Hallines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hallines
Hallines
La mairie.
Blason de Hallines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité CA du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Michel Prevost
2020-2026
Code postal 62570
Code commune 62403
Démographie
Gentilé Hallinois
Population
municipale
1 211 hab. (2020 en diminution de 1,46 % par rapport à 2014)
Densité 212 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 42′ 34″ nord, 2° 12′ 39″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 123 m
Superficie 5,72 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Omer
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Longuenesse
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hallines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hallines
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hallines
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hallines

Hallines est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 142 habitants en 2019.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Hallines
Wisques Wizernes
Esquerdes Hallines Helfaut
Remilly-Wirquin Pihem

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par le fleuve l'Aa, un cours d'eau naturel de 56 km, qui prend sa source dans la commune de Bourthes et se jette dans le canal de Neufossé au niveau de la commune de Saint-Omer[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[2].

Dans ce cadre, la commune fait partie de deux espaces protégés :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : Les ravins de Pihem et Noir Cornet et coteau de Wizernes. Cette ZNIEFF s’étend le long de la rive droite de l’Aa où elle forme un ensemble des plus remarquables tant d’un point de vue paysager qu’écologique[5].

et une ZNIEFF de type 2[Note 2] : La moyenne vallée de l’Aa et ses versants entre Remilly-Wirquin et Wizernes. La moyenne vallée de l’Aa et ses versants représentent un remarquable ensemble écologique associant des habitats très différents constituant des complexes de végétations souvent complémentaires[6].

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[7].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : les pelouses, bois acides à neutrocalcicoles, landes nord-atlantiques du plateau d'Helfaut et le système alluvial de la moyenne vallée de l'Aa d'une superficie de 389 hectares et répartis sur 14 communes[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hallines est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Omer, une agglomération inter-départementale regroupant 23 communes[12] et 74 682 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (87,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (70,9 %), prairies (14,5 %), zones urbanisées (8,7 %), forêts (5,3 %), zones agricoles hétérogènes (0,6 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Passage à Hallines.

La commune est située sur l'ancienne ligne de chemin de fer de Saint-Omer à Hesdigneul. L'association « Chemin de fer touristique de la vallée de l'Aa » fait circuler, en saison, un train touristique sur les 15 kilomètres de voie ferrée entre Arques et Lumbres, section de cette ancienne ligne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Hanalines (1092) ; Hanclines [lire : Hanelines (1093) ; Haneline (1139) ; Hanelines (vers 1182) ; Hanlines (vers 1189) ; Hamelines (1170-1191) ; Hannelines (1193) ; Hanniles (1200) ; Haslines (1201) ; Havelines [lire : Hanelines (1209) ; Haulines (1227) ; Hallines (1269) ; Allines (1396) ; Helines (XIVe siècle) ; Halinghes (1469) ; Halines-lez-la-Ville-de-Saint-Omer (1539) ; Haline (1559) ; Hallene (1739)[19].

Haneline en flamand[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un gisement du paléolithique supérieur a été découvert dans la commune[21].

Les seigneurs d'Hallines[modifier | modifier le code]

En 1097, Robert de Thérouanne, seigneur d'Hallines (appelée Hallines-les-Thérouanne) fait partie de la cour du seigneur de Lillers[22].

On connaît plusieurs générations de seigneurs d'Hallines dans la Maison de Lens, de la branche des seigneurs de Blendecques.

Le premier est Philippe de Lens, époux de Claire d'Audenfort. Ils ont Louis de Lens, dit de Rebecque, époux de Françoise du Mez qui a pour armes, un écartelé ; au 1, contre-écartelé d'or et de sable, qui est de Lens ; au 2, d'or à trois aiglettes de sable, becquées et membrées de gueules ; au 3 ; vairé d'or et de gueules ; au 4, bandé d'argent et d'azur de six pièces à la bordure de gueules, qui est de Licques. Leur fils est Oudard de Lens, seigneur de Blendecques, d'Hallines et d'Allouaigne, mort en 1613, époux de Marguerite de Nédonchel ; morte en 1616, fille de François, seigneur d'Ybergue, et d'Isabeau du Biez. Ils ont Robert puis Antoine, qui est l'auteur de la branche d'Oyeghem.

Robert de Lens, chevalier, seigneur de Blendecques et d'Hallines, est gouverneur de Saint-Omer ; il porte les armes de Lens, et sur le tout : d'argent à trois tourteaux de gueules, qui est d'Ohlain. Par contrat du , il épouse Madeleine de Belleforière (près de Béthune), sa cousine germaine, fille de Jean, chevalier, seigneur de Belleforière, de Rots, de Warendin et de Courcelles-au-Bois, et d'Anne de Nédonchel.

Suit leur fils, François de Lens, né le 9/08/1625, seigneur de Blendecques et d'Hallines, créé comte de Blendecques par lettres de Philippe IV d'Espagne de 1664, épouse le Eléonore Philippine de Houchin, fille de Philippe, seigneur de Longastre, Mory et Annezin, et de Françoise Ernestin de Gavre-de Frezin[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Claude Sourdeval    
1993 2014 Jean-Claude Noël[24]   Papetier
2014[25],[26],[27] En cours
(au 26 mai 2020)
Michel Prévost DVD Chef de projet retraité d’Arc International
Vice-président de la CA de Saint-Omer (2014 → 2016)
Vice-président de la CA du Pays de Saint-Omer (2017 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[28]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Jumelages et partenariats de Hallines.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Hallines.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Wappen Ensdorf big.svgEnsdorf[29],[30]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Hallinois[31].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[33].

En 2020, la commune comptait 1 211 habitants[Note 5], en diminution de 1,46 % par rapport à 2014 (Pas-de-Calais : −0,71 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280306336501551577606634630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
619622634653779823840909835
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
842834820801855841838871860
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
9779791 2011 2391 3961 3961 3861 3721 291
2015 2020 - - - - - - -
1 2181 211-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,2 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 608 hommes pour 592 femmes, soit un taux de 50,67 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
0,8 
4,9 
75-89 ans
9,5 
20,2 
60-74 ans
22,8 
21,8 
45-59 ans
22,9 
16,6 
30-44 ans
15,9 
16,0 
15-29 ans
14,6 
20,4 
0-14 ans
13,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-de-Bon-Secours, construite entre 1868 et 1873 en remplacement de l'ancienne église devenue trop vétuste. De style néogothique, elle est l'œuvre de l’architecte Clovis Normand[38] sur une commande de membres de la famille Dambricourt, propriétaire de papeteries à Hallines et à Wizernes. Elle héberge 8 éléments patrimoniaux classés ou inscrits au titre d'objet des monuments historiques[39].
  • L'ancien moulin à papier Dambricourt, reconstruit vers 1860[40] ;
  • L'ancienne usine de chaux Helfo[41] ;
  • Le parc du château de la Prévôté[42].
  • Le monument aux morts[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Hallines Blason
D'or à la bande fuselée de gueules, accompagnée en chef de trois épis de blé empoignés du même et en pointe d'une fleur de lis d'azur florencée de gueules[44].
Détails
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Aa (E4030570 ) » (consulté le )
  2. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  3. « espace protégé FR6500012 - Marais Audomarois », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310013677 - Les ravins de Pihem et Noir Cornet et Coteau de Wizernes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF 310013266 - La basse Vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  8. « Natura 2000 FR3100487 - Pelouses, bois acides à neutrocalcicoles, landes nord-atlantiques du plateau d'Helfaut et système alluvial de la moyenne vallée de l'Aa », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Saint-Omer », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Saint-Omer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (chttps://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1101013/f269.image), p. 181.
  20. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  21. a et b « Le gisement du Paléolithique supérieur d'Allines », notice no PA00108300, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 985-86, lire en ligne.
  23. Nobiliaire des Pays Bas et du comté de Bourgogne, tome III et les 9 suppléments, édité à Gand en 1868, page 1198.[réf. incomplète].
  24. Jennifer-Laure Djian, « Jean-Claude Noël, ancien maire d’Hallines, est décédé : L’ancien maire d’Hallines, Jean-Claude Noël, est décédé dimanche soir à 69 ans des suites d’une longue maladie. Affaibli, il avait décidé, en mars, de ne pas se représenter aux municipales pour se consacrer à sa famille. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Hallines : Michel Prévost succède à Jean-Claude Noël, aussitôt nommé maire honoraire : La salle Jean-Moulin était comble, samedi matin, pour l’élection du maire et des adjoints. Jean-Claude Noël, maire sortant, a en effet choisi de ne pas se représenter après quarante-trois ans au service de la commune, dont vingt et un ans en tant que premier magistrat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. David Monnery, « Les nouveaux maires : Michel Prévost a fini par devenir maire, à la cinquième tentative : Son abnégation a fini par payer. Michel Prévost, 67 ans, chef de projet retraité d’Arc International, a réussi à se faire élire maire d’Hallines à sa cinquième tentative. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  28. « Hallines: Michel Prévost est reparti pour un deuxième mandat : Seul candidat, Michel Prévost a été élu à la majorité moins un vote blanc et une voix, celle d’une conseillère municipale absente non excusée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=26622 »
  30. « https://www.gemeinde-ensdorf.de/Rathaus-Service/Partnerschaften-Jumelage/ »
  31. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Hallines (62403) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  38. « L’église d’Hallines, un patrimoine sous haute surveillance… : Joyau du village, l’église Notre-Dame-de-Bon-Secours s’est révélée aux yeux de ses visiteurs lors des Journées du patrimoine. Un édifice qui subit lui aussi les effets du temps. Un audit sur son état a été commandé. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Base Palissy - mobiliers inscrits et/ou classés », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  40. « Le moulin à papier Dambricourt », notice no IA62000859, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « L’usine de chaux Helfo », notice no IA62000934, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Le parc du château de la Prévôté », notice no IA62001046, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  44. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).