Nordausques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nordausques
Nordausques
La mairie.
Blason de Nordausques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Gilles Debove
2020-2026
Code postal 62890
Code commune 62618
Démographie
Population
municipale
1 336 hab. (2020 en augmentation de 15,37 % par rapport à 2014)
Densité 225 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 06″ nord, 2° 04′ 57″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 98 m
Superficie 5,94 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Omer
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nordausques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nordausques
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Nordausques
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Nordausques
Liens
Site web nordausques.fr

Nordausques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 142 habitants en 2019.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La vallée de la Hem traverse la commune, l'altitude du lit de la rivière variant de 21 à 12 mètres d'amont en aval sur le territoire communal. Elle est classée en ZNIEFF de type 1 et 2.

La commune est à proximité de l'A26 ; elle est traversée par la D 943. Ces deux axes relient Saint-Omer (à 18 km) à Calais (à 26 km).

L'habitat individuel isolé s'est développé le long des routes ou en lotissement. Un projet mixte comprenant un béguinage de 14 logements et 7 logements locatifs a également été réalisé au sud-est du cœur de bourg dans les années 2000.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Hem ou Tiret, un cours d'eau naturel non navigable de 27,92 km, qui prend sa source dans la commune d'Escœuilles et rejoint l'Aa dans la commune de Sainte-Marie-Kerque[1].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[2].

Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé : le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[3].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : la haute vallée de la Hem entre Audenfort et Nordausques[4].

et deux ZNIEFF de type 2[Note 2] :

  • la boutonnière de pays de Licques. Cette ZNIEFF, de 17 830 hectares, s'étend sur 43 communes[5] ;
  • le complexe écologique du marais Audomarois et de ses versants. Cette ZNIEFF est un élément de la dépression préartésienne, drainé par l’Aa, le marais Audomarois est un golfe de basses terres bordé à l’Ouest par la retombée crayeuse de l’Artois et à l’Est par les collines argileuses de la Flandre intérieure[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nordausques est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,7 %), prairies (12,2 %), zones urbanisées (10 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Elceka (XIe siècle) ; Elceke (vers 1119) ; Alcecca (1119) ; Aleca (1157) ; Alseche (1208) ; Elseka (1218) ; Helsche (1255-1256) ; Auske (1285) ; Elsekum, Helcechum, Helchekum (XIIIe siècle) ; Ausseke (1301) ; Ousseke (1302) ; Aske, Ausseque (1311) ; Nortausque (1454) ; Ausque (1480) ; Euske (xve siècle) ; Nort-d’Ausque (1559) ; Nort-Dansque [lire : Nort-Dausque (1720) ; Nord-d’Ausque (1739) ; Nordeau (1734)[14].

L'existence de deux villages du même nom a 8 kilomètres de distance, a fait éprouver le besoin de les distinguer par des surnoms. Suivant un usage dont on trouve un certain nombre d'exemples dans les environs, on les distingue par les noms de Nordausques et de Zudausques (« Ausques du Nord » et « Ausques du Sud »)[15].

Ausques est un ancien hameau de Tardinghen[16].

Noord-Elseke en néerlandais[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Nordausques est le siège d'une seigneurie[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Saint-Omer.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 En cours
(au 31 mars 2022)
Jean-Michel Marcotte   Permanent syndical à Arc Holdings
Président de la CC région d'Ardres (2008 → 2013)
Réélu pour le mandat 2014-2020[19],[20],[21]
Réélu pour le mandat 2020-2026[22],[23]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2020, la commune comptait 1 336 habitants[Note 5], en augmentation de 15,37 % par rapport à 2014 (Pas-de-Calais : −0,71 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
310360403407419495524564536
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
574553561512550527478470536
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
496474450449427427397424429
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
4394345145275886338118361 078
2017 2020 - - - - - - -
1 2731 336-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 46,7 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 13,0 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 662 hommes pour 648 femmes, soit un taux de 50,53 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
0,6 
2,8 
75-89 ans
3,8 
9,8 
60-74 ans
8,8 
19,0 
45-59 ans
16,0 
22,1 
30-44 ans
23,5 
19,1 
15-29 ans
19,5 
27,1 
0-14 ans
27,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin, datant de 1883. Dans l'église des plaques commémoratives de victimes des guerres 1914-1918 et 1939-1945.
  • Le monument aux morts au cimetière, commémorant les guerrers de 1914-1918 et 1939-1945.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Miracles, construite vers 1850.
  • Ancien moulin à eau sur le Hem.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christophe Louis de Beauffort, de la famille de Beauffort, une famille d'ancienne noblesse d'Artois ayant eu des membres reçues dans les chapitres de chanoinesses des Pays-Bas, est en 1716 seigneur de Busschure, (Buysscheure), Nordausque, etc. et grand bailli d'épée de Saint-Omer. Christophe Louis de Beauffort est le neveu à la mode de Bretagne (Parenté à la mode de Bretagne) de Charles Adrien de Croix, comte de Croix, qui n'a pas d'héritier mâle. Christophe Louis de Beauffort épouse Claire Angélique de Croix, fille aînée de Charles Adrien de Croix. Celui-ci donne en cadeau de mariage à Christophe Louis de Beauffort le comté de Croix, une des terres les plus considérables de la châtellenie de Lille mais il demande que le nom de Croix continue de vivre. Christophe Louis de Beauffort s'est donc adressé au roi pour le supplier de lui accorder le titre de comte en lui permettant d'appliquer ce titre sur la terre de Buschure ou une autre de ses terres et de porter une couronne de marquis sur l'écu de ses armes (le port de cette couronne était un avantage accordé aux comtes de Croix depuis 1682). Les lettres accordant les autorisations demandées sont émises en mai 1716 à Paris[18]. Christophe Louis de Beauffort reçoit en en juillet 1733, des lettres royales, émises à Compiègne, érigeant en comté les terres de Moulle, où réside Christophe Louis de Beauffort, la seigneurie de Houlle et de Busschure , tenues du château de Saint-Omer sous dénomination de comté de Beauffort au profit de Christophe Louis de Beauffort. En échange, Christophe Louis s'engage à donner la terre et le comté de Croix qu'il possède également et dont il avait hérité sous la condition d'en prendre le nom et les armes, à un de ses cadets qui en portera le nom et les armes pour que la donation de comté de Croix ait son effet[30].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Recey-sur-Ource (21).svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d’azur à la croix ancrée d’or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Hem ou Tiret (E4100600 ) » (consulté le )
  2. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  3. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « ZNIEFF 310007272 - Haute vallée de la Hem entre Audenfort et Nordausques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310013274 - La Boutonnière de Pays de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF 310013353 - Le complexe écologique du Marais Audomarois et de ses versants », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Calais », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 278.
  15. Mémoires de la Soc. des antiquaires de Morinie, t. IX, 2e partie, Soc. des antiquaires de Morinie, p. 66.
  16. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 21.
  17. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  18. a et b Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 69, lire en ligne.
  19. Jean-Marc Szuba, « Bilan des maires à Nordausques avec Jean-Michel Marcotte : « Je n’ai pas encore décidé si je me représentais » : À six mois des élections municipales, c’est le moment de se retourner sur les réalisations des premiers magistrats de l’Audomarois avec notre série « Le bilan des maires ». Maire de Nordausques, Jean-Michel Marcotte n’a pas encore pris sa décision en ce qui concerne les prochaines élections municipales. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  21. « Les projets des maires : à Nordausques, Jean-Michel Marcotte a entamé son quatrième mandat : Cinq mois après sa réélection, nous avons rencontré le maire Jean-Michel Marcotte. Il livre les projets pour la commune. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  23. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Nordausques (62618) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 76, lire en ligne