Billy-Berclau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Billy-Berclau
Billy-Berclau
La mairie.
Blason de Billy-Berclau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Steve Bossart
2020-2026
Code postal 62138
Code commune 62132
Démographie
Gentilé Billy-Berclausiens
Population
municipale
4 885 hab. (2019 en augmentation de 9,53 % par rapport à 2013)
Densité 659 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 11″ nord, 2° 52′ 06″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 27 m
Superficie 7,41 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Douvrin
Législatives 12e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billy-Berclau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billy-Berclau
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Billy-Berclau
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Billy-Berclau
Liens
Site web billy-berclau.fr

Billy-Berclau [bili bɛʁklo] est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Billy-Berclausiens".

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane qui regroupe 100 communes et compte 276 238 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 3 km de Douvrin (chef-lieu de canton), 19 km de Béthune (chef-lieu d'arrondissement) et à 26 km de Lille (aire d'attraction)[1],[2],[3].

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de neuf communes :

Communes limitrophes de Billy-Berclau
Salomé Marquillies
Hantay
Sainghin-en-Weppes
Douvrin Billy-Berclau Bauvin
Wingles Meurchin
(par un quadripoint)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est située au confluent du canal d'Aire à La Bassée[4] et du canal de la Deûle. Des étangs se trouvent à la limite sud de son territoire.

La commune est traversée par le flot de Wingles amont, un cours d'eau naturel non navigable de 6,75 km, qui prend sa source dans la commune de Hulluch et se jette dans le canal de la Deûle au niveau de la commune de Meurchin[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé de type 3 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[6].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 700 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,8 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Près du canal, le Site Chico-Mendes, ancienne friche et terrain de dépôt de voies navigables de France (VNF) réhabilitée à partir de 1990 par la commune, les enfants de la commune et l'Association Nord-nature Chico-Mendes, l'association Sauvegarde et Protection des Oiseaux a été aménagée pour jouer le rôle d'une petite réserve naturelle (sans être classée comme telle) sur 10,5 ha. Ce site s'inscrit maintenant dans la trame verte locale et régionale. Au fur et à mesure des années, et notamment à la suite de la création d'une mare il est d'abord occupé par une nature ordinaire, puis s'est progressivement enrichi d'espèces moins courantes et plus patrimoniales telles que (pour la flore) platanthère verdâtre, orchis bouc, orchis négligé ou ophrys abeille, listère à feuilles ovales[7]. Le site peut être visité sur rendez-vous.

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 3] :

  • le terril et le marais de Wingles. Ce site se localise dans la dépression alluviale du Flot de Wingles, au nord de la ville de Lens, ancienne friche industrielle réaménagée en espace de loisirs, celui-ci est traversé par la RD 165 E et une voie ferrée[8] ;
  • les étangs et marais d'Anneullin, du Tranaux et de la ferme Masure. Cette ZNIEFF est une petite relique du système alluvial fonctionnel de la Deûle, désormais canalisée. Elle présente donc un réel intérêt écologique en jouant le rôle important de corridor biologique encore fonctionnel avec divers habitats typiques, bien qu’eutrophisés[Note 4], ceci au sein d’un territoire fortement cultivé et industrialisé[9].

et une ZNIEFF de type 2[Note 5] : la basse vallée de la Deûle entre Wingles et Emmerin. La basse vallée est très morcelée et présentes des végétations hygrophiles eutrophes mais présentant encore un grand intérêt écologique, notamment avifaunistique en raison du contexte géographique[Note 6],[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Une vue panoramique de la commune.

Typologie[modifier | modifier le code]

Billy-Berclau est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[11],[12],[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[14] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (49,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (58,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,9 %), zones urbanisées (18,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (15,9 %), forêts (14,2 %), eaux continentales[Note 9] (0,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 163 et proche de la N 47 qui relie Lens et Illies[21].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 7 km de la gare de La Bassée - Violaines, située sur la ligne de Fives à Abbeville desservie par des trains régionaux du réseau TER Hauts-de-France[22] et à 13 km de la gare de Lens, située sur la ligne d'Arras à Dunkerque-Locale desservie par des TGV inOui et par des trains régionaux du réseau TER Hauts-de-France[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Billy est attesté sous les formes Biliacum (1024), Billy (1098), Billi (1152), Builli en Békelau (1287), Billy-en-Berceau (1338), Billy-Berclau-Artois (1789), Billy-Berclos (1790)[24], Billy Berclau (1793) et Billy-Berclau depuis 1801[25].

Billy-Berklo en flamand[26].

Berclau est attesté sous les formes Berclaus XIe siècle (cartulaire d'Auchy), Bereceol (1129) (abbaye d'Hénin), Berclau (1148) (cartulaire de Saint-Vaast), Berclati (1152) , Bercloensis Pagus (XIIe siècle) (cartulaire de Saint-Vaast), Berclau (1203) (abbaye d'Hénin), Bierclau (1261) (censier d'Arras).

Berclau peut signifier berceau, du pays des Atrébates.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La ville est ravagée totalement pendant la Première Guerre mondiale. Envahie par les troupes allemandes le , les quatre-cinquièmes de la population civile, déplacée, trouve refuge à Henrichemont (Cher)[réf. nécessaire].

La partie ouest du village est considérée comme détruite à la fin de la guerre[27]. La commune a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918, le [28].

Exploitation charbonnière[modifier | modifier le code]

Billy-Berclau fait partie du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Jusqu'en 1937, la Compagnie des mines de Meurchin, (rachetée en 1920 par la Compagnie des mines de Lens) exploite la Fosse n° 5 des mines de Meurchin. Le puits est remblayé en 1965 et le site est utilisé ensuite pour l'installation d'un entreprise de fabrication de plombs de chasse. Les corons de la fosse n° 5 sont situés à l'entrée ouest de Billy-Berclau, par Douvrin.

Chevalet de la Fosse n° 5 à Billy-Berclau
Le chevalet de la fosse n° 5.

En 1969, sur les communes de Douvrin et de Billy-Berclau, est inaugurée l'usine Française de Mécanique, une entreprise, filiale de PSA et Renault, spécialisée dans la production en grande série de moteurs pour l’automobile.

Le , une explosion dans un atelier d'encartouchage de la dynamiterie de la société Nitrochimie fait quatre morts[29]. Cet événement a d'autant plus marqué la commune qu'il est une des causes de la fermeture de l'usine peu après.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Béthune du département du Pas-de-Calais depuis 1801[25].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté d'agglomération de l'Artois, créée fin 2001 et qui réunissait, en 2016, 65 communes, près de 227 000 habitants, sur un territoire de quelque 410 km2.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[30], celle-ci fusionne avec la communauté de communes Artois-Lys et la communauté de communes Artois-Flandres, formant, le , la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane[31], dont Billy-Berclau est désormais membre.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de 1801 à 1991 du canton de Cambrin, année où elle intègre le canton de Douvrin[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 5 à 14 communes.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 2012 de la douzième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1888 1890 Henri Neveu    
1890 1895 Louis Leroy    
1895 1896 Pierre François Lemoisne    
1896 1912 Philippe Chenu    
1912 1919 Victor Audant    
1919 1935 Augustin Renau    
1935 1944 Géréon Veron    
1944 1947 André Delepaul    
1947 1950 André Leprovost    
1950 1953 Roger Leroy    
1953 1959 Alexandre Lemaire    
mars 1959 mars 1971 Auguste Delépaul PCF Conducteur d'appareils de produits chimiques
mars 1971 1973 Jérémie Poteau   Directeur d'école
1973 1994 Charles Jorisse PS Professeur
1994 septembre 2018[32] Daniel Delcroix[33] PS Chef d'établissement spécialisé
Vice-président de la CA Artois Comm (? → 2016)
Vice-président de la CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane (2017 → ? )
Démissionnaire
septembre 2018[34],[35] En cours
(au 4 février 2021)
Steve Bossart PS Professeur d’éducation musicale
Vice-président de la CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[36]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Billy-Berclau a été récompensée par le label « Ville Internet @@@@ »[37].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Jumelages et partenariats de Billy-Berclau.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Billy-Berclau.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
DEU Weilrod Banner.svgWeilrod[38]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

À la limite de Billy-Berclau vers Bauvin, entre deux bras de la Deûle et le tronçon du canal Dunkerque-Escaut dit « canal de la Haute Deûle », se trouve l'île aux saules, un endroit de détente équipé d'aires de pique-nique et de sanitaires[39].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Béthune, du conseil de prud'hommes de Béthune, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce d'Arras, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Béthune[40].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Billy-Berclausiens[41].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2019, la commune comptait 4 885 habitants[Note 10], en augmentation de 9,53 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0921 2901 4151 2881 4351 4451 5071 5351 591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5441 5941 6361 6851 7561 8201 8401 9202 003
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1132 2352 3642 0312 5002 5472 6172 6482 849
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 9632 9793 1643 5794 1494 2594 2774 2804 478
2017 2019 - - - - - - -
4 6244 885-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,3 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 307 hommes pour 2 386 femmes, soit un taux de 50,84 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
1,1 
4,1 
75-89 ans
6,5 
15,7 
60-74 ans
16,8 
20,1 
45-59 ans
19,8 
21,5 
30-44 ans
21,0 
16,1 
15-29 ans
15,5 
22,3 
0-14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune abrite un site de fabrication de fibres optiques, employant 350 personnes[47].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame, construite après la Première Guerre mondiale.
  • Le monument aux morts érigé en 1923[48].
  • La plaque aux morts de la paroisse et le vitrail du souvenir situés dans l'église[49].
  • La stèle commémorant la fin de la guerre d'Algérie[48].
  • Le cimetière militaire allemand. Il contient les corps de 1 683 soldats allemands et un russe[48].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Leroy (1901-1978)[50] et son épouse Rose Merlin (1898-1990)[51], fondateurs du groupe Leroy Merlin, sont originaires de Billy-Berclau[52].
  • Louis Bourgeois (1937-2022), footballeur, né dans la commune.
  • Bernard Caron (1952-), footballeur, né dans la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Billy-Berclau Blason
De gueules à la coquille d'argent; au chef d'argent plain[53].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Devise
Bien vivre à Billy-Berclau
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le type 3 dégradé affecte l'ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud (vallée moyenne de la Loire, le nord du Massif central et vallée de la Saône). Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires (environ 11°C en moyenne annuelle, entre 8 et 14 jours avec une température inférieure à -5°C). Les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l'ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Zone de refuge pour la faune et la flore de ce type de marais.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Région très urbanisée pauvre en milieux naturels
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Douvrin », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Béthune », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Lille », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal d'Aire à la Bassée (E35-0282 ) » (consulté le )
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - flot de Wingles amont (E3010900 ) » (consulté le )
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. Quelques illustrations sur le site des naturalistes de la Gohelle
  8. « ZNIEFF 310013760 - terril et marais de Wingles », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310030101 - Etangs et Marais d'Anneullin, du Tranaux et de la ferme Masure », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 310013759 - Basse Vallée de la Deûle entre Wingles et Emmerin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  15. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  16. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  22. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre deux communes », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  23. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre deux communes », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  24. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 51 p. (lire en ligne sur Gallica).
  25. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  27. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  28. Journal officiel du 4 mars 1921, p. 2856.
  29. Stéphanie Maurice, « Explosion meurtrière d'une usine de dynamite », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ) « L'usine, 91 salariés, est classée Seveso haut seuil, le plus fort niveau de dangerosité (...) Fondée en 1905, elle a été construite à proximité de quatre communes. Mais comment bouger l'usine, quand, à moins d'un kilomètre, il y a BP Chemicals, également classé Seveso ? ».
  30. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  31. « CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane (N° SIREN : 200072460) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le ).
  32. David Cierniak, « Billy-Berclau Daniel Delcroix n’est plus maire, « Billy-Berclau, c’est ma vie ! » : Officiellement, depuis samedi midi, Daniel Delcroix, 72 ans, n’est plus maire. Il revient sur les raisons de sa démission, ses 40 années de mandats municipaux, ses réussites, ses dossiers non aboutis, son avenir et celui de la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Réélu pour le mandat 2014-2020 : Edouard Wayolle, « Billy-Berclau : le logement, morceau de choix du dernier mandat de Daniel Delcroix : Entre Billy-Berclau (4 300 habitants) et le logement, l’histoire récente a un goût de bouchon. La faute d’abord au périmètre de sécurité de Nitrochimie, puis à la lente percée du projet de la ZAC Pasteur. Pour son quatrième mandat qu’il annonce être le dernier, Daniel Delcroix (PS) entrevoit le bout du tunnel. », La Voix du Nord,‎ .
  34. David Cierniak, « Billy-Berclau Élu maire, Stève Bossart succède à Daniel Delcroix : La succession, préparée, s’est déroulée sans problème, mardi soir. Lors d’un dernier conseil municipal, Stève Bossart a été élu maire par 23 voix sur 27. Cinq adjoints ont été élus dans la foulée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le nouveau maire siège depuis 2008 au conseil municipal. Depuis 2014, Stève Bossart était premier adjoint et successeur désigné par Daniel Delcroix, maire de 1994 à 2018 ».
  35. David Cierniak, « Billy-Berclau « On est dans la continuité », Steve Bossart, tout jeune maire : Élu mardi soir, Steve Bossart entend bien boucler le projet commun débuté en 2014 par le groupe majoritaire emmené par Daniel Delcroix, son prédécesseur. Et le défendre aux prochaines élections municipales », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  37. N. G., « Villes Internet : 32 communes du Nord - Pas-de-Calais récompensées », La Voix du Nord, (consulté le ).
  38. « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=26145 »
  39. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Seclin/actualite/Secteur_Seclin/2008/08/01/article_l-ile-aux-saules-a-bauvin-un-petit-coin.shtml
  40. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  41. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Billy-Berclau (62132) », (consulté le ).
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  47. https://www.gazettenpdc.fr/article/le-groupe-prysmian-accentue-son-developpement
  48. a b et c « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  49. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  50. Insee, « Acte de décès d’Adolphe Leroy », sur MatchID (consulté le )
  51. Insee, « Acte de décès de Rose Merlin », sur MatchID (consulté le )
  52. « Pour Leroy Merlin et le groupe Adeo, tout se décide entre Ronchin et Lezennes », sur lavoixdunord.fr, .
  53. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).