Courset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Course.

Courset
Courset
L'église Saint-Maurice.
Blason de Courset
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Canton Desvres
Intercommunalité Communauté de communes de Desvres - Samer
Maire
Mandat
Marc Denavaut
2014-2020
Code postal 62240
Code commune 62251
Démographie
Population
municipale
518 hab. (2015 en augmentation de 8,14 % par rapport à 2010)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 38′ 49″ nord, 1° 50′ 32″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 209 m
Superficie 10,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Courset

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Courset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courset

Courset est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

La commune se situe immédiatement au sud de la boutonnière du Boulonnais, de ses coteaux calcaires, et du Mont Pelé. L'altitude, de 209 mètres au sud-ouest (maximum communal), est d'environ 200 mètres le long de la limite nord (dont Mont Liébaut). Plus au sud, plusieurs vallons sont creusés. Le principal vallon (vallée de la Marque) est celui qui forme la vallée de la Course au-delà du territoire communal, et qui descend à 125 mètres sur la commune. Le village se situe entre la vallée Berquier et la vallée Saint-Maurice[1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'urbanisation se répartit en hameaux - dont constructions anciennes (le principal étant Sacriquier) - et urbanisations linéaires - récentes. Le parc du château constitue un ensemble arboré qui coupe cette urbanisation. On compte par ailleurs une dizaine de corps de ferme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Courset
Longfossé Desvres Menneville

Saint-Martin-Choquel

Courset Bécourt
Doudeauville

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Le climat est de type océanique tempéré dans ce département ayant une façade maritime, située à environ 19 km[2] du territoire communal. Les amplitudes thermiques sont modérées (un peu plus grandes que sur le littoral) et les hivers sont doux avec un temps instable. Il pleut en moyenne de 1 000 à 1 100 mm de pluie par an[3]. Les précipitations sont de 705 mm à Boulogne-sur-Mer, station météorologique la plus proche à environ 18 km[4]. Cette différence s'explique par le balayage de la côte (vent sud-ouest dominant), les nuages s'accumulant plus sur l'arrière littoral, au niveau des monts et de la cuesta.

Histoire[modifier | modifier le code]

Courset était autrefois l'une des douze baronnies du comté de Boulogne[5].

Guillaume de La Folie, seigneur sur la commune actuelle de Courset, meurt à la bataille d'Azincourt en 1415[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Courset dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1989 Albert Pochet SE  
mars 1989 mars 2001 Marcel Pochet SE  
mars 2001 mars 2008 Jean-Luc Marcotte DVD  
mars 2008 en cours
(au 14 décembre 2014)
Marc Denavaut SE Logisticien dans le bricolage
Réélu pour le mandat 2014-2020[7],[8],[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2015, la commune comptait 518 habitants[Note 1], en augmentation de 8,14 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
327450443461401411389380390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
368350355351403412421457481
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
421465463424400367366407405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
355338363334365396439445506
2015 - - - - - - - -
518--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant supérieur au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 18,8 %) ;
  • 49,9 % de femmes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 14,4 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 25,7 %, plus de 60 ans = 21,7 %).
Pyramide des âges à Courset en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
7,6 
75 à 89 ans
7,2 
11,2 
60 à 74 ans
14,0 
18,4 
45 à 59 ans
25,7 
24,2 
30 à 44 ans
20,7 
14,8 
15 à 29 ans
14,4 
23,8 
0 à 14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie et vie locale[modifier | modifier le code]

En janvier 2012, la commune compte huit exploitations agricoles classées, une menuiserie, une boucherie en vente directe, un traiteur, des gîtes. Des GR traversent la commune.

L'école est en RPI avec Zoteux (120 élèves au total). La commune a la charge de trois classes de primaires en 2012 (60 élèves). Il existe par ailleurs un établissement privé de 200 élèves (jusqu'au collège)[16].

En 2012, un terrain de jeux et un terrain de rugby sont aménagés.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Courset.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’azur au chevron d’or accompagné de trois serres d’aigle du même.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice.
Le foyer de charité.

Le château[modifier | modifier le code]

Près de l’église Saint-Maurice et de la mairie, le château de Courset est situé au sein d’un vaste domaine. Acheté en 1728 par Georges du Mont, ancien chirurgien du régent, son petit-fils Georges-Louis-Marie fut un botaniste de renom, qui aménagea le parc du château et y planta de nombreuses essences.

À sa mort, en 1824, le château fut transmis à sa fille unique, épouse de Fortuné-Louis-Joseph-Valentin-Hubert de Malet de Coupigny (12 mai 1778, + 24 janvier 1833), lui-même frère de Valentin-Charles-Hubert de Malet de Coupigny (18 juillet 1771, + 17 avril 1844) [17], qui fut député à la Chambre introuvable. Il entreprit de reconstruire le château. Celui-ci demeura dans la famille de Malet de Coupigny jusqu'en 1923.

Ce n’est qu’en 1923, alors qu’il était devenu la propriété de Georges Martel (dit Geo Martel, faïencier d'art à Desvres), qu’il fut agrandi suivant les plans d’un architecte de Boulogne-sur-Mer, M. Dutertre.

Depuis 1971 cette propriété abrite un foyer de charité[18] et un établissement scolaire catholique : l'école et le collège privés Sainte-Odile. Cet établissement accueille environ 200 élèves, demi-pensionnaires et internes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Thiébaut, Le guide des châteaux de France, 62 Pas-de-Calais, éditions Hermé, (ISBN 2-86665-041-7)
  • Pierre-André Wimet et Michel Parenty, Châteaux et maisons de campagne du Boulonnais, (ISBN 2-9508638-1-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « Visualisation de la carte topographique pour Courset. » (consulté le 3 janvier 2011).
  2. Localisation de Courset sur le site de Carmen, consulté le 28 mars 2012.
  3. source : Météofrance, « Les collines de l'Artois, climatologie », sur le site de la direction régionale de l’alimentation,de l’agriculture et de la forêt du Nord Pas de Calais (consulté le 27 mars 2012), p. 2
  4. Thibaud Varnier, « Climat du Pas de Calais », sur le site Météoclimat, (consulté le 27 mars 2012)
  5. Paul Roger, Archives historiques et ecclésiastiques de la Picardie et de l'Artois, Amiens, Duval et Herment, (lire en ligne), p. 327
  6. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? »
  7. « Courset : Marc Denavaux entame son second mandat de maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 14 décembre 2014)
  9. Joël Rochoy (CLP), « Les projets du maire de Courset : Marc Denavaux veut plusde sécurité routière pour le village », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Évolution et structure de la population à Courset en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  16. Entretien avec le maire, janvier 2012
  17. http://www.assembleenationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=13727
  18. http://www.foyer-courset.fr