6 janvier 2017).
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. J.-M. S., « Yves Bacquet démissionne de son poste de maire : Pour raisons de santé, Yves Bacquet a décidé de démissionner de son poste de maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2015).
  13. « Gérard Verquere élu nouveau maire, la veille des obsèques d'Yves Bacquet », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2015).
  14. Jean-Marc Szuba, « Bilan des maires à Ruminghem avec Gérard Verquere :«Je voudrais bien continuer à m’occuper de la commune» : À l’approche des élections, nous avons rencontré les maires. Gérard Verquere, maire de Ruminghem, présente son bilan », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2015).
  15. Jean-Marc Szuba, « Nouveaux maires : Jacques Hautecoeur, arrivé à Ruminghem pour la pêche, y a pris racine : Jacques Hautecoeur a d’abord eu une résidence secondaire à Ruminghem avant de s’y établir. C’est la recherche de la clarté dans la gestion communale qui l’a poussé à se présenter aux élections. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2015).
  16. C. P. (Clp), « Ruminghem Bientôt l’assainissement collectif rues Saint-Antoine et du Grand-Chemin de l’Église : Le conseil vient de valider la convention entre la communauté de communes de la région d’Audruicq (CCRA) et la commune pour la pose de l’assainissement collectif, rue Saint-Antoine des numéros 19 à 399 et rue du Grand-Chemin de l’Église, des numéros 644 à 824 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « Évolution et structure de la population à Ruminghem en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  22. Site de Cap Énergie
  23. « Le golf m’a manqué », Nord Éclair,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  24. « Ruminghem Un prix de l’économie sociale et solidaire pour le Cap Golf Club : La Fondation Crédit Coopératif a décerné le premier prix régional de son Prix de l’inspiration en ESS (économie sociale et solidaire) au Cap Golf Club, à Ruminghem, entretenu par des personnes handicapées. Un prix qui lui permettra de développer le handigolf », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  25. Bruno Mallet, « Ruminghem Remis à neuf, le golf du bois doit maintenant séduire de nouveaux adeptes : Repris il y a un an par l’entreprise de travail adapté Cap Énergie, le golf du bois de Rumighem, rebaptisé Cap Golf club, accueille des joueurs depuis le 21 avril. Son inauguration officielle, samedi dernier, a permis de consacrer son renouveau, sa « résurrection », dont profitent déjà une petite centaine d’abonnés », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  26. C. P. (Clp), « Ruminghem Quatre raisons d’aller aux Utopitreries, du 27 mai au 2 juin : La voix, cette entité si familière qu’on n’y prête plus attention ! C’est elle qui sera le fil conducteur de la quatorzième édition des Utopitreries, à Ruminghem, du 27 mai au 2 juin. Chaque jour de la semaine, spectacles, ateliers, impro, chants… se succéderont pour une édition riche en nombreux événements », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  27. C. P. (Clp), « Ruminghem La Note bleue a convaincu les élus, l’aventure du Bôbar se poursuit : Il y a trois ans, la municipalité a confié la gestion de l’ancien café Le Titanic à l’association la Note bleue, à la condition d’entretenir le bâtiment et de le faire vivre en y menant des activités. L’association le rebaptise alors le Bôbar. Le bail s’achevant, il a été question, lors du conseil municipal, du devenir du lieu », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  28. C. P. (Clp), « Ruminghem Le Bôbar, le virage de la Note Bleue pour ses 20 ans : Vingt ans d’existence, deux cent quarante-quatre adhérents dont la majorité a moins de 16 ans, quatre-vingt-cinq personnes accueillies chaque semaine, la Note Bleue est une initiative inégalée et unique de culture en milieu rural qui continue à réécrire son histoire. L’assemblée générale l’a montré », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  29. C. P. (Clp), « Ruminghem L’association La Note Bleue réfléchit aux travaux à mener au Bôbar », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2019).
  30. fiche des actifs ayant un emploi sur Rulinghem, Insee, 1999
  31. base mérimée
  32. « Cimetière militaire chinois de Ruminghem », Tourisme, sur http://www.cote-dopale.com (consulté le 25 août 2019).
  33. « Ruminghem : monument aux morts », sur https://memoiresdepierre.pagesperso-orange.fr (consulté le 25 août 2019).
  34. Propos recueillis auprès de Michel Martinot, écologue, 2009