Verton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verton
Verton
La mairie.
Blason de Verton
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité CA des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Joël Lemaire
2020-2026
Code postal 62180
Code commune 62849
Démographie
Gentilé Vertonnois
Population
municipale
2 491 hab. (2019 en augmentation de 8,49 % par rapport à 2013)
Densité 225 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 05″ nord, 1° 39′ 01″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 53 m
Superficie 11,06 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Berck
(banlieue)
Aire d'attraction Berck
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Berck
Législatives 4e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verton
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Verton
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Verton
Liens
Site web http://www.verton-village.fr/

Verton est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la région naturelle du Marquenterre.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois qui regroupe 46 communes et compte 65 940 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Petite commune du Pas-de-Calais dans la région Hauts-de-France, Verton fait partie du canton de Berck. Voisine des communes de Berck et de Rang-du-Fliers, 2 257 habitants résident dans la commune de Verton. La ville de Lille est située à 103 km au nord-est de la commune.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend quatre ZNIEFF de type 1[Note 1] : les bocages et prairies humides de Verton. Complexe bocager humide tout à fait original associant prairies mésotrophiles à eutrophiles de différents niveaux topographiques avec des mares et des chenaux de drainage[1]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Verton est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Berck, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[5] et 44 342 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,7 %), prairies (33,7 %), zones urbanisées (13,5 %), zones humides intérieures (2,5 %), forêts (2,4 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune disposait d'une gare sur l'ancienne ligne de chemin de fer Aire-sur-la-Lys - Berck-Plage inaugurée en 1893 et fermée en 1955.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Vertunnum (856), Vertunum (877), Vertonnum (1042), Vertum (fin XIe siècle), Verton (1100), Verto (1219), Werton (1366), Verton-sur-la-Mer (1464), Verton-sur-Canche (1515)[12].

Il s’agit d'une formation toponymique celtique (gaulois) vert- signifiant « bonne terre, bonne ville »[13] ou de sens inconnu[14], sans qu'il soit possible d'exclure totalement un nom de personne gaulois *Vertus[14]. Toujours est-il qu'un élément Vert- se rencontre dans de nombreux toponymes : Vertaizon (Puy-de-Dôme) ; Vertault (Côte-d'Or) ; Verteuil (Charente) ; Vertou (Loire-Atlantique), etc.[14] Le second élément -unnum / -onnum > -on représente un suffixe gaulois[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vieux saule de Verton, probablement vers 1900-1905.

La terre de Verton a été acquise par la fille de Philippe de Créqui de la châtellerie de Beaurain-sur-Canche. Son mariage avec Gilles de Soyecourt, grand-échanson de France, a transféré ces domaines vers la maison de Soyecourt. Cette famille a habité le château communal durant dix générations, de la fin du XIVe siècle à Charlotte de Soyecourt (fille de Charlotte de Mailly et de François III).

Selon une inscription autrefois visible sur le mur du chevet de l'église les troupes royales marchant au secours d'Étaples sont passées par la commune, sous la conduite du duc d'Epernon, le .

Un hameau de la commune, celui du Rang-du-Fliers, est curieusement érigé en commune distincte par décret impérial, le , deux jours avant la déclaration de guerre à la Prusse. Ce décret n'est jamais paru au journal officiel.

Verton est longtemps resté une commune rurale et littorale du Ponthieu.

Avec le développement du tourisme et d'autres activités sur la Côte d'Opale, facilités par le tortillard des voies ferrées d'intérêt local qui reliait Berck à Montreuil trois fois par jour, avec un arrêt en « gare de Verton-Rang-du-Fliers»[15], Verton a connu, au milieu des années 1960, grâce à ses différents maires (dont Bertrand Akar et Joël Lemaire), un essor économique et démographique.

Si Verton peut passer aujourd'hui pour une commune résidentielle, elle possède néanmoins des atouts importants en matière de développement économique. À commencer par sa situation à l'entrée de la communauté de communes Opale Sud dont elle fait partie. Verton se situe à une minute de la gare du chemin de fer Paris-Calais, deux minutes d'un accès à l'A16. Rien d'étonnant à ce que la communauté de communes pré-citée ait aujourd'hui acquis la plupart des terrains du Champ Gretz, une zone commune à Verton et Rang du Fliers pour y établir son nouveau poumon économique et d'habitat. Un futur ensemble d'infrastructures routières devrait voir très prochainement le jour.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Berck.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
v. 1953   Émile Wallet    
mars 1965 mars 1983 Bertrand Akar Rad. puis MRG Cadre de l'industrie
mars 1983 mars 1989 Jean Morel   Agriculteur
mars 1989 juin 1995 Bertrand Akar MRG Cadre de l'industrie
juin 1995 mars 2001 Joël Lemaire DVG Instituteur
mars 2001 mars 2008 Denis Féron    
mars 2008 En cours
(au 23 mai 2020)
Joël Lemaire DVG Instituteur retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020
Réélu pour le mandat 2020-2026[16],[17],[18],[19]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune administre une école élémentaire.

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2019, la commune comptait 2 491 habitants[Note 4], en augmentation de 8,49 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0351 1401 1031 4501 4081 5091 5801 6061 646
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6471 6721 7501 0091 017888868895889
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
826896902884854840911802795
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
7607469541 5701 9472 1232 1452 2232 269
2015 2019 - - - - - - -
2 3752 491-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,0 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 176 hommes pour 1 296 femmes, soit un taux de 52,43 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,8 
4,0 
75-89 ans
6,5 
25,1 
60-74 ans
25,0 
20,3 
45-59 ans
20,9 
17,3 
30-44 ans
17,3 
14,2 
15-29 ans
12,8 
18,6 
0-14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Verton a conservé :

  • plusieurs maisons picardes anciennes.
  • une église du XIVe/XVe siècle[pas clair] dédiée à saint Michel, église à trois nefs dominées par une tour carrée surplombant le portail. Elle a autrefois servi de phare pour guider les marins jusqu'au port de Verton[26].
  • une chapelle, plus récente, vers laquelle converge un pèlerinage rétabli en 1838.
  • plusieurs sépultures remarquables, dans l'ancien cimetière attenant à l'église : celles des seigneurs de Verton, les de La Fontaine Solare, dont la commune a fait siennes les armoiries ; celle d'Émile Defosse, enfant du pays, conseiller municipal, homme de lettres qui, en 1899, publiait avec Léon Plancouard, un autre érudit picard, un très intéressant ouvrage sur Verton, une référence bien connue des historiens de la région intitulée Étude pour servir à l'histoire du Ponthieu, "Verton-Bourg" (Montreuil-sur-Mer, imprimerie Paul Lefort, 1899).
  • la pierre tombale d'Émile Defosse a ceci de particulier qu'elle révèle une épitaphe curieuse, à la mode du XIXe siècle : « ci dort, au port, un mort, qu'à tort, le sort, a fort embarrassé, en lui donnant la vie ».
  • le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Verton Blason
Bandé échiqueté d'or et de gueules et d'azur.
Devise
Tel fiert qui ne tue pas.
Détails
Armes de la famille De La Fontaine-Solare, seigneurs de la commune aux XVe et XVIe siècle.
Adopté par la municipalité le 23 octobre 1995.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Defosse et Léon Plancouard, Étude pour servir à l'histoire du Ponthieu, "Verton-Bourg", Montreuil-sur-Mer, imprimerie Paul Lefort, 1899.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ZNIEFF 310013318 - Bocages et prairies humides de Verton », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Berck », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 384.
  13. Albert Carnoy, L'Antiquité Classique, Tome 6, fasc. 1 - L'élément sentimental dans les noms de lieux gallo-romains de Belgique, (lire en ligne), p. 30.
  14. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 709a.
  15. Vidéo présentant le tracé du tortillard, qui a fonctionné, à environ 20 km/h jusqu'au 1er mars 1955 (7 passages par jour entre Berck et Rang-du-Fliers)
  16. Sylvain Delage, « Le bilan du maire de Verton : « Se préoccuper de toutes les générations, c’est ma politique » : Après deux mandats – non consécutifs – à la mairie de Verton, Joël Lemaire se verrait bien poursuivre six ans de plus, histoire d’accompagner jusqu’au bout ses derniers chantiers en germination. En attendant, il évoque son bilan méthodiquement, avec la pédagogie et la rigueur de l’instituteur qu’il fut », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Verton : un 3e mandat pour Joël Lemaire : Dimanche matin, le conseil municipal élu le 23 mars était réuni pour élire son maire et ses adjoints. Au premier tour, la liste de Joël Lemaire, maire sortant, avait obtenu quinze sièges avec 57 % des voix, celle conduite par Jérémie Poincet trois sièges et Xavier Gay était le seul élu de sa liste », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Sylvain Delage, « Les projets du maire de Verton : « Les enfants doivent pouvoir travailler dans de bonnes conditions » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. David Bonfy, « Verton : l’élection du maire marquée par un petit couac : Joël Lemaire et sa liste « Verton 19 pour tous » avaient remporté l’élection municipale haut la main. Le conseil d’installation s’est tenu, avec une petite surprise pour la majorité... », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Seul candidat à sa succession, Joël Lemaire fut réélu premier magistrat de sa commune avec 16 voix, correspondantes au nombre de sièges remportés par sa liste (les 3 autres postes étant partagés entre la liste de Romain Gabet et celle de Guislaine Lebas) ».
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Verton (62849) », (consulté le ).
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  26. Panneau d'informations près de la mairie.