Leubringhen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Leubringhen
Leubringhen
La mairie.
Blason de Leubringhen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité Communauté de communes de la Terre des Deux Caps
Maire
Mandat
Hervé Dezombre
2020-2026
Code postal 62250
Code commune 62503
Démographie
Gentilé Leubringhenois
Population
municipale
293 hab. (2019 en diminution de 1,01 % par rapport à 2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 51′ 30″ nord, 1° 43′ 20″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 163 m
Superficie 7,98 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Desvres
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Leubringhen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Leubringhen
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Leubringhen
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Leubringhen

Leubringhen est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes de la Terre des Deux Caps qui regroupe 21 communes et compte 22 197 habitants en 2018.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés et gérés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[1].

Dans ce cadre, la commune fait partie de deux espaces protégés :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Leubringhen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (98,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (99,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,4 %), prairies (39,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,2 %), mines, décharges et chantiers (1,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est reconnue en état de catastrophe naturelle à la suite des inondations et coulées de boues du 1er au [11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lebringuehem (1170), Libringhem (1174), Lebringehem (1182), Libringehem (1224), Libreenghem (fin XIIIe siècle), Lœbringuen (1553), Leubringhen (1557), Lubringuen (1709), Leubringhen (depuis 1793)[12],[13].

Ernest Nègre avance comme origine toponymique l'anthroponyme germanique Liubheri, suivi de -ingen « gens (de) » + heim « demeure, maison », donnant la « demeure du peuple de Liubheri »[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief d'Isacre (ou de Disacre), à Leubringhen, était autrefois l'une des douze baronnies du comté de Boulogne[15],[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Louis Mionet    
mars 2008 2020 Mickaël Claptien   Cadre territorial
Réélu pour le mandat 2014-2020[17],[18],[19]
28 mai 2020 En cours
(au 25 mars 2022)
Hervé Dezombre   Ancien agriculteur exploitant[20],[21]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2019, la commune comptait 293 habitants[Note 3], en diminution de 1,01 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238179205267305283306307281
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
247238254230227221213208197
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
207206202208219220231146191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
230201196192207257308315301
2017 2019 - - - - - - -
295293-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 15,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 150 hommes pour 144 femmes, soit un taux de 51,02 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,7 
1,3 
75-89 ans
2,1 
14,7 
60-74 ans
11,9 
28,6 
45-59 ans
27,9 
19,1 
30-44 ans
22,8 
19,8 
15-29 ans
13,2 
16,5 
0-14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

Un site classé ou inscrit est un espace (naturel, artistique, historique…) profitant d'une conservation en l'état (entretien, restauration, mise en valeur...) ainsi que d'une préservation de toutes atteintes graves (destruction, altération, banalisation...) en raison de son caractère remarquable au plan paysager. Un tel site justifie un suivi qualitatif, notamment effectué via une autorisation préalable pour tous travaux susceptibles de modifier l'état ou l'apparence du territoire protégé[28].

Dans ce cadre, la commune présente un site classé par arrêté du  : les ruines du château de Blacourt, au hameau du même nom, datant du XIIe siècle[29].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Leubringhen Blason
D'argent au cœur d'azur chargé d’une fleur de lys d’or, au chef cousu du même chargé de trois tourteaux de gueules[30].
Détails
Armes de l'abbaye de Licques, ancienne détentrice du fief de Leubringhen, surmontées d'un chef évoquant le comté de Boulogne.

Adopté le .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lequien, Yvon, Leubringhen :  regard sur le passé et le présent, Rinxent, Éd. Histopale, 2011, 360 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  2. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « espace protégé FR3800091 - Coteaux Calcaires Du Boulonnais », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Calais », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « Intempéries de fin octobre : 30 premières communes en état de catastrophe naturelle », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  12. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 221.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Leubringhen », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 1005.
  15. Paul Roger, Archives historiques et ecclésiastiques de la Picardie et de l'Artois, Amiens, Duval et Herment, (lire en ligne), p. 327.
  16. L.-E. de La Gorgue-Rosny, Recherches généalogiques sur les comtés de Ponthieu, de Boulogne, de Guines et pays circonvoisins, vol. 1, Boulogne-sur-Mer, Imprimerie Camille Le Roy, (lire en ligne), p. 480.
  17. « Leubringhen : réélu, Mickaël Claptien travaillera avec trois adjoints », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  19. http://www.lavoixdunord.fr/region/leubringhen-quels-sont-les-projets-du-maire-ia31b49056n2478779, « Leubringhen : quels sont les projets du maire ? : Élu en 2008, Mickaël Claptien a été largement réélu en mars. Âgé de 38 ans, ce directeur du service jeunesse de la ville de Réty gère une commune de 300 habitants étendue sur environ 8 km². », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Leubringhen (62503) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  28. Articles L. 341-1 à 22 du code de l'environnement
  29. « Bilans annuel de la politique de classement des sites », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  30. « 62503 Leubringhen (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).