Gommecourt (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gommecourt
Gommecourt (Pas-de-Calais)
La rue Principale de Gommecourt.
Blason de Gommecourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Artois
Maire
Mandat
Daniel Ledru
2020-2026
Code postal 62111
Code commune 62375
Démographie
Population
municipale
94 hab. (2018 en diminution de 11,32 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 27″ nord, 2° 38′ 46″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 155 m
Superficie 3,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Gommecourt
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Gommecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gommecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gommecourt

Gommecourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gommecourt
Foncquevillers
Gommecourt Bucquoy
Hébuterne

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gommecourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,9 %), prairies (12,9 %), forêts (8,9 %), zones urbanisées (6,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, la commune est reprise le par l'armée australienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie-école.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1803 du canton de Pas-en-Artois[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton d'Avesnes-le-Comte, dont elle est désormais membre.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes du canton de Pas-en-Artois créée fin 1997.

Le , la communauté de communes des villages solidaires et celle du canton de Pas-en-Artois ont fusionné pour donner naissance à la communauté de communes des Deux Sources.

Dans le cadre de la Réforme des collectivités territoriales françaises (2008-2014), celle-ci est dissoute le , et une partie de ses communes, dont Gommecourt, rejoignent la communauté de communes du Sud Artois créée le , qui regroupe également les communes de l'ex-communauté de communes de la région de Bapaume et de l'ex-communauté de communes du canton de Bertincourt[9].

Cette nouvelle communauté de communes du Sud Artois regroupe à sa création 58 communes, dont Gommecourt.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en 1981[10]   Jean-François Corroyer    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 avril 2014[11] Michel Lecrivent    
avril 2014[12],[13] janvier 2018[14] Florian Diart SE Chauffeur routier
Démissionnaire
mars 2018[15],[16] En cours
(au 13 mai 2018)
Daniel Ledru   Garagiste à Mericourt

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 94 habitants[Note 3], en diminution de 11,32 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
248228263286284290305293286
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
289282293304289297279267254
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
256257254147144128136137140
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
150169132132116126115114100
2018 - - - - - - - -
94--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (54,8 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 54,8 % d'hommes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 23,8 %, plus de 60 ans = 15,8 %) ;
  • 45,2 % de femmes (0 à 14 ans = 15,4 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 17,3 %, plus de 60 ans = 27 %).
Pyramide des âges à Gommecourt en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
6,3 
75 à 89 ans
13,5 
9,5 
60 à 74 ans
13,5 
23,8 
45 à 59 ans
17,3 
22,2 
30 à 44 ans
21,2 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
17,5 
0 à 14 ans
15,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason Gommecourt.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
bandé de vair et de gueules de six pièces, les bandes de gueules chargé de cinq feuilles de chêne d'or ordonnées 2.2.1.[22].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Ce 1er janvier, les intercommunalités changent de visage, La Voix du Nord, Julien Lechevestrier, Nicolas André et Benjamin Dubrulle, 30 décembre 2016
  10. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000850614
  11. N. A., « Le bilan des maires - Gommecourt - Michel Lécrivent: « cela fait tout de même 49 ans que je monte les marches de la mairie » : Michel Lécrivent est devenu conseiller municipal en 1965. En 1989, il était élu maire. C’est donc son huitième mandat qui se termine dans ce bourg qui colle à Foncquevillers, le long de la D6 et compte 113 âmes. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2015).
  12. « Gommecourt: Florian Diart, nouveau maire : Florian Diart a été élu maire. Le conseil a été installé. Ses adjoints ont été élus. Il s’agit d’Hervé Lécrivent, premier adjoint, et d’Olivier Decroix, deuxième adjoint. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2015).
  13. Nicolas André, « Les projets des maires - Gommecourt - Florian Diart: « Il nous faut parfois mettre la main à la pâte » : Le nouveau maire de Gommecourt (113 habitants) a trente-quatre ans. Ce père de deux filles, est chauffeur routier. Déjà conseiller lors du précédent mandat, il maîtrise les réalités communales. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2015).
  14. Christophe Hautecœur 'CLP), « Le maire Florian Diart a présenté sa démission au préfet : Le maire de Gommecourt Florian Diart a présenté sa démission il y a un mois. Des nouvelles élections sont d’ores et déjà prévues les 11 et 18 mars prochains », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2018).
  15. « Daniel Ledru est le nouveau maire de la commune : Lundi soir, le nouveau conseil municipal s’est réuni à la maison commune pour procéder à l’élection du maire et de ses adjoints », La Voix du Nord, édition d'Arras,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2018).
  16. Christophe Hautecœur, « Le nouveau maire, Daniel Ledru, va poursuivre les projets de son prédécesseur : À la suite de la démission de Florian Diart, de nouvelles élections ont eu lieu et Daniel Ledru a enfilé l’écharpe de premier magistrat. Il va poursuive les différents projets entrepris par l’ancienne équipe municipale. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2018).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Évolution et structure de la population à Gommecourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010).
  21. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010).
  22. Banque du Blason