Izel-lès-Hameau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Izel-lès-Hameau
Izel-lès-Hameau
La cloche de l'église.
Blason de Izel-lès-Hameau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité CC des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Jean-Michel Schulz
2020-2026
Code postal 62690
Code commune 62477
Démographie
Gentilé Izelois, Izeloises
Population
municipale
729 hab. (2019 en augmentation de 4,44 % par rapport à 2013)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 56″ nord, 2° 31′ 59″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 148 m
Superficie 8,51 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives 1re circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Izel-lès-Hameau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Izel-lès-Hameau
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Izel-lès-Hameau
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Izel-lès-Hameau
Liens
Site web http://izel-les-hameau.fr/

Izel-lès-Hameau est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France. Jusqu'au , la commune s'appelait Izel-les-Hameaux[1].

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit communes :

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[2]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Izel-lès-Hameau est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81 %), prairies (8,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,4 %), zones urbanisées (5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Izel lez Hameau Orthographe 1.jpg

Le nom de la localité est attesté sous les formes Iser (1088), Hiser (1142), Yser-en-Ternois (1259), Izel-lez-Manin (1565), Isel-lès-Avesnes (1720), Izel-lez-Hameaux (XVIIIe siècle)[11].

Son nom serait issu d'isano ou d'Isarno (en gaulois : le fer). On a trouvé dans le secteur des traces de métallurgie de l'époque gauloise.

D'autres sources indiquent qu'Izel signifie « le plus bas », version crédible au regard de la situation de la commune.

Au pluriel, Izel-les-Hameaux aurait témoigné de la présence de plusieurs hameaux, tandis qu'au singulier, Izel-lès-Hameau témoigne de la proximité d'Izel et du lieu-dit Hameau (la préposition « lès » permet de signifier la proximité d'un lieu géographique par rapport à un autre lieu). L'orthographe officielle pourrait apparaître comme une déformation liée à une erreur d'interprétation : lez devient les vu alors comme un pluriel, lequel ne se justifierait ensuite que par la transformation du nom propre Hameau en un nom commun pluriel hameaux, transformé ensuite à nouveau en nom propre.

Le Hameau[modifier | modifier le code]

Le Hameau était historiquement un village intégré dans Izel en tant que hameau.

Il semble cependant que l'orthographe même de ce qui est aujourd'hui Le Hameau ait évolué au fil du temps :

  • On retrouve mention de ce village sur une carte de Cassini de 1750 avec l'orthographe Hameaux plutôt que Hameau ;
  • de même, les gouaches des villages de l'Artois réalisées à la demande du duc Charles de Croÿ dans les années 1605-1610, et rassemblées en albums, font état de deux villages distincts :
    • Hameaulx,
    • Izer les Avesnes ;
  • plus récemment, sur des cartes postales du début du XXe siècle on retrouve l'orthographe officielle actuelle.

Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, la mairie utilise le nom d'usage du village, Izel-lez-Hameau. À la suite de la rénovation du monument aux morts, la nouvelle plaque commémorative utilise cette nouvelle orthographe. L'usage de celle-ci est fortement répandu dans la population, ne serait-ce que parce que le hameau du village, qui a sa propre ducasse, s'orthographie aujourd'hui Le Hameau.

La commune a effectué une première demande officielle en changement de nom auprès du ministère de l'Intérieur le . Par décret 98-1097 du 30 novembre 1998, la demande a été rejetée, fait étonnant puisque les demandes de ce type sont habituellement acceptées dans plus de 80 % des cas.

Le décret n° 2009-755 du 22 juin 2009 portant changement de nom de communes paru au Journal Officiel du [1] modifie le nom de la commune, qui devient désormais Izel-lès-Hameau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative du 1er bataillon des Welsh Guards.

Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, à la mi-juillet 1915, la commune, de même que celles d'Hermaville, Écoivres, a servi de lieu de cantonnement à des troupes engagées sur le front de l'Artois (le front passait dans la région de Lens-Vimy-Arras). Le cantonnement était destiné à permettre aux troupes de récupérer, d'effectuer des travaux de propreté et de nettoyage, des exercices divers, ...Pendant un exercice de lancement de grenades, l'une d'entre elles a éclaté trop près blessant légèrement cinq hommes, deux devant être effectués vers un hôpital[12].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, lors de la Drôle de guerre, la commune a servi de cantonnement au 1er bataillon des Welsh Guards. Une plaque commémorative rappelle cetteaide britannique et le sacrifice de certains de ces soldats pendant la guerre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Izel-lès-Hameau était membre de la communauté de communes de l'Atrébatie, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1999 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes des Campagnes de l'Artois dont est désormais membre la commune.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1793 du canton d'Aubigny-en-Artois[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Avesnes-le-Comte

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1989[14] Claude Louchart    
1989 2001[14] Claude Heunet    
mars 2001 2014 Jean-Pierre Dupuis    
2014[15],[16] mai 2020 Benoît Gontier    
mai 2020 En cours
(au 2 décembre 2020)
Jean-Michel Schulz   Enseignant en lycée professionnel[17],[18]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes.

La commune dispose d'une salle des fêtes.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2019, la commune comptait 729 habitants[Note 4], en augmentation de 4,44 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
507692670716711713702710752
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
768758704686702676682634662
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
626656643582580586562531498
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
516501509542704668686685695
2015 2019 - - - - - - -
715729-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,2 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 370 hommes pour 358 femmes, soit un taux de 50,82 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
4,0 
75-89 ans
7,2 
17,5 
60-74 ans
15,6 
26,1 
45-59 ans
22,8 
18,6 
30-44 ans
21,4 
11,1 
15-29 ans
10,3 
22,1 
0-14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Izel-lès-Hameau », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret n° 2009-755 du 22 juin 2009 portant changement de nom de communes, sur Légifrance.
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 213.
  12. Inventaire des journaux des marches et opérations des grandes unités, Brigades et groupes de bataillons, Brigades et groupes de bataillons d'infanterie, Brigades d'infanterie, , 9ebrigade, : J.M.O. 16 mars 1915-27 août 1915, p. 52-53, lire en ligne.
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. a et b David Derieux, « Izel-lès-Hameau – Inédit : quatre maires successifs du village réunis à la table du repas des aînés! », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Izel-lès-Hameau - Benoît Gontier succède au poste de maire à Jean-Pierre Dupuis », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. David Derieux, « Izel-lès-Hameau – La priorité: trouver du foncier pour l’assainissement collectif : Élu maire à la suite des élections de mars dernier, Benoît Gontier découvre cette nouvelle fonction après avoir été le premier adjoint de son prédécesseur Jean-Pierre Dupuis, qui souhaitait passer la main. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Izel-lès-Hameau : Jean-Michel Schulz est le nouveau maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Jean-Michel Schulz, 57 ans, enseignant en lycée professionnel, élu depuis 2001 (...) a exercé successivement les responsabilités de troisième, deuxième, puis premier adjoint avant de devenir maire ».
  18. Aline Chartrel, « Izel-lès-Hameau : le nouveau maire ne « pouvai(t) pas laisser tomber trois mandats d’investissement » : Élu premier magistrat à la suite de Benoît Gontier, Jean-Michel Schulz entend s’inscrire dans la continuité des projets engagés. Il manœuvre à la tête d’une équipe largement renouvelée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Izel-lès-Hameau (62477) », (consulté le ).
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).