Tilques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tilques
Tilques
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Patrick Bédague
2020-2026
Code postal 62500
Code commune 62819
Démographie
Gentilé Tilquois, Tilquoises
Population
municipale
1 092 hab. (2018 en diminution de 1,53 % par rapport à 2013)
Densité 150 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 46′ 41″ nord, 2° 12′ 18″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 72 m
Superficie 7,29 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Omer
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Omer
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Tilques
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Tilques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tilques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tilques
Liens
Site web tilques.fr

Tilques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tilques
Serques Saint-Omer
Tilques
Zudausques Salperwick

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tilques est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Omer, une agglomération inter-départementale regroupant 23 communes[4] et 74 682 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,7 %), prairies (13,9 %), zones urbanisées (8,9 %), zones humides intérieures (5,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté en 1140 sous la forme Tilleke forme germanisée de Tilliacum (domaine de Tillius), francisée par la suite. Cf. Tilly et Tillac.

Tilleke en flamand[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1206, Ither, abbé de l'abbaye Saint-Médard d'Andres, Jean de Seninghem, Gérard de Renescure, sont désignés arbitres d'un litige entre l'abbaye de Saint-Bertin et Guillaume de Billeke (de Tilques) au sujet d'un droit de juridiction sur une terre (l'abbaye avait le privilège d'exercer la juridiction sur les terres dépendant d'elle, ce qui était source de nombreux litiges avec les seigneurs locaux)[12].

En 1217, Gautier de Tilcques est un des douze pairs (pairie) de l'évêque de Thérouanne[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tilques dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.
Liste des maires nommés
Période Identité Etiquette Qualité
1790-1791 Gilles François de la Moussaye
1791-1792 Nicolas Legrand
1792-1793 Liévin Caron
1793-1808 Antoine Helleboid
1808-1830 Simon Louis Taffin de Tilques
1830-1847 Ferdinand Dassonneville
1847-1860 Benoît Etienne Vasseur
1860-1870 Alfred Taffin de Tilques Avocat
Liste des maires élus
Période Identité Étiquette Qualité
1870 1892 Adolphe Legrand ? Distillateur-Brasseur
1893 1896 Horace Dambricourt ? Industriel
1896 1900 Augustin Lebel ? Agriculteur
1900 1900 Augustin Leullieux ? Instituteur à le retraite
1900 1902 Alfred Bouvart ? Agriculteur
1902 1912 Augustin Leullieux ? Instituteur à la retraite
1912 1919 Edmond Lurette ? Agriculteur
1919 1926 Arthur Bédague ? Brasseur
1926 1935 Eugène Helleboid ? Agriculteur
1935 1953 Auguste Lurette ? Agriculteur
1953 1977 André Legrand ? Agriculteur
1977 2001 Bernard Dassonneville[14] SE Agriculteur puis salarié d'Arc International
Vice-président de la CASO[Quand ?]
2001 2008 Pierre Lurette SE Salarié de chez Bonduelle
mars 2008 En cours Patrick Bédague
Réélu pour le mandat 2020-2026[15]
SE[16] Agriculteur
Président de la CAPSO 2019-2020
Vice-président de la CAPSO (2004-2019, puis 2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[17],[18],[19]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2018, la commune comptait 1 092 habitants[Note 3], en diminution de 1,53 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
612645792790877931906944957
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9831 0381 0701 0691 1581 1481 1581 1621 226
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2201 057924860809780813742815
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7667516967769009479931 0831 109
2018 - - - - - - - -
1 092--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 18,7 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 19,6 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 18,1 %).
Pyramide des âges à Tilques en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,4 
4,5 
75 à 89 ans
7,2 
14,2 
60 à 74 ans
10,5 
22,7 
45 à 59 ans
21,6 
21,4 
30 à 44 ans
21,1 
16,5 
15 à 29 ans
19,6 
20,6 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

L'église du Sacré-Cœur : elle fait suite à une église portant le même nom, qui semble déjà exister en 1294[26]. Le clocher, retravaillé au XVIIe siècle, est alors décrit comme une flèche bâtie en pierre[27]. Pendant la révolution, l'église est fermée, et le lieu sert de salpêtrière[28]. Lors du rétablissement du culte en 1801, le bâtiment est en mauvais état : « le clocher, en s'écroulant ayant entraîné la chute des nefs latérales, il n'y avait plus que des ruines. On fit les reconstructions les plus urgentes que l'on couvrit en chaume »[29]. La tour est reconstruite entre 1846 et 1848 tandis que la nef est remaniée entre 1863 et 1869 sous le direction de Charles Leroy, l'architecte de la basilique-cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille de Lille. À l'intérieur, la cloche Marie date de 1515, elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1911.

Le château d'Ecou, période contemporaine
Le château du Hocquet, aujourd'hui Hôtel-Château de Tilques.

Le château d'Ecou : Le château d'Écou date du XIIIe siècle et il doit son nom au Seigneur Willelmus d'Ekout. Il a été remanié au XVe siècle. En 1595, il appartenait à Adrien de Croix seigneur de Wasquehal. Au milieu du XVIIIe siècle, il appartint à André de Martigny. Sa fille, Marie Marguerite, qui avait épousé en 1739 Guislain-Antoine d'Herbais de Villecasseau, en devint ensuite propriétaire puis, sa petite-fille, Marie-Louise d'Herbais, en hérita à la mort de sa mère en 1780. Marie-Louise d'Herbais étant mariée à Guislain-François de Taffin de Tilques, fils de Nicolas-Antoine, seigneur du Hocquet, le château passa entre les mains de leurs descendants jusqu'au début du XXe siècle. La famille Taffin de Tilques le conserva deux siècles. En grande partie détruit par les Allemands lors de la seconde guerre mondiale[30], le château est reconstruit et remanié par son nouveau propriétaire Joseph Philippe.

Le château du Hocquet : Le château du Hocquet fut construit en 1891 sur les ruines d'un ancien manoir datant du XVIIe siècle. Le Hocquet était un fief à Tilques, tenu de la seigneurie de la Motte à Moulle, qui était tenue du bailliage de Saint-Omer. Ce fief fut acquis en 1585 par Pierre Taffin et resta dans cette famille jusqu'au milieu du XXe siècle. D' à , le château du Hocquet devient le séminaire Saint Jean-Marie Vianney, pour les vocations tardives de prêtres[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Tilques

Les armes de Tilques se blasonnent ainsi :

d’argent aux trois têtes de maure de sable tortillées du champ.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jérémy Révillon, Tilques d'hier à aujourd'hui, 2020[32].

Jean-Charles Bédague, « La mémoire d'une paroisse, étude et édition du registre des curés de Tilques (début du XIXe-milieu du XXe siècle) », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, T. 27 (2012-2015), p. 141-223.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Saint-Omer », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  12. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1206.
  13. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 985, lire en ligne.
  14. D. M., « Tilques : Bernard Dassonneville, maire pendant 24 ans, est décédé : Bernard Dassonneville, maire de la commune durant vingt-quatre ans, est décédé mercredi dans sa 82e année. Ses funérailles seront célébrées lundi à 11 heures en l’église du Sacré-Cœur », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21597855
  16. Marie Jansana, « Municipales : ces candidats de l’Audomarois qui se voulaient « sans étiquette » : Témoignages de candidats de petites communes, qui, en déclarant leur liste à la sous-préfecture, ont dû déterminer une étiquette politique parmi 17 choix proposés. Difficile quand on se déclare apolitique », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. David Monnery, « Le bilan du maire de Tilques : un premier mandat qui en appelle d’autres : Patrick Bédague a encore envie de s’investir pour la commune. Avant de présenter la nouvelle liste qu’il conduira aux municipales de mars 2014, le maire sortant dresse le bilan de son premier mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Patrick Bédague en reprend pour six ans comme maire de Tilques : Sans surprise, Patrick Bédague, 52 ans, a retrouvé son fauteuil majoral. Après les élections municipales de dimanche dernier où seule la liste du maire sortant était candidate, le conseil était convoqué vendredi soir pour élire son maire et ses adjoints », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Évolution et structure de la population à Tilques en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  25. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  26. BEDAGUE J.-C., « La mémoire d'une paroisse, étude et édition du registre des curés de Tilques (début du XIXe-milieu du XXe siècle) », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, T. 27 (2012-2015), p. 141-223, p. 200.
  27. DENIS L., Le conducteur français : contenant les routes desservies par les nouvelles messageries, diligences & autres voitures publiques : avec un détail historique & topographique des endroits par où elles passent…, 1776, p. 49.
  28. ROBITAILLE (abbé), Annuaire du diocèse d'Arras pour l'année 1873, 1872, p. 207.
  29. ROBITAILLE (abbé), Annuaire du diocèse d'Arras pour l'année 1873, 1872, p. 207-208.
  30. Archives municipales de Tilques, I-D2, Sinistres dus à l'occupation allemande.
  31. Archives diocésaines d’Arras, 3H/23, Echos du diocèse d’Arras, tiré à part d’Eglise d’Arras, n° 18 du 20 octobre 1967, p. 4.
  32. Jennifer-Laure Djian, « De Tilques à... Tilques, Jérémy Révillon fait de son village un livre d'histoire(s) », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).