Ternois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Pagus Teruanensis.

Le Ternois est une région du Pas-de-Calais dans le nord de la France, dont le centre est Saint-Pol-sur-Ternoise. C'est une des grandes entités paysagères retenues par l'Atlas régional des Paysages de 2008[1]

Le nom se retrouve dans le nom de la Ternoise (rivière) et de quelques communes : Conteville-en-Ternois, Croix-en-Ternois, Gouy-en-Ternois, Monts-en-Ternois, Œuf-en-Ternois. L'adjectif correspondant est ternésien (ternésienne).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ternois est la forme française du latin Teruanensis, nom d'un pagus qui tirait son nom de celui de la ville de Thérouanne et comprenait notamment le territoire du Ternois[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 965, le Ternois fait partie du pagus Teruanensis. Celui-ci paraît alors avoir été démembré : la partie septentrionale, y compris la ville épiscopale de Thérouanne, fut conservée par les comtes de Flandre, qui la divisèrent en deux châtellenies, dont les chefs-lieux étaient Thérouanne et Saint-Omer ; et dès le milieu du XIe siècle, la partie méridionale de l'ancien pagus fut tenue en fief des comtes de Flandre par un comte qui prenait habituellement, du lieu de sa résidence, le titre de comte de Saint-Pol. Ce comte est aussi parfois désigné sous celui de « comte de Ternois » (équivalent français de Teruanensis). De là la restriction du nom de Ternois à ce comté, qui ne comprenait pourtant pas la capitale de l'ancien pagus, restriction qui fut si prononcée, que le plus fort des cours d'eau qui arrosait le comté de Saint-Pol en prit le nom de Ternoise[3].

À la fin du XIIe siècle, les comtes de Saint-Pol ont pour suzerains directs les comtes de Boulogne[4].

Région agricole[modifier | modifier le code]

Le ternois est une région agricole riche, mais sensible à l'érosion et parfois au manque d'eau. Le sous-sol crayeux est en outre localement propice à des transferts rapides d'eau polluées vers la nappe. Une plateforme partenariale dite Plateforme Agriculture Durable et Habitats du Ternois (PADHT) a été créée avec le CPIE Val d’Authie, le GEDA du Ternois (anciennement GRDA), la Fédération des Chasseurs du Pas-de-Calais, la Maison du Bois et le Pays du Ternois. Un des projets de cette plate forme est de mieux lier l'espace agricole du ternois à la Trame verte et bleue, via notamment l’Agro-écologie au travers du projet PreValTerA (Prévention et Valorisation du Ternois par l’Agro-écologie) qui associe aussi des étudiants (Institut polytechnique de LaSalle-Beauvais ; ex-ISAB qui doivent dresser une carte du risque érosif pour les parcelles agricoles, liée à la réalisation d'un outil d’aide à la décision (OAD, prévu pour fin 2011) pour le choix des solutions Agro-Écologiques (SAE) les plus pertinentes, s'appuyant notamment sur la TVB existante ou à restaurer[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir chap. Approche territoriale "ternois" de l'Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais] 2008, PDF, 9.3 Mo
  2. Auguste Longnon, Étude sur les pagi de la Gaule, librairie A. Franck, Paris, 1869, p. 50
  3. Auguste Longnon, op. cit., p. 51-52
  4. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, tome 1.
  5. Source : CPIE Val d'Authie