Éleu-dit-Leauwette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éleu-dit-Leauwette
Éleu-dit-Leauwette
La mairie.
Blason de Éleu-dit-Leauwette
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Bernard Pruneau
2020-2026
Code postal 62300
Code commune 62291
Démographie
Gentilé Eleusien
Population
municipale
2 880 hab. (2018 en augmentation de 0,52 % par rapport à 2013)
Densité 2 462 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 18″ nord, 2° 48′ 43″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 66 m
Superficie 1,17 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Lens - Liévin
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Liévin
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Éleu-dit-Leauwette
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Éleu-dit-Leauwette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éleu-dit-Leauwette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éleu-dit-Leauwette
Liens
Site web https://eleuditleauwette.fr/

Éleu-dit-Leauwette (prononcer [elø di lowɛt]) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La Compagnie des mines de Lens y ouvre en 1859 une avaleresse dite d'Éleu, qu'elle abandonne la même année à la profondeur de 21 mètres. La Compagnie des mines de Liévin y ouvre sa fosse no 3 - 3 bis à partir de 1872, un puits no 3 ter est ajouté sur le carreau en 1904. La fosse ferme en 1970.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans la plaine de Lens ou Gohelle, limitrophe de Lens, à 20 km au nord-ouest de Douai et à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Lille, et fait partie du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

Elle est traversée par la véloroute du bassin minier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Éleu-dit-Leauwette
Lens
Liévin Éleu-dit-Leauwette
Avion

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par la Souchez, qui se jette dans le canal de Lens.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Éleu-dit-Leauwette est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[4] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lens - Liévin, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (82,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (79,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (66,7 %), zones agricoles hétérogènes (17,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (15,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité a été connue sous les dénominations de Ailoex en 1070 (Miræœus, t 1, p. 160). Alois en 1109 (Gall.christ., t. X, instr., col. 297). Ailois en 1115 (cartulaire du chapitre d'Arras, n° 11), Ailues en 1119 (ibid., n° 12), Ailoes en 1140 (ibid.,n° 16). Aylos en 1170 (cart. de Saint-Josse-sur-Mer). Aloz en 1171 (mém. Soc. acad. de Boul, t. XIII, p. 417), Ailos en ii73 (cart.de Saint-Josse-sur-Mer, f° 4 r°). Alues, 1173 (ibid., f° 4 v°). Aluez en 1174 (ibid.), Ailuues en 1218 (abb. d'Étrun), Elues en 1250 (Moreau, t. CLXXI, f° 216), Heilues en 1252 (abb. d'Étrun), Aillues en 1330 (abb. de Saint-Vaast), Eiloes en 1336 (ch. d'Art., A. 56o, n° 1). Eiloes en 1339 (ch. d'Arr.), Aielloes au XVIe siècle (le Cart. de l'év. d'Arr., p. 129), Leauvette en i663 (arch. du Nord, ch. des comptes, L. 10), Esleu-dit-Leauette en 1720 (Saugrain, p. 339), Esleuz-l'Eauette en 1739 (Maillard, p. 25)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Circonscriptions d'Ancien Régime

Éleu-dit-Leauwette, en 1789, faisait partie du bailliage de Lens et suivait la coutume d'Artois[11].

Son église paroissiale relevait du diocèse d'Arras, doyenné d'Hénin-Liétard, district d'Arleux-on-GohelIe[11].

Première Guerre mondiale

Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre[12] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1962 dans l'arrondissement de Lens du département du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie de 1793 à 1962 du canton de Vimy, année où elle intègre le canton de Liévin-Nord, renommé canton de Liévin en 1975, puis est rattachée en 1982 au canton de Liévin-Sud[14].

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Liévin

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la douzième circonscription du Pas-de-Calais.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération de Lens-Liévin, dite Communaupole, créée en 2000.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Louis Platel   Fermier
1792 1817 Louis Pierre François Debourrez   Cultivateur
1817 1835 Louis Guilain Joseph Grard   Cultivateur
1836 1848 Dominique Joseph Baucamps   Aubergiste
1848 mai 1868 Pierre François Virel   Cultivateur
juin 1868 1870 Hermant Joseph   Cultivateur
1870 1908 Louis Virel   Agriculteur
1908 1919 Jules Fassiaux   Porion retraité
1919 1945 Armand Frémy[15] SFIO puis PRS Conseiller général de Vimy (1925 → 1934)
mai 1945 mars 1965 Jules Bot    
mars 1965 mars 1983 Henri Somville   Agriculteur
mars 1983 janvier 2000 Gisèle Hernu-Pruvost PS Directrice d'école retraitée
janvier 2000 En cours
(au 2 décembre 2020)
Bernard Pruneau PS Retraité de la fonction publique
Réélu pour le mandat 2020-2026[16],[17],[18],[19]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune d'Éleu-dit-Leauwette a été récompensée par le label « Ville Internet @ »[20].

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée depuis 1983 avec Ense, localité située au bord de la zone industrielle de la Ruhr et près de Dortmund[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[23].

En 2018, la commune comptait 2 880 habitants[Note 3], en augmentation de 0,52 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515262716664626049
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
52627396111135177232258
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2825548064451 5682 3082 1002 2832 260
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 8132 9672 8783 7103 4023 1072 9812 9582 862
2018 - - - - - - - -
2 880--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 21 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 17,2 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 18,5 %, 15 à 29 ans = 17,4 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 23,1 %).
Pyramide des âges à Éleu-dit-Leauwette en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
4,3 
75 à 89 ans
8,6 
12,9 
60 à 74 ans
14,2 
20,2 
45 à 59 ans
20,6 
22,0 
30 à 44 ans
20,4 
21,0 
15 à 29 ans
17,4 
19,6 
0 à 14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Nombreuses associations sportives : aïkido, basket, judo, randonnée cycliste, tennis, VTT.
  • Club de danse municipal[27].

Cultes[modifier | modifier le code]

Entrée de la Maison Notre-Dame.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église d'Éleu-dit-Leauwette
  • Parc public : assez arboré et disposant d'un petit lac et d'un ruisseau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liste des curés de la paroisse
Liste des curés successifs[28].
Période Identité Notes
1737 - 1738 P. D. Desaulty église St Pierre située à l'emplacement du cimetière actuel
1739 - 1739 Louis François de Hornes Chanoine du chapitre de Lens.
1740 - 1765 Melchior Joseph Duroyon
1765 - 1773 Philippe Joseph Dubruille
1773 - 1792 Pierre Antoine Mathon en détention à La Bassée en 1794.
1792 - 1803 Eglise vendue et détruite pour la récupération des matériaux de construction à l'exception de la tour, encore visible en 1842. Pas de prêtre responsable de la paroisse ?
8/02/1803 - 19/02/1822 Jean Joseph Rodde à partir du Concordat, les paroisses St Pierre d'Eleu et St Denis d'Avion ont le même curé, résidant à Avion.
24/02/1822 Legrand prêtre habitué
8/04/1822 - 24/11/1828 Théodore Caron
4/12/1828 - 15/03/1829 Thomas François Joseph Roussel
8/04/1829 - 29/03/1848 C. Dépret
15/04/1848 - 10/1853 A. F. Léger
10/1853 - 16/08/1876 Dupuich
08/1876 - 05/1890 Jean Baptiste Vanherdrick né le à Leforest, décédé le à Saint-Omer, où il était doyen de l'église du Saint-Sépulcre
05/1890 - 07/1898 Jean Baptiste Harle
08/1898 - 12/1906 E. Duquesnoy
03/1907 - 05/1918 L. Bertheloot La petite église consacrée aux enterrements, reconstruite au cours du XIXème siècle, est complètement détruite par le conflit mondial.
10/1919 - 04/1923 Rémi Charles Fatien Né le à Haplincourt, décédé le à Eleu.
07/1923 - 05/1929 J. Guilbert
18/07/1929 - 1946 chanoine Laloux Inauguration de la nouvelle église St Pierre le . Elle a été déplacée en face de la mairie, place Louis Virel.
04/1946 - 11/03/1955 Georges Duriez
11/03/1955 - 05/09/1957 Gustave Vanbergue
05/09/1957 - 04/1977 Maurice Mortelette
- abbé Pierre Antoine Chardant
1999 - 2009 Jean-Marie Loxhay
-
11/2019 - Jean-Marie Loxhay

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Éleu-dit-Leauwette.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

tranché : au 1) de gueules aux deux pics passés en sautoir et à la lampe brochante sommée d’un casque de mineur, le tout d’or, au 2) coupé ondé au I de gueules à la gerbe d’or et au II d’or aux trois burelles d’azur ; à la cotice d’or brochant sur la partition

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Éleu-dit-Leauwette », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).
  • Carte spéciale des régions dévastées : 08 NO, Douai [Nord-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne), lire en ligne sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lens - Liévin », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a b et c Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 131, lire en ligne sur Gallica.
  12. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  13. Journal officiel du 324 septembre 1920, p. 14066.
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Yves Le Maner, « FRÉMY Armand, Joseph », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  16. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Éleu-dit-Leauwette: Bernard Pruneau et le nouveau conseil municipal officiellement mis en place », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Maxime Pedrero, « Eleu-dit-Leauwette: le maire Bernard Pruneau veut restructurer le centre du village : Les contours du projet sont encore incertains mais le centre d’Éleu-dit-Leauwette devrait être restructuré dans les années à venir. Un chantier d’envergure pour le village de 3 000 âmes, qui s’articulera autour d’une nouvelle salle des fêtes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Dylan Dusart, « À Eleu-dit-Leauwette, le maire Bernard Pruneau « ne veut pas abandonner les gens » : Maire depuis janvier 2000 et réélu en 2014 à Eleu-dit-Leauwette pour un troisième mandat (il sera de nouveau candidat), Bernard Pruneau (PS) avait axé sa campagne sur trois promesses : la restructuration du centre-ville, la mise en accessibilité des bâtiments publics, et la problématique des logements. « Je ne suis pas la personne qui promet tout et qui ne fait rien », lance le maire. Qu’en est-il, cinq ans plus tard ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Jean-Luc Moregola, « Éleu-dit-Leauwette: Bernard Pruneau a revêtu son écharpe de maire pour un quatrième mandat : Plus spacieuse que les autres salles de la commune et permettant de respecter les gestes barrières, c’est la salle Fléchier qui a été choisie pour les votes et la mise en place du conseil municipal », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Pour mémoire, il occupait la troisième place de la seule liste en course lors du scrutin du 15 mars dernier. Comme en 2014, c’est Alain Bavay qui en était à la tête et ce afin de pouvoir représenter la commune à la communauté d’agglo de Lens-Liévin ».
  20. « Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 19/12/2009.
  21. « Jumelage Eleu-Ense », Bienvenue à Eleu-dit-Leauwette, sur http://www.eleuditleauwette.fr (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « Évolution et structure de la population à Éleu-dit-Leauwette en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  26. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  27. Le club de danse de la ville
  28. Tableau des curés établi d'après les informations de la monographie de Jean-Pierre Roger "Eleu dit Leauwette : de l'antiquité à nos jours", informations au 13 mars 1972. Information complétée par l'Annuaire du Pas-de-Calais de Parenty, puis Coffinet.