Wismes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wismes
Wismes
L'église Saint-Pierre.
Blason de Wismes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Lumbres
Intercommunalité Pays de Lumbres
Maire
Mandat
Jean-Luc Hochart
2014-2020
Code postal 62380
Code commune 62897
Démographie
Gentilé Wismois
Population
municipale
475 hab. (2015 en diminution de 9 % par rapport à 2010)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 39′ 17″ nord, 2° 04′ 19″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 191 m
Superficie 11,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wismes

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wismes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wismes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wismes

Wismes est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Wismes
Nielles-lès-Bléquin Affringues Elnes
Wismes Wavrans-sur-l'Aa
Vaudringhem Thiembronne Merck-Saint-Liévin

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Cantemerle
en picard, on dit des gens de Cantemerle :
« I vont su tros pattes conme chés kiens éd Cantemerle qui arvientte éd chés vrépes »[1].
Ils vont sur trois pattes comme les chiens de Cantemerle qui reviennent des vêpres.
  • Fourdebecques
  • Marival
  • Rietz-Mottu
  • Saint-Pierre-Wismes
  • Salvecques

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wismes est appelée Wijme en flamand[2]. Une appellation latine Vimae Morinorum est relevée en 472 : ce nom résulterait de la présence de la ville le long d'une des septemvium, une route romaine allant de Thérouanne à Boulogne[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est occupé dès la préhistoire (découverte de silex taillés et polis près de Salvecques[réf. nécessaire]).

Saint Maxime arrive à Wismes vers le milieu du Ve siècle et y construit un oratoire dédié à saint André et à Marie. Selon la tradition, il aurait fait jaillir d'un coup de bâton une source à une centaine de mètres de l'oratoire[4].

Le corps de Saint Maxime est transféré en 954 dans la cathédrale de Thérouanne. Au XIIe siècle, une église romane est construite à la place de l'oratoire[5], soit par le chapitre de Thérouanne, soit par le chapitre de Saint-Omer. Construite en pierre blanche locale, elle ne comporte qu'une seule nef et une tour carrée. Du XIIIe au XIVe, l'église est enrichie de nefs latérales, et avec ces collatéraux sont créés plusieurs chapelles[6]. En 1738, une chapelle Sainte-Anne est construite. Un nouveau chœur est construit au XVe siècle pour remplacer l'ancien. Fin XVe siècle-début XVIe, la nef principale est voûtée, décorée dans le style du choeur. Les chapelles sont restaurées en 1686 et 1701[6].

Les terres de Wismes appartenaient à Jeanne de Fosseux, qui les fit entrer dans la famille de Montmorency à la suite de son mariage avec Jean II de Montmorency en 1422[7]. Les Montmorency (Robert de Montmorency (mort en 1554), puis Françoise de Montmorency (mention en 1569)[8]) dirigent Wismes jusqu'en 1572. Antoine de Lalaing acquiert les terres en se mariant avec Éléonore de Montmorency en 1572. En 1600, faute d'hériter, la seigneurie est saisie par la justice. Elle est vendue au seigneur Allart de Croix en 1608[9] (mort en 1634)[8] puis à Blocquel de Lamby[5]. En 1759, Wismes est érigée en baronnie par lettres patentes du roi Louis XV[10].

En 1789, Wismes appartient à Adrien Blocquel de Croix[11].

La plus ancienne mention se trouve dans les registres de la charte de l'abbaye Saint-Omer[réf. nécessaire]. Le 30 octobre 1800 (le 9 brumaire), Wismes fait partie du canton de Lumbres[réf. nécessaire]. En 1840 la première école du village est construite[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Wismes dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 en cours
(au 28 mars 2015)
Jean-Luc Hochart   Professeur d’histoire-géographie retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[12],[13],[14],[15]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2015, la commune comptait 475 habitants[Note 1], en diminution de 9 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
470523529537622600606610600
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
560563545505517464424468499
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523500487433422435430454423
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
458446435449497525513511509
2013 2015 - - - - - - -
495475-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (54,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 54,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 19,6 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 20,6 %) ;
  • 45,8 % de femmes (0 à 14 ans = 12,9 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 25 %).
Pyramide des âges à Wismes en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,9 
8,3 
75 à 89 ans
8,2 
12,3 
60 à 74 ans
15,9 
22,1 
45 à 59 ans
19,3 
18,8 
30 à 44 ans
22,3 
19,6 
15 à 29 ans
20,6 
18,8 
0 à 14 ans
12,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Wismes

Les armes de Wismes se blasonnent ainsi :

d’argent à la crois d’azur, à l’écusson du champ chargé d’un chevron de gueules accompagné de trois merlettes de sable, brochant sur le tout.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église (Monument historique)[modifier | modifier le code]

Wismes est un village situé aux confins du Boulonnais et de l’Artois et qui s’est développé dans un vallon boisé dépendant de l’Aa.

Reproduction en noir et blanc d'un plan de la seigneurie de Wismes (date inconnue, fin du Moyen-Âge). On peut y voir l'église saint André face au château, aujourd'hui disparu.

Son église saint André se signale par la mince flèche de son clocher occidental de plan octogonal qui est lui-même porté en encorbellement sur le pignon de la nef. Elle est construite en bordure de la route principale au pied de la colline dont la pente est occupée par le cimetière ; les eaux de ruissellement ont accumulé les terres sur son flanc nord qui s’est trouvé donc partiellement enterré, ses maçonneries se trouvant ainsi rongées par l’humidité. L’édifice se compose d’une nef de quatre travées flanquée au sud d’un bas-côté étroit et au nord de deux chapelles rectangulaires de largeurs inégales. Son chœur plus large et plus haut que la nef, long de trois travées s’achève par une abside à trois pans[22]. L'église est classée par arrêté du 1er juillet 1932[23].

Château[modifier | modifier le code]

Un château seigneurial, de plan rectangulaire et flanqué de tours d’angle, se situait au sud (ses dispositions sont connues par un plan du XVIe siècle, il avait dû être construit au siècle précédent)[22]. Le château, de style gothique[6] ou renaissance[5], se situe face à l'église.

Les défenses du château sont démantelées à la Révolution française en 1792[5]. En 1849, il n'en subsistait qu'une tour et une ferme[5]. En 1873, le château est décrit ainsi : « son vieux château gothique, avec ses restes d'épaisses murailles, ses tourelles à demi-démantelées, les pierres désassemblées de son corps-de-logis, ses débris d'enceinte et de fortifications et ses fossés çà et là comblés, qui protestent à l'envi contre la destruction et l'oubli dont ils sont menacés »[5].

Au XXIe siècle, seule la motte castrale du château subsiste[24].

Un plan de la seigneurie de Wismes, issu des archives personnelles d'Armel de Wismes[25], est largement repris et étudié par les manuels scolaires d'histoire en France à partir de 2010[26].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
  • L'église Saint-Pierre.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Thiébaut, Nord gothique (Picardie, Artois, Flandre, Hainaut) Les édifices religieux, Picard, , 439 p. (ISBN 2-7084-0738-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Accart, Les sobriquets des habitants du Pas-de-Calais, les éditions Nord-Avril , 456 paches, (ISBN 2-915800-05-7) ( 2006 )
  2. « Lexicum toponymique 'N-F' de la Flandre Française | Database Akten West-Vlaanderen », sur www.vrijwilligersrab.be (consulté le 21 septembre 2018)
  3. Harbaville, Memorial Historique et Archeologique du Departement du Pas-de-Calais, (lire en ligne), p. 225-226
  4. Paul André ROGER, Alexandre Louis d' ALLONVILLE (Count.), Hyacinthe DUSEVEL et de Baron HAUTECLOCQUE, Bibliothèque historique, monumentale, ecclésiastique et littéraire de la Picardie et de l'Artois, publiée par P. Roger, avec la collaboration de M. le comte d'Allonville; de M. le baron de Hauteclocque; et de M. H. Dusevel, (lire en ligne)
  5. a b c d e et f Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Bulletin, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, (lire en ligne), p. 80-84
  6. a b et c Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Statistique monumentale du département du Pas-de-Calais, Commission des Antiquites départementales, (lire en ligne), "Notice historique et archéologique sur l'église de Wismes"
  7. Société des antiquaires de la Morinie, Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, (lire en ligne) :

    « L'arrière petite-fille de Jean de Fosseux, Jeanne, dame de Fosseux, Nivelle et Wisme, porta cette terre dans la famille de Montmorency par son mariage, en 1422, avec Jean II, seigneur de Montmorency »

  8. a et b Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Statistique monumentale du département du Pas-de-Calais, Commission des Antiquites départementales, (lire en ligne), p. 15
  9. Société des antiquaires de la Morinie, Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, (lire en ligne) :

    « adjudication de la terre de Wismes, le 12 juillet 1608, au profit d'Allart de Croix, seigneur de Havescamp »

  10. Revue héraldique, historique et nobiliaire, (lire en ligne), p. 360
  11. Société des antiquaires de la Morinie, Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, (lire en ligne) :

    « 1789. - Messire Adrien Blocquel de Croix, seigneur de Wismes et de Saint-Pierre de Wismes »

  12. Valéry Duhaut, « Le bilan des maires à Wismes avec Jean-Luc Hochart : « Dans ces conditions-là, je ne suis pas très motivé pour repartir en 2014 » : ean-Luc Hochart est écœuré. Maire depuis 1983, le jeune retraité de l’enseignement, 62 ans, pourrait à nouveau être candidat en mars. Mais il hésite fortement, terriblement déçu de ne pas pouvoir développer sa commune comme il le souhaiterait », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  13. « Jean-Luc Hochart réélu maire de Wismes pour un sixième mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  14. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 20 mars 2015).
  15. François Wavrant (CLP), « Les soucis d’urbanisme : Jean-Luc Hochart continue de chanter le même refrain : Le maire se plaint encore et toujours de ne pas pouvoir accueillir des constructions neuves. Il s’appuie sur un document d’urbanisme datant de 1987. Alors que l’administration en voudrait sans doute un plus récent », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  20. « Évolution et structure de la population à Wismes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  22. a et b Jacques Thiébaut, Nord Gothique : Picardie, Artois, Flandre, Hainaut. Les édifices religieux, Paris, Picard, , p. 434
  23. « Eglise de Wismes - Base Mérimée », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 21 septembre 2018)
  24. « Wismes | Au fil des églises », sur au-fil-des-eglises.fr (consulté le 21 septembre 2018)
  25. Robert Delort, « 3 - Ceux qui travaillent : les paysans », dans Robert Delort (dir.), La Vie au Moyen Âge., Paris, Le Seuil, (lire en ligne)
  26. « La seigneurie de Wismes, les manuels de 5e (2010) et un peu plus... », sur clioweb.free.fr (consulté le 21 septembre 2018)