Ytres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ytres
Ytres
Le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Bapaume
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Artois
Maire
Mandat
Henri Bassez
2014-2020
Code postal 62124
Code commune 62909
Démographie
Gentilé Ytriens
Population
municipale
435 hab. (2015 en diminution de 0,23 % par rapport à 2010)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 03′ 56″ nord, 2° 59′ 37″ est
Altitude Min. 94 m
Max. 133 m
Superficie 4,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Ytres

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Ytres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ytres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ytres

Ytres est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Ytriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ytres
Bus Bertincourt Ruyaulcourt
Ytres Neuville-Bourjonval
Léchelle Étricourt-Manancourt Équancourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Ytres doit son origine et son développement au église fondé en 691 à Honnecourt. En 1077, un droit d'octroi fut instauré de Ytres à Ginchy : une obole pour une brouette chargée, un denier par bête chargée au col, deux sous par charrette portant marchandises attachées par une corde.

Jean de Belleforière est le plus ancien seigneur connu. Lui succéda en particulier Charles-Maximilien, baron d'Ytres, qui se distingua en 1668 à la bataille de Lens. Supplantant les ressources agricoles, les mulquiniers tissant dans les caves participèrent de l'essor du village. Ainsi, une fileuse gagnait 10 sols par jour et un tisserand 20 à 25. Le village n'a cessé de jouir d'une organisation démocratique. Appelés par la cloche les hommes se groupaient à la principale porte de l'église au sortir de la messe et s'entendaient alors concernant les emprunts, les procès, les impôts, la milice, etc.

À la Révolution, la tenue des registres d'état civil fut retirée à la paroisse et confiée à la municipalité.

Le 23 juillet 1793, le marquis de Folleville, seigneur d'Ytres fut jugé et guillotiné. Les trois filles du comte de Soyecourt cédèrent à leurs fermiers leurs terres, bois et moulin. La rue Neuve serait ainsi issue du don de mademoiselle de Soyecourt qui aurait distribué aux habitants les plus pauvres des parcelles de 10 ares pour construire leurs maisons.

Lors de la Première Guerre mondiale, Ytres ne fut régulièrement occupée qu'au début d'octobre 1914. Il devint un centre de ravitaillement pour l'occupant.

Avant d'abandonner le village, fin mars 1917, les Allemands firent sauter l'église, la mairie et des fermes.

Le 3 mars 1919, Lucien Raison et Joseph Mouton osèrent aborder les ruines où errait encore un officier anglais.
Quelques jours plus tard Louis Théry vint les rejoindre. En ce qui concerne le ravitaillement post-belliciste, le pain était fabriqué à Équancourt par un certain M. Carré qui y avait trouvé un four en état de marche. les familles revenues dans des baraques ou maisons semi-provisoires hâtèrent la renaissance du village.

Un service d'eau à demeure fut créé en 1921, d'électricité en 1928. Un arrêté du 27 octobre 1920 attribue au village la croix de guerre.

En 1970, la commune est transférée de la Somme au Pas-de-Calais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ytres dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 août 2006 Jean Bancourt   Démissionnaire
août 2006 en cours
(au 19 avril 2015)
Henri Bassez   Réélu pour le mandat 2014-2020[1],[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 435 habitants[Note 1], en diminution de 0,23 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0091 0529579931 1751 1711 1131 1451 087
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0601 1161 1021 0321 0551 007961851886
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
844816982534614588522449449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
438442396354361393413417421
2013 2015 - - - - - - -
437435-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,1 % d'hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 21,3 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 20,4 %) ;
  • 49,9 % de femmes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 18,6 %, plus de 60 ans = 19,5 %).
Pyramide des âges à Ytres en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
4,3 
75 à 89 ans
5,2 
16,1 
60 à 74 ans
13,8 
19,4 
45 à 59 ans
18,6 
19,0 
30 à 44 ans
21,9 
21,3 
15 à 29 ans
17,6 
19,9 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Souterrain du canal du Nord de Ruyaulcourt à Ytres. Le canal du Nord aurait pu servir aux Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale comme rampe de missiles V2. Il est souterrain sur 4,350 km de Ruyaulcourt à Ytres et 1,060 km à La Pannerie.

Le souterrain de Ruyaulcourt comporte à chaque extrémité une section à voie unique de 1 600 m et en gare centrale une section de 1 150 m à double voie permettant le croisement des bateaux, cette gare centrale est munie d'un système de ventilation à partir d'un puits de 40 m de haut sur 5 m de diamètre foré au milieu de sa longueur, ce système débouche à Ytres sur un poste de ventilation équipé de deux turbines (une de secours) dont les pales tournent soit en aspiration soit en refoulement, selon que les bateaux arrivent ou sortent de la gare centrale, afin d'éliminer le gaz d'échappement et de ventiler la sortie des péniches du tunnel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Ytres

Les armes d'Ytres se blasonnent ainsi :

Écartelé au 1) et 4) d'argent fretté de six pièces de gueules, au 2) et 3) de sable semé de fleurs de lys d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Najda (CLP), « Le Bilan des maires - Ytres: Les travaux prioritaires ont été réalisés, mais il reste à faire! : Élu conseiller municipal en mars 1971 puis adjoint en 1977, Henri Bassez est élu maire en 2006, succédant à Jean Bancourt qui avait souhaité cesser ses fonctions », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  2. « Ytres: Henri Bassez réélu pour un second mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. « Évolution et structure de la population à Ytres en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)