Calogero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calogero (homonymie).
Calogero
Description de cette image, également commentée ci-après

Calogero en concert lors du Festival des Vieilles Charrues 2015.

Informations générales
Nom de naissance Calogero Joseph Salvatore Maurici
Naissance (44 ans)
Échirolles, Rhône-Alpes
Drapeau de la France France
Activité principale Chanteur, Compositeur, Musicien
Genre musical Pop Rock, Chanson française
Instruments Guitare basse, Guitare, Piano
Années actives 1989 - présent
Labels Mercury France (1999-2011)
Polydor (depuis 2012)
Universal (depuis 1999)
Site officiel www.calogero.fr

Calogero Joseph Salvatore Maurici dit Calogero, né le à Échirolles (Rhône-Alpes), est un chanteur, compositeur et musicien français.

Il débute dans la musique en formant le groupe Les Charts avec son frère Gioacchino et Francis Maggiulli. En 1999, il se lance dans une carrière en solo avec l'album Au milieu des autres, et devient populaire à partir de son deuxième album, Calogero, sorti en 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien que ses parents soient originaires de Sommatino (situé dans le sud de la Sicile, entre Licata et Caltanissetta), Calogero grandit dans les villages de Saint-Michel-de-Saint-Geoirs et Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs en Isère. Apprenti plombier à Grenoble, il reste marié durant sept ans avec Hortense d'Estève, avec qui il aura deux filles : Nina, née en 2003, et Romy, née en 2006. Il vit ensuite avec Marie Bastide, avec qui il aura un petit garçon en 2013, Pio. Elle vient de lui donner un deuxième fils en 2016,dont on ne connaît pas le prénom.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts et Les Charts (1989–1998)[modifier | modifier le code]

Calogero forme le groupe Les Charts en compagnie de son frère Gioacchino et de Francis Maggiulli. Remarqués par France Gall et par le producteur Philippe Gaillard, le groupe signe un contrat discographique en 1988. Les Charts sortent cinq albums entre 1989 et 1997 : L'océan sans fond, Notre monde à nous, Hannibal, Acte I (live), et Changer (auquel a participé Mathieu Chedid). Calogero n’affiche alors pas encore son vrai prénom, mais signe « Charly ».

En 1991, un double disque d’or leur est remis pour leur second album, Notre monde à nous, et les ventes du single Aime-moi encore dépassent les 200 000 exemplaires. Le groupe se sépare en 1997, chacun des trois membres poursuivant alors sa carrière en solo[1],[2].

Premiers albums solo (1999–2005)[modifier | modifier le code]

Le premier album solo de Calogero, Au milieu des autres, est produit en 1999 par le label indépendant RAPAS, distribué par Mercury, avec le soutien d’artistes comme Pascal Obispo et Zazie (qui lui signe une chanson, Devant toi), dont il assure quelques premières parties sur scène[3].

En 2002, il connait un grand succès avec l’album Calogero, certifié disque de diamant pour avoir dépassé le million de ventes, grâce notamment aux singles En apesanteur et Prendre racine. Calogero enchaîne alors les tournées, sessions privées et émissions de télévision.

Avec son troisième album, intitulé 3, Calogero impose son style et se détache peu à peu de l’étiquette Pascal Obispo. Cet album, sorti en 2004, apparaît comme une consécration pour l'artiste et renferme de nouveaux succès commerciaux : Yalla, Si seulement je pouvais lui manquer et surtout Face à la mer, interprété en duo avec le rappeur Passi. Les ventes de l’album approchent le million et demi d’exemplaires [4], et Calogero est consacré « meilleur artiste masculin » lors des 19e Victoires de la musique.

En 2005, il entame une longue tournée, qui va se concrétiser par la sortie d’un album enregistré en concert, Live 1.0, qui contient des duos avec La Grande Sophie et Raphael[1].

Calogero part ensuite avec ses musiciens en Toscane afin d’enregistrer son quatrième album, dans une maison de vacances, pour retrouver une ambiance « ado de 15 ans avec ses potes ». Souhaitant faire un album avec un seul et même auteur, il fait appel à Zazie qui lui écrit tous les textes, Calogero n’ayant soufflé que deux thèmes (l’immigration avec Suis-je assez clair ?, et l’amour virtuel avec Pomme C). Le disque, sorti en 2007 sous le titre Pomme C, connaît un succès largement inférieur aux précédents (300 000 exemplaires écoulés[5]), mais lui permet de repartir en tournée.

L’Embellie (2009-2014)[modifier | modifier le code]

Calogero, en concert à Bruxelles, en 2014.

Le , il sort son cinquième album solo, L'embellie, qui dépasse les 400 000 ventes[6], avec des textes signés Jean-Jacques Goldman (C'est dit), Grand corps malade (L'Ombre et la Lumière ), Dominique A (Passage des cyclones, La Fin de la fin du monde) ou encore Marc Lavoine (Nathan).

En avril 2010, il entame une tournée acoustique, parcourant les petites salles de France accompagné de sa guitare et de son piano. En novembre 2010 sort sa première compilation, V.O.-V.S., reprenant sur un premier CD, ses treize plus grands succès en version originale complétés d'une chanson inédite, C'est d'ici que je vous écris (signée Jean-Jacques Goldman), et sur un deuxième CD les mêmes quatorze chansons réorchestrées et réenregistrées avec un orchestre symphonique. En 2011, il se produit sur scène avec un orchestre symphonique, et en tire le CD/DVD Live symphonique.

En 2012, il revient avec un groupe, Circus, composé de Stanislas, Philippe Uminski, Elsa Fourlon, et Karen Brunon[7].

Les feux d'artifice (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

En mai 2014 sort Un jour au mauvais endroit, premier single de l'album Les Feux d'artifice. Le titre, qui traite du double meurtre de 2012 à Échirolles, sa ville de naissance, est élu « chanson originale de l'année » lors des Victoires de la musique. L'album connaît un franc succès, avec plus de 700 000 exemplaires vendus[8], porté par des titres comme Le Portrait, Avant toi et J'ai le droit aussi. Une tournée démarre en novembre 2014[9].

En mai 2015 sort Jimmy, un single chanté en anglais et en français avec le groupe Cats on Trees[10].

Style musical[modifier | modifier le code]

Calogero évolue dans un style musical qu’il qualifie lui-même de pop rock : « J’ai toujours autant écouté Barbara et William Sheller que les Cure et les Who », « J’ai le cul entre deux chaises », « les mots et les mélodies sont très importants pour moi[réf. nécessaire]. »

Il voue une grande admiration aux Beatles, en particulier Paul McCartney dont le morceau Live And Let Die est repris sur Live 1.0. Calogero possède un exemplaire de la guitare basse rendue célèbre par McCartney, la Höfner Violin : « Paul McCartney ? un mythe ! pour tous les bassistes c’est oncle Paul[réf. nécessaire]! ». Entre son premier album solo et sa dernière tournée, le style musical évolue sensiblement vers un rock plus percutant et il dit également que son 4e album : Pomme C est celui dont le son lui est le plus proche, un son plus recherché selon lui. Les nappes synthétiques et autres sons « artificiels » ont en grande partie laissé place aux guitares.

Calogero est bassiste mais il joue également des claviers et de la guitare. Sa formation initiale s’est d’ailleurs faite à l’orgue. Sur son premier album solo il ne joue que les guitares, et sur les trois suivants l’intégralité des basses.

Composition[modifier | modifier le code]

À part pour le titre Je me suis trompé, Calogero n’écrit aucun texte,« ne trouvant pas les mots adéquats ». Il a déclaré : « Le temps que j’écrive un texte, les copains ont déjà fini un album » et préfère dès lors se consacrer essentiellement à ses mélodies. Ses textes sont signés par différents paroliers. Parmi les plus récurrents :

D'autres chanteurs célèbres ont également écrit pour lui, tels que Françoise Hardy (Une dernière chance, 2002), Raphael (Le plus beau jour, 2002, et Un jour parfait, 2004), Passi (Face à la mer, 2004), Dominique A (La fin de la fin du monde, J'attends et Passage des cyclones, 2009), Dick Annegarn (Tu es fait pour voler et Tu n'as qu'à m'attraper, 2009), Jean-Jacques Goldman (C'est dit, 2009, et C'est d'ici que je vous écris, 2010), Grand Corps Malade (L'ombre et la lumière, 2009), Kent (L'embellie, 2009), Marc Lavoine (Nathan, 2009) ou Alex Beaupain.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1990, Calogero compose des chansons pour d’autres interprètes, souvent en collaboration avec son frère Gioacchino. Il offre ainsi des chansons, notamment, à :

Il a également composé trois titres pour la comédie musicale Les Dix Commandements : Je n’avais jamais prié, Une raison d’espérer, Y’a tant d’amour.

Affaires de plagiat[modifier | modifier le code]

Calogero a été condamné en mars 2010 pour contrefaçon pour sa chanson Un jour parfait, mais il a été blanchi un an plus tard[réf. souhaitée].

En mai 2014, Calogero a été condamné à 80 000 euros de dommages et intérêts, pour une ressemblance de refrain entre sa chanson Si seulement je pouvais lui manquer, et le titre Les chansons d'artistes de Laurent Feriol. Calogero a fait appel[11].

Participation à des œuvres caritatives[modifier | modifier le code]

Calogero participe également à de nombreuses œuvres caritatives. On le retrouve dans Les Enfoirés, il a participé au collectif Noël Ensemble en 2002, il a chanté pour le Sidaction avec son amie Jenifer et a participé au single Douce France, cause menée par Marc Lavoine dans le but de combattre la discrimination et d’aider les jeunes à trouver du travail.

Il participe au concert Les grands gamins organisé par Zazie et Vincent Baguian au profit de Sol En Si. En octobre 2010, il chante pour le concert de solidarité 300 jours déjà... pour Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier. Calogero participe à l'émission consacrée à Grégory Lemarchal diffusée le 16 août 2014 à 20 h 55 sur TF1 afin de soutenir la recherche sur la mucoviscidose[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Calogero.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilation[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Albums collectifs[modifier | modifier le code]

Musique de film et de série[modifier | modifier le code]

Calogero a également composé le générique de la série Flics, diffusée à partir du sur TF1, et la bande originale du film Mon Pote, de Marc Esposito, sorti le .

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Victoires de la musique
    • Artiste interprète masculin de l'année (2004)[15]
    • Chanson originale de l'année (2005) pour Si seulement je pouvais lui manquer[16]
    • Chanson originale de l'année (2015) pour Un jour au mauvais endroit[17]
  • Grand Prix de l'UNAC
    • Chanson de l'année pour Prendre racine (2004)[18]
  • Album de l'Année RTL
    • L'album L'embellie est récompensé par les auditeurs de RTL comme album de l'année 2009[20]. Une émission spéciale lui est dédiée le afin de lui remettre son prix.
    • L'album Les Feux d'artifice est récompensé par les auditeurs de RTL comme album de l'année 2014[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie de Calogero, RFI, .
  2. Biographie de Calogero, TV5.
  3. « Calogero a le vent en poupe », ActuStar, .
  4. « Calogero le son d’un retour », Télémoustique, .
  5. http://www.lefigaro.fr/economie/2008/01/28/04001-20080128ARTFIG00425--calogero-million-d-euros.php
  6. http://www.purepeople.com/media/calogero-a-ete-elu-album-rtl-de_m325466
  7. Circus (Calogero, Stanislas, Uminski) : écouter leur premier single Sur un fil, Pure Charts, 18 juin 2012
  8. http://www.chartsinfrance.net/Calogero/news-101844.html
  9. Calogero son nouveau single arrive, sur cheriefm.fr, consulté le 20 mai 2014
  10. "Jimmy" : Calogero et Cats on trees en duo. Le futur tube de l'été 2015 ? Ecoutez !, sur chartsinfrance.com, consulté le 5 mai 2015
  11. Condamné pour plagiat, Calogero fait appel, article de l'Express
  12. « TF1 rend hommage à Grégory Lemarchal »
  13. Michel Laval, Calogero : Chansons et spectacles, s.l., Éditions Rouchon, Éditions Actua, 2007, (ISBN 978-2-84741-064-8), p. 15.
  14. « Biographie Calogero », sur Télé-Loisirs.fr (consulté le 15 février 2015)
  15. Benjamin Roux, « Victoires de la musique 2004 », sur RFI Musique,‎ (consulté le 15 février 2015)
  16. « 20ème cérémonie des Victoires de la musique », sur France 2 (consulté le 15 février 2015)
  17. « Palmarès 2014 (sic) », sur France 2 (consulté le 15 février 2015)
  18. Michel Laval, Calogero : Chansons et spectacles, op. cit., p. 15.
  19. Michel Laval, Calogero : Chansons et spectacles, op. cit., p. 14.
  20. « ""L'embellie" de Calogero élu Album RTL de l'année 2009 », sur RTL,‎ (consulté le 15 février 2015)
  21. « "Les feux d'artifice" de Calogero album de l'année RTL », sur RTL Info,‎ (consulté le 15 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :