Vendin-le-Vieil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vendin-le-Vieil
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Wingles
Intercommunalité Communaupole de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Didier Hiel
2014-2020
Code postal 62880
Code commune 62842
Démographie
Gentilé Vendinois, Vendinoises
Population
municipale
8 024 hab. (2014)
Densité 752 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 28′ 29″ nord, 2° 52′ 00″ est
Altitude Min. 20 m – Max. 66 m
Superficie 10,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Vendin-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Vendin-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendin-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendin-le-Vieil
Liens
Site web vendin-le-vieil.fr

Vendin-le-Vieil est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Communaupole de Lens-Liévin (communauté d'agglomération) qui regroupe 36 communes et comptait 244 561 habitants en 2010.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vendin-le-Vieil est située à 30 minutes de Lille, une heure de la Côte d'Opale, une heure de la Belgique et à deux heures de Paris.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wendinium (966), Wendin (1183), Vetus Wendins (1362).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Wendinium est cité, en 996, dans les annales de l'abbaye Saint-Pierre de Gand. C'est donc un village au passé très lointain qui a vu, avant même cette date, l'invasion des Vandales, des Francs, puis, pendant plus de cent ans, des Anglais.

Vendin-le-Vieil est située dans le comté d'Artois, dont les contours ont varié au cours des siècles, en fonction des aléas de l'histoire et des rattachements ou séparations d'avec les comtés voisins, comté de Boulogne, comté de Flandre, etc., le village s'est toujours trouvé au cœur de toutes les guerres.

L'Artois correspond à peu près au pays du peuple celte des Atrébates, dont la capitale Nemetocenna est devenue Arras. Compris par les Romains dans la province romaine de 2e Belgique, ce pays fut conquis au Ve siècle par les Francs et donné en 863 par Charles le Chauve à Judith, sa fille, qui épousa Baudouin Bras de Fer, comte de Flandre.

Après avoir été longtemps possédé par les comtes de Flandre, sous la suzeraineté de la France, il fut réuni à la couronne par Philippe Auguste en 1180, et donné en 1237, avec titre de comté, par Saint Louis à Robert, son frère puîné.

En 1382, le comté d'Artois fut réuni à celui de Flandre, puis à la suite des mariages « princiers » au duché de Bourgogne, enfin par le mariage de Marie de Bourgogne avec l'archiduc Maximilien, l'Artois fut porté, avec la Flandre et la Franche-Comté, dans la maison d'Autriche.

À cela, il faut ajouter, en 1437 et 1438 la peste, puis la famine due à des hivers très rigoureux : Vendin-le-Vieil voit sa population baisser, comme tout le comté d'Artois qui a perdu près de la moitié de ses habitants entre 1300 et 1469.

Le village compte alors 44 feux en cette année 1469.

Mais, pour les paysans, de 1515 à 1559 la guerre est presque permanente en Artois entre la France et Charles Quint.

L'Artois ne connaît une ère de paix et de prospérité que pendant le gouvernement des archiducs Albert (neveu de Charles Quint) et Isabelle (fille de Philippe II), la période espagnole.

En 1569, Philippe II ordonne l'application d'un impôt sur le capital, l'impôt du centième denier ; grâce à cela, nous savons que le nombre de feux à Vendin-le-Vieil est passé à 82 (soit environ 250 habitants).

Cette paix se terminera lors de la reconquête de l'Artois par la France, tout le pays sera de nouveau ravagé par la guerre (de 1635 à 1659), et même si les guerres de Louis XIV se déroulent principalement en Flandre, l'Artois est gravement touché en 1676 et en 1710 par les opérations militaires.

Pour preuve, la population de Vendin-le-Vieil en 1698 est de 31 feux, 181 habitants.

Il faudra attendre le traité d'Utrecht, le 11 avril 1713, qui met fin à la guerre de succession d'Espagne, pour que Vendin-le-Vieil, ainsi que tout l'Artois, retrouvent enfin la prospérité.

Lorsque la Révolution éclate, le village compte 745 habitants, et voit le premier maire élu en février 1790, Célestin Deleruelle remplacer le bailli, Jean Baptiste Hyacinthe Dubois.

Le charbon[modifier | modifier le code]

Vendin-le-Vieil possédait deux sièges d'extraction, la fosse 8 et la fosse 10 appartenant toutes les deux à la Compagnie des mines de Lens. D'importantes usines de valorisation du charbon existaient également, une cokerie fermée en 1978, un lavoir central fermé début 1983, un rivage pour l'expédition du charbon en péniche, une centrale électrique, d'importants parcs à stocks, une station pour l'entretien des locomotives.[réf. nécessaire]

La fosse 8 était située à côté de l'usine HGD rasée il n'y a pas si longtemps, elle possédait deux puits. Elle fut fermée en 1958 cependant les puits servirent quelque temps encore pour le service.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vendin-le-Vieil dans son canton et son arrondissement.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1946 1989 Raphael Dufour PS  
mars 1989 en cours
(au 21 mars 2015)
Didier Hiel PS Conseiller général (2001-2015)[1]

Justice[modifier | modifier le code]

2011 : Construction d'une maison centrale de 220 places.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 8 024 habitants, en augmentation de 6,72 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
745 907 1 061 944 976 970 939 920 915
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
922 909 955 930 1 021 1 184 1 329 2 288 3 342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 713 4 913 5 512 3 007 5 287 6 458 6 205 6 473 6 694
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7 121 7 239 6 866 6 934 6 938 6 798 6 718 7 519 8 024
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,3 %, 15 à 29 ans = 20,4 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 12,9 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 19,9 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 18,2 %, plus de 60 ans = 19,1 %).
Pyramide des âges à Vendin-le-Vieil en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
3,6 
75 à 89 ans
7,2 
9,2 
60 à 74 ans
11,4 
19,1 
45 à 59 ans
18,2 
22,3 
30 à 44 ans
20,9 
20,4 
15 à 29 ans
19,9 
25,3 
0 à 14 ans
21,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vendin-le-Vieil compte trois écoles maternelles : école Jean-Jaurès (centre), école Suzanne-Lacore (centre), école Jules-Ferry (cité 8) ; deux écoles primaires : école Jean-Jaurès (centre), école Jules-Ferry (cité 8) ; un collège : collège Bracke-Desrousseaux (centre).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vendin-le-Vieil compte un monument aux morts dans le centre et un monument aux morts à la cité 8. Les maisons des mines de Vendin sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 20 mars 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Évolution et structure de la population à Vendin-le-Vieil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  8. « Le groupe Manouchian », sur ivry94.fr (consulté le 10 février 2017)